Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Laurent Delcourt (dir.), « Le Bré...

Laurent Delcourt (dir.), « Le Brésil de Bolsonaro : le grand bond en arrière », Alternatives Sud, n° 27, 2020

Marie-Hélène Sa Vilas Boas
Le Brésil de Bolsonaro : le grand bond en arrière
Laurent Delcourt (dir.), « Le Brésil de Bolsonaro : le grand bond en arrière », Alternatives Sud, vol. 27, n° 2, 2e trimestre 2020, 180 p., Paris, Editions Syllepse, ISBN : 9782849508466.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Singer André, « Raízes sociais e ideológicas do lulismo », Novos estudos CEBRAP, n° 85, p. 83-102, (...)

1Publiée dans un contexte de crise sanitaire au cours de laquelle le Brésil se distingue par une gestion polémique de la pandémie, la dernière livraison d’Alternatives Sud analyse l’ascension ainsi que la pratique du pouvoir du président Jair Bolsonaro. Le numéro veut répondre à ce qui apparaît comme une énigme, à savoir « pourquoi et comment un médiocre parlementaire d’extrême droite, nostalgique de la dictature militaire, raciste, misogyne et homophobe a-t-il pu se hisser à la tête du plus grand pays d’Amérique latine » (p. 8) ? Cette question résume la teneur générale de la publication, qui est tant analytique que résolument engagée. Le numéro réunit une série de spécialistes brésiliens et européens pour démêler les processus pluriels ayant mené à l’élection de Jair Bolsonaro. Il entend également saisir les orientations de la première année de gouvernement et la faiblesse de l’opposition de gauche. À cette fin, c’est davantage le « bolsonarisme » que la seule figure du président qui fait l’objet d’analyse. Le bolsonarisme désigne un courant politique qualifié par Laurent Delcourt de « néolibéralisme autoritaire » et personnifié par l’actuel président. Un parallèle est donc réalisé avec le « lulisme » qui désignait une force politique représentée par l’ancien président Lula, centrée sur la construction d’un État « suffisamment fort pour diminuer les inégalités mais sans menacer l’ordre établi »1 et soutenue par les groupes les plus démunis.

2Le bolsonarisme repose sur une alliance entre plusieurs courants politiques, à savoir les conservateurs, les adeptes du néolibéralisme et les forces nationalistes. Mais il consiste également en une méthode de gouvernement, fondée sur une prise de parole radicale à destination des groupes de soutien et une diabolisation des interlocuteurs nationaux ou internationaux n’adhérant pas au radicalisme de l’actuel gouvernement. L’intérêt du numéro est ainsi d’insister sur la diversité des groupes et conceptions qui composent le bolsonarisme, tout en analysant les effets de leurs rapports conflictuels sur les politiques nationales adoptées depuis le 1er janvier 2019. Pour penser ces processus pluriels, les auteurs adoptent une perspective relationnelle, pointant la responsabilité des élus et gouvernements du Parti des travailleurs (PT) dans la décomposition des gauches, la polarisation de la vie politique et l’ascension d’un acteur qui a fait de son extériorité proclamée au système un argument de campagne, en dépit de sa longue carrière politique.

3Plusieurs des articles du volume, dont le propos est résolument engagé, traduisent l’état de sidération de nombre d’observateurs brésiliens et européens face à l’élection de Bolsonaro. Mais ce point de départ constitue parfois un obstacle à l’analyse, en particulier lorsqu’il conduit à un foisonnement de catégories pour qualifier le bolsonarisme. Alors que certains auteurs privilégient les termes d’« extrême droite » ou de « nouvelle droite », d’autres évoquent un « protofascisme » ou un « postfascisme » pour penser la combinaison de méthodes répressives avec la promotion du néolibéralisme. Autant de notions qui gagneraient à être développées pour asseoir l’argumentation, ce que le format d’un ouvrage collectif de 150 pages, comprenant 11 contributions, ne permet pas.

  • 2 Affaire de corruption et de blanchiment d’argent dans laquelle la société pétrolière publique Petro (...)

4Le numéro est divisé en trois parties. La première, intitulée « crise de la démocratie et réveil de l’extrême droite », entend revenir sur l’ascension du bolsonarisme. Elle lie la construction de ce courant aux crises politique et économique qui secouent le pays à partir de 2013-2014. Débute alors une phase de récession économique dans un contexte de révélation de l’affaire Lava Jato2. Ces éléments alimentent un cycle de mobilisation sociale et politique dont le paroxysme est atteint avec la destitution de Dilma Rousseff en 2016, comme le rappellent Laurent Delcourt et Esther Solano Gallego. Luís Felipe Miguel montre que le discrédit dont est frappé le gouvernement du PT va de pair avec la formation d’une nouvelle droite qui, tout en étant plurielle, se réunit autour d’un ennemi commun. Esther Solano Gallego observe que ces nouveaux acteurs de droite réactivent des cadres de pensée historiquement construits, en particulier l’anticommunisme transformé en « antibolivarisme » vénézuélien et en antipétisme. Mais certains groupes portent de nouvelles conceptions dans le champ politique, en particulier le libertarianisme et un fondamentaliste religieux, tant évangélique que catholique, note Luís Felipe Miguel.

5La mobilisation d’une nouvelle droite dans un contexte de crise permet à un insider développant une rhétorique antisystème, Jair Bolsonaro, de s’imposer dans un champ politique où la gauche est discréditée tout comme la droite traditionnelle. Son élection doit tout autant au processus de délitement du système de partis sur le moyen terme qu’à des évènements survenus sur le très court terme, tels que l’agression au couteau qu’il a subie durant la campagne de 2018. L’article d’Armelle Enders articule ainsi plusieurs temporalités et montre que si la victoire de Bolsonaro ne s’est réellement jouée que durant les dernières semaines avant l’élection présidentielle, des évolutions de moyen terme ont fait le lit de sa victoire. Parmi elles, on compte la division de la gauche après l’invalidation de la candidature de Lula, mais également la mobilisation des militaires face à la création de la Commission nationale de la vérité. Cette instance, instaurée durant le premier mandat de Dilma Rousseff, a été perçue comme une remise en cause du pacte conclu lors de la transition démocratique, qui conférait une immunité aux militaires.

6La seconde partie du numéro interroge « le bolsonarisme en actes », c’est-à-dire la pratique du pouvoir, sous l’angle des rapports parfois conflictuels entre les groupes de soutien au président. Au niveau économique, les idées et acteurs ultralibéraux dominent le gouvernement fédéral depuis la présidence de Michel Temer. Rosa Maria Marques montre que ces acteurs œuvrent à un rétrécissement tout azimut de l’État. Selon Edson Teles, le domaine de la sécurité fait toutefois une exception. Bernardo Mançano Fernandes note que la première année de mandat a mené à l’adoption d’une réforme des retraites allongeant la durée de cotisations tout en attribuant un statut particulier et privilégié aux militaires, à la privatisation de plusieurs entreprises publiques et à la mise à l’arrêt de la réforme agraire. Toutefois, cette partie illustre la difficulté d’étudier une action publique en cours d’élaboration sans que le propos ne glisse de l’analyse à la dénonciation. Certains articles n’en sont pas moins éclairants, en particulier celui d’Alejandro Frenkel consacré à la politique extérieure brésilienne. Il aborde la politique étrangère à l’aune des dissensions entre trois groupes : les « antiglobalistes », comprenant la famille Bolsonaro, en appellent à la défense des valeurs « traditionnelles » et à la lutte contre le marxisme national et international ; les néolibéraux, représentés par Paulo Guedes, privilégient une ouverture économique ajustée aux canons de la mondialisation économique et financière ; les militaires œuvrent à un développement économique préservant l’autonomie nationale. Selon Frenkel, les désaccords entre ces trois groupes expliquent que, tout en ayant opéré un rapprochement avec les États-Unis de Donald Trump qui incarnent les valeurs antiglobalistes, le Brésil entretienne des relations évolutives avec ses voisins latino-américains. Ce pays s’est distancié voire retiré des espaces et organisations de coopération latino-américaine jugés par trop « idéologisés ». Il a ainsi suspendu en janvier 2020 sa participation à la Communauté d’États latino-américains et caribéens (CELAC). Mais le Brésil se maintient dans le Mercosur où il entretient des relations dorénavant apaisées avec l’Argentine, en dépit des nombreuses critiques adressées par Bolsonaro au chef d’état kirschneriste Alberto Fernandez lors de son élection en 2019.

7La troisième partie, la plus courte, est consacrée à « l’avenir incertain de la gauche ». L’article Marcelo Kunrath Silva interroge la relative « inertie » des gauches face à la vague conservatrice alors que celui de Boaventura de Sousa Santos dégage des pistes pour reconstruire une « réponse démocratique ». Les dissensions autour de l’expérience du PT au pouvoir font l’objet d’une analyse minutieuse dans l’article de Marcelo Kunrath. Celui-ci entend comprendre l’incapacité des gauches à contester le gouvernement Bolsonaro, au-delà des seules explications centrées sur la répression de l’action collective. L’auteur retrace l’essoufflement du « programme démocratique populaire » construit durant la transition démocratique, fondé sur une stratégie d’insertion institutionnelle couplé au maintien d’un répertoire contestataire. L’érosion de la capacité du PT à fédérer les divers courants des gauches alimente leur division. En résulte une gauche fragmentée, dont la capacité d’action est faible face à celle des groupes libéraux et conservateurs unis autour de Bolsonaro. C’est donc à une nouvelle union des gauches qu’en appelle Boaventura de Sousa Santos autour de figures politiques dotées d’une légitimité forte, à l’image de Tarso Genro à Porto Alegre.

8Ainsi, ce numéro offre un panorama complet et complexe du Brésil de Bolsonaro. Toutefois, s’il insiste sur des aspects centraux du programme politique de l’actuel gouvernement, en particulier la promotion du néolibéralisme et d’une approche sécuritaire, il laisse quelque peu de côté des questions tout aussi importantes, à savoir les polémiques et mesures adoptées autour du genre, de l’ethnicité et des sexualités. La remise en cause de l’avortement légal, la dénonciation d’un imaginaire « kit gay » distribué dans les écoles par les gouvernements du PT, le rejet régulier d’une « théorie du genre » qui saperait les fondements de la famille sont autant d’éléments qui permettent à la rhétorique bolsonariste d’atteindre divers courants religieux, évangéliques et catholiques, et leurs fidèles issus des classes moyennes supérieures ou des classes populaires. En outre, la négation du racisme participe à la construction symbolique d’une nation unie qui aurait été divisée par le PT et les organisations antiracistes. Si le volume n’élude pas complètement ces questions, l’absence d’article consacré à la gestion des minorités politiques laisse dans l’ombre un aspect central du bolsonarisme et de sa complexité.

Haut de page

Notes

1 Singer André, « Raízes sociais e ideológicas do lulismo », Novos estudos CEBRAP, n° 85, p. 83-102, citation p. 84.

2 Affaire de corruption et de blanchiment d’argent dans laquelle la société pétrolière publique Petrobras a été impliquée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Hélène Sa Vilas Boas, « Laurent Delcourt (dir.), « Le Brésil de Bolsonaro : le grand bond en arrière », Alternatives Sud, n° 27, 2020 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 23 octobre 2020, consulté le 25 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/45007 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.45007

Haut de page

Rédacteur

Marie-Hélène Sa Vilas Boas

Marie-Hélène Sa Vilas Boas est maîtresse de conférences à l’Université Côte d’Azur et membre du laboratoire ERMES. Ses travaux portent sur la participation citoyenne au Brésil et, depuis 2019, sur les droites radicales brésiliennes. Elle a récemment publié « Implementing Public Participation In Brazil. Sociology of Secundary Actors », (Cadernos CRH, n° 33, 2020) et « Les catégorisations des publics minorisés en questions », (Participations, vol. 3, n° 25, 2019, avec Soline Laplanche-Servigne).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search