Navegación – Mapa del sitio

InicioLeerLes comptes rendus2020Cédric Durand, Techno-féodalisme....

Cédric Durand, Techno-féodalisme. Critique de l’économie numérique

Alexandre Klein
Techno-féodalisme
Cédric Durand, Techno-féodalisme. Critique de l'économie numérique, Paris, La Découverte, col. « Zones », 2020, 254 p., ISBN : 9782355221156.
Inicio de página

Texto completo

  • 1 Discours du Président Emmanuel Macron aux acteurs du numérique, 14 septembre 2020, https://www.elys (...)
  • 2 Voir par exemple à ce propos : Mary Beth Meehan, Fred Turner, Visages de la Silicon Valley, Caen, C (...)

1Le 14 septembre dernier, le président français Emmanuel Macron s’exprimait à l’Élysée devant une centaine d’entrepreneurs de la French Tech. Au cours de son allocution, il a notamment défendu l’installation prochaine de la 5G (cinquième génération des standards de téléphonie mobile) à travers le pays en ces termes : « La France, c’est le pays des Lumières, de l’innovation. Et beaucoup des défis que nous avons, sur tous les secteurs, se relèveront par l’innovation. […] Oui, la France va prendre le tournant de la 5G parce que c’est le tournant de l’innovation »1. Cette rhétorique technophile, habituelle chez celui qui affirmait dès 2017 vouloir faire de la France une « start-up nation », repose sur une idéologie mensongère que l’économiste Cédric Durand s’attache à démystifier dans son dernier ouvrage paru chez Zone au début de l’été et intitulé Techno-féodalisme. Critique de l’économie numérique. Ce spécialiste des questions d’économie industrielle à l’échelle mondiale y démontre en effet que le modèle de la start-up comme moteur innovant de l’économie est un leurre. Cet idéal, que l’économiste du MIT Michael Piore a appelé le « consensus de la Silicon Valley », n’a jamais véritablement tenu ses promesses. Il est en effet miné par une série de paradoxes qui tendent à le disloquer de l’intérieur, engendrant une profonde régression sociale2 et une forme de nouveau féodalisme qui participe des transformations actuelles du capitalisme mondial. Loin de l’âge d’or promis, le numérique a alimenté « la résurgence paradoxale dans les sociétés contemporaines d’un métabolisme social de type médiéval » (p. 13). Telle est du moins la thèse que l’auteur entend soutenir dans ce livre.

2Pour ce faire, Cédric Durand divise son analyse en quatre parties qui composent autant de chapitres. Après une rapide introduction, il s’attache tout d’abord à retracer la généalogie du consensus de la Silicon Valley, afin de mieux en déconstruire les promesses. Il montre ainsi comment l’idée selon laquelle l’innovation, en particulier numérique, est le principal moteur de la création d’emplois et d’entreprises, et donc de gains de productivité, a émergé dans un petit coin de la Californie pour se généraliser, au point de devenir le mot d’ordre des grandes instances du commerce mondial et la ligne directrice des politiques économiques à travers le monde. Il met ensuite en lumière cinq paradoxes de ce modèle de la Silicon Valley. Les start-ups d’hier, si elles n’ont pas rapidement disparu, ont eu tendance à devenir des entreprises à monopole, freinant ainsi la redynamisation continue des structures économiques dont elles incarnaient pourtant la promesse. Derrière l’image de compagnies favorisant un management basé sur l’autonomie et la libre créativité, elles ont en fait mis en œuvre des techniques de contrôle très éloignées du « rêve de convivialité californien » (p. 59), qui ont eu tendance à engendrer une dégradation de la qualité de travail de leurs employés. De plus, ce qui est promu à l’échelle mondiale comme un exemple à suivre repose en fait sur un modèle non généralisable en dehors de l’espace régional dans lequel il a vu le jour. Aussi, a contrario de la promesse d’une prospérité partagée, la disruption technologique engendrée par ces nouvelles entreprises du numérique ne s’est pas traduite par un « regain de dynamisme pour la machine capitaliste » (p. 72). Enfin, loin d’avoir conduit à un dépérissement de l’État, en accord avec la philosophie libertaire qui était celle de la Silicon Valley à ses débuts, le développement de ces entreprises est en fait indissociable de l’intervention publique. Ainsi, constate Cédric Durand, « contrairement à ce qui était annoncé, les mutations socioéconomiques accélérées qui accompagnent l’essor du numérique n’ont pas donné lieu à une nouvelle jeunesse du capitalisme » (p. 83). Pire, elles ont engendré une « reféodalisation de la sphère publique » (p. 84), dont témoigne l’imposition par les grandes entreprises du numérique d’un certain nombre de dispositifs d’exploitation, de contrôle et de surveillance qui relèvent de la pure et simple « domination » numérique. Ce sont quelques-uns de ces mécanismes que Cédric Durand expose et explore dans le deuxième chapitre.

  • 3 Shoshana Zuboff, The Age of Surveillance Capitalism. The Fight for a Human Future at the New Fronti (...)

3Il y explique d’abord comment le cyberespace a été traité comme un nouveau territoire à exploiter. Une logique extractiviste, similaire à celle appliquée sur Terre par les compagnies minières ou pétrolières, a été mise en œuvre pour capter les données des utilisateurs. C’est donc un capitalisme de la surveillance, pour reprendre la formule de Shoshana Zuboff3, qui a vu le jour à mesure que le Web devenait un espace commercial et que se mettait alors en place une nouvelle gouvernementalité basée sur les algorithmes. Aujourd’hui, il ne s’agit plus tant « d’accroître la prédictibilité des comportements, mais bel et bien de les piloter » (p. 114) rappelle ainsi Cédric Durand, qui n’hésite pas, dès lors, à parler de « domination numérique » puisque la captation des données des individus « est organisée par des firmes qui poursuivent des fins qui leur sont propres, sans rapport avec celles que pourraient se donner les communautés affectées » (p. 127). Pour profiter des avantages offerts par les algorithmes, nous acceptons en effet de leur confier une part chaque jour grandissante des conditions mêmes de notre autonomie, et ce au profit d’une nouvelle économie de la rente qui repose sur la monopolisation de la connaissance et dont l’auteur aborde rapidement les grandes lignes dans un très court troisième chapitre.

4Le cœur du propos de Cédric Durand, ou du moins de l’hypothèse qui donne son titre à l’ouvrage, se concentre dans le quatrième chapitre. Pour soutenir l’existence, sur les bases des mécanismes précédemment décrits, d’une nouvelle forme de féodalisme, dit techno-féodalisme, l’économiste s’attache à décrire ce qu’est, ou plutôt ce qu’était, le féodalisme. S’appuyant sur les travaux des historiens du Moyen Âge, il détermine dans un premier temps que « le féodalisme peut être caractérisé par la prééminence de rapports de prédation entre les seigneurs et leurs sujets » (p. 189). Il précise ensuite que le féodalisme reposait sur un principe général de concentration et de consumation des richesses, et enfin que l’exploitation économique de la population par l’aristocratie se fondait davantage sur la coercition que sur des arrangements de type contractuel. De ce point de vue, il serait bien possible de parler de techno-féodalisme, puisque l’économie numérique repose d’abord et avant tout sur un mécanisme de prédation. Cela permettrait même de mieux comprendre les transformations actuelles du capitalisme, en y voyant les effets de l’entrée d’un modèle économique non productiviste (le féodalisme) dans un modèle qui l’est profondément (le capitalisme). C’est ce que l’auteur précise en conclusion de l’ouvrage lorsqu’il affirme que « la mutation qui accompagne l’essor des technologies de l’information touche aux fondements du mode de production, elle en déstabilise les principes élémentaires […]. L’essor du numérique bouleverse les rapports concurrentiels au profit de relations de dépendance, ce qui dérègle la mécanique d’ensemble et tend à faire prévaloir la prédation sur la production » (p. 227).

5Au final, si on ne peut qu’être séduit par la proposition de Cédric Durand, force est de constater que son ouvrage peine néanmoins à convaincre de la validité de son hypothèse. C’est dû d’abord à la construction même de son argumentation : alors qu’on aurait pu attendre l’énoncé d’une hypothèse qui serait ensuite confrontée aux faits et aux analyses, on découvre une organisation inverse, soit un faisceau de faits et d’analyses qui tendent vers une hypothèse exprimée tardivement et dès lors peu développée en regard des descriptions précédentes. Le problème ne serait pas si grave si l’ouvrage se développait autour d’un fil rouge clair et affirmé. Or, il semble plutôt avoir été construit a posteriori sur la base de chapitres écrits distinctement les uns des autres. Ce manque de vision globale (du moins du côté du lecteur) ne favorise pas l’adhésion à l’hypothèse développée, et ce d’autant plus que l’auteur reste enfermé dans un vocabulaire technique propre à sa discipline, qui rend la lecture parfois difficile, régulièrement aride. Reste que Cédric Durand propose une analyse pertinente d’un mouvement qui, s’il est de plus en plus connu du grand public, ainsi qu’en témoigne le récent documentaire de Netflix The Social Dilemma, reste encore pour beaucoup à analyser, notamment en regard des transformations sociales et politiques sur lesquelles il repose, mais surtout qu’il implique. Espérons donc que la rudesse de la forme ne décourage pas les potentiels lecteurs et lectrices, qui trouveront dans cet ouvrage de riches analyses, mais surtout une proposition dont la force rhétorique et symbolique en fait une arme de poids dans le combat pour notre autonomie et notre liberté, combat que nous aurons nécessairement un jour à mener contre ces grands seigneurs du numérique que sont devenus les GAFAM.

Inicio de página

Notas

1 Discours du Président Emmanuel Macron aux acteurs du numérique, 14 septembre 2020, https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2020/09/14/discours-du-president-emmanuel-macron-aux-acteurs-du-numerique.

2 Voir par exemple à ce propos : Mary Beth Meehan, Fred Turner, Visages de la Silicon Valley, Caen, C&F Éditions, 2018 ; compte rendu de Maxime Mécréant pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/30369.

3 Shoshana Zuboff, The Age of Surveillance Capitalism. The Fight for a Human Future at the New Frontier of Power, New York, PublicAffairs, 2019.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Alexandre Klein, « Cédric Durand, Techno-féodalisme. Critique de l’économie numérique », Lectures [En línea], Reseñas, Publicado el 28 septiembre 2020, consultado el 24 noviembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/44182 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.44182

Inicio de página

Redactor

Alexandre Klein

Philosophe et historien des sciences, Université d’Ottawa.

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search