Navigation – Plan du site

AccueilÀ suivreComptes rendus à paraîtreQuartier réservé

Quartier réservé

Quartier réservé

Bousbir Casablanca
Jean-François Staszak, Raphaël Pieroni (dir.), Quartier réservé. Bousbir Casablanca, Chêne-Bourg, Editeur Georg, 2020, 201 p., préf. Rachid Andaloussi, ISBN : 978-2-8257-1225-2.
Notice publiée le 01 octobre 2020

Présentation de l'éditeur

Bousbir – le quartier réservé de Casablanca – fut en son temps la plus grande maison close à ciel ouvert du monde. Construit en 1923 sur ordre de l’administration française, dans un style qui se voulait pittoresque et oriental, le quartier visait à répondre aux «besoins» des troupes coloniales. C’était aussi une attraction incontournable pour les touristes de passage.

Jusqu’à sa fermeture, ce sont au total douze milles très jeunes femmes «indigènes» qui y ont vécu et officié, dans des conditions proches du travail forcé. En 1955, elles furent expulsées du quartier, où on logea des soldats marocains de retour de la guerre d’Indochine. Aujourd’hui, Bousbir est un quartier populaire, très aimé de ses habitants mais où on ne parle guère du passé. Au croisement de l’histoire coloniale et de la géographie urbaine, ce livre raconte et donne à voir le passé et le présent de Bousbir au moyen de documents historiques, de photographies prises par Denise Bellon en 1936 et par Melita Vangelatou à la fin des années 2010. Il y interroge l’articulation entre l’architecture et la sexualité, la modernité et l’orientalisme, l’imaginaire exotique et la violence de genre. Il tente de concilier le devoir de mémoire et la nécessité de vivre en paix dans les lieux marqués par l’histoire.

Haut de page

Auteurs

Jean-François Staszak (dir.)

Jean-François Staszak est professeur au département de géographie de l'Université de Genève. Ses recherches portent principalement sur les imaginaires géographiques, qu'il a étudiés en analysant la peinture, la danse, la photographie, le cinéma et l'urbanisme. Son intérêt pour les enjeux de genre et de race l'ont conduit à écrire sur la prostitution coloniale et le tourisme sexuel.

Publications du même auteur

Raphaël Pieroni (dir.)

Raphaël Pieroni est chargé de cours au département de géographie de l'Université de Genève. Spécialiste de la nuit urbaine, il s'intéresse plus largement à la mobilité des politiques culturelles. Formé à l'analyse des images, il est régulièrement chargé de l'organisation d'expositions. Sa dernière, Frontières en tous genres, porte sur les dimensions spatiales des constructions identitaires.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search