Navigation – Plan du site

Isabelle Berry-Chikhaoui, Agnès Deboulet, Laurence Roulleau-Berger, Jean-François Pérouse, Villes internationales. Entre tensions et réactions des habitants

Myriam Houssay-Holzschuch
Villes internationales
Isabelle Berry-Chikhaoui, Agnès Deboulet, Laurence Roulleau-Berger (dir.), Villes internationales. Entre tensions et réactions des habitants, La Découverte, coll. « recherches », 2007, 325 p., EAN : 9782707151940.
Haut de page

Texte intégral

1« Les restructurations urbaines et des marchés de l'emploi dans les villes internationales suscitent une mise en tension spécifique d'une fraction non négligeable des citadins » (p. 7) : cette, ou plutôt ces mises en tension sont explorées dans un ouvrage collectif, réalisé dans une optique pluridisciplinaire (sociologues surtout mais aussi géographes, urbanistes et anthropologues). Les lieux choisis sont avant tout des métropoles méditerranéennes (Jérusalem, Marseille, Barcelone, Naples, Tunis, Istanbul, Lisbonne, Beyrouth) mais aussi d'autres villes « globales » telles que Caracas, Mumbai, Pékin/Shanghai et les grandes villes japonaises. La plupart des villes étudiées jouent un rôle mineur dans l'économie globale, mais majeur dans les flux régionaux : ce sont largement des villes relais de la mondialisation.

  • 1 Voir notamment INDA J. X., ROSALDO R., 2002, The Anthropology of Globalization : a Reader, Oxford ( (...)
  • 2 « (...) prise dans le sens de processus de « globalisation économique » qui relaie le processus de (...)

2Ces restructurations décrivent bien entendu un processus global, mais qui donne naissance à une « combinaison extrêmement large de configurations sociopolitiques et sociospatiales et de réactions aux tensions suscitées » (p. 8). Chaque étude de cas est donc l'occasion de cartographier une configuration possible. Cette entreprise, qui revient à explorer la dialectique local/global, est partagée par bien d'autres travaux de sciences sociales, mais Villes internationales souhaite y apporter deux éléments originaux : d'une part, l'ouvrage souligne l'importance d'approfondir « les liens entre restructurations économique et urbaine, entre marché du travail et marché du logement » (p. 8) et tente de mettre en pratique cette double démarche, alors que les deux champs sont bien souvent étudiés séparément. D'autre part, il rejette les notions de globalisation et de mondialisation pour se focaliser sur la notion d'internationalisation. Les raisons avancées sont de dépasser les « paradigmes économiques » des autres termes et de prendre en compte une « vision constructiviste » (p. 9). Je ne sais si ce choix était nécessaire : la compréhension du terme de globalisation a largement été étendue au-delà du champ de l'économie1 et la définition donnée de l'internationalisation2 recoupe très largement la façon dont la globalisation est désormais entendue.

  • 3 OSMONT Annik, GOLDBLUM Charles (éds), 2003, Villes et citadins dans la mondialisation, Paris, Karth (...)

3Les changements urbains accélérés dont les villes sont l'objet se manifestent notamment par des logiques de projets et du marketing urbain, pour être le plus compétitif possible dans un marché urbain désormais international. Tous ces « mots d'ordre mondialisés concernant la gestion urbaine »3 masquent assez largement l'urgence des besoins citadins. En d'autres termes, proposés par Pedro José Garcia Sanchez dans sa très intéressante étude de Caracas, il s'agit ici de comprendre comment la « cité moderne peut se faire sur commande » (p. 171), et quelles sont les réactions des citadins.

  • 4 BERRY-CHIKHAOUI Isabelle, DEBOULET Agnès, 2001, Les compétences des citadins dans le Monde arabe. P (...)

4Dans la lignée des travaux précédents des éditrices4, les citadins sont présentés comme compétents, soit « capables d'infléchir le cours des choses en refusant de se couler strictement dans les propositions qui leurs sont faites et de modifier les univers de sens prescrits » (p. 10). Cette compétence aussi peut s'articuler dans la dialectique local/global. Le diagnostic confrontant cette « pragmatique urbaine » (Garcia Sanchez, p. 177) et les projets urbains est moins d'une dualisation sociale, plus d'une « segmentation des intérêts à agir » (p. 10).

5Les thématiques abordées au sein de cette problématique sont extrêmement variées. Citons, sans exhaustivité y compris pour les villes évoquées, quelques sujets stimulants : les restructurations urbaines, leurs discours et pratiques à Lisbonne, Marseille, ou Istanbul, où l'on assiste à la reformulation du vieux paradigme de la modernisation/occidentalisation pour tendre vers le modèle conjoint de Paris et Dubaï ; comment une grammaire de la violence s'est étalée dans la vie et l'espace urbain de Caracas et de Mumbai, en réponse à la fois à des émeutes et à la place croissante de la classe moyenne  ; les techniques de gouvernementalité et l'hétéronomie spatiale (la vie sociale et les citoyens sont gouvernés par des règles émises de l'extérieur) dont les citadins font l'apprentissage, ainsi que les petits agencements qu'ils mettent en place pour vivre à Jérusalem ; les trajectoires des pauvres et migrants récents, dont la visibilité est toujours un enjeu : Anatoliens rejetés, ouvriers de Pékin et Shanghai, circulations diasporiques à Barcelone ou Naples, lotisseurs dans une banlieue irrégulière de Beyrouth ou squatters marseillais développant des « compétences précaires » (Bouillon, p. 189).

6À l'image de Barcelone, ces tensions et réactions font apparaître des nouveaux acteurs « non plus comme des figurants muets au sein du décor que la ville cherche à projeter à l'extérieur (...) mais comme des acteurs en train de jouer sur une autre scène, dans un scénario parallèle et secondaire, qui ne recouperait que ponctuellement la trame principale » (Provansal et al., p. 116). Cet ouvrage en explore différentes modalités. Reste, toujours ouverte, la question de l'efficacité de ces petits agencements citadins et de la dissymétrie des pouvoirs agissant sur la ville - question dont la réponse est sans doute moins scientifique que politique.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment INDA J. X., ROSALDO R., 2002, The Anthropology of Globalization : a Reader, Oxford (UK), Malden (USA), Berlin, Blackwell, 2002.

2 « (...) prise dans le sens de processus de « globalisation économique » qui relaie le processus de destruction-création permanent du capitalisme, mais aussi circulation accrue d'influences, de références et de modèles, qui se veulent non pas hégémoniques ou coloniaux mais pluriels » (p. 10).

3 OSMONT Annik, GOLDBLUM Charles (éds), 2003, Villes et citadins dans la mondialisation, Paris, Karthala / GEMDEV, cité p. 17.

4 BERRY-CHIKHAOUI Isabelle, DEBOULET Agnès, 2001, Les compétences des citadins dans le Monde arabe. Penser, faire et transformer la ville, Paris, Karthala - IRMC - URBAMA.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Myriam Houssay-Holzschuch, « Isabelle Berry-Chikhaoui, Agnès Deboulet, Laurence Roulleau-Berger, Jean-François Pérouse, Villes internationales. Entre tensions et réactions des habitants », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2007, mis en ligne le 03 septembre 2007, consulté le 23 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/446

Haut de page

Rédacteur

Myriam Houssay-Holzschuch

Maître de conférences en géographie à l'ENS LSH et Visiting Research Scholar à Syracuse University (USA).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page