Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Jean Baubérot, Philippe Portier, ...

Jean Baubérot, Philippe Portier, Jean-Paul Willaime (dir.), La Sécularisation en question. Religions et laïcités au prisme des sciences sociales

Loïc Le Pape
La Sécularisation en question
Jean Baubérot, Philippe Portier, Jean-Paul Willaime (dir.), La Sécularisation en question. Religions et laïcités au prisme des sciences sociales, Paris, Classiques Garnier, coll. « Bibliothèque de science politique », 2019, 752 p., ISBN : 978-2-406-09733-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (UMR 8582) – laboratoire de l’EPHE et du CNRS.
  • 2 D’abord Jean Baubérot au moment de la création du GSRL en 1995, puis Jean-Paul Willaime, et actuell (...)

1Cet ouvrage publié dans la collection « Bibliothèque de science politique » des Classiques Garnier est imposant à plus d’un titre. Il l’est d’abord par son format (746 pages), sa table des matières (53 auteurs pour 44 contributions), son poids (presque 1 kilogramme) et son prix (49 euros) ! Il l’est ensuite par la diversité des contributions et l’ampleur du paysage intellectuel qu’il présente. Et il l’est enfin par son objet, que précise le sous-titre Religions et laïcités au prisme des sciences sociales. L’ouvrage présente ainsi une discussion savante et pléthorique des évolutions du religieux et de ses régulations dans les sociétés modernes et contemporaines, du XIXe au XXIe siècle. Issu du colloque anniversaire des vingt ans du GSRL1, il a été enrichi de contributions qui présentent à la fois l’histoire du laboratoire et un panorama complet de ses travaux. Composé de trois parties intitulées « explorer les laïcités », « étudier les religiosités », et « questionner les méthodes », il propose une succession d’études originales, de synthèses, et de souvenirs de recherches menées au GSRL – dont les trois directeurs de l’ouvrage ont successivement été à la tête2.

2Faute de pouvoir discuter en détails telle ou telle contribution, on présentera ici certains points de cette somme. En premier lieu, l’ouvrage montre comment le projet initial de Jean Baubérot – qui consistait à « sociologiser » la régulation du religieux par une sociohistoire des rapports États/religions – s’incarne et se prolonge dans un laboratoire, avec des chercheurs aux objets qui évoluent en même temps que le religieux. Au sein du GSRL, l’analyse des laïcités et du paradigme de la sécularisation devient ainsi un point de départ à de nouvelles recherches. Et l’ouvrage permet de comprendre les tensions qui animent ce laboratoire en tant que collectif de recherche. D’un côté est palpable une fidélité aux héritages, au premier rang desquels celui de Gabriel Le Bras et des fondateurs de l’école de sociologie des religions en France (H. Desroches, J. Maître, J. Séguy, E. Poulat, F.-A. Isambert). De l’autre transparaissent les transformations essentielles des sciences sociales du religieux depuis 20 ans : pluralisation des objets et des terrains, influence de la micro-histoire, tournant pragmatique, etc.

3En second lieu, l’ouvrage recense une diversité de traditions disciplinaires, d’approches, et d’objets. De la science politique à l’anthropologie, en passant par le droit ou encore la sociologie, y sont par exemple évoquées les histoires du catholicisme (C. Valasik, F. Gareli, M. Sevegran), du judaïsme (M. Cohen, S. Nordmann, P. Zawadzki) et de l’islam en France (D. Mameri-Chaambi, A. Bozzo, A. Ferrari). Mais on note également des recherches sur le genre (F. Rochefort), le droit et la morale (S. Mathieu, C. Proeschel, V. Zuber), l’enseignement (S. Teinturier), et la violence (D. Pelletier). En outre, une bonne part des contributions concerne le concept de laïcité, qui est décliné historiquement (P. Cabanel), par comparaison (A. Pérez-Agote, E. Martin-Meunier), ou via des disciplines apparemment plus éloignées du GSRL, comme les relations internationales (F. Mabille), la philosophie (V. Delecroix) ou le droit (A. Ferrari, M. Saporiti, P. Rolland).

  • 3 Seules 4 contributions abordent d’autres traditions – telles que le taoïsme et le bouddhisme en Chi (...)

4Enfin, l’ouvrage témoigne de l’ouverture progressive des frontières intellectuelles du GSRL. D’un côté, certes, les terrains se situent de manière privilégiée en Europe et en Occident, ainsi qu’en témoignent 33 contributions sur 44, et ils portent quasi-exclusivement sur les trois monothéismes3. Néanmoins, de l’autre, une internationalisation se donne à voir par des recherches menées au Mali (D. Jonckers), au Maghreb et dans le monde arabe (C. Arminjon, H.-M. Benkheira, P.-J. Luizard), ou encore en Chine (K. Schipper, D. Campo, V. Goossaert). De plus, l’ouvrage rend compte de la richesse des contacts universitaires noués au Brésil (M. A. Camurça), au Mexique (R. Blancarte), au Canada (M. Milot, E. Martin-Meunier), en Suisse (J. Stolz, C. Monnot) ou en Italie (V. Pace).

  • 4 Voir les belles contributions de A. Bellio sur la Calabre, de H. Benkheira sur la salafiyya en Algé (...)

5Sur le processus de sécularisation stricto sensu, le lecteur pourra pourtant rester sur sa faim. Il en est finalement peu question, tant les contributions présentées se situent au-delà de cette problématique théorique. On comprend au fil de la lecture que la sécularisation et les laïcités ont surtout été un point de départ collectif, un moyen d’ancrer un constat commun, puis de laisser les chercheurs déplier leur objet en fonction de leurs recherches. Et cela en devient une richesse, dans la mesure où la troisième partie « questionner les méthodes » fait montre de la diversité des prises des sciences sociales sur la religion et le religieux. Au final, chaque contributeur de l’ouvrage se place en filiation théorique avec la problématique séculière et en présente un prolongement par la nuance de ses propres constats et résultats4. Ce faisant, ils montrent que l’analyse de la sécularisation reste essentielle pour expliquer les soubresauts du religieux dans le monde contemporain.

6Ceci étant, l’ouvrage peine à établir que ce n’est pas tant un retour du religieux qu’une évolution radicale du regard scientifique sur le religieux qui se produit depuis 40 ans. En effet, les années 1990 ont été rythmées par la chute du mur puis de l’URSS, ainsi que la guerre civile en ex-Yougoslavie et en Algérie. Puis les années 2000 ont signé l’apogée d’Al-Qaeda, avec des attentats à New-York, Madrid, ou encore Londres. Et les années 2010 ont prononcé l’avènement de l’État islamique et des guerres civiles syrienne et irakienne. Ainsi, le religieux s’impose à la fois dans le champ politique et dans le champ scientifique. Mais la théorie de la sécularisation a réciproquement ancré dans les sciences sociales un ordre politique sans religieux, moderne et rationnel.

  • 5 Centre d’études interdisciplinaires des faits religieux, devenu centre d’étude en sciences sociales (...)

7In fine, on pourra aussi regretter le peu d’attention portée aux nouvelles générations qui perpétuent aujourd’hui l’héritage intellectuel du GSRL. Quels successeurs, et avec quels objets d’étude ? Par qui et comment sont formés les actuels effectifs étudiants et doctorants ? Plus qu’une histoire du laboratoire, l’ouvrage en présente une hagiographie sans conflits ni aspérités scientifiques et/ou politiques, ce qui est dommageable. Dans cette même veine, on regrettera donc l’absence de regards décentrés, qui auraient pu enrichir cette rétrospective : qu’ils soient concurrents mais voisins comme Danièle Hervieu-Léger et l’équipe du CEIFR5, ou qu’ils émanent d’interlocuteurs périphériques tels que l’équipe de Pierre Bourdieu, ou plus récemment Albert Piette. Ils et elles ont pourtant participé – par contacts, concurrences et par la disputatio – à l’évolution du GSRL.

  • 6 Entre autres, voir récemment Pierre Lassave, La sociologie des religions. Une communauté de savoir, (...)

8Ces remarques mises à part, l’ouvrage mérite lecture pour deux raisons. En présentant les travaux d’un GSRL élargi à ses proches et compagnons de route, le livre est un jalon central pour l’histoire en cours et à venir de la sociologie des religions, de ses objets et de ses acteurs – dans le sillage notamment des travaux de Pierre Lassave6. De plus, revenant sur un grand nombre de travaux menés depuis 20 ans, il dresse pour les étudiants et les non-spécialistes un panorama assez complet de ce que les sciences sociales font de l’objet religieux, de ses régulations et de ses transformations, ceci sans jamais renier quoi que ce soit à la scientificité.

Haut de page

Notes

1 Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (UMR 8582) – laboratoire de l’EPHE et du CNRS.

2 D’abord Jean Baubérot au moment de la création du GSRL en 1995, puis Jean-Paul Willaime, et actuellement Philippe Portier.

3 Seules 4 contributions abordent d’autres traditions – telles que le taoïsme et le bouddhisme en Chine, le chamanisme en Sibérie et le médiumisme en Calabre.

4 Voir les belles contributions de A. Bellio sur la Calabre, de H. Benkheira sur la salafiyya en Algérie, ou de M. Sevegrand sur les chrétiens marxistes.

5 Centre d’études interdisciplinaires des faits religieux, devenu centre d’étude en sciences sociales du religieux (CESOR) en 2015.

6 Entre autres, voir récemment Pierre Lassave, La sociologie des religions. Une communauté de savoir, Paris, EHESS, 2019 (recensé par Chloé Mathys pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/39507).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Loïc Le Pape, « Jean Baubérot, Philippe Portier, Jean-Paul Willaime (dir.), La Sécularisation en question. Religions et laïcités au prisme des sciences sociales », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 13 octobre 2020, consulté le 21 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/44741 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.44741

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search