Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Raphaëlle Branche, « Papa, qu’as-...

Raphaëlle Branche, « Papa, qu’as-tu fait en Algérie ? ». Enquête sur un silence familial

Nicolas Lepoutre
« Papa, qu'as-tu fait en Algérie ? »
Raphaëlle Branche, « Papa, qu'as-tu fait en Algérie ? ». Enquête sur un silence familial, Paris, La Découverte, coll. « Sciences humaines », 2020, 512 p., ISBN : 978-2-7071-9878-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Adaptation du roman de Laurent Mauvignier (2009), le film de Lucas Belvaux doit sortir en salles le (...)
  • 2 La pièce Et le cœur fume encore de Margaux Eskenazi et Alice Carré, jouée au théâtre Gérard-Philipp (...)
  • 3 Raphaëlle Branche est notamment connue pour sa thèse sur la pratique de la torture pendant la guerr (...)
  • 4 Jusqu’en 1999, les autorités françaises refusent de reconnaître officiellement l’existence d’une gu (...)

1Le prochain film de Lucas Belvaux, intitulé Des hommes, retrace la vie de plusieurs appelés du contingent ayant servi en Algérie française pendant la guerre (1954-1962) et notamment la façon dont, « quarante après, le passé [peut faire] irruption dans la vie de ceux qui ont cru pouvoir le nier »1. L’actualité cinématographique, mais aussi théâtrale2, montre ainsi que la question de la mémoire de la guerre d’Algérie et de sa transmission dans la société française fait l’objet d’un intérêt non démenti aujourd’hui. C’est aussi l’objet de cet ouvrage de Raphaëlle Branche, professeure d’histoire contemporaine et spécialiste reconnue de la guerre d’Algérie3. Alors qu’il est communément admis que l’évocation des « événements »4 d’Algérie constituerait une forme de tabou, dont les anciens appelés auraient refusé de parler et qui continuerait à les hanter, Raphaëlle Branche entend étudier l’histoire de ces silences en analysant ces derniers en relation avec les dynamiques familiales des acteurs concernés, et en les réinscrivant dans leur contexte politique, économique et social. Pour ce faire, elle a enquêté par questionnaire auprès d’anciens appelés et de leurs familles et a mené des entretiens plus approfondis avec une quarantaine d’entre elles ; elle s’est appuyée également sur quelques archives d’hôpitaux psychiatriques. L’ouvrage est structuré autour de trois grandes parties ordonnées chronologiquement : la période de la guerre, le retour puis les transmissions postérieures.

2Tout au long de ce vaste panorama, l’historienne complexifie de manière convaincante la vision d’un silence complet des anciens appelés autour de la guerre d’Algérie. S’il est vrai que les appelés tendent par exemple généralement à minorer l’ampleur de la violence dans leur correspondance, afin de ne pas inquiéter leurs proches, Raphaëlle Branche montre que les frères, les fiancées et les épouses sont souvent les destinataires de confidences plus sincères sur la réalité du conflit. Même lorsque la parole est rare, la transmission de la guerre d’Algérie peut se faire par d’autres biais : le passé algérien est présent dans de nombreuses familles à travers le choix d’un prénom (« Olivier » en souvenir des paysages de Kabylie), des objets décoratifs rapportés du pays ou encore l’utilisation d’un vocabulaire spécifique (clebs, fissa, etc.), bien que ces éléments soient parfois plus associés à l’Algérie qu’à la guerre elle-même. L’ouvrage montre surtout que la transmission est « conditionné[e] par la nature des liens avec les proches et par [le] désir [des anciens appelés] de les préserver » (p. 461) ; des décennies après le conflit, le sujet est encore fréquemment évité par les enfants pour ne pas heurter la « pudeur » de leur père. Pour l’historienne, les silences sont bien familiaux et non de la responsabilité des seuls anciens appelés ; ils sont par ailleurs dynamiques puisque des modifications de la configuration familiale (telles que l’arrivée à l’âge adulte de petits-enfants) peuvent faciliter ou limiter la transmission par la parole.

3Au-delà même des dynamiques familiales, la question du « silence » autour de la guerre d’Algérie doit être réinscrite dans un contexte historique plus large et être interrogée au regard des transformations de la société française depuis les années 1950. Elle est par exemple indissociable de l’évolution du rôle du père : alors qu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, ce dernier est construit comme une figure d’autorité distante donc plutôt silencieuse, les évolutions sociales et juridiques des décennies suivantes (remplacement de l’autorité paternelle par l’autorité parentale, accès à la contraception, etc.) réinterrogent ce modèle. Évidemment, l’enjeu de la perception de la guerre d’Algérie par la société française est également central. Le refus gouvernemental d’utiliser le mot guerre pour qualifier le conflit empêche les anciens appelés de s’inscrire dans une généalogie familiale (leurs pères et grands-pères ayant combattu dans des guerres considérées comme plus violentes et plus légitimes, tandis qu’eux ont été appelés à cette guerre dans le cadre de leur service militaire) et de se considérer comme des anciens combattants jusqu’aux années 1970, d’autant plus que le retour en métropole s’est effectué de manière individuelle et sans transition (contrairement aux guerres mondiales à la fin desquelles une démobilisation collective était organisée). Dans les années 1990-2000 en revanche, trois éléments se conjuguent pour faciliter une transmission : l’arrivée à la retraite des anciens appelés (période propice au bilan et libérant du temps), la reconnaissance politique officielle de l’existence d’une « guerre » en Algérie entre 1954 et 1962 et la diffusion plus large dans la société d’informations sur ce conflit (grâce aux programmes scolaires, notamment).

  • 5 Tout en soulignant l’impossibilité de proposer une véritable étude quantitative par manque de sourc (...)

4En définitive, cette histoire du silence de la guerre d’Algérie constitue bien une histoire de la France contemporaine, comme le revendique Raphaëlle Branche. La richesse de « Papa, qu’as-tu fait en Algérie ? » réside aussi dans les apports croisés de l’histoire sous toutes ses formes (politique, économique, sociale, culturelle, etc.), de la psychiatrie5 et de la sociologie. Cette dernière discipline est d’autant plus présente que l’ouvrage accorde une grande place aux témoignages des familles, ce qui rend la lecture très fluide et prenante. L’historienne ne fait pas l’impasse sur les difficultés posées par sa méthodologie (accès restreint aux sources psychiatriques, impact de sa présence sur le déroulement des entretiens) et tente au contraire de les intégrer dans son travail, expliquant par exemple que ses questionnaires ont pu servir de prétexte pour amorcer la discussion au sein de certaines familles.

Haut de page

Notes

1 Adaptation du roman de Laurent Mauvignier (2009), le film de Lucas Belvaux doit sortir en salles le 11 novembre 2020. Citation extraite du synopsis du film.

2 La pièce Et le cœur fume encore de Margaux Eskenazi et Alice Carré, jouée au théâtre Gérard-Philippe de Saint-Denis jusqu’au 11 octobre 2020, s’intéresse également aux questions mémorielles autour de la guerre d’Algérie.

3 Raphaëlle Branche est notamment connue pour sa thèse sur la pratique de la torture pendant la guerre d’Algérie, publiée chez Gallimard en 2001 et rééditée en 2016 sous le titre La torture et l’armée pendant la guerre d’Algérie (1954-1962) ; notre compte rendu pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/20878.

4 Jusqu’en 1999, les autorités françaises refusent de reconnaître officiellement l’existence d’une guerre en Algérie ; elles qualifient les combats ayant lieu entre 1954 et 1962 et aboutissant à l’indépendance de l’Algérie sous les termes d’« événements », d’« opérations de maintien de l’ordre » ou de « pacification ».

5 Tout en soulignant l’impossibilité de proposer une véritable étude quantitative par manque de sources, Raphaëlle Branche s’intéresse dans plusieurs chapitres aux troubles psychiatriques existant chez de nombreux anciens appelés (cauchemars, alcoolisme, violences, dépressions, suicides, etc.). Elle analyse également la façon dont l’expérience de la guerre a progressivement été considérée comme un facteur explicatif des troubles par les psychiatres dans les années 1970.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Lepoutre, « Raphaëlle Branche, « Papa, qu’as-tu fait en Algérie ? ». Enquête sur un silence familial », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 02 novembre 2020, consulté le 22 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/45132 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.45132

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search