Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Jean-Luc Buard, Culture médiatiqu...

Jean-Luc Buard, Culture médiatique et presse numérisée. Médiasphère des feuilletons-nouvelles de Marie Aycard (1794-1859)

Marc Renneville
Culture médiatique et presse numérisée
Jean-Luc Buard, Culture médiatique et presse numérisée. Médiasphère des feuilletons-nouvelles de Marie Aycard (1794-1859), Villeurbanne, Presses de l'Enssib, coll. « Papiers », 2019, 234 p., ISBN : 978-2-37546-112-9.
Haut de page

Texte intégral

1Cofondateur de la revue Le Rocambole, historien de l’édition et de la presse, spécialiste des cartonnages d’éditeurs de la fin du XIXe siècle, rédacteur du trimestriel Le plat historié et président de l’association des Amis de Régis Messac, Jean-Luc Buard est un auteur reconnu qui publie régulièrement depuis les années 1990. Ce livre est issu de sa thèse en sciences de l’information et de la communication, soutenue à l’université Paris 13 en 2015. Publié dans la collection « Papiers » des Presses de l’Enssib, cet ouvrage constitue l’abrégé d’une enquête sur la diffusion du feuilleton-nouvelle sous la Monarchie de juillet, menée en prenant appui sur l’œuvre aujourd’hui bien oubliée de Marie Aycard qui était, comme son nom ne l’indique pas, un écrivain. L’ouvrage compte trois parties, traitant successivement du contexte de la recherche, de sa méthodologie et de la diffusion d’un feuilleton-nouvelle, une conclusion récapitulative et une série d’annexes, comprenant notamment la reproduction de la nouvelle de Marie Aycard, « L’écu de cent sous », une bibliographie indicative et un index des noms.

  • 1 . Kalifa Dominique, Régnier Philippe, Thérenty Marie-Ève et Vaillant Alain (dir.), La civilisation (...)
  • 2 . Guise René, Le phénomène du roman-feuilleton. 1828-1848, thèse de lettres, Université Nancy 2, 19 (...)

2La période choisie est sensible pour l’histoire des medias car elle est marquée par le développement de journaux concurrentiels, de réseaux, de structures éditoriales et de modèles de diffusion de l’information et la connaissance, mais aussi celui du divertissement et de la distraction culturelle. Ce double mouvement constitue pour l’auteur un changement de régime médiatique qui amorce l’essor d’une culture de masse, qui n’est pas sans faire écho à notre période contemporaine (p. 25-28). En raison du prix élevé du livre, on ne peut pourtant pas encore parler d’édition accessible au plus grand nombre. Aussi doit-on considérer que le véritable vecteur de diffusion populaire, c’est la presse qui publie des feuilletons, courts ou longs, et les réimprime sans cesse. Dans ce nouveau paradigme médiatique, qui a pu être décrit comme l’avènement d’une civilisation du journal1, le feuilleton est l’objet de vifs débats entre 1836 et 1848 car il s’insère dans un mode de publication qui impose a priori, par sa nature et sa périodicité quotidienne, la discontinuité et le texte bref. Le roman feuilleton débute en France dans la première décennie de la Monarchie de juillet, s’impose de manière éclatante en 1842 avec Les Mystères de Paris d’Eugène Sue, et tient la case du rez-de-chaussée de page des journaux quotidiens pendant un bon siècle. Si cette réussite du roman séquencé est bien connue grâce aux travaux de René Guise, Nicole Felkay, Patrick Berthier et, plus récemment, Marie-Ève Thérenty2, on a moins documenté le renversement narratif qu’il a provoqué dans l’ordre du récit. La domination du genre du roman-feuilleton a tendance à faire oublier que la presse française a vécu dans les années 1837-1842 une guerre des formats, à l’issue alors incertaine : récit court contre récit long ; dans le registre du récit court, ce sont les plumes de Marie Aycard, d’Eugène Guinot et Louis Lurine qui dominent la production. Jean-Luc Buard part ainsi du constat que les années 1836-1840 procèdent d’une réalité alternative où le feuilleton est composé de nouvelles complètes au contenu « polymorphe ». Il peut s’agir d’une fiction historique ou d’actualité, d’un récit de mœurs ou de société, d’un récit sentimental, d’un conte à chute surprenante, d’un récit à énigme ou encore d’une histoire mystérieuse ou criminelle. C’est cette forme du feuilleton-nouvelle que l’auteur entend explorer car ce genre a permis à la littérature française d’être massivement exportée à l’étranger.

3Il est aujourd’hui possible de connaître cette diffusion grâce aux corpus de journaux numérisés, dont l’accès est facilité par une consultation en ligne. Cette disponibilité inédite n’est pas sans conséquence sur la hiérarchie établie des études littéraires. Les textes sont en effet agrégés de manière horizontale sans critère qualitatif, sans classification préalable, sans tenir compte de leur légitimité ou de leur reconnaissance, ni des frontières esthétiques ou de genre. Ce nivellement radical s’apparente pour l’auteur à un « cataclysme silencieux » (p. 49) car l’histoire littéraire a longtemps vécu sur la délimitation d’un corpus de références limité à un très faible nombre d’auteurs, sélectionnés sur leur valeur artistique et esthétique. Ces nouveaux corpus numérisés ouvrent ainsi un horizon de recherche permettant d’appréhender le succès d’œuvres qui ne recoupent pas nécessairement, et même rarement, le critère d’excellence (p. 41). La somme de ces œuvres et de ces auteurs oubliés ne pouvant être saisie dans son ensemble, Jean-Luc Buard propose de mettre en œuvre un critère de sélection objectif, insensible au temps, qui est l’intensité de circulation et de diffusion du récit dans la sphère médiatique. Dès lors, l’indicateur permettant d’apprécier un succès est le nombre de reproduction du texte. En dépit de l’incomplétude du corpus de presse disponible, cette mesure quantitative permet d’apprécier la diffusion différenciée des œuvres en mettant au jour des titres massivement reproduits et totalement négligés par la littérature d’élite.

4Cette recherche est donc d’abord celle des sources et des ressources, imprimées et numériques, ces dernières étant mouvantes et en accroissement permanent. Le second chapitre du livre est entièrement dédié aux questions de méthodologie. Il propose un inventaire fort utile des gisements de collections de presse numérisées et pointe, pour la France, l’absence d’un accès unique, en dépit de l’effort de signalement initié par la BnF. Pour effectuer des recherches dans cet océan de données, l’auteur utilise des « hapax médiatiques » (p. 103), des mots peu courants (noms propres, mots rares ou néologismes) qui permettent d’obtenir une grande sélectivité dans l’interrogation des données. Dans le cas d’Aycard, ce sont les noms de personnages qui jouent ce rôle de signature traçable, de marqueurs, et qui permettent de repérer les réemplois. On comprend donc que l’enjeu de la recherche n’est pas de reconstituer la vie et l’œuvre d’un auteur injustement négligé, encore moins de le réhabiliter, mais plutôt d’apprécier l’ampleur et les vecteurs de la diffusion de ses feuilletons-nouvelles. Pour les feuilletons-nouvelles de Marie Aycard, Jean-Luc Buard aboutit ainsi à un catalogue répertoriant 3 250 références réparties en 510 publications originales de chroniques et nouvelles et 2 700 reproductions dans près de 1 000 journaux de 40 pays, en 17 langues, entre 1837 et 1960. Dans cette masse de références, l’auteur s’attache à la diffusion du texte qui a obtenu le plus fort score d’intérêt communicationnel : « L’écu de cent sous ». Cette nouvelle raconte la bonne fortune d’une personne vivant dans un grand dénuement qui hérite par mariage d’une richesse dont elle ne soupçonnait pas l’existence. L’ascension sociale inattendue met en scène la récompense d’une personne ayant montré une grande valeur morale et offre au lecteur une destinée merveilleuse qui, quoique très improbable, reste dans le registre du plausible. Jean-Luc Buard livre une reconstitution minutieuse de l’ordre des publications en relevant le contexte éditorial de chacune d’elles. Le texte a pénétré la médiasphère anglophone avec une double traduction à Edimbourg (Chamber’s Edinburgh Journal) et à New York (The Brother Jonathan) puis il a perdu, six mois après sa traduction et de manière involontaire, l’identification exacte de son auteur. Au final, « L’écu de cent sous » (1840) a fait l’objet de plus de 410 reproductions à l’identique et de 23 versions modifiées. Ce résultat étonnant confirme qu’Aycard fut un écrivain populaire au sens technique du terme.

5L’ouvrage de Jean-Luc Buard est précieux et passionnant car il constitue un plaidoyer pour que la recherche s’empare des corpus de presse numérisés afin de mieux connaître les processus de l’essor du premier âge de la communication culturelle de masse, qui fait étonnamment miroir à notre propre temps. Ce livre devrait trouver également des lecteurs en dehors de l’histoire littéraire. La description pragmatique de sa démarche et l’exposé précis de sa technique de fouille dans les corpus lui confère une dimension pratique et méthodologique qui incite à en recommander la lecture à toute personne travaillant sur des corpus numériques textuels.

Haut de page

Notes

1 . Kalifa Dominique, Régnier Philippe, Thérenty Marie-Ève et Vaillant Alain (dir.), La civilisation du journal, histoire culturelle et littéraire de la presse française au XIXe siècle, Paris, Nouveau Monde Éditions, 2011.

2 . Guise René, Le phénomène du roman-feuilleton. 1828-1848, thèse de lettres, Université Nancy 2, 1974 ; Felkay Nicole, Balzac et ses éditeurs. 1822-1837. Essai sur la librairie romantique, Paris, Promodis-Cercle de la librairie, 1987 ; Berthier Patrick, La presse littéraire et dramatique au début de la Monarchie de Juillet (1830-1836), Villeneuve-d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2001 (1995), Thérenty Marie-Ève, La littérature au quotidien : poétiques journalistiques au XIXe siècle, Paris, Seuil, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Renneville, « Jean-Luc Buard, Culture médiatique et presse numérisée. Médiasphère des feuilletons-nouvelles de Marie Aycard (1794-1859) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 30 septembre 2020, consulté le 29 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/44321 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.44321

Haut de page

Rédacteur

Marc Renneville

Directeur de recherche CNRS au Centre A. Koyré (UMR 8560) et directeur de la plateforme Criminocorpus, Histoire de la justice, des crimes et des peines (CLAMOR, UMS 3726).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search