Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Anna Lowenhaupt Tsing, Friction. ...

Anna Lowenhaupt Tsing, Friction. Délires et faux semblants de la globalité

Juliette Woitchik
Friction
Anna Lowenhaupt Tsing, Friction. Délires et faux-semblants de la globalité, Paris, La Découverte, coll. « Les Empêcheurs de penser en rond », 2020, 420 p., trad. Philippe Pignarre, Isabelle Stengers, préf. Nastassja Martin, ISBN : 978-2-35925-179-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Tsing, Anna Lowenhaupt. In the realm of the diamond queen. Marginality in an out-of-the-way place. (...)

1Dans le cadre de sa thèse traitant des marginalités sociales, Anna Tsing a réalisé de 1979 à 1981 un travail de terrain ethnographique dans les monts Meratus en Indonésie1. À ce moment-là, les entreprises forestières, en pleine expansion depuis 1966 sous l’impulsion du gouvernement autoritaire de l’Ordre nouveau, ne s’étaient pas encore implantées dans cette région. Cependant, lorsque l’anthropologue y retourna en 1986, ses amis et informateurs exprimaient désormais un sentiment de grande détresse face aux conséquences multiples de la déforestation massive : la destruction du paysage, l’appauvrissement des sols ainsi que la dégradation des milieux des vies des communautés locales dont la culture est intimement liée à la forêt. Les entreprises forestières procèdent selon les logiques de l’économie de marché et du développement international. Elles considèrent les forêts comme des espaces vides dont les ressources naturelles doivent être exploitées en vue de générer des profits financiers. Ceux qui habitent dans les forêts ne sont pas pris en compte dans ces projets – si ce n’est comme une potentielle source de nuisance qui risque de ralentir le processus d’extraction.

2Dans ce livre, Anna Tsing cherche à interroger les logiques capitalistes et leurs conséquences, telles qu’elles se manifestent dans ce lieu spécifique qu’est la région du Kalimatan du Sud où culminent les monts Meratus, infléchissant ainsi une certaine habitude d’étudier le capitalisme d’un point de vue macro-économique. Elle analyse notamment les « faux-semblants » qui attirent les financements étrangers et participent de la sorte à la globalisation du capitalisme. C’est en effet, pour prendre un exemple développé dans le livre, une illusion qui suscita la rencontre entre un géologue philippin et un entrepreneur canadien, le premier convaincant le second que l’Indonésie recelait des gisements d’or. Il n’en fallut pas davantage pour engendrer un processus international d’investissements en bourse en faveur de la compagnie canadienne. Ce n’est qu’après avoir percé les sols et perturbé l’environnement qu’ils s’aperçurent qu’il n’y avait tout compte fait pas d’or, ce qui du même coup fit écrouler tout le montage financier. Nonobstant, les conséquences écologiques de cette « illusion » perdurent.

3Anna Tsing ne se contente pourtant pas de décrire les désastres : elle s’attache à montrer les formes de résistance qui émergent dans ces lieux détruits, et c’est là à mon sens toute l’originalité de ce livre. Elle prend, entre autres, position par rapport aux théoriciens de la globalisation qui ont tendance à aborder ce phénomène en l’observant depuis les centres économiques tels Londres ou New York, ce qui renforce la croyance selon laquelle la globalisation serait un projet homogène qui imposerait sans entraves à l’ensemble de la planète un ensemble de caractéristiques telles la maximalisation des profits ou le libre-échange, caractéristiques elles-mêmes issues du capitalisme, lui aussi perçu comme un système cohérent. Une telle vision, on l’aura compris, étouffe tout espoir d’un avenir décent. À l’inverse, Anna Tsing œuvre pour une ethnographie des lieux périphériques où des acteurs concrets et hétérogènes se rencontrent, communiquent et passent des accords, souvent dans les marges de la légalité. Cela permet à l’autrice de montrer comment le capitalisme se fabrique et se transforme selon les spécificités culturelles locales. Loin de l’image de la machine de guerre bien rôdée, le capitalisme possède des failles : il n’opère qu’au gré des rencontres singulières, ce que Tsing appelle des « frictions ». Par ce terme emprunté à la physique – songeons au frottement de deux pierres de silex qui produit du feu –, elle souligne que « les rencontres hétérogènes et inégales peuvent être à l’origine de nouveaux agencements de culture et de pouvoir » (p. 32). Plutôt qu’un frein, nous dit donc Tsing, les rencontres sont créatrices de mouvement.

4Une ethnographie des frictions est nécessaire car c’est là que l’on décèle l’espoir dont se nourrissent les luttes sociales pour résister. Néanmoins, la direction des mouvements mis en branle par les rencontres n’est jamais prédéterminée, certaines frictions encourageant la destruction (comme dans le cas de la rencontre du géologue philippin et de l’entrepreneur canadien), alors que d’autres participent à la création d’un monde plus vivable. Tsing donne l’exemple de la collaboration fructueuse entre des jeunes « amoureux de la nature » du groupe Kompass Borneo, le réseau indonésien Skephi pour les forêts, et des chefs de villages qui ont défendu ensemble un « projet de gestion communautaire des ressources naturelles », modèle de conservation écologique soutenu par la Fondation Ford. Ce qui étonne l’enquêtrice, c’est qu’ils soient parvenus à s’allier malgré leurs conceptions divergentes de la « nature » : les premiers y voyaient un espace vide et sauvage ; le second, des lieux aménagés par la sagesse des savoir-faire indigènes et les troisièmes considéraient les forêts comme des espaces de sociabilité. Leur alliance inattendue a pris forme et a abouti malgré – ou plutôt, comme Tsing le défend, grâce à – la friction entre les différentes visions qu’ils avaient de la cause qui les animait. Ces frictions ont amenés les acteurs à être créatifs pour trouver des moyens d’entente au-delà de leurs dissemblances.

5S’il y a frictions, il devient plus difficile de soutenir l’opposition entre le global et le local, le global donnant l’échelle de la destruction écologique alors que le local serait l’échelle de la résistance des minorités. Les échelles s’entremêlent. Dans ce sens, Tsing analyse les usages des notions universelles telles que les notions de nature, de prospérité, de connaissance ou encore de liberté. Comment des notions aussi englobantes s’immiscent-elles et modifient-elles des situations singulières ? L’ensemble des personnes que l’autrice a rencontrées, qu’il s’agisse de membres de communautés Meratus des montagnes, de jeunes de la capitale ou d’investisseurs en bourse, recourent à des notions universelles pour soutenir leurs actions. Ces dernières ne sont donc pas l’apanage de la globalité (comprise ici aussi comme l’échelle de la destruction). Si les environnementalistes, par exemple, ont pu se faire entendre, c’est par leur capacité à formuler un discours global, au-delà des frontières des États-nations : la planète entière est en danger et il faut agir collectivement. Plutôt qu’une vérité abstraite, l’universalisme devient ce par quoi doivent passer les luttes pour se rendre puissantes et avoir un impact international. Bien que les logiques du marché libéral annoncent agir au nom des concepts de nature ou de liberté, la lutte pour la protection de la forêt mobilise elle aussi ces mêmes concepts. Ce sont des outils qui permettent de faire exister des luttes collectives, sans nécessairement que tous les participants en aient la même définition, comme nous l’avons vu dans l’exemple ci-dessus. Ainsi, l’utilisation de concepts universels dans des situations concrètes donne toujours lieu à des frictions qui font naître des agencements improbables mais indispensables pour contrer les désastres en cours. Ces notions sont ce qui permet aux luttes de voyager et d’en inspirer de nouvelles, toujours sous des formes réinventées, échappant aux logiques du marché qui sont, elles aussi, en mouvement constant.

  • 2 Anna Tsing, Le champignon de la fin du monde. Sur la possibilité de vivre dans les ruines du capita (...)

6À travers cette immersion dans le Kalimantan du Sud, l’autrice parvient à bousculer nos automatismes de pensée dualiste et nous invite à ralentir. Suivre les frictions productrices du capitalisme nous enseigne que l’expansion de ce dernier ne relève en rien de l’inévitable. Anna Tsing nous conte l’espoir, sans pour autant faire l’impasse sur la détresse, dans un récit teinté d’humour – dont elle dit faire un usage sérieux. Comme dans son autre ouvrage, Le champignon de la fin du monde2, elle développe dans Friction une anthropologie qui accompagne et en appelle à des formes de résistance. Elle s’adresse ainsi aux collègues scientifiques, dont elle regrette parfois la posture consistant à se distancer des initiatives activistes au nom de l’analyse critique. Selon elle, ce n’est que par l’engagement dans les situations étudiées que les chercheurs trouveront leur place dans la société. Même si la version originale du livre date de 2004, son propos reste plus que jamais d’actualité. Comme le note Nastassja Martin dans la préface de la traduction française, l’incertitude et l’instabilité, qui qualifient de plus en plus de terrains ethnographiques « au loin » – l’Indonésie dans le cas de Tsing, l’Alaska dans celui de Martin –, caractérisent chaque jour davantage également nos propres sociétés, traits que la crise de la Covid n’a fait que renforcer.

Haut de page

Notes

1 Tsing, Anna Lowenhaupt. In the realm of the diamond queen. Marginality in an out-of-the-way place. Princeton (N.J), Princeton University Press, 1993.

2 Anna Tsing, Le champignon de la fin du monde. Sur la possibilité de vivre dans les ruines du capitalisme, Paris, La Découverte, 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Juliette Woitchik, « Anna Lowenhaupt Tsing, Friction. Délires et faux semblants de la globalité », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 02 novembre 2020, consulté le 21 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/45146 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.45146

Haut de page

Rédacteur

Juliette Woitchik

Doctorante en anthropologie à l’université Saint-Louis de Bruxelles, je réalise un terrain ethnographique au Brésil dans la région du Rio Doce, fleuve contaminé par des métaux lourds issus de la rupture d’un barrage minier en 2015.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search