Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Romain Pasquier, Thibault Tellier...

Romain Pasquier, Thibault Tellier (dir.), Sociologie de Rennes

Gilles Pinte
Sociologie de Rennes
Romain Pasquier, Thibault Tellier (dir.), Sociologie de Rennes, Paris, La Découverte, coll. « Repères sociologie », 2020, 128 p., ISBN : 9782348044816.
Haut de page

Texte intégral

1Fondé sur un travail collectif, cet ouvrage interroge les facteurs politiques, sociaux, culturels et économiques du développement de la capitale de la Bretagne depuis les années 1950 et pose la question de la persistance ou non de ce que les auteurs nomment le « modèle rennais ». Celui-ci renvoie selon eux à un équilibre entre croissance productive et solidarité sociale et territoriale.

2Dans le premier chapitre, Thibault Tellier revient sur l’histoire urbaine de la ville. Il explique comment, au cours du XXème siècle, Rennes passe du statut de ville déchue à celui de quatrième métropole de France, en soulignant le rôle conjoint des aides publiques de l’État et du volontarisme municipal. Au XIXème siècle, il s’agit d’une ville de province au rayonnement extrêmement limité. Pendant les Trente Glorieuses, elle bénéficie d’une politique ambitieuse en matière d’aménagement du territoire de la part de l’État qui veut en faire une ville à dimensions métropolitaine et régionale. Entre 1945 et 1962, la population rennaise double. La municipalité mise fortement sur le développement de ses deux campus universitaires. En parallèle, l’interventionnisme municipal dans le logement social, observé lors de la mandature du maire démocrate-chrétien Henri Fréville (1953-1977), s’accélère avec l’arrivée au pouvoir de la gauche en 1977. Selon Thibault Tellier, la politique de développement urbain de la municipalité repose sur une même stratégie depuis le début des années 1980 : investissement dans la culture, importance donnée à la recherche et au développement des nouvelles technologies, développement des infrastructures urbaines (le métro notamment). Le maintien de cette stratégie s’explique par la recherche d’un consensus avec les milieux syndical et patronal ainsi qu’avec le monde associatif.

3Dans le deuxième chapitre, Sébastien Ségas décrit la genèse et les conditions de la domination politique des socialistes sur le paysage politique rennais. Cette domination a reposé sur la faiblesse des partis de droite, profondément divisés entre les centristes et les partisans d’une droite plus conservatrice. Ces dernières années, la montée des écologistes, à la fois alliés et rivaux des socialistes, ainsi que la présence du parti La République En Marche remettent en cause cette hégémonie.

4Thomas Frinault décrit ensuite la façon dont a été « fabriquée » la métropole rennaise à partir de l’agglomération. Cela débute avec la création du district en 1970 et se prolonge avec l’élaboration de la communauté d’agglomération de 2001 à 2014. Ce chapitre montre le cheminement du développement d’une ville-centre qui est pensé en cohésion avec les autres villes de l’agglomération et qui a mené en 1992 à l’adoption de politiques communes comme, par exemple, celle d’une taxe professionnelle unique notamment et qui représente une exception en France à cette époque.

5Rennes est une métropole dynamique, mais inégalitaire. En effet, Thomas Aguilera et Jeanne Chauvel constatent dans le quatrième chapitre que la ville renvoie une image de ville jeune, où il fait bon vivre et qui attire de plus en plus de cadres. Cette image est en partie corroborée par des données démographiques : une part importante des étudiants, concentrés dans la ville-centre, y trouvent leur premier emploi, des jeunes couples de cadres parisiens s’y installent et de jeunes immigrés y viennent terminer leurs études ou trouver un emploi. Le développement économique de Rennes en tant que métropole est aujourd’hui tiré par les secteurs du numérique et des télécommunications, des services supérieurs aux entreprises et de l’agroalimentaire. Le poids de l’enseignement supérieur et la part des emplois publics y est aussi importants. Néanmoins, si le niveau général de la pauvreté est plus faible que dans d’autres métropoles, la ville abrite quatre grands quartiers d’habitat social ségrégés et le taux de pauvreté est important. Plus encore, Rennes est la commune qui affiche le taux de pauvreté le plus élevé de la métropole et les deux tiers des ménages pauvres de la métropole habitent la commune.

6Le cinquième chapitre étudie la manière dont Rennes, qui faisait figure de ville « endormie » dans les années 1950, est devenue une capitale culturelle régionale à travers des activités artistiques et associatives variées, des festivals de renommée nationale voire européenne ainsi que des institutions réputées, comme le Centre dramatique devenu par la suite le Théâtre National de Bretagne. Jean-François Polo montre dans cette partie comment deux maires, Henri Fréville (1953-1977) et Edmond Hervé (1977-2008), ont posé les bases d’une politique culturelle locale en prenant en compte les demandes de groupes artistiques amateurs et de militants de l’éducation populaire. À la fin des années cinquante, un comité de liaison des organismes de jeunesse et d’éducation populaire (Clojep) est créé pour décloisonner les associations (confessionnelles, laïques, de loisirs de plein air, folkloriques, étudiantes) et leur permettre de travailler à des projets collectifs. Ce travail de réflexion est à la base du programme de la future Maison de la culture – les « cathédrales du XXème siècle » que Malraux appelait de ses vœux – de Rennes. Pourtant, la période de dialogue entre la mairie de Rennes et les associations socio-culturelles se dégrade au début des années 1970. Ces dernières critiquent le manque de financement des projets qu’elles essaient de porter ainsi que les retards dans la livraison des équipements culturels. À partir des années 1980, l’action culturelle rennaise se professionnalise dans les institutions municipales. En parallèle de cette professionnalisation, on assiste à la création par des associations étudiantes soutenues par la ville de festivals et de manifestations culturelles comme les « Trans Musicales » (1979). Enfin, à partir des années 1990, la ville de Rennes et la métropole se lancent dans le projet d’un nouvel équipement culturel qui sera inauguré en 2006 : les « Champs Libres ». Situé à proximité de la gare, elle-même en développement avec le TGV, ce nouvel équipement regroupe le musée de Bretagne, la bibliothèque centrale municipale, des cinémas ou encore des salles de spectacles… La conclusion de ce chapitre, esquisse une comparaison avec la politique culturelle et associative nantaise en quelques lignes, sans développer des points qui nous semblent intéressant tels que les aspects élitistes de certains programmes culturels ou le rayonnement voulu par deux villes qui affichent une rivalité séculaire.

7L’aspect de cette rivalité politique entre Nantes et Rennes est analysé dans le dernier chapitre de l’ouvrage intitulé « Capitale de la Bretagne ou métropole du Grand Ouest ? ». Romain Pasquier y aborde de manière historique les rivalités entre deux villes qui revendiquent, depuis le XIème siècle, la primauté régionale et dont la concurrence s’aiguise avec le rattachement au XVIème siècle de la Bretagne au royaume de France. Par ailleurs, la question de l’identité bretonne et, plus précisément, de la « bretonnité » de Rennes vis-à-vis des autres grandes villes de la région, émerge avec les lois de décentralisation de 1982-1983, dans le cadre desquelles Rennes obtient le siège régional. Dans les années 1990, la métropole régionale multiplie les actions pour affirmer sa « bretonnité » le développement des écoles bilingues, des festivals de musique bretonne, ou encore d’une signalétique routière bilingue… Mais la macrocéphalie de Rennes fait l’objet de contestations de la part des villes moyennes environnantes comme Lannion, Quimper, Lorient, Vannes, Saint Brieuc et plus particulièrement Brest qui peut craindre, du fait de son éloignement, d’être la plus affectée par le centralisme régional de Rennes.

8En définitive, cet ouvrage est très complet et convoque, au-delà de la sociologie, d’autres disciplines des sciences humaines et sociales pour comprendre le développement de Rennes : la démographie, la socio-histoire ainsi que les sciences politiques. Tous ces aspects donnent des grilles de lecture et d’analyse qui pourraient être employées pour étudier le développement d’autres métropoles régionales, même si la comparaison avec la ville de Nantes, parfois abordée, aurait pu faire l’objet d’un chapitre spécifique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Pinte, « Romain Pasquier, Thibault Tellier (dir.), Sociologie de Rennes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 26 octobre 2020, consulté le 25 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/45026 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.45026

Haut de page

Rédacteur

Gilles Pinte

Enseignant-chercheur en sciences de l’éducation à l’Université Bretagne Sud, membre du laboratoire PREFICS (Pôle de Recherche Francophonies, Interculturel, Communication, Sociolinguistique).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search