Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Achille Mbembe, De la postcolonie...

Achille Mbembe, De la postcolonie, Essai sur l’imagination politique dans l’Afrique contemporaine

Christophe Premat
De la postcolonie
Achille Mbembe, De la postcolonie. Essai sur l'imagination politique dans l'Afrique contemporaine, Paris, La Découverte, coll. « La Découverte Poche / Essais », 2020, 334 p., 1re éd. Karthala - 2005, préf. Nadia Yala Kisukidi, ISBN : 978-2-348-05750-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Achille Mbembe, Critique de la raison nègre, Paris, La Découverte, 2013 ; Politiques de l’inimitié, (...)
  • 2 Nous pourrions inclure presque tous les colloques et les conférences s’intéressant à « l’Afrique ém (...)

1Cet ouvrage d’Achille Mbembe a été réédité en 2020 par les éditions La Découverte, vingt ans après une première édition chez Karthala. Entre ces deux dates, l’universitaire camerounais a publié une œuvre conséquente, avec notamment Critique de la raison nègre en 2013, Politiques de l’inimitié en 2016 et Brutalisme en 2020 aux éditions La Découverte1. Avec un regard conjuguant sociologie, histoire, philosophie et anthropologie, l’auteur rend compte du devenir des sociétés africaines après la période des décolonisations officielles. Il s’agit en réalité de décrire le régime social postcolonial, c’est-à-dire non seulement ce qui caractérise ces sociétés africaines, mais aussi le discours occidental (post)colonial obsédé par l’Afrique comme espace périphérique dépendant2. Achille Mbembe s’appuie sur les penseurs postmodernes francophones pour montrer la complexité des trajectoires africaines qui ne se réduisent ni à des États défaillants ni à des oligarchies corrompues.

2La postcolonie désigne l’espace-temps qui succède à la fin de la colonisation et révèle la rémanence d’un imaginaire colonial. En s’appuyant sur les conceptions de Castoriadis (p. 271), l’auteur met en évidence la manière dont les significations imaginaires issues de la colonisation sont encore en vigueur dans le régime de la postcolonie (p. 184). La première caractéristique de la postcolonie est le commandement et le dressage des corps. En effet, les dictatures postcoloniales mettent en scène un rituel dithyrambique du pouvoir, semblable à celui des anciens régimes communistes (p. 158 ; p. 214). En outre, la mécanique du pouvoir se répète avec la mise en ordre systématique d’un culte de la personnalité. Le « potentat postcolonial » récupère la violence coloniale pour s’arroger le droit de commander. De cette manière, le régime politique en est réduit à sa pure dimension infantilisante, se démontrant incapable d’instituer des possibilités de délibération publique qui associent les populations. Le régime postcolonial se caractérise par l’arbitraire du pouvoir et de l’État, qui monopolise une violence illégitime (p. 118) pendant que les institutions internationales mettent en place des « plans d’ajustement structurel » (p. 126) avec des instructions précises pour la gestion financière des pays (réduction des dépenses publiques et des déficits). Bien que le régime postcolonial eût établi dans certains cas des compromis avec les communautés locales pour qu’elles prennent en charge par la solidarité communautaire des politiques publiques précises, les institutions internationales ont sapé le fondement de ces différentes communautés par le biais de leurs politiques néolibérales (p. 130).

3Achille Mbembe consacre son deuxième chapitre à la notion de « gouvernement privé indirect » pour mettre en évidence les logiques de captation du pouvoir par des groupes spécifiques. En réalité, les régimes de propriété et de souveraineté sont la plupart du temps détournés par les pouvoirs en place, comme ce fut le cas à des époques antérieures. Au temps de la postcolonie, les autocraties corrompues finissent par créer inconsciemment des structures et des logiques parallèles dans lesquelles les individus trouvent des solutions informelles à leur subsistance matérielle. Ce dédoublement des procédures étatiques et administratives fait partie du développement du gouvernement privé indirect (p. 153). Achille Mbembe analyse ces logiques d’« enchevêtrement » (p. 155) où les structures étatiques sont dédoublées et mimées par d’autres dispositifs parallèles ayant le même objectif. Les individus jonglent entre ces différents niveaux pour pouvoir survivre.

  • 3 Sony Labou Tansi, L’Anté-peuple, Paris, Seuil, 1983.
  • 4 Georges Balandier, Le détour : pouvoir et modernité, Paris, Seuil, 1985.

4Les réactions à la persistance du régime colonial se saisissent dans la mise en forme littéraire d’une esthétique de la vulgarité. Le phallocentrisme colonial est ainsi dénoncé par les romans africains postcoloniaux qui remettent en cause l’organisation de cette violence physique exercée sur les sujets aliénés. Dans cette perspective, « la postcolonie est une pluralité chaotique, pourvue d’une cohérence interne, de systèmes de signes bien à elle, de manières propres de fabriquer des simulacres ou de reconstruire des stéréotypes, d’un art spécifique de la démesure, de façons particulières d’exproprier le sujet de ses identités » (p. 184). C’est en véritable sémiologue qu’Achille Mbembe analyse la postcolonie comme régime spécifique de dressage des corps et de violence systémique. La postcolonie poursuit inlassablement l’œuvre brutale de la colonisation. En s’appuyant sur le cas du Cameroun, l’auteur montre comment l’obscénité, l’hilarité et la fête commandée par le pouvoir deviennent un cadre d’expression populaire (p. 194). Le pouvoir s’y donne en spectacle dans sa violence propre. Achille Mbembe prend pour exemple la narration de faits divers de certains quotidiens camerounais pour mettre en évidence le jeu de simulacres propre à l’esprit de la postcolonie (p. 198). L’ivresse, le viol, les excès de violence font partie de l’économie de cette postcolonie. La langue de bois des discours officiels, de même que les articles des quotidiens, font ressortir ce régime de l’absurde enraciné dans un cynisme généralisé. La postcolonie se plaît à généraliser la violence coloniale comme fait social total à travers les abus de pouvoir systématiques des bureaucrates postcoloniaux (p. 223). L’esthétique de la vulgarité repose de facto sur la référence omniprésente aux orifices et à la copulation, à l’instar des personnages du romancier congolais Sony Labou Tansi3. « La vie quotidienne du bureaucrate en postcolonie est ainsi faite : d’alcool, de jeux, de propos paillards et d’images lubriques, lorsqu’il s’agit de mettre en cause la vertu des femmes, d’évoquer les organes des secrétaires de bureaux, ou les performances sexuelles des favorites déclarées ou de petites maîtresses » (p. 224). Achille Mbembe analyse en anthropologue les rites de la bureaucratie postcoloniale et la manière dont ils sont rapportés par la presse. L’énumération de titres honorifiques ampoulés ainsi que la narration de faits et gestes des bureaucrates accompagnent les rites de nomination et de distinction du régime postcolonial (p. 232). Dans des analyses qui rappellent celles de l’anthropologue Georges Balandier4, Achille Mbembe écrit : « comme on le voit, l’obscénité, en tant qu’elle n’est pas d’abord une catégorie morale, constitue, au fond, l’une des modalités de l’exercice du pouvoir en postcolonie » (p. 233). L’auteur est certainement le premier à décrire aussi précisément le régime bureaucratique postcolonial.

5Les analyses d’Achille Mbembe s’enracinent dans la compréhension psychanalytique de la dynamique des pulsions. Il s’interroge sur les religions à partir de la libido divine à laquelle elles donnent lieu. « Derrière la métaphore de la libido divine, nous nous intéressons par conséquent à une figure très particulière du pouvoir : le pouvoir du fantasme et le fantasme du pouvoir en tant qu’ils passent par la pulsion et le tremblement divins et en tant qu’ils permettent d’atteindre une certaine quiétude et une complétude dont la référence finale est le salut » (p. 236). La radiographie de l’ordre théologico-politique est ici entreprise pour comprendre l’économie libidinale de la postcolonie. Ainsi, Mbembe effectue une description du christianisme sous le prisme du « flux salvifique » (p. 252) en interprétant le sens de la crucifixion du Christ. Ce flux est primordial dans la mise en présence d’un acte orgasmique mêlant amour et mort. Le sacrifice, dans un étal de souffrances et d’érotisme, devient le lieu par lequel le délire de Dieu se signale à l’homme (p. 253). C’est certainement cette image d’un Dieu absorbant l’homme au moment de la résurrection qui gouverne l’imaginaire des sociétés chrétiennes, fondées sur un régime mémoriel spécifique (p. 259). La postcolonie n’échappe pas à ce déterminisme premier, elle ne fait que réactualiser ce fantasme originaire d’un pouvoir qui se met en scène dans la violence érotique exercée sur les corps (p. 266). Cette analyse théologique est primordiale pour comprendre la fabrication de significations imaginaires de la postcolonie.

  • 5 Maurice Merleau-Ponty, Phénoménologie de la perception, Paris, Gallimard, 1945, p. 344.

6Dans ses aspects quotidiens, le pouvoir postcolonial s’exerce à partir de lieux comme la caserne ou le poste de police (p. 271), où il organise la violence en prescrivant, en brimant, en intimidant et en censurant. Le terme d’enchevêtrement revient souvent sous la plume d’Achille Mbembe quand il caractérise les empilements administratifs du régime postcolonial et les amalgames créés notamment autour des stéréotypes des colonisés (p. 279). Ce mot rappelle en filigrane celui d’« entrelacs » que l’on retrouve chez Merleau-Ponty5 lorsque ce dernier pense l’articulation entre la conscience et la conscience de soi. Le régime postcolonial fige les représentations des colonisés et réinstitue le code de l’indigénat en ancrant la distinction entre les autochtones et les autres (p. 68-69).

7In fine, l’objectif de l’ouvrage d’Achille Mbembe est de réhabiliter le sujet africain qui résiste à tout imaginaire dominant, mais qui est en même temps victime du régime de la postcolonie à la dérive. Percevoir l’Afrique sous l’angle uniforme de l’atrocité, de l’urgence et des exactions, c’est se condamner à penser le sujet africain comme éternellement hétéronome. La postcolonie est un espace de non-sens sans aucune ambition téléologique, et elle est peut-être pour cette raison ce qui pousse les Africains à réinventer l’Afrique. En réalité, le livre d’Achille Mbembe montre comment les discours d’infériorisation du colonisé ont remplacé la perception de la complexité des modes de vie africains. Ainsi, tout discours sur l’Afrique ne peut échapper à cet impensé (post)colonial, d’où la nécessité de ne s’intéresser qu’au sujet colonisé en déconstruisant les catégories coloniales perdurant dans l’ère de la postcolonie.

Haut de page

Notes

1 Achille Mbembe, Critique de la raison nègre, Paris, La Découverte, 2013 ; Politiques de l’inimitié, Paris, La Découverte, 2016 ; Brutalisme, Paris, La Découverte, 2020. Pour ce dernier ouvrage, notre compte rendu pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.42506.

2 Nous pourrions inclure presque tous les colloques et les conférences s’intéressant à « l’Afrique émergente » ces dernières années, notamment : https://www4.fsa.ulaval.ca/evenements/defis-apres-covid-19-afrique-emergente/ et http://recherche.parisdescartes.fr/cmh_esl/Archives/Archives/18-juin-2015-Colloque-L-Afrique-emergente2.

3 Sony Labou Tansi, L’Anté-peuple, Paris, Seuil, 1983.

4 Georges Balandier, Le détour : pouvoir et modernité, Paris, Seuil, 1985.

5 Maurice Merleau-Ponty, Phénoménologie de la perception, Paris, Gallimard, 1945, p. 344.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Premat, « Achille Mbembe, De la postcolonie, Essai sur l’imagination politique dans l’Afrique contemporaine », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 08 novembre 2020, consulté le 28 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/45258 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.45258

Haut de page

Rédacteur

Christophe Premat

Maître de conférences en études culturelles à l’Université de Stockholm.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search