Navegación – Mapa del sitio

InicioLeerLes comptes rendus2020Guillaume Devin, Franck Petitevil...

Guillaume Devin, Franck Petiteville et Simon Tordjman (dir.), L’Assemblée générale des Nations unies. Là où le monde se parle depuis 75 ans

Benjamin Clemenceau
L’Assemblée générale des Nations unies
Guillaume Devin, Franck Petiteville, Simon Tordjman (dir.), L’Assemblée générale des Nations unies. Là où le monde se parle depuis 75 ans, Paris, Les Presses de Sciences Po, col. « Relations internationales », 2020, 299 p., ISBN : 9782724625455.
Inicio de página

Texto completo

  • 1 Cette assemblée fut créée en 1945 à New-York. Elle a un rôle principalement consultatif sur les que (...)
  • 2 En 2020, 193 États sont représentés auprès de l’AGNU, dont le fonctionnement repose sur une règle p (...)
  • 3 Voir Jean-Marc. de la Sablière, Le Conseil de sécurité des Nations unies. Ambitions et limites, Lar (...)

1Cet ouvrage collectif a vocation à expliquer pourquoi l’Assemblée générale des Nations unies (ci-après l’AGNU, ou l’Assemblée)1, qui est pourtant le seul organe de l’ONU à composition « quasi-universelle »2, reste régulièrement décriée sur la scène internationale. Pour y parvenir, les auteurs donnent toutes les clés de lecture nécessaires à la compréhension d’un « organe complexe » (p. 11) et souvent méconnu du grand public, mais qui incarne tout de même – en dépit de ses faiblesses – « un certain sens du nous au plan mondial » (p. 10). C’est d’ailleurs la raison pour laquelle ce forum – qui constitue un véritable « creuset des références communes » (p. 14) – méritait bien un premier ouvrage de référence en langue française. Le Conseil de sécurité a quant à lui fait l’objet d’une initiative similaire en 2018, puisqu’« encensé ou critiqué […], il reste, malgré les commentaires quotidiens qui le ciblent, assez mal connu »3.

  • 4 Seulement quatre femmes ont, à ce jour, présidé une session de l’AGNU. La dernière en date, Maria F (...)

2Dans le premier chapitre, Mélanie Albaret et Simon Tordjman soulignent que l’Assemblée est utilisée comme « caisse de résonance de la revendication des États » (p. 27-28), mais aussi comme « espace dans lequel se joue la reconnaissance de prétentions […] quant à l’ordre hiérarchique international » (p. 28). S’ensuit une analyse très détaillée du mouvement d’intégration internationale que perpétue et accompagne l’Assemblée, sans pour autant s’ouvrir aux femmes4 et, plus généralement encore, à la société civile. Mais ce dernier point ne dissuade pas les deux co-auteurs de soutenir que l’AGNU constitue depuis toujours, ou presque, « un point d’observation privilégié des transformations du multilatéralisme et des dynamiques de régulation mondiale » (p. 32).

  • 5 Cet élargissement ne s’est toutefois pas accompagné d’une ouverture aux acteurs non étatiques, en d (...)

3Au chapitre 2, Delphine Allès et à Delphine Placidi-Frot décryptent les raisons de l’augmentation substantielle du nombre d’États membres de l’ONU (phénomène qu’elles imputent, sans grande surprise, à la décolonisation et à l’éclatement de l’Union soviétique et de la Yougoslavie)5. Mais, comme les auteures le font par la suite remarquer, cet élargissement de la composition et de la représentativité de l’Assemblée « obéit avant tout à des logiques politiques qui font d’elle un miroir plus ou moins fidèle des évolutions de la scène politique mondiale » (p. 36). Ici, la formule « plus ou moins fidèle » est importante car l’universalité que revendique l’Assemblée dans le cadre de ses activités « reste proche d’une réalité territoriale » (p. 45), d’autant que les résolutions qu’elle adopte sont non contraignantes. De fait, l’AGNU est souvent critiquée pour « sa représentation limitée […], inégalitaire […] et imparfaitement démocratique » (p. 62). Mais, nonobstant cette rigidité institutionnelle, le fonctionnement de l’Assemblée est loin d’être immuable et intangible, puisqu’à défaut de se réformer, « elle […] demeure la référence des réflexions aspirant à une représentation des peuples sur la scène internationale » (p. 62).

  • 6 Gert Rosenthal, Inside the United Nations. Multilateral Diplomacy Up Close, Londres, Routledge, 201 (...)

4Le chapitre suivant, co-écrit par Morgan Larhant et Sarah Tanke, précise que l’expertise technique de l’Assemblée n’est pas forcément meilleure que celle d’autres organisations de type bureaucratique. Mais cela n’est sûrement pas propre à l’Assemblée, puisque ni la taille, ni la réputation de tel ou tel État membre ne saurait, à elle seule, « déterminer sa capacité à exercer une influence sur le cours des évènements »6, comme l’a très justement remarqué l’ancien ambassadeur de l’ONU du Guatemala, Gert Rosenthal. Il n’est donc pas inhabituel de « constater un décalage entre l’influence dont dispose un délégué et le poids relatif de l’État-membre qu’il représente » (p. 80). En clair, donc, « le travail au sein de l’Assemblée est avant tout une affaire d’individus, de caractères et de personnalités » (p. 81), bien plus qu’une affaire de nationalité, d’ancienneté ou de curriculum vitae.

5Si la part des résolutions produites par l’Assemblée a nettement augmenté depuis 1946 et l’admission massive de nouveaux États issus de la décolonisation, les thèmes abordés par celles-ci ne divisent guère (à l’exception de ceux sur le désarmement et l’autodétermination des peuples). C’est par ce bref rappel que débute le chapitre 4, rédigé par Guillaume Devin, Benoît Martin et Marie Saiget. Partant, ces derniers préfèrent aborder les problématiques qui fédèrent, au titre desquelles figurent notamment la gouvernance et le développement. Ils s’en expliquent en arguant « la frustration des États-membres de l’Assemblée vis-à-vis du Conseil de sécurité » (p. 106). Sentiment de gêne qui, surtout, « révèle la façon dont les délégations – a minima les plus actives et les plus intéressées – pratiquent l’Assemblée comme une enceinte de promotion de causes » (p. 106). Et ici encore, la logique relève davantage des sensibilités de chacun, voire du réseautage, que de l’universalisme à proprement parler.

  • 7 L’AGNU a en effet consacré le 3 juin comme étant la journée mondiale de la bicyclette. Voir sur le (...)

6Il demeure que l’Assemblée est devenue « un acteur pleinement actif du droit international […] en usant de sa prérogative à solliciter la Cour internationale de justice » (p. 129). Ce faisant, elle démontre son rôle de promotrice de premier plan du droit international en réactualisant sans arrêt « son activité normative indirecte » (p. 129). Ainsi que le mentionne Natália Frozel Barros dans ce chapitre 5, « l’Assemblée a su maintenir sa capacité normative malgré la faiblesse de ses recommandation » (p. 130). Autrement dit, cet organe universel et institutionnalisé peut tout autant « fêter la bicyclette7 que déclarer l’universalité des droits de l’homme sans en avoir toujours le pouvoir » (p. 130). Et c’est précisément par ce biais-là que l’AGNU a gagné sa centralité dans le développement de la codification du droit international.

  • 8 Voir l’article 24 du chapitre V de la Charte des Nations unies.

7Clara Egger, Manon-Nous Tannous et Charles Tenenbaum entament le chapitre 6 en rappelant que c’est au Conseil de sécurité que revient la responsabilité principale d’assurer le maintien de la paix8. Cela signifie que, « dès les origines de l’ONU, les activités de l’Assemblée en matière de sécurité internationale ont eu tendance à se dérouler dans l’ombre d’un conseil souverain sur ces enjeux » (p. 135). Il n’y a qu’au gré des crises traversées par l’ONU que l’Assemblée a eu son mot à dire dans ce domaine. En outre, l’intérêt non planifié de l’AGNU pour ce thème s’est toujours limité à l’adoption de nouveaux outils doctrinaux (et à quelques velléités de contrôle budgétaire). Il n’en demeure pas moins, comme s’évertuent à le préciser les auteurs, que l’Assemblée a su profiter du silence de certains textes pour gagner en prérogatives. Ce faisant, elle a su gagner en modernité (ce qui tempère les faiblesses précédemment évoquées de sa représentativité).

8Hormis la paix et la sécurité, l’Assemblée voue un intérêt certain au développement sous toutes ses formes. Conjoncturellement, les phases où l’Assemblée s’en est préoccupée se sont toujours traduites par « une dévalorisation des institutions financières » (p. 178) que sont, entre autres, la Banque mondiale et le Fonds monétaire international. Et réciproquement, les phases où l’Assemblée s’en est désintéressée ont toutes entraîné une revalorisation desdites entités financières. Quoi qu’il en soit, Mathilde Leloup et Adrien Fauve relèvent que l’AGNU a « souvent joué le rôle d’incubateur du développement et de ses principaux acteurs » (p. 178). Ce chapitre 7 permet, en définitive, de comprendre comment « l’Assemblée est parvenue à s’affirmer comme l’acteur central de l’agenda du développement, par les biais notamment des Objectifs du Millénaire pour le Développement, puis des Objectifs de Développement Durable, produisant, en conséquence, un véritable sens commun sur cette thématique » (p. 179).

  • 9 Voir sur ce point les stipulations de l’article 55 de la Charte des Nations unies.

9Le chapitre 8, que coécrivent Chloé Maurel et Sarah Daoud, précise que l’Assemblée a, au fil du temps, développé une interprétation très extensive de la notion d’autodétermination des peuples9. D’abord portée sur l’indépendance économique, cette notion renvoie par la suite à l’idée d’égalité économique et à la non-discrimination raciale (ainsi d’ailleurs qu’à la protection de l’identité culturelle). De fait, « l’autodétermination est devenue un mot clé, un étendard brandi par les États du Sud de l’AGNU pour faire avancer la cause des pays et des peuples dominés » (p. 198). Cette situation justifie, à n’en pas douter, l’intérêt de l’Assemblée pour la paix et pour la sécurité dans le monde.

  • 10 Voir sur ce point : Charles Glaser, « The flawed Case of Nuclear Disarmament », Survival, vol. 40, (...)

10À ce propos, Franck Petiteville et Frédéric Ramel rappellent, dès le début du chapitre 9, que l’Assemblée a « toute légitimité pour statuer sur les questions relatives au désarmement et aux armes de destruction massive » (p. 201). Or, sur ces sujets, l’Assemblée rencontre de sérieuses difficultés pour s’exprimer à l’unisson, étant donné qu’en son sein s’opposent vigoureusement les « abolitionnistes » et les « réalistes »10 (qui pensent que « le monde ne reviendra pas sur les acquis technologiques de l’invention de la bombe », p. 218). Dans ces conditions, l’idée que l’AGNU ne fédèrerait qu’une poignée d’États membres favorables au désarmement intégral semble s’imposer aux auteurs. Ceci fait d’évidence rejaillir les limites de cette Assemblée, ainsi que la nécessité de la réformer.

11En matière de droits des êtres humains, l’Assemblée assume un rôle d’aiguilleur mais aussi et surtout de contrôleur. En d’autres termes, elle n’impulse « la formation de nouveaux droits qu’après s’être entretenue avec les États-membres » (p. 238), et idéalement avec la société civile internationale. Ce n’est qu’ensuite qu’elle les contrôle à l’aune des rapports sur les pratiques nationales qui lui sont transmis. Dans les faits, comme l’indique Kévin Vercin dans le chapitre 10, l’Assemblée facilite « les interactions entre les différentes parties prenantes puisque l’adoption de résolutions oblige à un dialogue diplomatique et institutionnel qui, à défaut d’être pleinement efficace, a non seulement le mérite d’exister, mais aussi celui de maintenir à l’agenda international les questions relatives aux droits humains » (p. 238). Il n’est dès lors pas déraisonnable de penser que ses prises de position dans le cadre de la défense et de la promotion des droits de l’homme sont tout à fait légitimes et performatrices. Et cela quand bien même « le consensus serait difficile à réunir » les concernant (p. 238).

12Les chapitres 11 et 12, portant respectivement sur la gouvernance économique et sociale puis sur le cadrage de l’environnement de l’Assemblée, nous apprennent que pour peser sur l’architecture du système de gouvernance, l’institution « instille des débats sur les principes qui le sous-tendent, renforce le Conseil économique et social et accentue son ouverture aux acteurs non étatiques » (p. 261). À pareille fin, Auriane Guilbaud et Marieke Louis précisent que l’Assemblée cible « des entreprises qu’elle pourrait utiliser pour renforcer sa légitimité à intervenir dans les questions sociales, économiques et financières » (p. 261). En guise de signal d’alarme et pour conclure, Alice Baillat et Lucile Maertens soulignent que les États les plus vulnérables de la planète pourraient se servir de l’Assemblée comme porte-voix universel face aux risques climatiques et environnementaux puisque, « en dépit des préoccupations environnementales apparues au cours de la seconde guerre mondiale » (p. 263), l’environnement est absent de la Charte des Nations unies. De fait, « la promesse d’une forme de gouvernance plus inclusive, consensuelle et souple par le biais de l’Assemblée devra se confronter à l’ampleur des défis environnementaux et climatiques contemporains, aux intérêts multiples des acteurs impliqués et à la fragmentation des espaces de gouvernance de l’environnement » (p. 278).

13Au vu de tous ces éléments, Franck Petiteville et Simon Tordjman estiment que l’enjeu politique inhérent à la réforme de l’Assemblée est puissant, et qu’il ne doit pas être sous-estimé. Leur conclusion tend à dire que certains membres du Conseil de sécurité, parmi lesquels figurent les États-Unis, la Russie et la Chine, tentent d’éluder l’épineuse question de la réforme de leur propre institution, en pointant sans arrêt du doigt les failles de l’Assemblée. Or, comme les auteurs le clament haut et fort, « l’un ne va pas sans l’autre » (p. 288-289). En dépend, d’après eux, le maintien du système de l’ONU au cœur de la diplomatie mondiale au cours des décennies à venir.

14À titre personnel, j’ai trouvé que ce livre était une présentation complète de l’Assemblée mais aussi une analyse réaliste de sa contribution à la paix et à la sécurité internationales. Il m’a aussi permis d’approfondir mes connaissances des enjeux que soulève sa réforme, et de saisir à quel point celle-ci est source d’improbables tensions avec le Conseil de sécurité. Pour toutes ces raisons, je recommande vivement la lecture de cet ouvrage collectif aux praticiens et aux étudiants passionnés par les relations internationales.

Inicio de página

Notas

1 Cette assemblée fut créée en 1945 à New-York. Elle a un rôle principalement consultatif sur les questions relatives au maintien de la paix et de la sécurité internationales.

2 En 2020, 193 États sont représentés auprès de l’AGNU, dont le fonctionnement repose sur une règle procédurale et démocratique très simple : un État, une voix.

3 Voir Jean-Marc. de la Sablière, Le Conseil de sécurité des Nations unies. Ambitions et limites, Larcier, 2018, 4e page de couverture.

4 Seulement quatre femmes ont, à ce jour, présidé une session de l’AGNU. La dernière en date, Maria Fernanda Espinosa (Équateur), a présidé la 73e session (du 18 septembre 2018 au 16 septembre 2019).

5 Cet élargissement ne s’est toutefois pas accompagné d’une ouverture aux acteurs non étatiques, en dépit des préconisations de certains États souhaitant rapprocher l’AGNU d’un « parlement mondial ».

6 Gert Rosenthal, Inside the United Nations. Multilateral Diplomacy Up Close, Londres, Routledge, 2017, p. 130.

7 L’AGNU a en effet consacré le 3 juin comme étant la journée mondiale de la bicyclette. Voir sur le site des Nation unies : https://www.un.org/fr/observances/bicycle-day (consulté le 13 septembre 2020).

8 Voir l’article 24 du chapitre V de la Charte des Nations unies.

9 Voir sur ce point les stipulations de l’article 55 de la Charte des Nations unies.

10 Voir sur ce point : Charles Glaser, « The flawed Case of Nuclear Disarmament », Survival, vol. 40, n° 1, 1998 ; Michael O’Hanlon, A Skeptic’s Case for Nuclear Disarmament, Washington (D.C.), Brooklings Institution Press, 2010.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Benjamin Clemenceau, « Guillaume Devin, Franck Petiteville et Simon Tordjman (dir.), L’Assemblée générale des Nations unies. Là où le monde se parle depuis 75 ans  », Lectures [En línea], Reseñas, Publicado el 28 septiembre 2020, consultado el 02 diciembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/44187 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.44187

Inicio de página

Redactor

Benjamin Clemenceau

Benjamin Clemenceau est docteur en droit public de l’Université Paris-Est Créteil Val-de-Marne. Ses recherches ont porté sur les droits fondamentaux, et plus précisément le droit à l’alimentation. Il est également « enseignant associé » à l’Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis, et « chef de projet recherche partenariale » à l’Institut Louis Bachelier.

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search