Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Mathilde Larrère, Rage against th...

Mathilde Larrère, Rage against the machisme

Denis Saint-Amand
Rage against the machisme
Mathilde Larrère, Rage against the machisme, Bordeaux, éditions du Détour, 2020, 224 p., illustrations de Fred Sochard, ISBN : 979-10-97079-63-5.
Haut de page

Texte intégral

1Historienne du XIXe siècle, Mathilde Larrère est spécialiste des relations que les citoyens entretiennent avec l’État et des stratégies de maintien de l’ordre (sa thèse portait sur la garde nationale sous la monarchie de Juillet). Depuis plusieurs années, elle utilise volontiers Twitter, où elle se présente comme partisane d’une « histoire émancipatrice » et « militante féministe », et où elle poste des chroniques, notules et autres prises de position suivies à ce jour par plus de 90 000 abonnés (audience faramineuse pour une chercheuse française en sciences humaines). Si le monde universitaire a bien des raisons de refuser que la visibilité sur les réseaux sociaux devienne un critère d’évaluation de l’enseignement et de la recherche, cette présence en ligne participe, chez Mathilde Larrère, d’un projet de vulgarisation scientifique qu’elle développe à l’occasion de collaborations avec le monde journalistique (Arrêt sur images, Mediapart, Politis) et qu’elle poursuit aux Éditions du Détour, après y avoir publié Il était une fois les révolutions en 2019, en colligeant dans Rage against the machisme les hauts faits de « l’histoire des luttes des femmes, en France, sur plus de deux siècles » (p. 8).

  • 1 Le positionnement de l’autrice est limpide : « Si, comme femmes, il y a des situations dans les rel (...)

2Le titre calembouresque du volume est emblématique : en détournant le nom d’un groupe musical des années 1990, Rage Against the Machine, aussi célèbre pour son énergie et sa capacité à défier les étiquettes génériques traditionnelles (rencontre inédite entre le rap et le métal) que pour ses engagements politiques (notamment en faveur de la libération du journaliste et militant afro-américain Mumia Abu-Jamal), Mathilde Larrère mise d’emblée sur un mode d’énonciation à la fois militant et malicieux, que les illustrations de Fred Sochard supportent au fil de l’ouvrage. Ces deux régimes énonciatifs, entremêlés, suffiront sans doute à rebuter certains lecteurs : l’autrice en est tout à fait consciente et assume crânement ce choix stylistique, qui fonctionne bien dans le présent cadre. Il se manifeste dès les premières pages, au détour d’une épigraphe explicite (« On se lève. On se casse. On gueule. On vous emmerde. – Virginie Despentes, Libération, 1er mars 2020 ») et d’un incipit situé le soir du 7 mars 2020, veille d’une Journée internationale des droits des femmes – « que d’aucuns persistent à appeler la “Journée de la fâââââme” (et des robots ménagers) », p. 3) – lors d’une manifestation nocturne féministe : quelques jours après avoir dû endurer l’insulte du César décerné à Roman Polanski, plusieurs militantes sont gazées et matraquées par la police ; aux côtés de l’autrice, une amie choisit d’y voir une preuve qu’on les prend « enfin au sérieux ». L’ironie, l’enthousiasme et la hardiesse de l’autrice infléchissent son propos ; ils contribuent à l’efficacité d’un livre fondé sur une perspective intersectionnelle1 et qui ne se destine pas forcément au milieu académique, tout en tirant parti d’une documentation, d’une rigueur et d’une maîtrise qui lui permettent de briller par sa hauteur de vue et son amplitude.

  • 2 « On a longtemps dit que les femmes réglées font tourner la mayonnaise, louper les salaisons. Jusqu (...)
  • 3 Depuis le fait que les tampons et serviettes hygiéniques étaient considérés comme produits de beaut (...)
  • 4 Ainsi de l’article 213 (« Le mari doit protection à sa femme et la femme doit obéissance à son mari (...)

3L’essai est construit en onze volets, qui vont de prolégomènes relatifs à l’invisibilisation des femmes dans l’histoire (remarques inaugurales permettant à Mathilde Larrère de souligner le rôle joué dans un mouvement de reconquête symbolique par Michelle Perrot, Annie Kriegel, Madeleine Rebérioux et Rolande Trempé, nommées professeures d’histoire à l’université dans les années 1970, et d’évoquer le courant étatsunien « appel[a]nt à faire de l’“Herstory” à la place de l’“History” », p. 18) jusqu’à un chapitre intitulé « Notre corps, nous-mêmes », dans lequel l’historienne revient sur différents mécanismes ayant entretenu la dissimulation du corps féminin (ainsi des deux tabous du clitoris, qui « disparaît des traités anatomiques et même du dictionnaire » au XIXe siècle, p. 188, et des règles, sources à la fois de peurs irrationnelles2 et d’injustices profondes3) et sur l’espace des possibles de sa réappropriation. Entre ces deux pôles, Mathilde Larrère offre des repères sur les stratégies adoptées au cours des deux derniers siècles par l’Église, le patronat, la médecine et la Justice, soutiens d’une vision du monde patriarcale, pour contraindre les femmes et entretenir leur subordination, de même qu’elle interroge les régimes spécifiques de colonisation qu’elles ont eu à subir (les pages sur l’Algérie française, en particulier, sont aussi claires que percutantes). Mais ce livre est surtout une histoire de luttes et de victoires, de révolte et d’émancipation : il revient sur les rôles des femmes dans la Révolution française et sur les barricades érigées lors des grandes révoltes du XIXe siècle, sur la place assignée aux femmes par le code civil4 et sur leur combat pour s’en affranchir, sur ceux qu’elles ont mené pour obtenir le droit à l’éducation, le droit de voter, le droit d’être reconnues comme travailleuses, le droit de « s’occuper de leurs ovaires » (c’est-à-dire de se libérer des injonctions à la procréation ou à la limitation des naissances, p. 142) et sur celui qu’elles continuent à mener contre les agressions sexuelles, « pour que la peur change de camp » (p. 168).

4Ce panorama est nourri par l’analyse informée de moments-clefs comme la grève des ovalistes à l’été 1869, la publication dans Le Nouvel Observateur du « Manifeste des 343 » en avril 1971 ou les occupations par des prostituées de l’église Saint-Nizier à Lyon et de la chapelle Saint-Bernard de Montparnasse à Paris, en 1975, à la suite de plusieurs assassinats de leurs consœurs et alors que se discutait un projet de loi visant à condamner les récidivistes du racolage passif à des peines de prison. L’autrice se distingue également par sa capacité à livrer des synthèses denses et probantes, notamment sur l’imaginaire social misogyne du XIXe siècle, à l’aune des écrits de Balzac (p. 48), sur le conflit entre arguments universalistes et différentialistes dans la conquête du droit de vote (p. 76), sur les enjeux du port du haïk comme instrument de résistance à l’assimilation forcée (p. 130). Tout au long de l’ouvrage, Mathilde Larrère dépeint avec alacrité une impressionnante galerie d’héroïnes : ce sont des figures comme la Communarde Louise Michel, la sociologue Kimberlé Williams Crenshaw, théoricienne de l’intersectionnalité, et l’avocate Gisèle Halimi, bien sûr, mais aussi Marguerite Durand, fondatrice du journal La Fronde, « entièrement rédigé, composé, fabriqué, administré, distribué par des femmes » (p. 84) et sa sœur d’armes Madeleine Pelletier, défenseuse du service militaire pour toutes et tous afin de promouvoir l’autodéfense féministe ; Joséphine Pencalet, ouvrière et syndicaliste bretonne à la tête de la grande grève de Douarnenez, durant l’hiver 1924-1925 ; ou encore Djamila Bouhired, combattante du Front de libération nationale, dont l’engagement permettra de révéler au grand public les tortures commises par l’armée française en Algérie.

5L’une des spécificités de l’ouvrage tient à sa dimension polyphonique : en plus de ponctuer son propos de slogans et citations placés en exergue (empruntés tantôt aux œuvres et discours de féministes célèbres, tantôt aux tags, banderoles et collages de militantes anonymes), Mathilde Larrère intègre à la fin de chaque chapitre un choix de textes relatifs aux problématiques qui viennent d’être explorées. On croise de cette façon le désormais célèbre test de Bechdel-Wallace, qui permet d’interroger le sexisme d’une fiction, les réflexions d’Hubertine Auclert sur « Les Contrats de mariage » publiées en 1881 dans La Citoyenne, un « florilège de raisons bien pourries opposées aux femmes qui voulaient voter ou être élues » (p. 86-88), ou la chanson terrible d’Anne Sylvestre « Douce maison », allégorie d’un viol. L’ensemble est complété par une chronologie des grandes étapes de la lutte féministe en France depuis 1791 et par une bibliographie commentée, utile et bienvenue, qui oriente vers des références permettant de prolonger l’exploration des différentes thématiques abordées.

6En définitive, ce volume de vulgarisation se présente comme une synthèse solide, dynamique et stimulante sur l’histoire des luttes féministes en France : destiné à un public néophyte et curieux, l’ouvrage ne déparerait pour autant pas dans les bibliothèques des spécialistes de la question. Il s’agit donc d’un support efficace pour présenter une première approche transversale des combats féministes, et d’un livre à faire circuler.

Haut de page

Notes

1 Le positionnement de l’autrice est limpide : « Si, comme femmes, il y a des situations dans les relations avec les hommes qu’elles pourront toutes partager, le risque est bien plus grand pour une femme d’être discriminée, stigmatisée, violentée, maltraitée par la justice, invisibilisée et silenciée si, en plus d’être femme, elle n’est ni riche, ni blanche, ni de nationalité française, ni hétérosexuelle » (p. 9).

2 « On a longtemps dit que les femmes réglées font tourner la mayonnaise, louper les salaisons. Jusqu’à la fin du XIXe siècle, dans le Nord de la France, les femmes menstruées n’ont pas le droit d’entrer dans les raffineries au moment de l’ébullition et du refroidissement du sucre, de crainte qu’elles ne le fassent noircir » (p. 183).

3 Depuis le fait que les tampons et serviettes hygiéniques étaient considérés comme produits de beautés jusqu’en 2016, et dès lors assujettis à une TVA à 20% jusqu’au peu d’attention portée à l’endométriose, découverte en 1860, mais trop peu étudiée depuis lors et encore largement méconnue.

4 Ainsi de l’article 213 (« Le mari doit protection à sa femme et la femme doit obéissance à son mari »), que Napoléon souhaitait qu’on lise lors des cérémonies de mariage car « il importe dans un siècle où les femmes oublient le sentiment de leur infériorité de leur rappeler avec franchise la soumission qu’elles doivent à l’homme qui va devenir l’arbitre de leur destinée » (p. 40-41).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Saint-Amand, « Mathilde Larrère, Rage against the machisme », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 18 octobre 2020, consulté le 04 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/44828 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.44828

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search