Navigation – Plan du site

AccueilLireLes revues2020Sophie Bernard, Élodie Béthoux, É...

Sophie Bernard, Élodie Béthoux, Élise Penalva-Icher (dir.), Enquêter sur les rémunérations

Claire Federspiel
Enquêter sur les rémunérations
Sophie Bernard, Élodie Béthoux, Élise Penalva Icher (dir.), « Enquêter sur les rémunérations », Terrains & Travaux, n° 35, 2019, 182 p., Paris, ENS Paris Saclay.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Steiner Philippe, Les rémunérations obscènes, Paris, Zones, 2011 ; compte rendu de Frédérique (...)
  • 2 Pour un état des lieux, voir Georges-Kot Simon, « Écarts de rémunération femmes-hommes : surtout l’ (...)
  • 3 Voir Müller Torsten et Schulten Thorsten (dir.), « From Minimum to Living Wages – Lessons from Diff (...)
  • 4 Sur ce point, les auteures font référence aux théories de l’agence, en économie. Celles-ci considèr (...)

1Que dire des « niveaux proprement stratosphériques » des rémunérations perçues par des dirigeants de banques ou par des traders ?1 Pourquoi les écarts de rémunérations entre les femmes et les hommes subsistent-ils encore ?2 Peut-on concevoir des « salaires décents » ?3 Les interrogations à l’égard des rémunérations sont aujourd’hui nombreuses, tant leur forme et leur mode de régulation ont évolué ces dernières décennies. Sophie Bernard, Élodie Béthoux et Élise Penalva-Icher proposent de se saisir de cet objet tout en portant dessus un regard nouveau. En effet, selon elles, trop « longtemps, les rémunérations sont « resté[es] du côté des sciences économiques » et ont été définies comme des incitations monétaires individuelles (p. 13)4. Il est désormais temps que les sciences sociales se réapproprient cet objet et considèrent les rémunérations « dans toutes leurs dimensions » (p. 15), y compris sociale.

  • 5 Rappelons que la revue Terrains & Travaux se donne pour mission, dans sa présentation, de publier d (...)

2Pour ce faire, ce numéro propose au lecteur de chercher à comprendre comment les rémunérations se construisent, comment elles sont perçues par les salarié·e·s et dans quelle mesure elles reflètent et engendrent des inégalités (p. 8). Le dossier est composé de six articles. Chacun d’eux emmène le lecteur sur le « terrain ». Chaque auteur prend, en effet, soin de présenter son matériau d’enquête constitué, en partie, d’entretiens semi-directifs et d’observations. Le lecteur est ainsi transporté dans le monde artistique parisien, dans des entreprises québécoises, dans une grande entreprise française du secteur technique, dans le monde des élus politiques français, dans une start-up dédiée à la formation aux métiers numériques ou encore dans trois sociétés coopératives et participatives (SCOP). Le lecteur peut donc, sur des terrains très divers, observer le déroulement des négociations salariales et écouter ce qu’ont à dire les travailleurs, les employeurs ou encore les représentants patronaux et syndicaux, sur les rémunérations aujourd’hui. Ce parti pris méthodologique de la revue5 fait la grande richesse de ce numéro.

  • 6 Afin de rendre compte de la féminisation de la profession d’ « agents d’artistes », l’auteure a déc (...)

3Parmi les nombreux résultats d’enquête qu’apporte ce dossier, nous choisissons d’en présenter trois principaux. Premièrement, à rebours de la conception économique du salaire comme prix qui émerge spontanément de la rencontre entre l’offre et la demande sur le marché du travail, il est montré que les rémunérations se construisent dans des négociations qui se déroulent, de plus en plus, à un niveau local. L’article de Camille Dupuy et François Sarfati met en évidence ainsi la fabrique de « règles » encadrant les rémunérations en matière de hiérarchie et de progression salariales, dans une start-up. Delphine Naudier signale, dans son étude, qu’en l’absence de règles standardisées, les rémunérations se définissent directement dans l’interaction, en fonction « des rapports de pouvoir et des arrangements économiques et symboliques » (p. 40). Elle donne l’exemple des salaires et des cachets de personnels artistiques, qui sont le fruit de longues discussions entre les artistes, leurs agentes6 et des potentiels producteurs-financeurs de projet. Il est à noter que ces rémunérations sont toujours pensées au regard de celles des autres artistes : « [l]es rémunérations n’ont pas de valeur en soi, elles sont relationnelles » (p. 41). Cependant, outre cette régulation marchande, certaines rémunérations « font l’objet de régulations spécifiques » (p. 92). C’est le cas de la rémunération des élus politiques français, comme l’expliquent Didier Demazière et Rémy Le Saout. Les indemnités des élus sont définies formellement, par la législation (notamment, en fonction du type de mandat ou encore de la taille de la collectivité d’exercice).

4Deuxièmement, ce numéro démontre que le mode de régulation actuel des rémunérations n’est pas sans lien avec l’augmentation des inégalités économiques et sociales. Celles-ci peuvent émerger lors des négociations salariales. Delphine Naudier rappelle en effet que tous les acteurs n’ont pas le même pouvoir de négociation. Elle montre par exemple que les agentes d’artistes, selon qu’elles sont indépendantes ou non, agentes d’artistes débutants, ou directrices d’une agence avec une clientèle renommée, ne peuvent pas obtenir la même rémunération pour leurs artistes. Mélanie Laroche, Patrice Jalette et Frédéric Lauzon Duguay ajoutent, dans leur article, qu’au Québec, les futurs jeunes salariés sont de plus en plus victimes de disparités de traitement à l’issue des négociations salariales. Avec la décentralisation des négociations collectives, les auteurs observent que les syndicats sont en effet souvent amenés par les employeurs, qui raisonnent « à budget constant », à concéder des diminutions de salaire pour les nouveaux embauchés, cela afin de préserver les droits acquis des salariés en place. Les futurs jeunes salariés subissent ainsi la mise en place de systèmes de paie à deux niveaux (two-tier wage). Ce dossier montre également que l’État n’est pas encore parvenu à contrer cette montée des inégalités salariales. D’une part, comme en témoigne l’article de Didier Demazière et Rémy Le Saout, l’existence de règles formelles, fixées par l’État, n’est pas synonyme d’absence d’inégalités professionnelles. L’accès aux carrières politiques professionnelles reste, en lui-même, inégalitaire, si l’on tient compte des situations familiales et professionnelles différentes des élus. D’autre part, malgré les obligations imposées aux entreprises françaises en matière d’égalité professionnelle hommes-femmes, Clotilde Coron souligne l’effet des discriminations « indirectes » que subissent les femmes (notamment sous la forme d’un accès inégal à certaines responsabilités et donc à certaines rémunérations). Dans l’entreprise où elle enquête, c’est surtout la « discrimination directe » qui a été réduite (« payer moins une femme parce qu’elle est une femme »), pour le moment.

5Troisièmement, il ressort de ce numéro que ces disparités salariales ne sont pas nécessairement perçues comme « injustes », par les travailleurs eux-mêmes. La signification des rémunérations n’est pas donnée à l’avance. Plus précisément, pour Camille Dupuy et François Sarfati, elle dépend de « principes de justification ». Par exemple, dans la start-up qu’ils étudient, le rapport des travailleurs à leur rémunération se construit à partir d’une rhétorique « vocationnelle », « passionnelle » et/ou « utilitariste » (p. 122). Leurs enquêtés qui disposent de faibles rémunérations ne les trouvent pas pour autant « injustes », car ils voient aussi dans leur travail un moyen de « rendre service » à la collectivité, d’appartenir à un « groupe » de collègues ou encore d’acquérir des compétences, ce qui « fai[t] bien sur le CV ». Dans l’article d’Anne-Catherine Wagner, il apparaît également que « [l]’appartenance de classe conditionne […] la perception du sens de la rémunération et la croyance en sa légitimité » (p. 157). Ainsi, dans les SCOP, le fait de détenir des parts sociales dans l’entreprise, d’être un associé et de percevoir (ou non) des intérêts en plus d’un salaire n’a pas le même sens pour tous les coopérateurs. Pour certains, être associés et décider collectivement ne pas recevoir d’intérêts est vu comme un acte militant et, symboliquement, comme le signe d’une victoire ouvrière sur les actionnaires. Pour d’autres – souvent pour les nouveaux embauchés qui n’ont pas assisté à la création de la SCOP – la prise de participation au capital est considérée d’un point de vue strictement monétaire, c’est-à-dire comme un retrait sur salaire ou comme une condition pour être embauché.

6Ce numéro est, en définitive, un incontournable pour quiconque s’intéresse aux transformations à l’œuvre concernant les rémunérations, et plus particulièrement à l’individualisation croissante des salaires, à l’affaiblissement des négociations collectives de branche ou encore à la montée des inégalités salariales.

Haut de page

Notes

1 Voir Steiner Philippe, Les rémunérations obscènes, Paris, Zones, 2011 ; compte rendu de Frédérique Giraud pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/6563.

2 Pour un état des lieux, voir Georges-Kot Simon, « Écarts de rémunération femmes-hommes : surtout l’effet du temps de travail et de l’emploi occupé », Insee Première, n° 1803, juin 2020 ; disponible en ligne à l’adresse suivante : https://www.insee.fr/fr/statistiques/4514861.

3 Voir Müller Torsten et Schulten Thorsten (dir.), « From Minimum to Living Wages – Lessons from Different European Practices », Transfer, vol. 25, n° 3, 2019 p. 255-398 ; disponible en ligne à l’adresse suivante : https://journals.sagepub.com/toc/trsa/25/3.

4 Sur ce point, les auteures font référence aux théories de l’agence, en économie. Celles-ci considèrent en effet les rémunérations comme des incitations monétaires qui permettent à un « principal » (mandant) d’encourager « l’agent » (mandataire) à respecter ses engagements et de réduire ainsi le risque d’opportunisme. « [L]e grand succès des travaux de l’agence a […] contribué à imposer la notion d’incitation dans la pensée économique, mais aussi dans le monde de l’entreprise » et a ainsi eu un effet performatif (p. 14).

5 Rappelons que la revue Terrains & Travaux se donne pour mission, dans sa présentation, de publier des articles « ancrés dans des enquêtes empiriques » qui « donnent à voir les matériaux collectés et les méthodes mobilisées, tout en s’appuyant sur une solide réflexion théorique ».

6 Afin de rendre compte de la féminisation de la profession d’ « agents d’artistes », l’auteure a décidé de féminiser ce nom.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Federspiel, « Sophie Bernard, Élodie Béthoux, Élise Penalva-Icher (dir.), Enquêter sur les rémunérations », Lectures [En ligne], Les revues, mis en ligne le 08 octobre 2020, consulté le 28 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/44491 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.44491

Haut de page

Rédacteur

Claire Federspiel

Doctorante en histoire de la pensée économique (Université Paris 1) – Agrégée de Sciences économiques et sociales.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search