Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Caroline Guibet Lafaye et Alexand...

Caroline Guibet Lafaye et Alexandra Frénod (dir.), S’émanciper par les armes ? Sur la violence politique des femmes

Hadrien Holstein
S'émanciper par les armes ?
Caroline Guibet Lafaye, Alexandra Frénod (dir.), S'émanciper par les armes ? Sur la violence politique des femmes, Paris, Presses de l'Inalco, coll. « TransAireS », 2019, 238 p., EAN : 9782858313266.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Journée d’étude organisée les 15-16 mars 2016 par le Centre Maurice Halbwachs/ Laboratoire Printemp (...)
  • 2 Falquet Jules, « Division sexuelle du travail révolutionnaire : réflexions à partir de l’expérience (...)

1Issus de la journée d’étude « La lutte armée, instrument d’émancipation des femmes ? »1,cet ouvrage collectif invite à adopter une approche genrée des phénomènes d’engagement et de recours à la violence au sein des organisations de lutte armée d’extrême gauche et/ou révolutionnaire, en interrogeant la part que les femmes y prennent. À travers cette démarche, les auteurs révèlent l’impensé que représente la violence politique féminine, tant le phénomène est quasi-exclusivement appréhendé au masculin. En posant la question de l’engagement féminin dans la violence, ce livre s’inscrit dans la continuité de travaux récents sur l’aspect genré de la violence politique2. Ce postulat contribue à renouveler un champ de la recherche qui se focalisait sur les violences subies par les femmes ou l’engagement genré dans des organisations violentes. L’objectif spécifique de cet ouvrage est de questionner la réalité des hiérarchies de genre au sein de mouvements de lutte armée qui se revendiquent féministes, pour étudier les possibilités d’émancipation des femmes par et dans la prise des armes. En effet, si l’émancipation par la prise des armes désigne la libération des femmes vis-à-vis des normes patriarcales de la société, il convient de questionner cette émancipation dans la prise des armes, à l’intérieur même de l’organisation clandestine. Que le point de vue soit celui de la distribution des tâches militantes et/ou combattantes, des possibilités d’ascension sociale au sein de la guérilla ou du façonnage institutionnel des rôles combattants masculins et féminins, les auteurs interrogent les hiérarchies de genre pour comprendre si, et dans quelle mesure, elles sont perpétuées ou renégociées à l’intérieur des mouvements de lutte armée.

2La dimension collective de cet ouvrage apporte une riche valeur comparative sur cette question de l’émancipation des femmes dans et par la lutte armée. La variété des études de cas, couvrant des guérillas de l’Amérique latine jusqu’en Asie en passant par l’Europe et le Moyen Orient, fait surgir des caractéristiques constantes quant à la place et aux rôles assignés aux femmes au sein des organisations, aux formes de représailles auxquelles elles sont exposées, et encore à leur relégation durant le post-conflit.

3L’ouvrage s’articule autour de trois parties proposant chacune des objets, des enjeux et des pistes de recherche distincts. La première propose une réflexion tant théorique que méthodologique d’ordre général. La contribution de Fanny Burgnon invite à repenser la violence des femmes comme une double transgression, celle des normes pénales et celle des normes sexuées, avec des figures féminines mythologiques de la violence (les amazones, par exemple). L’engagement d’une combattante résonne avec cette dimension transgressive et cette histoire mythologique et finit par faire de la violence politique un outil d’émancipation féminine. La contribution d’Ami-Jacques Rapin montre que, si la lutte armée est émancipatrice à ses débuts, car puissante et jouissive, elle cesse de l’être lorsqu’elle s’inscrit dans la durée et que les militant·e·s subissent les contraintes inhérentes à cette forme de mobilisation (clandestinité, militarisation, etc.). Enfin, la contribution de Jules Falquet distingue la « division sexuelle du travail révolutionnaire » et la « division sexuelle du travail armé » pour comprendre la complexité de la participation des femmes aux organisations de lutte armée. À partir de cette distinction, elle propose une grille d’analyse générale et systématique pouvant éclairer l’attitude ambivalente des mouvements armés vis-à-vis de leurs combattantes puisqu’ils tentent de freiner cette participation en même temps qu’ils la codifient strictement.

  • 3 Ulrike Meinhof était une militante allemande d’extrême gauche. Après avoir participé à plusieurs mo (...)

4La seconde partie de cet ouvrage rassemble des contributions étudiant les trajectoires militantes de certaines combattantes. À travers une approche interactionniste des carrières combattantes, il s’agit d’interroger les relations entre ces femmes et différents types d’institutions. Retranscrivant le parcours d’Ulrike Marie Meinhof3, de la Rote Armee Fraktion (RAF), la contribution d’Anne Steiner explique le passage à la lutte armée de cette journaliste engagée comme une tentative de résolution des différentes contradictions produites par l’écart entre sa trajectoire personnelle et le contexte ouest-allemand de la fin des années 1960 (large coalition politique au parlement et répression du mouvement étudiant). La contribution de Laetitia Bucaille retrace l’engagement politique et la participation au conflit de deux femmes appartenant à deux mouvements armés différents, le Front de libération national (algérien) et l’African National Congress, pour mettre en lumière l’articulation entre la transgression incarnée par leur participation à une lutte politique et militaire et la manière dont elles s’affirment en tant que femmes. Le chapitre de Carole André-Dessornes montre que la féminisation des opérations martyres au Moyen Orient dans les années 1980 a entraîné une restructuration des rapports de genre à travers la médiation de la lutte armée, encouragée par certaines organisations dans un double objectif de se repositionner vis-à-vis d’autres mouvements armés et de déstabiliser un ennemi qui ne s’attend pas à affronter des femmes. Enfin, Camille Butron interroge la situation des combattantes féminines du Sentier lumineux dans le Pérou d’après-guerre au début des années 2000, à travers l’expérience de la détention, comme la réaffirmation d’un ordre patriarcal qui s’inscrit dans un processus de rétablissement des hiérarchies sociales traditionnelles que les combattantes avaient enfreint.

5Les contributions réunies dans la dernière partie du livre se focalisent sur le façonnage organisationnel que les mouvements de lutte armée exercent sur leurs combattantes. Si la participation des femmes à des organisations militarisées semble être le signe d’un projet politique de transformation des rapports sociaux genrés, l’analyse de Maritza Felices-Luna relative au vécu des femmes qui ont rejoint le Sentier lumineux montre au contraire que le mouvement armé produit des combattantes émancipées d’une domination masculine tout en en faisant des dominées d’un patriarcat révolutionnaire. La contribution de Laurent Gayer, qui analyse le façonnage organisationnel des maoïstes népalais et des Tigres tamouls (LTTE) à travers leurs productions discursives, leurs logiques d’encadrement et les règles de coexistence des sexes dans les organisations militantes, souligne la nécessité de prendre en compte le niveau méso du groupe pour poser la problématique de l’émancipation par les armes. En clôture de cet ouvrage collectif, la contribution d’Oliver Grojean invite à considérer le rôle des organisations armées kurdes, en particulier le Parti des travailleurs du Kurdistan, dans la promotion de l’engagement féminin. En prenant en compte les échelles micro et méso, l’auteur montre que les organisations façonnent l’engagement de leurs combattantes tout autant qu’elles peuvent partiellement être transformées par les pratiques de leurs membres. Cette approche le conduit à distinguer l’« engagement dans une organisation violente », produit d’un processus individuel, de l’« engagement dans la violence », qui dépend de l’organisation.

6En introduction, les auteurs se demandaient pourquoi et comment l’engagement politique violent des femmes pouvait fondamentalement se distinguer de celui des hommes. La diversité des cas étudiés conduit à confirmer que des phénomènes genrés observés dans le militantisme se retrouvent durant le recours à la violence politique (dépolitisation de l’engagement féminin, relégation des femmes à des tâches secondaires, enfermement dans un rôle féminin, etc.). L’ouvrage vient ainsi apporter de nouveaux éléments tels que la non-exceptionnalité de la violence politique féminine, la relégation des femmes combattantes dans la sphère familiale durant l’après-guerre, le contrôle de la fécondité dans les organisations de lutte armée, etc. Il offre des pistes de recherche à explorer comme l’intersectionnalité des femmes engagées dans la violence, les rétributions symboliques et matérielles accordées aux femmes combattantes, ou encore la question des stratégies individuelles ou collectives des femmes pour modifier l’organisation du travail armé, etc.

Haut de page

Notes

1 Journée d’étude organisée les 15-16 mars 2016 par le Centre Maurice Halbwachs/ Laboratoire Printemps CNRS-UVSQ. Voir : https://www.cmh.ens.fr/Podcast-Journees-d-etudes.

2 Falquet Jules, « Division sexuelle du travail révolutionnaire : réflexions à partir de l’expérience salvadorienne (1970-1994) », Cahiers des Amériques latines, n° 40, 2002, p. 109-128 ; Rioux Jean-Sébastien et Gagné Julie, Femmes et conflits armés : réalités, leçons et avancements politiques, Québec, Presses de l’université Laval, 2005 ; Lacroix Isabelle, « Les femmes dans la lutte armée au Pays basque : Représentations, division sexuelle du travail et logique d’accès à la violence politique », Champ pénal, vol. VIII, 2010 ; Cardi Coline et Pruvost Geneviève (dir.), Penser la violence des femmes, Paris, La Découverte, coll. « Sciences humaines », 2012, compte rendu de Sophie Maunier pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/9308.

3 Ulrike Meinhof était une militante allemande d’extrême gauche. Après avoir participé à plusieurs mouvements sociaux en tant qu’étudiante, notamment l’opposition au réarmement allemand ou à l’arme nucléaire, elle accède à la notoriété dans les années 1950 comme journaliste pour une revue d’extrême gauche. Membre fondatrice de la RAF en 1970, elle est arrêtée et incarcérée en 1972. Elle fût retrouvée pendue dans sa cellule en mai 1976.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hadrien Holstein, « Caroline Guibet Lafaye et Alexandra Frénod (dir.), S’émanciper par les armes ? Sur la violence politique des femmes  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 07 octobre 2020, consulté le 28 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/44473 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.44473

Haut de page

Lieu

Algérie

Pérou

Liban

Népal

Sri Lanka

Allemagne

Afrique du Sud

Haut de page

Rédacteur

Hadrien Holstein

Doctorant en science politique à l’Université Paris Nanterre, ISP.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search