Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Jean-Louis Georget, Hélène Ivanof...

Jean-Louis Georget, Hélène Ivanoff et Richard Kuba (dir.), Construire l’ethnologie en Afrique coloniale. Politiques, collections et médiations africaines

Marie-Aimée Romieux
Construire l'ethnologie en Afrique coloniale
Jean-Louis Georget, Hélène Ivanoff, Richard Kuba (dir.), Construire l'ethnologie en Afrique coloniale. Politiques, collections et médiations africaines, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2020, 302 p., ISBN : 978-2-37906-037-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Projet élaboré et conçu par l’Institut français d’histoire en Allemagne, le Centre Georg Simmel de (...)
  • 2 Jean-Louis Georget, Gaëlle Hallair, BernhardTschofen (dir.), Saisir le terrain ou l’invention des s (...)

1Cet ouvrage collectif interroge la construction des savoirs africanistes du XIXe au début du XXe siècle, par le biais de ses acteurs, de leurs institutions et de leurs mutations. Il propose un regard sur la collecte des informations par les voyageurs européens, et la progressive transition vers une professionnalisation de l’ethnologie. Il s’inscrit par ailleurs dans le prolongement d’une série de publications du projet ANR/DFG Anthropos1 sur l’histoire du terrain et son historicisation en France et en Allemagne2. L’ensemble des contributions ne manquent pas de pointer les enjeux politiques et culturels de cette construction des savoirs africanistes. Étudier les prémisses de l’ethnologie en Afrique coloniale, par le prisme franco-allemand, c’est mettre en avant la complexité du regard et des représentations européennes sur l’Afrique coloniale.

2La première partie de l’ouvrage est consacrée à des portraits d’explorateurs. Les contributions qui y figurent nous informent sur la construction de la pensée coloniale, ses nuances, ses dérives d’une part, et d’autre part sur ses liens avec la constitution des savoirs africanistes. Loin de l’uniformité, l’ensemble des portraits, tout autant que l’analyse diachronique du parcours de ces explorateurs, livre un panorama renouvelé des savoirs africanistes. L’évolution de leur construction est particulièrement sensible dans la comparaison menée par Anke Fischer-Waller entre les explorations en Afrique occidentale de l’universitaire allemand Heinrich Barth (1849-1855) et celles des frères Antoine et Arnauld d’Abbadie, qui ont parcouru l’actuelle Éthiopie entre 1838 et 1849. Ces voyageurs ont rétrospectivement réinterprété les données de leurs expéditions par le prisme des intérêts coloniaux. Pour le comprendre, l’auteur retrace tout d’abord l’organisation et le parcours des voyages, et souligne que pour la période précoloniale, ces explorateurs étaient dépendants de leurs bonnes relations avec les Africains du fait de l’absence des puissances européennes sur le terrain, ce qui a limité pour ces explorateurs le développement d’idées de supériorité durant cette période. L’évolution du contexte pousse ces explorateurs à adopter les idées de leur temps. Commence ainsi une relecture de leurs données sous le prisme de la pensée coloniale, qui s’explique selon elle par la prégnance des enjeux géopolitiques en Afrique au milieu du XIXe siècle. Cette perspective est reprise dans un deuxième article, celui de Céline Trautmann-Waller sur l’ethnologue Richard Thurnwald, explorateur en Afrique de l’Est (juin 1930-avril 1931). Le cas de Leo Frobenius (1873-1938), ethnologue et archéologue allemand, présenté par Richard Kuba, est à part dans la mesure où Frobenius est à la fois scientifique et homme politique.

3La deuxième partie de l’ouvrage est dédiée aux liens entre images et collections africaines et à la manière dont ces collections ont été constituées. La construction des collections ethnologiques est le reflet de la diversité politique métropolitaine et coloniale. Jean-Louis Georget décrit comment les royaumes du Sud de l’Allemagne ont construit leurs politiques muséographiques. Ce regard décentré sur la constitution des collections ethnologiques met en valeur la pluralité des regards des musées allemands. Les musées du Wurtemberg, de Stuttgart et de Munich ne sont pas restés en retrait et ont adopté une logique de collection propre, s’inscrivant dans un contexte politique local, national et international. L’Afrique devient une vitrine de prestige pour les donateurs européens et pour les États du Sud de l’Allemagne. Cette utilisation de l’image ethnologique africaine est inversée dans l’exemple développé par Bérénice Zunino. S’intéressant aux représentations de l’Afrique dans les vignettes, les revues familiales et les albums jeunesses de 1900 à 1918, l’auteur analyse les imaginaires et la popularisation des savoirs ethnologiques. Elle montre que l’image de l’Autre relève au départ d’une iconographie européenne commune, née en France coloniale et fixée en Allemagne au début du XXe siècle ; le Noir est alors caricaturé sous les traits d’un personnage petit à la bouche rouge et lippue, aux cheveux crépus et aux cornées blanches et brillantes. Progressivement, les représentations du Noir en Allemagne valorisent davantage l’image de soi, au détriment de l’altérité. Les images s’inscrivent dans un paysage de plus en plus proche de celui du lectorat allemand et s’éloignent des stylisations exotiques. L’Afrique devient ainsi le lieu de projection d’une identité allemande en construction.

4La diversité de représentations des savoirs est également analysée à travers les liens entre galeristes, collectionneurs européens et milieux académiques ethnologues. Dans son article, Hélène Ivanoff rappelle l’approche globale de l’art africaniste par ces galeristes, puis souligne les liens étroits existants entre les galeristes et les musées. Au-delà des prêts de collections privées ou de l’organisation d’expositions, les collectionneurs influencent profondément les musées par la dimension artistique donnée à ces objets ethnologiques. Pour autant, la perméabilité des frontières entre le monde des arts et celui de l’ethnologie reste limitée par des logiques différenciées qui aboutissent à deux regards sur l’Afrique : un art universel pour les collectionneurs et galeristes, une diversité des cultures pour les musées et les ethnologues.

5Un point particulier est consacré aux médiateurs africains, souvent relégués à des acteurs secondaires des savoirs africanistes. Intégrés dans un jeu d’échelle pour éviter les approches manichéennes et euro-centrées, les interprètes et collaborateurs des explorateurs et scientifiques européens sont mis à l’honneur dans quatre contributions. Le médiateur africain est un producteur du savoir ethnologique, présenté comme une source nécessaire à la fiction régulatrice de l’origine du savoir. Vincent Debaene l’explique avec l’exemple de Moussa Travélé qui en juin 1929 publie un article sur le komo, société secrète d’initiation des Bambaras, dans la revue Outre-Mer. Un cas à part est développé par Frederico Delgado Rosa, celui de l’explorateur portugais Henrique de Carvalho (1843-1909). Auteur de nombreuses monographies sur l’empire centrafricain du Muatianvua, il rend son rôle à ses nombreux collaborateurs, médiateurs et interprètes africains et donne une image pluriséculaire des espaces africains. Les médiateurs africains vont ensuite se saisir des savoirs ethnographiques coloniaux pour proposer leur propre approche. Maguèye Kassé donne ainsi l’exemple d’Amadou Hampâté Bâ (1900-1991), médiateur et rénovateur de la culture orale en Afrique de l’Ouest. Employé sous la colonisation en Haute-Volta puis à Bamako, il fut le promoteur du patrimoine immatériel africain qu’il avait recueilli, recompilé et traduit. Son positionnement, entre ethnologue et écrivain, est engagé : la tradition orale est un savoir à chérir, une mémoire rempart contre les conflits armés. Ana Luz de Oliveira e Silva propose pour sa part un portrait du médiateur Boubou Hama au Niger colonial. Intellectuel et homme politique nigérien du début XXe siècle, Boubou Hama fut aussi président de l’Assemblée nationale du Niger de 1958 à 1974. Il collecta par écrit les coutumes indigènes et publia de nombreux articles sur les traditions et croyances de la région. L’auteur montre comment il utilisa ses savoirs ethnologiques européens pour élaborer une pensée critique anticolonialiste. L’évolution de son parcours est significative : il est d’abord enseignant dans le système colonial, où il transmet les hiérarchisations ethniques colonialistes, puis devient de plus en plus critique au fil de son parcours.

6La dernière partie de l’ouvrage est consacrée au post-colonialisme et à la décolonisation des savoirs africanistes. Dans cette partie, les contributions insistent sur la transversalité historique des études ethnologiques. Par exemple, Magloire Somé discute de la thèse suivante : « l’ethnologie coloniale a-t-elle inventé les ethnies ? » À partir du rôle des médiateurs africains, l’auteur analyse les tentatives de classification des populations. De la dénomination à la classification, le catalogue des peuples africains, cœur de la production des savoirs ethnologiques, est replacé dans le temps long et permet de faire le lien entre la période pré-coloniale et coloniale. Julien Bondaz, pour sa part, retrace l’histoire de l’Institut Français d’Afrique Noire (IFAN) créé en 1938 à Dakar (Sénégal) et dont Théodore Monod fut le premier secrétaire général. Ce dernier redéfinit rapidement le rôle des collections déjà constituées depuis plus de deux décennies et invite à une lecture moins colonialiste : pour lui, l’ensemble des collections valorise la diversité culturelle africaine. Julien Bondaz pointe cependant les faiblesses notables liées aux tensions politiques de la fin des années 1950, qui n’ont pas permis à l’IFAN de se doter des moyens nécessaires pour faire face au pillage de l’art africain. Enfin, l’exemple de la construction du savoir folklorique en musique africaine, proposé par Jann Pasler, souligne l’évolution de la méthode de collecte des sources orales grâce à l’invention du phonographe en 1900. L’auteur souligne le rôle de Félix Eboué (1884-1944), administrateur colonial, célèbre résistant de la Seconde Guerre Mondiale, qui délivre des recommandations et insiste sur l’aspect interactif de la collecte en incluant les intermédiaires, notamment pour la mise par écrit des langues utilisées. Le compositeur Herbert Pepper (1912-2000) prône quant à lui une collecte globale respectant le contexte de chaque pays et leur format, des collecteurs-archivistes africains assurant par la suite la pérennité de sa méthode. Il incarne de ce fait le passage de la collaboration coloniale à la coopération postcoloniale.

7L’ouvrage propose de fait une vision d’ensemble solide et cohérente qui pointe dès l’introduction des basculements, parfois à l’insu des acteurs présentés, et un tournant politique où règne la concurrence des nations à l’époque contemporaine. En décortiquant le filtre des représentations, en soulignant les réticences voire le rejet de la part du lectorat et auditeurs européens, l’ouvrage invite à analyser plus finement la construction des savoirs africanistes et la naissance de l’ethnologie, brisant le mythe de l’uniformité colonialiste.

Haut de page

Notes

1 Projet élaboré et conçu par l’Institut français d’histoire en Allemagne, le Centre Georg Simmel de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales et l’Institut Frobenius de l’université de Francfort, voir le site https://anthropos.hypotheses.org/

2 Jean-Louis Georget, Gaëlle Hallair, BernhardTschofen (dir.), Saisir le terrain ou l’invention des sciences empiriques en France et en Allemagne, Lille, Septentrion, 2017 ; Jean-Louis Georget, Christine Hämmerling, Bernhard Tschofen (dir.), Wissensmedien des Raums : Interdisziplinäre Perspectiven, Zurich, Chronos, 2020.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Aimée Romieux, « Jean-Louis Georget, Hélène Ivanoff et Richard Kuba (dir.), Construire l’ethnologie en Afrique coloniale. Politiques, collections et médiations africaines », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 23 octobre 2020, consulté le 24 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/45017 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.45017

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search