Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Kathleen Tamisier, La famille en ...

Kathleen Tamisier, La famille en révolution. Sexe, amours et déceptions

Alexandre Eyries
La famille en révolution
Kathleen Tamisier, La famille en révolution. Sexe, amours et déceptions, Paris, L'Harmattan, coll. « Des hauts et débats », 2020, 248 p., ISBN : 978-2-343-20227-3.
Haut de page

Texte intégral

1Le nouveau livre de la sociologue Kathleen Tamisier s’assigne pour tâche de réinterroger le sacro-saint modèle tripartite de la famille « PME » (Papa Maman Enfant) à l’aune des profondes révolutions sociétales, parentales mais aussi conjugales qui sont venues battre en brèche nos certitudes en la matière. Depuis de nombreuses années, les Cassandre de mauvais augure de tous ordres ne cessent de brandir la menace d’une disparition de la famille, et les termes ne manquent pas : « décomposition familiale, dissolution des liens traditionnels, individualisme, désamour, guerre des sexes, crise des valeurs traditionnelles » (p. 9). Depuis les années 1970, dans les pays occidentaux, les divorces ont connu une progression exponentielle et l’union libre et le PACS concurrencent de plus en plus fortement le modèle marital. Le « collectif intime » qu’était la famille, selon l’expression de François de Singly, est de moins en moins intime et collectif ; en revanche, la famille est de plus en plus en vogue médiatiquement. Indéniablement, elle fascine et elle agace autant qu’elle étonne. Se fondant sur l’analyse sociologique de nombreux documents et témoignages, cet ouvrage souhaite prendre acte du péril qui pèse sur la famille. Kathleen Tamisier aspire à montrer « de manière claire et documentée la famille telle qu’elle se définit aujourd’hui : multiple, fragile, incertaine et cependant vitale pour l’équilibre des individus et de la société » (p. 10). L’essor des familles monoparentales et recomposées atteste incontestablement de l’effervescence actuelle autour des nouvelles tendances et des modèles alternatifs en matière de conjugalité et de parentalité (homoparentalité, monoparentalité, « polyamour », « no sex », PMA, GPA, etc.).

2Composé de treize chapitres respectivement consacrés au célibat, à la rencontre amoureuse, à l’union libre, à la vie de couple, aux fiançailles, au mariage, à l’arrivée des enfants, à la table familiale, à la désillusion conjugale (rupture et divorce), à la monoparentalité, à la recomposition familiale et à la (fausse) bonne idée du remariage, cet ouvrage alterne analyses sociologiques, intuitions citoyennes et commentaires grand public marqués au coin d’une expérience personnelle, et c’est ce qui en fait toute l’originalité.

3Le premier chapitre, portant sur le célibat, est l’occasion rêvée pour l’auteure de réactiver la figure romanesque et drolatique de Bridget Jones, cette trentenaire célibataire à la vie constellée de situations fâcheuses et d’anecdotes toutes plus embarrassantes les unes que les autres. Plus qu’un personnage de fiction, Bridget Jones est le symbole et l’incarnation du célibat accepté et vécu avec philosophie : « fini le temps où les catherinettes étaient raillées et les vieux garçons tournés en ridicule. Aujourd’hui, les célibataires s’assument et certains n’hésitent pas à vanter les mérites de la vie en solo. Sans en faire pour autant un projet de vie » (p 26). Les célibataires savent faire preuve d’une belle dose d’autodérision, comme en témoigne la vogue des t-shirts floqués de la mention « je suis célibataire » arborés avec humour sur les plages et dans les rues l’été dernier.

4Le second chapitre prend pour objet la rencontre amoureuse qui est, selon les scientifiques, la résultante de l’action cumulée de trois phénomènes : l’envie sexuelle, l’attraction physique (cela correspond à la phase de la passion) et l’attachement (qui coïncide avec le début de l’engagement). Le coup de foudre est décrit comme « quelque chose de si fort, si troublant, si entier, si incandescent qu’il est difficile de lui résister. Il ne répond à aucune logique. C’est une déflagration, une explosion des certitudes. Tomber amoureux, c’est s’abandonner à quelqu’un qui arrive au bon moment pour vous remettre debout » (p. 50). Rappelons que, selon la célèbre phrase de Roland Barthes, tomber amoureux c’est très souvent tomber amoureux de l’amour plutôt que de quelqu’un d’autre réellement. Si la rencontre amoureuse demeure une opération quasiment alchimique (qu’est-ce qui conduit deux personnes encore inconnues quelque temps auparavant à vivre ce moment quasiment irrépressible de cristallisation d’un sentiment amoureux et/ou d’un désir sexuel ?), tout ne se résume pas nécessairement à une compatibilité et à une endogamie sociologique, comme tendent à le laisser penser les sites de rencontre qui exploitent pleinement les possibilités d’un libéralisme relationnel tournant à plein régime. Contre l’algorithmisation des sentiments et des relations, il est peut-être bon de rêver sinon au prince charmant, du moins à la belle rencontre, même s’il faut raison garder. Selon une étude réalisée en 2014 auprès de 2 000 enquêtées britanniques, « une jeune femme ne trouveraient généralement l’amour, le vrai, qu’après avoir embrassé une quinzaine d’hommes, couché avec quatre coups d’un soir, vécu deux longues relations, subi quatre rendez-vous apocalyptiques, avoir été trompée par au minimum un partenaire et eu le cœur brisé au moins deux fois » (p. 83).

5D’autres adoptent des modes de fonctionnement affectifs pour le moins alternatifs, en choisissant d’être ensemble sans vivre ensemble sous le même toit : ce sont celles et ceux qu’on appelle les LAT (Living Appart Together, soit « vivre ensemble séparément »), comme l’écrit Kathleen Tamisier dans le chapitre 3. Ce sont des couples non cohabitants, couples TGV, couples turbo qui partagent un certain nombre de choses (restaurants, cinéma, sorties avec des amis), mais qui gardent tout de même chacun de leur côté leur espace de vie, leurs sorties, leurs activités plus personnelles ou solitaires, ce que le sociologue Serge Chaumier appelle « l’amour fissionnel », par opposition à l’amour fusionnel. Un nouveau monde amoureux se dessine qui voit le sex-friend (aussi dénommé pote de baise ou encore plan cul régulier) apparaître unanimement comme la relation partenariale idéale fondée sur le partage d’une intimité et de bons moments mais qui ne débouchent jamais sur une relation durable : « quelque part entre le plan cul et l’amour, les amitiés sexuelles redistribuent les cartes du jeu amoureux. […] les fluides s’échangent sans sentiments et on rentre chez soi. Bienvenue chez les ratés du cœur, les adeptes du sexe sans lendemain » (p. 88).

6Dans le chapitre 11, l’auteure aborde la thématique de la recomposition familiale au gré des aléas de la vie de celles et ceux qui précisément aspirent à la refaire, à la recréer. Les fameuses familles recomposées – qui se sont agrégées souvent grâce aux rencontres effectuées à l’école des enfants respectifs – sont des objets de projection fantasmatique qui ne correspondent pas toujours à la réalité vécue par certaines belles-mères, lessivées par des années de conflits avec les enfants de leur nouveau compagnon (les accusant d’être des briseuses de couples et des voleuses de père) : « la nouvelle compagne ne sera jamais acceptée par les enfants de son nouveau compagnon. Pendant les week-ends, les vacances, toute sa vie durant, elle subira leur hostilité. Aussi dévouée soit-elle, elle sera toujours rejetée » (p. 216). Aspirant à réhabiliter quelque peu le statut de la belle-mère si souvent renvoyé à la figure autofictionnelle de la Folcoche d’Hervé Bazin, Kathleen Tamisier fait de la belle-mère une incarnation de notre société précaire à tous niveaux : « dans une époque où rien n’est sûr, professionnellement, sentimentalement, elle est aux avant-postes. On lui demande de faire un incessant travail sur soi, de ne rien attendre de stable. Elle est un peu à la mère ce qu’un CDD est à un CDI : un être doté d’un statut flottant, incertain » (p. 219).

7Dans la conclusion de son ouvrage, l’auteure rappelle à juste titre que la famille est le premier espace de socialisation, de légitimation et de construction identitaire, le théâtre social et symbolique duquel on aspire à retirer fierté et sentiment d’appartenance, force et réassurance face aux aléas et aux péripéties de la vie. Même lorsqu’il y a des frictions, « la famille est ce socle affectif vers lequel on revient toujours, où on ne sera pas jugé et où on se sentira en sécurité. Une solidarité inconditionnelle qui rassure » (p. 236). Lorsque, par contre, elle n’assure pas cette présence réconfortante, il est légitime de ressentir de la frustration, de la souffrance et de la colère puisque la famille est censée concourir à notre équilibre personnel, intérieur et social. Entre rejet, recomposition et spéculation, la famille nouvelle génération se conçoit continûment au futur pluriel, tant nos attentes sont fortes à son égard. Pourtant, comme le rappelle judicieusement Kathleen Tamisier, « la famille parfaite, c’est un peu comme l’homme ou la femme idéal(e). C’est une pure fiction. Il n’y a pas de famille modèle » (p. 239). Il n’y a que des familles à ré-inventer, et parfois les circonstances tragiques y invitent paradoxalement. La crise sanitaire induite par la propagation de la Covid19 et le confinement qui a été décidé pour l’endiguer ont mis les familles à l’épreuve d’une nécessaire reconfiguration des rapports sociaux intrafamiliaux : « on se retrouve confinés ensemble, on apprend à se redécouvrir, on apprend à se reconnaître et parfois se connaître… Des huis-clos familiaux qui ont parfois été étouffants et souvent régénérants. Se retrouver tout court, se ré-apprendre… » (p. 242).

8Cet ouvrage n’a pas d’ambitions théoriques démesurées, cependant il s’avérera une boîte à outils et une grille de lecture précieuses pour toutes celles et ceux qui s’interrogent sur les métamorphoses familiales actuelles, en quête de clés de compréhension. Maillé d’analyses fines en lien direct avec notre réalité sociale quotidienne et recelant des anecdotes drôles ou touchantes, ce livre nous invite à réfléchir, chacune et chacun dans le secret de nos foyers et de nos cœurs, à cette famille qui, à l’instar de la culture, demeure dans l’individu quand il a tout oublié et constitue un phare dans la nuit. Et ce n’est pas là le moindre de ses mérites.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Eyries, « Kathleen Tamisier, La famille en révolution. Sexe, amours et déceptions », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 22 octobre 2020, consulté le 01 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/44903 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.44903

Haut de page

Rédacteur

Alexandre Eyries

Enseignant-chercheur HDR en sciences de l’information et de la communication à l’Université de Bourgogne Franche-Comté (alexandre.eyries@u-bourgogne.fr).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search