Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020François Jarrige et Alexis Vrigno...

François Jarrige et Alexis Vrignon (dir.), Face à la puissance. Une histoire des énergies alternatives à l’âge industriel

Élias Burgel
Face à la puissance
François Jarrige, Alexis Vrignon (dir.), Face à la puissance. Une histoire des énergies alternatives à l'âge industriel, Paris, La Découverte, 2020, 400 p., postf. Alain Gras, ISBN : 978-2-348-05752-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 La postface du sociologue Alain Gras, auteur de plusieurs essais sur les questions énergétiques don (...)
  • 2 L’histoire énergétique de l’industrialisation est souvent schématisée en trois ères : l’« âge du ch (...)
  • 3 Cette sensibilité aux critiques des trajectoires énergétiques dominantes s’inscrit dans le prolonge (...)
  • 4 Cette journée d’études fut soutenue par le Centre Georges Chevrier (UMR 7366) et par le Réseau univ (...)

1Il est des ouvrages qui marquent les esprits par leur capacité à s’emparer à bras-le-corps des problématiques les plus considérables et les plus urgentes. En proposant une archéologie de la dépendance des sociétés industrielles aux énergies minérales, Face à la puissance relève incontestablement de cette catégorie. Cette Histoire des énergies alternatives (sous-titre de l’ouvrage) est avant tout une « histoire alternative de l’énergie » (titre de l’introduction), qui entend démontrer que si l’histoire des matérialités énergétiques est centrée sur les techniques et les sciences, elle ne s’inscrit pas moins dans des dynamiques économiques, politiques et sociales. Souhaitant offrir un « outil de réflexion au service du présent » (p. 7), les auteurs ne cachent pas certaines de leurs convictions, comme lorsqu’ils déplorent, au détour du propos, la « recherche obsessionnelle de la maximisation des profits et de la puissance énergétique » depuis les débuts de l’ère industrielle (p. 140). Guidés par un horizon critique sur le plan socio-économique, les auteurs ne basculent cependant jamais dans le militantisme politique : l’ambition demeure historiographique1. En premier lieu, ils entendent s’opposer à des « récits conventionnels rassurants » (p. 9), qui se focalisent sur les innovations techniques et sur les dynamiques macroscopiques des trajectoires énergétiques : François Jarrige et Alexis Vrignon aspirent ainsi à « défataliser » (p. 18) ou « complexifier » (p. 21) l’histoire de l’énergie, qui se prête habituellement à la tentation d’un découpage en grandes périodes2. Se convaincre qu’aucune mutation technique ou scientifique n’a induit des évolutions énergétiques inéluctables doit selon eux permettre d’exhumer de « multiples futurs non advenus » (p. 9-10). En second lieu, il s’agit de montrer que l’histoire des sociétés industrielles a été marquée par des débats incessants sur les orientations énergétiques dominantes, qui ont conduit sans cesse à formuler de solutions dites alternatives, durables ou renouvelables3. De manière remarquable, l’ouvrage ne se contente pas de proposer une collection d’études de cas autour d’une déclaration d’intention. En effet, pour introduire les parties du recueil, François Jarrige et Alexis Vrignon proposent de véritables synthèses, quatre au total, qui forment un petit manuel autonome d’introduction critique à l’histoire énergétique des sociétés industrielles. Bien que centrée sur l’Europe occidentale, l’approche est globale, opérant de nombreuses incursions en Amérique du Nord et en Asie. Cette démarche est le point fort du livre, qui en fait un ouvrage de référence pour s’orienter dans une vaste bibliographie francophone et anglophone. Accompagnant ces chapitres synthétiques, des contributions, issues d’une journée d’études organisée en mars 2018 à l’Université de Bourgogne (Dijon)4, présentent des études de cas à des échelles plus microscopiques. Si certaines font écho de manière très heuristique aux analyses introductives, auxquelles elles apportent matière et complexité, d’autres semblent moins articulées au propos. Cette hétérogénéité peut cependant être considérée comme un revers intrinsèque à ce type de publication collective.

  • 5 Les auteurs s’appuient sur les travaux de Jan de Vries sur la « révolution industrieuse », sans rev (...)
  • 6 L’ambition de réviser les récits historiographiques les plus ancrés dans les esprits se retrouve da (...)

2Dans les deux premières parties, Jarrige et Vrignon évoquent, avec beaucoup de nuances, les modalités de l’usage croissant du charbon de terre comme source d’énergie au fil du XIXe siècle. Loin de connaître un triomphe irrésistible, la houille s’est imposée à des rythmes variés. Si la Grande-Bretagne et l’espace belge ont pu faire figure de territoires précurseurs pour la diffusion de son usage industriel, ce dernier s’est heurté longtemps à de nombreux freins économiques. En France, le décollage s’opère à partir de la fin du Second Empire, à la faveur d’une baisse des frais de transport et des taxes douanières. Au début des années 1850, l’ingénieur Frédéric Le Play entend encore démontrer, en tentant d’importer des techniques autrichiennes, que l’usage du bois peut rester compétitif dans la sidérurgie française (Jean-Philippe Passaqui). À l’échelle globale, la production énergétique du charbon de terre ne dépasse celle du charbon de bois qu’à la fin du siècle, jusqu’à représenter 55% de l’énergie totale consommée en 1910. Malgré une intensification de l’usage du charbon dans le second XIXe siècle en Europe et aux États-Unis, il convient donc de relativiser l’idée d’un « siècle du charbon ». En premier lieu, la révolution industrielle s’appuie considérablement, au moins à ses débuts, sur une intensification de l’usage des énergies humaine5 et animale. Bien que méconnus, les manèges à chevaux constituent par exemple le « chaînon manquant de l’histoire de la mécanisation du textile », en particulier dans l’industrie textile septentrionale de la France (Mohamed Kasdi et François Jarrige, p. 83). Dans le premier XIXsiècle, la force de ces « moteurs animés », centrale dans les étapes préparatoires de cardage (i.e. séparation des fibres), se substitue à l’usage de manivelles actionnées par des femmes ou des enfants. Les animaux constituent alors une énergie alternative qui émancipe les humains. En deuxième lieu, l’essor du charbon de terre ne met pas fin à l’usage des énergies traditionnelles : les transitions se font plutôt par ajout que par substitution de sources énergétiques. Dans la région lilloise, les tordoirs – moulins à vent équipés de pilons destinés à extraire l’huile des plantes oléagineuses – coexistent quelques temps avec les moulins à vapeur. Grâce à de « petites améliorations incrémentales » sur le plan technique, ils demeurent compétitifs jusqu’au milieu du siècle parce qu’ils nécessitent de faibles investissements (Didier Terrier, p. 67). Même jusqu’à la veille de la Grande Guerre, l’industrie peut s’appuyer sur des énergies non carbonées : dans le pays d’Olmes, une industrie du peigne très compétitive sur le plan international bénéficie de la présence ancienne de moulins hydrauliques, qui alimentent les machines de précision peu voraces en énergie (Bruno Evans). Au même moment, en Suisse, où la houille fait défaut, l’énergie hydraulique, flexible et à bas coût, encourage l’espoir d’une indépendance énergétique nationale (Cédric Humair). Dans le second XIXe siècle, les municipalités helvétiques incitent ainsi à recourir à la force hydraulique pour limiter les coûteuses importations de houille, ce qui conduit à développer des systèmes municipaux d’eau sous pression permettant d’alimenter infrastructures de transport et petites industries. En troisième et dernier lieu, les récits industrialistes triomphaux, qui font l’éloge de la houille et de la machine à vapeur, cohabitent avec des inquiétudes vives autour du risque d’épuisement des ressources minières, tandis que le tarissement des plus anciennes zones d’extraction charbonnière rend toujours plus nécessaire le développement de nouveaux fronts pionniers de l’extraction (Inde, Tanzanie, Brésil). Les maladies et les risques industriels, de même que les conflits sociaux, contribuent à ébranler les certitudes de l’économie charbonnière. En définitive, dès la veille de la Première Guerre mondiale, alors même que la plus grande partie du monde demeure à l’écart de l’économie industrielle minérale, certains observateurs s’interrogent déjà sur ses limites. L’analyse des flux de matière permet de montrer que l’éclairage en France a reposé très majoritairement sur la combustion d’huiles organiques plutôt que de gaz de houille durant tout le XIXe siècle (Jean-Baptiste Fressoz). Cela finit de convaincre que la focalisation sur les transitions énergétiques occulte souvent des mutations techniques discrètes (passage de la chandelle à la bougie) et des mutations économiques profondes (importation croissante d’oléagineux tropicaux). Au total, c’est aussi une « autre histoire » de l’industrialisation qui est proposée, à travers le prisme des enjeux énergétiques6.

3Dans les deux dernières parties du livre, Jarrige et Vrignon décrivent le XXe siècle comme celui d’une « Grande Accélération » de la conversion aux énergies minérales, les deux conflits mondiaux de la première partie du siècle ayant agi comme catalyseurs de la « dépendance des sociétés à l’égard d’une énergie bon marché et massivement disponible » (p. 199). À l’échelle globale, loin de se substituer les uns aux autres dans la seconde partie du siècle, comme pourrait le laisser supposer le récit linéaire d’un passage de l’« âge du charbon » à celui du pétrole puis à celui de l’atome, les combustibles minéraux se sont surajoutés les uns aux autres. Après 1945, le triomphe du pétrole dans les vieilles puissances industrielles a ainsi été concomitant de l’essor de l’exploitation charbonnière en Chine ou dans l’espace soviétique. De la même manière, dans les années 1970, les chocs pétroliers provoqués par les crises du Moyen-Orient ont encouragé les grandes puissances à accélérer le développement de l’énergie nucléaire pour faire face à la hausse des prix des hydrocarbures. Bien que le volume de leur consommation soit resté marginal durant toute la période, les énergies renouvelables demeurent cependant « un point de comparaison [systématique], voire de référence » (p. 220). D’une part, elles sont en permanence au cœur des débats sur les orientations énergétiques dominantes. À la veille de la Grande Guerre, en plein essor de l’automobile, différents techniciens français s’intéressent par exemple à l’usage de l’alcool comme carburant (Camille Molles). Les lobbies de la viticulture languedocienne, éprouvée par les crises, encouragent tout particulièrement les recherches sur l’alcool-carburant, avant que la Grande Guerre ne marque le point de départ d’une course mondiale aux forages pétroliers. Dans les années 1950, avant que la France ne devienne une puissance nucléaire, EDF (Électricité de France) et EGA (Électricité et gaz d’Algérie) tentent de développer l’énergie éolienne pour produire de l’électricité domestique, mais cette ambition technique est par la suite été abandonnée. D’autre part, l’intérêt pour les énergies renouvelables persiste dans le second XXe siècle dans les pays les moins industrialisés. En effet, le monde connaît longtemps plus ou moins tacitement une « division internationale du travail voulue par les pays du Nord » (p. 246), entre un pôle industriel septentrional, auquel étaient destinées les énergies minérales les plus puissantes, et un pôle agricole méridional, pour lequel les énergies plus douces étaient envisageables. Les pays peu industrialisés sont ainsi des haut-lieux des énergies renouvelables : avant la décolonisation, de nombreuses expérimentations énergétiques sont effectuées hors des métropoles, dans une ultime tentative de réformer les économies coloniales. À la veille des indépendances, le chimiste et physicien Félix Trombe, pionnier de l’énergie héliothermique souhaite par exemple ériger de « grands montages solaires » dans les zones désertiques du Maroc et de l’Algérie (Paul Bouet). Enfin, l’angoisse croissante de la pénurie des ressources fossiles encourage sans cesse a recherche de solutions alternatives. À cet égard, les années 1970 apparaissent comme une « parenthèse » (p. 272), durant laquelle de nombreuses solutions énergétiques alternatives ont été envisagées. Au cœur du Hainaut, par exemple, la fin des charbonnages conduit les autorités communales et régionales à s’intéresser à la géothermie (Pierre Tilly). Si cette ressource présente des avantages incontestables (ressource localisée qui n’implique pas de perte dans le transport), son caractère renouvelable reste en débat. Durant cette même décennie, le succès croissant de l’écologie et de la biologie fait naitre l’ambition de produire un « pétrole vert », c’est-à-dire une ressource énergétique issue de la biomasse (Christophe Bonneuil). C’est dans ce contexte que se sont développés les premiers OGM, pour tenter (en vain) d’améliorer la fixation de l’azote de l’air par les végétaux. Pour finir, durant ces mêmes années 1970, des militants de la gauche contestataire acquièrent une expertise sur les questions énergétiques dans le cadre de leur formation syndicale à la CFDT et proposent de décentraliser le système énergétique. Ces militants se retrouvent quelques années plus tard à la tête de l’Agence française pour la maîtrise de l’énergie (AFME), créée en 1982, mais peinent à « traduire un agir contestataire dans l’élaboration de politiques publiques », faute d’une véritable marge de manœuvre financière (Renaud Bécot, p. 339). Finalement, en dépit de toutes ces expériences, les décennies 1980-1990 ont marqué une orientation massive vers les énergies minérales, sous l’effet du contre-choc pétrolier et de l’arrivée à maturité des programmes électronucléaires. Cassant le sentiment rétrospectif d’irréversibilité de cette trajectoire énergétique tournée vers les combustibles minéraux, le livre s’attache cependant à montrer que cette « Grande Accélération » est moins un grand saut que la somme de nombreux pas en avant, au croisement de dynamiques socio-économiques et politiques.

  • 7 Sieferle Rolf Peter, Der unterirdische Wald. Energiekrise und Industrielle Revolution, Munich, C.H. (...)
  • 8 Voir par exemple un classique de l’historiographie américaine : Pomeranz Kenneth, The Great Diverge (...)

4Pour conclure, ce foisonnant ouvrage constitue un précieux instrument de travail sur l’histoire de l’énergie à l’époque industrielle et offre de riches bases de réflexion. L’analyse, qui redonne une place aux énergies non minérales, est particulièrement intéressante en ce qu’elle nuance le tableau d’une révolution industrielle qui aurait opéré le passage d’une « économie organique » à une « économie minérale »7. Bien plus, l’argumentaire de l’ouvrage opère un pas de côté vis-à-vis des démarches de l’histoire globale, souvent très innovantes parce que comparatives, qui s’appuient sur le tracé des courbes de l’énergie totale consommée, souvent à des échelles nationales ou macro-régionales8. Pour les auteurs, tout en étant « souvent bâti[e]s à partir d’estimations fragiles », ces mesures quantitatives « tend[ent] à rendre invisibles d’autres trajectoires, d’autres manières de mobiliser l’énergie » (p. 30). Au total, si certaines questions demeurent peu évoquées (par exemple, les aspects juridiques de l’histoire de l’énergie), on peut lire avec grand profit les contributions sous différents angles problématiques, comme la pénurie des ressources naturelles, l’articulation entre innovations techniques et mutations économiques, la spatialité des espaces extractifs et productifs ou encore la tension entre systèmes énergétiques centralisés et systèmes énergétiques décentralisés. Sans conteste, cet ouvrage nourrira également des réflexions citoyennes.

Haut de page

Notes

1 La postface du sociologue Alain Gras, auteur de plusieurs essais sur les questions énergétiques dont Le Choix du feu (2007), inscrit cependant la réception de l’ouvrage dans une dimension militante plus assumée, sensible à la thématique de la décroissance économique.

2 L’histoire énergétique de l’industrialisation est souvent schématisée en trois ères : l’« âge du charbon », l’« âge du pétrole » et l’« âge de l’atome ».

3 Cette sensibilité aux critiques des trajectoires énergétiques dominantes s’inscrit dans le prolongement du travail de François Jarrige sur l’histoire des critiques des techniques industrielles : Jarrige François, Technocritiques. Du refus des machines à la contestation des technosciences, Paris, La Découverte, 2014.

4 Cette journée d’études fut soutenue par le Centre Georges Chevrier (UMR 7366) et par le Réseau universitaire de chercheurs en histoire environnementale (Ruche).

5 Les auteurs s’appuient sur les travaux de Jan de Vries sur la « révolution industrieuse », sans revenir en détail sur son analyse ni sur les débats suscités par ses travaux : De Vries Jan, The Industrious Revolution. Consumer Demand and the Household Economy, 1650 to the Present, Cambridge, Cambridge University Press, 2008. Pour un aperçu des discussions autour de l’ouvrage, voir : Gérard Béaur (dir.), « Travail et niveau de vie ou la “révolution industrieuse” en débat », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 64, n° 4, 2017, disponible en ligne : https://www.cairn.info/revue-d-histoire-moderne-et-contemporaine-2017-4.htm.

6 L’ambition de réviser les récits historiographiques les plus ancrés dans les esprits se retrouve dans de nombreux travaux d’histoire environnementale : voir, par exemple, Céline Pessis, Sezin Topçu et Christophe Bonneuil (dir.), Une autre histoire des “Trente Glorieuses”. Modernisation, contestations et pollutions ans la France d’après-guerre, Paris, La Découverte, 2013.

7 Sieferle Rolf Peter, Der unterirdische Wald. Energiekrise und Industrielle Revolution, Munich, C.H. Beck, 1982. Traduction en anglais : The Subterranean Forest. Systems and the Industrial Revolution, Cambridge, The White Horse Press, 2001.

8 Voir par exemple un classique de l’historiographie américaine : Pomeranz Kenneth, The Great Divergence. China, Europe and the Making of Modern World Economy, Princeton, Princeton University Press, 2000. Traduction en français : Une Grande Divergence. La Chine, l’Europe et la construction de l’économie mondiale, Paris, Albin Michel, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élias Burgel, « François Jarrige et Alexis Vrignon (dir.), Face à la puissance. Une histoire des énergies alternatives à l’âge industriel », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 07 octobre 2020, consulté le 21 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/44487 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.44487

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search