Navigation – Plan du site

Actes de la recherches en sciences sociales, n° 169, 2007

Igor Martinache
Varia
« Varia », Actes de la recherches en sciences sociales, n° 169, 2007, Seuil, EAN : 9782020917704.
Haut de page

Texte intégral

1Une fois n'est pas coutume, le dernier numéro de la revue fondée par Pierre Bourdieu n'est pas consacré à un thème particulier, mais propose un « varia », c'est-à-dire des articles a priori épars. A priori car, à y regarder de plus près, on peut trouver plusieurs points communs aux différents textes proposés à notre lecture. Leur proximité conceptuelle et méthodologique avec la sociologie bourdieusienne est bien évidemment la première d'entre elle. Mais c'est encore et surtout le projet cher à l'auteur de La Distinction de dévoiler les structures du monde social à travers la mise en évidence d'habitus incorporés par les agents que l'on retrouve dans chacun de ces travaux, consacrés pourtant à des sujets aussi variés que l'accueil des demandeurs d'asile en préfecture, l'ambivalence des relations conjugales dans le système d'incarcération massive des Etats-Unis, la mise en évidence de la dimension éminemment politique des sondages d'opinion, la conception de la Vespa ou encore une lecture sociologique d'un roman de Balzac !

2Dans un article à bien des égards édifiant, intitulé « l'asile au guichet », Alexis Spire relate ainsi son observation participante du travail des employés d'une préfecture chargés d' « accueillir » les demandeurs d'asile. Il s'est ainsi lui-même fait embaucher au guichet d'une préfecture, ce qui, le jeu de mots est facile, lui a fourni un poste d'observation d'autant plus privilégié qu'il était en apprentissage. Rien de mieux pour comprendre comment se « fabrique » un tel agent. La première chose qu'il remarque ainsi, c'est la relégation dont est frappé le service d'accueil des demandeurs d'asile, tant du point de vue spatial - des lieux vétustes isolés au fond de la préfecture-, que de celui du recrutement des agents - majoritairement d'extraction populaire, d'un faible niveau d'études, et dotés d'un statut d'emploi précaire. L'auteur met également en évidence le processus de socialisation particulier à la profession de guichetier, une véritable « conversion » après laquelle la priorité devient le « maintien de l'ordre », ainsi que l'atteinte d'objectifs statistiquement mesurés. Se noue ainsi une « relation bureaucratique inversée » où l'usager se retrouve dans une position de faiblesse particulièrement marquée, autrement dit soumis à l'arbitraire pratiquement sans limite du personnel administratif. En mettant ainsi en évidence la structure des relations à l'oeuvre dans ce type de service, Alexis Spire montre bien que des enjeux éminemment politiques s'insinuent dans ce qui apparaît souvent comme la simple application bureaucratique des lois et règlements.

  • 1 Voir la définition qu'il en donne dans son ouvrage classique : Asiles, étude sur la condition socia (...)
  • 2 Sur cette évolution qui ne concerne pas que les Etats-Unis, on peut consulter le numéro n°124 des A (...)

3Megan Comfort livre pour sa part le résultat de neuf mois d'enquête de terrain intensifs menés au parloir de la prison d'Etat de San-Quentin au nord de la Californie. Elle y a plus particulièrement étudié les relations conjugales entre détenus et femmes en liberté. Son constat principal est que ces dernières expérimentent ce qu'elle appelle une « prisonisation secondaire », c'est-à-dire un « processus de socialisation aux normes carcérales et à la soumission au contrôle pénal », dérivé en quelque sorte de celui que leurs conjoints traversent dans cette « institution totale » -au sens d'Erving Goffman1- qu'incarne la prison. Présentant divers cas, où l'incarcération a eu pour conséquence de « sauver » la relation conjugale quand elle n'a pas permis la rencontre elle met en évidence comment les femmes recourent aux institutions carcérales dans un contexte de recul de l'Etat social, remplacé par l'expansion massive d'un Etat pénal2. Mais, rappelle-t-elle à la fin de son article, si les femmes des classes populaires tirent certains bénéfices de la mise en détention d'un compagnon dangereux n'implique en aucun cas que l'incarcération de masse constituerait un remède social somme toute efficace. Ce serait en effet oublier que ces « bénéfices » sont largement dépassés par les effets destructeurs sur les liens sociaux qu'entraîne l'emprisonnement.

  • 3 Voir notamment Faire l'opinion : le nouveau jeu politique, Minuit, 1990

4Dans son article, Antoine Rémond revient lui sur la réforme des retraites de 2003. Un sujet d'une actualité toujours brûlante. Mais c'est avant tout pour en analyser le traitement par les journaux via la publication massive de sondages d'opinion. Dans la lignée des travaux de Patrick Champagne3, le chercheur s'applique à détecter les nombreux biais dans la réalisation de ces enquêtes, mais aussi dans leur interprétation journalistique. Les commentateurs se drapent en effet bien souvent derrière l'aura présumée de neutralité que leur confèrent les sondages alors même qu'ils revêtent une dimension politique forte. Pour montrer l'importance du biais sondagier, Antoine Rémond exploite ainsi les résultats d'une enquête bien moins médiatisée que celles des grands instituts privés : celle de la DREES, qui vient largement contrecarrer les idées reçues véhiculées par celles-là. Il s'attache ensuite dans un dernier moment à démontrer pourquoi la seule solution possible aux dires des gouvernants, à savoir augmenter la part des retraites par capitalisation, s'avère peu crédible, au regard notamment des dernières évolutions boursières.

5Nouveau changement de décor avec Andrea Rapini, qui s'emploie pour sa part à retracer une histoire sociale de la Vespa. A l'instar des « mondes de l'art » mis en évidence par Howard Becker, l'auteur vient montrer en quoi le développement du fameux scooter italien est loin d'être le fruit du binôme tant vanté de l'inventeur et de l'industriel. Il s'agit bien au contraire de repérer les influences réciproques entre de multiples ingénieurs dans différents pays, le rôle joué par la concurrence en matière d'innovations industrielles qui s'est jouée dans les années 1930 entre l'Allemagne nazie et l'Italie fasciste, ainsi que celui de la trajectoire sociale particulière de l'inventeur de la Vespa, Corradino d'Ascanio. Autant de facteurs qui ont favorisé l' « autonomisation d'un champ international de production industrielle » du scooter, né en quelque sorte par défaut dans l'interstice laissé par les productions automobile et aéronautique.

  • 4 Voir de ce dernier Pour Albertine. Proust et le sens du social, Seuil, « Liber », 1997

6Enfin, Paul Lagneau-Ymonet clôt ce numéro par une analyse sociologique de Ferragus d'Honoré de Balzac, qu'il qualifie de « sociologie-fiction » de la confiance. Reprenant la perspective amorcée par Jacques Dubois4, l'auteur s'applique ainsi à montrer en quoi le roman balzacien vaut moins pour sa description somme toute sommaire du monde de la finance parisien que pour sa capacité à rendre compte de l'affirmation sociale d'une profession alors balbutiante, celle d'agent de change. Celle-ci a su en effet faire valoir sa « qualité d'honneur social » très largement fondée sur la confiance, aussi bien professionnelle que personnelle dont doivent faire preuve ses membres. A travers l'histoire des deux protagonistes, Clémence et Jules Desmarets, dont le second est justement agent de change à la bourse de Paris, Balzac établit en effet une étroite analogie entre la confiance amoureuse et le crédit en affaires. Mais leur destinée tragique révèle aussi, selon l'analyse de Paul Lagneau-Ymonet, qu'il faut se méfier des illusions de fortune tragique. Et la figure du père de Clémence, forçat en quête d'honorabilité, rappelle qu'au contraire de certaines fortunes, une identité sociale réclame un temps bien long pour se construire. Ce ne sont pas les sociologues qui le contrediront.

Haut de page

Notes

1 Voir la définition qu'il en donne dans son ouvrage classique : Asiles, étude sur la condition sociale des malades mentaux, Minuit, 1968

2 Sur cette évolution qui ne concerne pas que les Etats-Unis, on peut consulter le numéro n°124 des Actes de la Recherche en sciences sociales, « De l'État social à l'État pénal » (septembre 1998) ou les ouvrages de Loïc Wacquant, notamment Les prisons de la misère, Raisons d'agir, 1999.

3 Voir notamment Faire l'opinion : le nouveau jeu politique, Minuit, 1990

4 Voir de ce dernier Pour Albertine. Proust et le sens du social, Seuil, « Liber », 1997

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Actes de la recherches en sciences sociales, n° 169, 2007 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2007, mis en ligne le 15 octobre 2007, consulté le 16 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/450

Haut de page

Rédacteur

Igor Martinache

Professeur agrégé (PRAG) en sciences économiques et sociales à l’Université Lille-1, et rédacteur en chef du site Agora / Sciences sociales. Igor Martinache est membre du comité de rédaction de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page