Navigation – Plan du site

Vanessa Manceron, Une Terre en partage. Liens et rivalités dans une société rurale

Lucie Dupré
Une Terre en partage
Vanessa Manceron, Une Terre en partage. Liens et rivalités dans une société rurale, Maison des Sciences de l'Homme, coll. « Ethnologie de la France », 2005, 256 p., EAN : 9782735110834.
Haut de page

Texte intégral

1Dans son ouvrage, Une terre en partage. Liens et rivalités dans une société rurale, Vanessa Manceron (CNRS) montre comment la structure sociale de la Dombes conditionne l'accès aux ressources naturelles (leur partage, leur production et leur exploitation) de ce territoire tout à fait singulier (une région d'étangs artificiels unique en Europe, au nord de l'agglomération Lyonnaise). Le livre est préfacé par Laurence Bérard dont l'auteur dit poursuivre, mais « sous un angle nouveau », les travaux pionniers sur le fonctionnement hydraulique et social de la Dombes. « Penser l'espace comme médiateur de la relation des hommes entre eux, en donnant la part belle aux enjeux de pouvoir qu'il recouvre » (p. 8), et pour cela, partir en quête de « conflits d'usage sur le territoire », tel est l'objectif affiché de cette recherche conduite dans le cadre d'une thèse d'ethnologie. Et les conflits ne manquent pas ! En effet, la Dombes, partagée entre chasse (au canard) et pêche (aux carpes) cultive le conflit au point d'apparaître comme un cas d'école pour l'ethnologue tant l'opposition des catégories y est systématique, tant la hiérarchie y est forte, tant les rapports entre les hommes déterminent les rapports au territoire.

2En introduction, l'auteur présente son « terrain ». Choisissant de ne pas « omettre les difficultés et les zones d'ombre qui ont jalonné [son] séjour » en Dombes, elle évoque « le souvenir éprouvant d'une société locale difficile à approcher avec ses groupes cloisonnés et hiérarchisés ou bien ses individus insaisissables » (p. 4) - le reste de l'ouvrage en est une démonstration particulièrement éloquente. La « générosité culinaire », souligne-t-elle, « l'a toujours emporté sur la générosité des mots, substituant à la parole parcimonieuse de l'ethnologue comme de l'agriculteur, le gâteau au chocolat, les bonbons de Paris (sic), les photos et en retour les invitations à déjeuner, les saucissons et les bouteilles de marc du Bugey » (p. 5). De fait, comme l'explique Vanessa Manceron, « prendre son carnet de notes, enregistrer, c'est prendre trop. C'est déséquilibrer les termes de l'échange ». Renonçant à son identité et sa place d'ethnologue (« l'ethnologie étant spontanément associée à l'étude des archaïsmes, du folklore et du patrimoine »), elle « a préféré [se] présenter » à certains comme « une étudiante en histoire sociale ou en sociologie », tandis que d'autres l'ont identifiée comme une « stagiaire ». Une telle posture est d'autant plus problématique que rien n'est dit sur ses conséquences. De fait, le récit s'en ressent : la multiplication des « on m'a dit », « on m'a confié », « on m'a raconté » dit l'impossible recueil des discours. L'analyse est donc essentiellement fondée d'une part, sur des documents d'archives privées (correspondances, contrats, contentieux) au demeurant habilement exploités et tout à fait bienvenus et d'autre part, sur l'observation. Une note précise que l'identité individuelle des locuteurs a été masquée. (La présence de conflits suffit-elle à rendre ce choix pertinent ? C'est une vraie question qui aurait méritée d'être sinon débattue, au moins posée). L'identité des acteurs est d'ailleurs souvent collective (la formule « les anciens », étrange sous la plume d'une ethnologue, est récurrente).

3L'ouvrage comporte un glossaire, des cartes, un cahier central de photographie en quadrichromie et une bibliographie (assez classique : Assier-Andrieu, Chamboredon, Bloch, Godelier, Chiva...). Sa structure s'apparente au canon monographique : il commence par une présentation du cadre physique et se termine sur une analyse rituelle des pratiques de pêche.

41 - La première partie, Une campagne non loin de la ville, est consacrée aux caractéristiques géographiques et pédoclimatiques de la Dombes. C'est également l'occasion de prendre la mesure de l'influence urbaine qui caractérise ce territoire dont les groupes sociaux se recomposent depuis les années 1980 entre « gens du pays » et « nouveaux arrivants ». L'organisation dichotomique de l'habitat nettement réparti entre « bourgs » et « écarts » témoigne de l'ancienne structure communale « liée à l'emprise foncière de la propriété bourgeoise et noble, ayant conduit à un développement des grandes exploitation dans les écarts et à un rassemblement dans le village des petites gens du monde agricole » (p. 49). La palette architecturale y fait écho : châteaux (bâtisses qui se distinguent de l'habitat ordinaire : relais de chasse, maison de maître, gentilhommière, pavillon), grosses fermes et maisons de village renvoient à cette même hiérarchie.

52 - La seconde partie est intitulée L'eau du prestige. Elle est consacrée à l'analyse des modes de possession et d'appropriation des domaines mais aussi des étangs (les pratiques de chasse et pêche sont présentées en fin de volume). En Dombes, la « possession de la terre [et donc des étangs] conditionne un attachement collectif au sein du groupe familial et permet l'enracinement » (p. 68). Tout se joue dans cet acte de propriété qui atteste de la légitimité de la place de chacun dans le territoire et dans la société locale. « Cultiver [le poisson - c'est l'expression consacrée] et posséder » les étangs sont en effet une façon de s'inscrire dans une histoire familiale, dans une lignée de Dombistes. « Réservoir de symboles », l'étang est avant tout un bien de prestige car sa « possession n'est pas motivée par le désir de devenir riche, mais [elle] nécessite de l'être » (p. 74). Les propriétaires sont donc aussi des exploitants piscicoles : « certains endossent ce rôle avec sérieux » et aiment se « définir comme paysans » (p. 75). Ils ne cherchent pas à intensifier la production, contrairement aux agriculteurs qui la doublent ou la triplent en exploitant parfois les étangs. « On le pressent, conclue l'auteur, il s'agit moins ici de cultiver pour avoir (économiquement) que pour être (socialement) ». Plus encore, c'est bien par l'étang que se transmet un rang dans la société locale : « être des gens de l'eau et cultiver le poisson permet de reproduire et d'intégrer une société traditionnelle très fortement structurée par cette spécialisation professionnelles » (p. 77). L'étang s'hérite (« des lignées d'étangs pour des lignées de propriétaires ») mais s'acquiert également. Il n'est alors pas étonnant que les « propriétaires plus récents focalisent » sur l'étang plus que sur la terre car « c'est bien là que l'on acquiert les signes les plus évidents du prestige des anciens et c'est par son exploitation que l'on peut participer concrètement à leur société et se faire reconnaître comme un pair » (p. 78). Cette présentation du rapport à l'étang pose la question du partage de l'eau, auquel est consacré le second temps de cette deuxième partie.

6On y saisit bien toute la force de la médiation opérée par cette ressource naturelle à la fois rare et excédentaire - c'est le paradoxe de cette zone humide pauvre en sources d'alimentation naturelles. L'eau « dicte le territoire, rythme la vie des hommes en société » : « chaque automne, on attend [son] retour » (p. 87). La chaîne d'étangs place les hommes en interdépendance dans un jeu de réciprocité, savamment organisé. Car si les étangs sont en propriété, l'eau est à partager. Chaque année, on la reçoit de l'amont, on la donne à l'aval. Elle s'approprie (« mon eau » p. 107), se mesure, non sans contrôle et calculs car « chacun doit avoir son compte en eau » (p. 82). Les dates de pêche sont le fruit de négociations âpres entre les propriétaires et la coopérative. Le garde-pêche (comme le garde-chasse évoqué plus loin) est un personnage important, tenu de les faire respecter et de procéder aux arbitrages éventuels. « Expert empirique » (p. 76) qui maintient une unité qu'on sent prête à se morceler si facilement entre « concertations difficiles, bons arrangements et procédés fâcheux ». Ici, « on se bat par l'eau presque plus que pour elle » (p. 127) dans une « lutte qui ne dit pas son nom » (p. 98). C'est là un trait prégnant que l'auteure fait clairement ressortir tout au long de son ouvrage : l'art et la stratégie de l'évitement du conflit ouvert. Tout n'y est qu'« agacements », « frictions » et « désalliances ».

73 - La troisième partie du livre, Tensions terriennes, nous rappelle que l'étang n'est rien sans la terre dont l'occupation est régie à la fois par des « règles contractuelles » et des « normes comportementales » établies entre les propriétaires et les fermiers qui exploitent les terres de ces derniers. Vanessa Manceron montre comment chacun de ces deux groupes tient sa place et reste à sa place face à l'autre. Le caractère hiérarchisé de la société locale s'en trouve affirmé mais avec une ambivalence toutefois car « la signature d'un bail apparaît à la fois comme un contrat et comme un don-faveur. Le contrat en lui-même rappelle les termes de l'entente, mais n'est pas appliqué à la lettre ; la résiliation peut résulter du manquement à la règle mais plus souvent elle apparaît soit comme une sanction, soit comme le résultat d'échanges qui se tissent en marge de l'écrit » (p. 147).

8L'étang est aussi « terre de chasse » dans l'appropriation de laquelle on retrouve ici le clivage entre propriétaires et fermiers, entre bailleurs et locataires, entre chasseurs et non-chasseurs (les fermiers ont longtemps été privés du droit de chasse). Ces deux formes d'occupation du sol cristallisent une série d'oppositions classiques : sauvage contre cultivé, loisir contre labeur, puissants contre petits. En 1946, une loi a autorisé les fermiers à chasser sur des terres louées, remettant ainsi en cause le privilège des seuls propriétaires. Si les fermiers ne sont pas devenus chasseurs pour autant, ce droit de chasse (ou plutôt la possibilité de renoncer à ce droit) entre désormais dans les arrangements qu'ils établissent avec les propriétaires, à la marge de leurs contrats. La référence à la loi leur confère donc un certain pouvoir qui contribue ainsi à rééquilibrer les relations sociales.

94 - Dombistes en un étang est la dernière partie de l'ouvrage, dédiée aux pratiques de chasse et de pêche. La possession d'un étang confère à leurs (grands) propriétaires le droit d'en prélever les « fruits sauvages » que sont les canards. Il s'agit d'une chasse prestigieuse qui se pratique immobile, à l'affût. Mais il n'est pas qu'une seule façon de chasser. Deux autres catégories de chasseurs existent, qui n'ont pas accès à l'eau et appartiennent à des catégories sociales inférieures : ce sont d'une part, les « borduriers » qui possèdent ou louent des parcelles en bordure d'étang, et d'autre part, les « affûteur »s qui chassent depuis les chemins communaux. La description de ces pratiques cynégétiques différenciées atteste une nouvelle fois de la solide structure hiérarchique de la société.

10Mais l'étang n'est pas que d'eau et c'est bien cette particularité qui fait, en Dombes, la complexité des formes et des calendriers d'occupation du sol et des configurations sociales qui y sont associées. Tous les trois ans, on y cultive en effet, non plus du poisson mais des céréales, et c'est alors les fermiers qui en reprennent possession. C'est sur la présentation de cette alternance de culture sur un même sol, tantôt étang, tantôt champ que s'achève l'ouvrage. Cette forme alternée d'occupation du sol favorise et alimente encore et toujours la hiérarchie, mais sous un aspect nouveau et très intéressant. En effet, gens de l'eau (les propriétaires) et gens de la terre (les fermiers locataires) sont dépendants et complémentaires : c'est « l'alliance incertaine de la carpe et de l'épi ». Alliance subtile dont V.M. propose une analyse très fine : est-ce l'eau de l'étang qui fertilise la terre que le fermier va travailler ? Ou bien au contraire, est-ce le travail du fermier sur le sol qui fait la qualité des eaux, et donc de la pêche ?

11Vanessa Manceron revient ensuite sur les pratiques de pêche et montre comment cette activité « rassemble » autour de celui qui exploite l'étang. Le fermier - car certains exploitent les étangs - s'entoure essentiellement de membres de sa famille, d'amis et de voisins tandis que le propriétaire compte sur les réseaux activés par le régisseur, le marchand de poissons et le garde-pêche (jeunes du village, retraités, fermiers, amis et parents). A la suite de L. Bérard qui a décrit la pêche comme « une activité productive », elle estime qu'il « convient d'en dévoiler également le caractère fortement ritualisé » (p. 207). « L'analyse rituelle » développée (brièvement) se fonde sur les seuls discours qui semblent avoir été recueillis durant l'enquête, en l'occurrence ceux des fameux « anciens » évoquant leurs souvenirs de pêche. Cette approche est donc assez nettement déconnectée des scènes contemporaines observées et décrites peu avant. Faute de précisions, on reste implicitement sur l'idée assez dérangeante que les seuls gestes du passé se prêteraient à « une analyse rituelle ». La faible mobilisation d'entretiens ethnographiques est d'autant plus problématique que ce chapitre est consacré à l'analyse des pratiques piscicoles, lesquelles suscitent au contraire probablement de nombreux récits et commentaires. On aurait aimé comprendre, par exemple, ce qui, dans le discours des participants, corrobore l'idée que la pêche « produit du sens » (p. 207), « exprime et rejoue l'ordre social » (p. 215).

12En fin d'ouvrage, dans une section intitulée Quand la nature à protéger s'en mêle, Vanessa Manceron revient sur un acteur important associé non seulement à la question du conflit, mais aussi à celle de la nature : l'Etat, et avec lui, les politiques publiques de l'environnement, et particulièrement les Directives Oiseaux (1979) et Habitats (1992). Ces dernières sont présentées comme des « changements de nature exogènes » auxquels « les gens des étangs se préparent avec angoisse ». Le livre permet de prendre toute la mesure de cette « angoisse » : avec les politiques publiques, on quitte le registre des contrats privés, arrangements locaux, accords verbaux, « lois coutumières » et autres usages particuliers. Mais il soulève aussi une question : comment peut-on aujourd'hui faire une anthropologie du conflit et/ou de la nature (et a fortiori des conflits autour de la nature) en abordant aussi furtivement la place des politiques publiques et de l'Etat ? L'objet risquait-il de perdre sa pureté et sa perfection anthropologiques dont le livre s'emploie à faire la démonstration, si sa construction avait pleinement intégré ses dimensions institutionnelles, politiques et administratives ? On peut faire l'hypothèse qu'au contraire, de telles perspectives auraient permis de renouveler l'approche des usages locaux de la nature en montrant comment ces derniers relèvent également d'un ensemble de règles, de normes et de lois élaborées dans le cadre des politiques publiques. Ainsi, les pratiques de consommation et de production de la nature fondées sur des usages locaux doivent-elles aujourd'hui composer avec des objectifs de protection des ressources naturelles prévues par la loi. La combinaison de ces différents types de rapports à la nature (production, consommation et protection) équipés chacun de référentiels propres et entrant parfois en tension les uns avec les autres intervient sans doute de façon décisive dans les recompositions complexes d'une société, qui pour être « rurale », n'en est pas moins inscrite dans une catégorie de territoire (les zones humides) ô combien politisée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucie Dupré, « Vanessa Manceron, Une Terre en partage. Liens et rivalités dans une société rurale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2007, mis en ligne le 03 septembre 2007, consulté le 26 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/442

Haut de page

Rédacteur

Lucie Dupré

Lucie Dupré est est ethnologue à l'INRA (SAE2/MONA/Ivry-sur-Seine).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page