Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Jared Diamond, Bouleversement. Le...

Jared Diamond, Bouleversement. Les nations face aux crises et au changement

Igor Martinache
Bouleversement.
Jared Diamond, Bouleversement. Les nations face aux crises et au changement, Paris, Gallimard, coll. « NRF Essais », 2020, 448 p., trad. Hélène Borraz, ISBN : 9782070147229.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Plus exactement, un « après-propos » a été ajouté explicitement à l’édition française constitué de (...)

1Certains ouvrages prennent une tonalité prophétique lorsqu’ils sont lus à la lumière des événements survenus depuis leur écriture. C’est le cas notamment du dernier livre de Jared Diamond, publié en 2019 et dont la traduction française, réalisée par Hélène Borraz, vient seulement de paraître. En se penchant sur la manière dont les sociétés humaines font face aux crises, on jurerait en effet que le biologiste et géographe Étatsunien a voulu mettre en perspective la pandémie actuelle de Covid-19 et ses implications socio-économiques, ajoutant ainsi sa pierre au filon éditorial ouvert par le SARS-CoV-2, mais il n’en est rien1. Ce qui n’empêche pas Bouleversement d’arriver à point nommé en nous offrant des outils intellectuels pour penser ce qui nous arrive.

  • 2 Notamment Diamond Jared, De l’inégalité parmi les sociétés, Paris, Gallimard, 1998 [1997] et Effond (...)

2On ne présente plus Jared Diamond, biologiste polyglotte devenu géographe, professeur émérite à l’Université de Californie à Los Angeles, qui a acquis grâce à ses précédents opus2 une renommée le hissant au rang des intellectuels vivants les plus influents. Alliant une connaissance encyclopédique transcendant les frontières disciplinaires et un style accessible et vivant, Diamond a en effet joué un rôle crucial dans la sensibilisation du public aux enjeux écologiques globaux tout en les reliant à d’autres facteurs relatifs aux transformations des sociétés. Du haut de ses 82 printemps, celui-ci conserve cette verve dans ce dernier ouvrage, dans lequel il aborde la manière dont certaines sociétés nationales ont réagi face à certains moments critiques de leur histoire. Âge aidant, Diamond n’hésite pas ici, plus encore que dans ses précédents écrits, à se mettre en scène dans sa narration, développant largement la relation qu’il entretient avec les différents pays invoqués à la manière dont certains documentaristes actuels se font omniprésents devant l’œil de leur caméra. Sans que cela n’enlève rien au propos, celui-ci revêt un aspect plus impressionniste et moins rigoureux d’un point de vue scientifique.

3Le premier chapitre désarçonne : il donne l’impression d’avoir ouvert un ouvrage de développement personnel. Jared Diamond y relate une crise existentielle qu’il a traversée à l’âge de 21 ans, hésitant à abandonner l’étude des sciences pour devenir interprète après avoir été mis en difficulté dans son domaine de prédilection. Suite à ce récit, l’auteur se penche sur les facteurs qui influent sur le dénouement d’une crise personnelle et en isole une douzaine : 1) reconnaître que l’on traverse une crise ; 2) reconnaître sa part de responsabilité ; 3) construire une clôture pour circonscrire les problèmes précis à résoudre ; 4) obtenir de l’aide matérielle et émotionnelle de la part d’autres individus ou d’un groupe ; 5) s’inspirer des modèles que représentent d’autres personnes pour résoudre des problèmes ; 6) la force du moi : 7) l’auto-évaluation honnête ; 8) l’expérience des crises personnelles antérieures 9) la patience ; 10) la flexibilité ; 11) les valeurs fondamentales individuelles ; 12) l’absence de contraintes personnelles. Un inventaire à la Prévert dont il détaille chacun des éléments et dont on se demande un peu ce qu’il fait là, jusqu’à ce que quelques pages plus loin, Jared Diamond le transpose aux sociétés nationales. Cela donne une liste de facteurs qui influent sur le dénouement d’une crise nationale : 1) l’existence d’un consensus national sur le fait que le pays traverse une crise ; 2) la reconnaissance qu’il est de la responsabilité de la nation d’agir ; 3) la construction d’une clôture afin de circonscrire les problèmes nationaux à résoudre ; 4) l’obtention d’aide matérielle et financière de la part d’autres pays ; 5) le fait de s’inspirer des modèles que représentant d’autres pays pour résoudre des problèmes ; 6) l’identité nationale ; 7) l’auto-évaluation nationale honnête ; 8) l’expérience historique des crises nationales antérieures : 9) le fait de faire face à l’échec national ; 10) la flexibilité de la nation en fonction des situations : 11) la solidité des valeurs fondamentales nationales ; 12) l’absence de contraintes géopolitiques.

4Cette grille d’analyse lui sert ensuite pour aborder les différentes crises concernant sept pays qu’il a choisi d’évoquer en vertu de sa connaissance intime des sociétés considérées, ce qui crée un biais certain dans l’échantillonnage si l’on peut s’exprimer ainsi, mais rend les descriptions plus alertes. Chacun des chapitres suivants traite ainsi d’une crise spécifique. Celles du passé d’abord, comme le cas de la Finlande après les deux guerres perdues contre l’Union Soviétique, la modernisation du Japon durant l’ère Meiji, le Chili et la « parenthèse » sanglante de la dictature militaire de Pinochet, l’Indonésie après l’indépendance et surtout le « coup d’État manqué » de 1965 et le massacre des communistes qui s’est ensuivi et dont le bilan oscille entre 500 000 et 2 millions de victimes, l’Allemagne après la défaite de 1945 et la scission entraînée par la Guerre froide et enfin l’Australie qui a su se départir du racisme affirmé qui a guidé son peuplement durant des décennies tout en conservant une relation ambivalente mais apaisée avec l’ancienne métropole britannique. Développant chacune de ces histoires avec force détails mêlant grande histoire et biographie personnelle, mais aussi certains préjugés pas toujours étayés qui pourront agacer le lecteur – comme sa critique sans nuance des régimes de Salvador Allende au Chili ou de la République démocratique allemande (RDA) dont l’historiographie contemporaine a montré un visage plus nuancé –, Diamond finit chacun de ces chapitres en montrant dans chacun de ces cas les facteurs qui ont selon lui plus particulièrement été décisifs dans la résolution de ces crises de nature assez différentes.

5Dans la troisième partie de l’ouvrage, l’auteur s’intéresse cette fois à des crises contemporaines et encore non résolues de ce fait. Il traite ici « seulement » du Japon, pays dont est originaire son épouse, et des États-Unis, en s’arrêtant sur les atouts mais aussi et surtout sur leurs points faibles. S’agissant du Japon, Jared Diamond pointe ainsi le poids de la dette publique (2,5 fois le PIB) tout en remarquant qu’étant financée pour l’essentiel par la population nationale dans des conditions favorables, elle ne semble pas grever l’activité économique du pays. Il pointe aussi, et surtout, les facteurs socio-démographiques (place toujours très reléguée des femmes, vieillissement de la population, dénatalité et fermeture à l’immigration), sans oublier le déni des crimes de guerre passés à l’égard des populations chinoises et coréennes. Dans le cas des États-Unis, l’auteur met plus particulièrement en avant, du côté des faiblesses, outre les inégalités, une mobilité sociale à l’arrêt et la dégradation générale de l’éducation compte tenu de la faible rémunération des enseignants du secteur public, une polarisation de la vie politique qui lui apparaît comme le « problème le plus dangereux » auquel les Étatsuniens sont confrontés, bien avant « la concurrence de la Chine ou du Mexique » (p. 299).

6Dans le onzième et dernier chapitre, Jared Diamond élargit encore la focale en s’intéressant aux principales crises potentielles auxquelles fait actuellement face le monde. Il en relève quatre : l’explosion d’armes nucléaires, le dérèglement climatique, l’épuisement des ressources naturelles et la hausse des inégalités, tout en ajoutant que certains élargiraient volontiers la liste à d’autres « problèmes », comme les maladies infectieuses émergentes… Après avoir détaillé chacune d’entre elles, l’auteur relève non sans pertinence que « la mondialisation pose certes des problèmes, mais en facilite la résolution » (p. 354), pointant certains succès de coordination politique internationale, comme la Convention internationale pour la prévention de la pollution marine de 1978, l’éradication de la variole en 1980 ou le Protocole de Montréal de 1987 pour la sauvegarde de la couche d’ozone via l’interdiction des clorofluocarbures. Reste à savoir qui du « cheval de destruction » ou du « cheval d’espoir » va emporter la course comme il s’interroge en reprenant la métaphore déjà utilisée dans Effondrement. Jared Diamond récapitule enfin dans un « épilogue » les leçons tirées de ses différentes monographies de cas concernant chacun des douze facteurs censés influer sur la résolution des crises nationales et ouvre son propos sur deux questions également abordées par d’autres : « faut-il une crise pour galvaniser et pousser une nation à adopter des changements sélectifs majeurs ? […] Les dirigeants ont-ils une réelle influence sur le cours de l’histoire ? ». Il répond par l’affirmative, sans hésitation dans le premier cas, avec un certain nombre de nuances dans le second. Il termine en invitant à systématiser l’étude proposée sur la résolution des crises nationales dans deux directions : par l’adoption d’un échantillon réellement aléatoire d’une part, et par l’utilisation d’indicateurs quantitatifs plus rigoureux que la démarche narrative utilisée ici. Il ne fait guère de doute dans le contexte actuel que cet appel a de bonnes chances d’être suivi, mais on peut espérer surtout que nos contemporains, responsables politiques en tête, sauront (enfin) puiser dans les leçons de l’histoire pour affronter les différentes crises actuelles plutôt que de se livrer à des improvisations plus ou moins hasardeuses et court-termistes.

Haut de page

Notes

1 Plus exactement, un « après-propos » a été ajouté explicitement à l’édition française constitué de trois courts textes publiés par l’auteur après le déclenchement de la pandémie de Covid-19 dans la presse et mis bout à bout.

2 Notamment Diamond Jared, De l’inégalité parmi les sociétés, Paris, Gallimard, 1998 [1997] et Effondrement, Paris, Gallimard, 2006 [2005]. Voir aussi Le Monde jusqu’à hier, Paris, Gallimard, 2013, avec un compte rendu de notre part pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/13099.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Jared Diamond, Bouleversement. Les nations face aux crises et au changement », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 31 octobre 2020, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/45121 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.45121

Haut de page

Lieu

Finlande

Japon

Chili

Indonésie

Allemagne

Australie

États-Unis

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search