Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Jean-François Dupeyron, À l’école...

Jean-François Dupeyron, À l’école de la Commune de Paris. L’histoire d’une autre école

Amélie Puche
À l'école de la Commune de Paris
Jean-François Dupeyron, À l'école de la Commune de Paris. L'histoire d'une autre école, Dijon, Editions Raison et Passions, 2020, 306 p., ISBN : 9782917645741.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jean-François Dupeyron, Christophe Miqueu (dir.), Éthique et déontologie dans l’Éducation nationale (...)

1Le philosophe de l’éducation Jean-François Dupeyron s’intéresse tout particulièrement aux questions éthiques au sein de l’école, comme en atteste son dernier ouvrage, Éthique et déontologie dans l’Éducation nationale, publié en 2013 avec Christophe Miqueu1. Dans cette nouvelle étude, il se penche sur une forme d’enseignement alternative mise en place sous la Commune de Paris, inspirée par des idéaux socialistes. L’auteur cherche ici à faire revivre une expérience pratiquement oubliée du fait de sa brièveté. Son projet est clairement annoncé en introduction : combler le vide historiographique qui entoure les mesures prises par la Commune concernant l’instruction, et briser le paradigme qui attribue à la Troisième République l’invention de l’école laïque. Pour cela, il s’attache principalement à suivre les trajectoires des acteurs des mouvements éducatifs des années 1870. À la lecture, trois moments se détachent. D’abord, Jean-François Dupeyron présente les différentes théories éducatives sur lesquelles s’appuient les réformateurs communaux. Ensuite, il récapitule ce qu’a été l’école de la Commune. Enfin, il expose la manière dont cette scolarité survit jusqu’en 1914.

2Les différents courants du socialisme, comme le Saint-simonisme ou le fouriérisme, accordent une place importante à l’éducation dans leurs réflexions, pensées que Jean-François Dupeyron clarifie dans les trois premiers chapitres. Selon ces différents courants, l’égalité ne peut s’obtenir que par une instruction identique pour tous, pensée par et pour le peuple. La mise en place d’un tel enseignement nécessite une prise de conscience de la part des classes défavorisées : leur émancipation passe par un apprentissage scolaire adapté aux besoins populaires, plus pratique que théorique. Telle est l’idée au cœur du projet socialiste d’« éducation intégrale ». Ses tenants préconisent l’abandon de l’apprentissage magistral pour développer l’explication par l’expérience. Ils entendent également accorder une place importante aux enseignements manuels, y compris professionnels, dans les programmes. Pour Marx, cet enseignement est essentiel pour former des ouvriers à plusieurs métiers, et donc les mettre à l’abri de l’inactivité saisonnière. La majorité de ces courants idéologiques défendent également l’idée d’une école laïque, qui se développe à partir de la Révolution française.

3Or, comme le souligne Jean-François Dupeyron, « la première école publique laïque en France, ce fut celle de la Commune » (p. 161). En effet, ce régime proclame la séparation de l’Église et de l’État le 2 avril 1871. Toutefois, la laïcisation de l’enseignement a été ralentie dans certains arrondissements par de fortes résistances de la population. L’auteur offre, dans ce quatrième chapitre, un récit plus complet des mesures scolaires. L’histoire de l’école de la Commune s’ouvre le 29 mars 1871, lorsque l’assemblée communale forme une commission de l’enseignement, chargée de réformer l’éducation et de proposer une école laïque, gratuite et obligatoire. À peine six jours après sa création, quatre des dix membres de la commission ont déjà démissionné. Dans ce contexte, c’est la délégation de l’association « la Nouvelle éducation » qui apporte à la Commune son nouveau programme scolaire, calqué sur les idées socialistes présentées plus haut. Néanmoins, et malgré la formation d’une seconde commission le 21 avril 1871, le projet communal reste idéologique car, faute de budget et de personnel, la commission ne parvient pas à impulser de réforme. En effet, si elle se propose d’offrir aux élèves un apprentissage professionnel en même temps que scolaire, l’assemblée ne réussit pas à embaucher assez d’ouvriers et d’artisans pour faire vivre cette ambition. C’est donc à l’échelon des arrondissements que Jean-François Dupeyron est allé chercher les réalisations en matière d’éducation, qui différent selon la composition de l’assemblée d’arrondissement. Par exemple, dans quelques districts où des membres de l’AIT (Association internationale des travailleurs) se sont impliqués, la gratuité de l’école est mise en place. Ces difficultés à réellement créer une école communale laissent un souvenir mitigé de l’école mise en place par la Commune : « Entre le constat d’une “révolution intellectuelle” (Rougerie) et la critique d’une œuvre qui n’aurait “rien laissé pour témoigner de l’avenir” (Lissagaray) existe une énorme différence d’appréciation… » (p. 98).

4L’auteur ne date pas la fin de l’école de la Commune au moment de l’effondrement de ce régime politique. Dans son dernier chapitre, il observe des formes de continuité de cette institution scolaire jusqu’à la Première Guerre mondiale. Une forme de survie de l’école de la Commune se manifeste dans les syndicats ouvriers, qui restent conscients de l’intérêt que représente l’instruction. Ces derniers critiquent l’école mise en place par la Troisième République et souhaitent en créer une nouvelle qui réponde aux besoins du peuple. Mais cette école ne verra jamais le jour, faute de moyens et d’idées plus abouties sur les réformes à opérer. Jean-François Dupeyron explique les causes de cet échec notamment par le fait que les intellectuels sont, dans un premier temps, évincés des syndicats. Les instituteurs et institutrices regroupés en amicales ne sont rattachés à la CGT (Confédération générale du travail) qu’en 1903. Ils défendent l’école républicaine et réclament sa transformation de l’intérieur, ligne de conduite que la CGT adopte après la Première Guerre mondiale Ainsi, avec l’abandon de l’idée d’école syndicale, se rompt le fil ténu qui reliait l’école de la Commune à l’histoire de l’école républicaine en France.

5Jean-François Dupeyron expose, comme il en exprimait l’intention en introduction, le projet d’enseignement primaire que la Commune souhaitait mettre en place. Il semble toutefois difficile de placer ce système sur un même pied d’égalité que celui mis en place par la Troisième République et d’effectuer des comparaisons, comme l’auteur le fait très régulièrement. Pour cause, l’ouvrage montre bien que l’école de la Commune n’a finalement jamais existé ailleurs que sur le papier. Ce dernier intègre deux outils très utiles, une chronologie et un index des noms. La bibliographie est bien construite. Il manque toutefois le relevé des sources utilisées, qui aurait offert une base de départ à d’autres études sur l’ouvrage éducatif de la Commune de Paris.

Haut de page

Notes

1 Jean-François Dupeyron, Christophe Miqueu (dir.), Éthique et déontologie dans l’Éducation nationale, Paris, Armand Colin, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amélie Puche, « Jean-François Dupeyron, À l’école de la Commune de Paris. L’histoire d’une autre école », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 30 septembre 2020, consulté le 29 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/44317 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.44317

Haut de page

Rédacteur

Amélie Puche

Doctorante en histoire contemporaine à l’université d’Artois, rattachée au laboratoire CREHS.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search