Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Séverine Chauvel, Romain Delès, É...

Séverine Chauvel, Romain Delès, Élise Tenret (dir.), « Sélections dans l’enseignement supérieur et sens de la justice », L’Année sociologique, vol. 70, n° 2, 2020

Marie Duru-Bellat
Sélections dans l'enseignement supérieur et sens de la justice
Séverine Chauvel, Romain Delès, Élise Tenret (dir.), « Sélections dans l'enseignement supérieur et sens de la justice », L'Année sociologique, vol. 70, n° 2, 2020, 251 p., Paris, PUF, ISBN : 978-2-13-082298-1.
Haut de page

Texte intégral

1Dans ce dossier consacré à l’enseignement supérieur, l’objectif est de dégager les principes de justice qui sous-tendent les divers dispositifs mis en œuvre dans la période récente pour gérer les candidatures à l’entrée des filières post-baccalauréat. Ces dispositifs affichent une volonté d’efficacité (limiter les « erreurs d’orientation », réduire les échecs), tout en entendant respecter un fonctionnement méritocratique, pensé comme juste. Qu’en est-il, quand la recherche se penche précisément sur la sélection ainsi opérée : comment les instruments sont-ils paramétrés et comment ces procédures sont-elles vécues par les acteurs concernés ?

2Développant un regard historique, Gaële Goastellec rappelle combien les conceptions de ce qui est considéré comme juste varient dans le temps ; cependant, le fait de fonder l’accès à l’université sur des critères d’appartenance sociale existe depuis le Moyen Âge, dès lors qu’il s’agit de régir et de légitimer l’accès aux positions de pouvoir. Progressivement complété par la prise en compte de la valeur académique, et bousculé par l’accès croissant d’étudiants jusqu’alors exclus, notamment les femmes, la conception d’un accès juste a évolué et, en arrière-plan, celle de l’ordre social juste. La problématique de la reproduction des positions dominantes a dû progressivement s’articuler dans les sociétés démocratiques avec la problématique de la justice, à partir du moment où l’on a cessé d’admettre que les destins sociaux soient hérités. Monte alors la rhétorique de l’égalité des chances qui, de fait, consiste à donner à des personnes fondamentalement égales la possibilité d’accéder à des positions inégalement enviables.

3Les pays résolvent ce défi de manière différente, comme le montre l’étude de Nicolas Charles et Romain Delès. Certains, comme la France et l’Allemagne, privilégient une sélection sur la base du mérite scolaire ; d’autres, comme la Suède et l’Angleterre, prennent davantage en compte des critères extra-scolaires. Alors que les premiers visent à compenser les inégalités de parcours antérieures par des systèmes universitaires ouverts et gratuits, les seconds ouvrent la possibilité de reprendre des études à l’âge adulte, pour compenser après-coup les inégalités sédimentées pendant la formation initiale. De plus, en Suède, le « rendement » des études supérieures est plus faible que dans les autres pays, ce qui minimise les inégalités fondées sur les diplômes. À l’inverse, la France est un pays où les études supérieures s’avèrent particulièrement « payantes », ce qui durcit l’enjeu qu’elles constituent. On peut regretter que les auteurs n’en déduisent pas qu’on ne saurait analyser les inégalités à l’entrée dans le supérieur sans prendre en compte ce qui se passe ensuite, à l’entrée sur le marché du travail ; mais c’est là une perspective souvent ignorée par les recherches qui, comme dans ce numéro, restent focalisées sur l’accès…

4Cas emblématiques des procédures visant à réguler l’accès au supérieur, les dispositifs français « admission post-bac » (APB, généralisé en 2009) et « Parcoursup » (à compter de 2017) sont étudiés par Leila Frouillou, Clément Pin et Agnès van Zanten. Leur article décrit à la fois les visées des politiques, les réactions des enseignants et les profils des admis et dégage ce qu’on peut anticiper quant au positionnement des différentes filières du supérieur. Si le discours officiel met en avant des visées égalisatrices (une certaine priorité pour les boursiers, des soutiens pour les étudiants les plus faibles), l’analyse insiste sur « l’extension du principe de sélection » acté par Parcoursup ; il en découle une hiérarchisation croissante des universités, susceptible d’atténuer à terme la différenciation entre universités et filières sélectives « traditionnelles ». En outre, pour les auteurs, inviter les jeunes à faire des projets et à développer des stratégies les incite à se comporter « en sujets marchands », ce qui traduit une « visée conservatrice »…

5Le texte de Pauline Barraud de Largerie et Élise Tenret sur le dispositif qui régule l’accès à l’université de Dauphine depuis les années 1990 éclaire le fonctionnement concret des algorithmes qui fondent la sélection. Comme dans les autres dispositifs, on s’efforce de conjuguer une logique d’efficacité (sélectionner des étudiants à même de réussir) et une volonté de diversifier le profil des admis. Mais la mise en œuvre de ces principes passe par le paramétrage des algorithmes, une tâche technique gérée sur un mode relativement artisanal. Et au final, personne ne conteste les résultats du processus, non seulement parce qu’il est extrêmement opaque mais aussi parce qu’il semble avoir fait ses preuves, même si, de fait, le flux des admissions ainsi décidées s’avère imparfaitement fidèle aux principes proclamés.

6Les procédures de sélection requièrent des tâches complexes d’évaluation des candidats, comme l’illustre l’analyse des « conventions éducation prioritaires » mises en place à Sciences Po à des fins d’ouverture sociale, présentée par Marco Oberti et Alice Pavie. Mettant en avant la promotion de la diversité en privilégiant un ciblage territorial, ce dispositif entend valoriser les personnalités individuelles au-delà des seuls critères scolaires. Mais la sélection s’avère délicate : comment éviter le flou et la partialité quand il s’agit d’évaluer des personnalités, et quelle place donner « quand même » aux critères scolaires ? L’analyse des appréciations des jurys montre que leur réflexivité n’évite pas les biais sociaux classiques (selon l’origine sociale et le sexe), au-delà des critères scolaires qui restent prédominants, ce qui au total limite l’ouverture sociale visée.

7Le contexte institutionnel affecte également l’évaluation des candidats ; l’analyse de la sélection à l’entrée des masters universitaires, moins drastique et différente selon les sites et les spécialités, montre qu’elle intègre davantage le souci de la concurrence entre établissements (dans la région étudiée, l’Île de France) que la volonté explicite de diversifier socialement. L’enquête présentée par Marianne Blanchard, Séverine Chauvel et Hugo Harari-Kermadec, si elle souligne la diminution du poids des étudiants de milieu défavorisé entre la licence et la maîtrise, ne permet pas de faire la part entre l’auto-sélection de ces derniers et une sélection qui s’avèrerait globalement socialement biaisée. De fait, dans les formations scientifiques qui sont au cœur de l’étude, le sens de la justice se traduit par un respect des facteurs académiques qui semblent garantir que l’étudiant correspondra aux attentes de formations relativement pointues, puisqu’on se situe après la licence. À nouveau, c’est la corrélation entre valeur académique à l’entrée et profil social qui sous-tendrait le caractère biaisé d’une sélection ici assez inconsciente de sa dimension sociale.

8Quels peuvent être, sur les étudiants concernés, les effets d’un processus de sélection initiale ? Tel est l’objet de l’article de Romuald Bodin, Juliette Mengneau et Sophie Orange. On peut faire l’hypothèse (qui s’inspire des travaux sur les concours sélectifs) d’un effet de consécration, qui doterait les heureux sélectionnés d’aprioris positifs… En réalité, c’est plus le changement de structures, de styles et de contenu – l’entrée dans un autre monde – qui conduit les étudiants à « positiver », même quand il n’y a eu aucune sélection. Au début du moins, car avec les premiers partiels, nombre d’étudiants décrochent, peut-être ceux qui se sentent le moins à leur place. Alors que le texte suggère que la sélection sociale est plus forte que la sélection scolaire en droit, aucune source n’est citée sur cette question évidemment importante. Quant aux « bénéficiaires » des « oui-si » (ces dispositifs imposés aux étudiants admis mais jugés un peu justes), l’effet d’étiquetage négatif l’emporterait sur l’effet censément positif de leurs résultats, mais ce dernier n’est pas testé dans cette enquête. Plus concrètes, les données sur le travail des étudiants, confrontés à des attentes enseignantes souvent floues, semblent expliquer l’importance des échecs.

9L’article de Siyu Li montre qu’en Chine, alors qu’on a assisté ces dernières années à une forte expansion de l’enseignement supérieur, le traditionnel concours d’entrée, le Gaokao, ne vise plus à sélectionner une frange réduite de la jeunesse mais à répartir plus de la moitié d’une classe d’âge entre des filières hiérarchisées. Ce concours devenu « distributif » s’inscrit dans une visée de justice méritocratique remontant à la révolution chinoise. Extrêmement scolaire, il entend à présent doter les futures élites du pays de « qualités sociales » leur permettant de mieux s’insérer sur le marché du travail mondial. Des lycées dits exemplaires offrent à leurs élèves à la fois le bachotage requis pour le concours mais aussi la possibilité de développer ces qualités par des activités extra-scolaires. De leur côté, les familles les mieux dotées s’efforcent de développer ces qualités chez leur enfant le plus tôt possible. Si ce concours centralisé n’est pas sans efficacité pour faire intérioriser la méritocratie, les inégalités sociales face aux études sont toujours présentes (toutefois, on ne sait rien ni de leur ampleur ni de leur évolution).

10Au total, même si les considérations de justice sont omniprésentes dans les analyses, on reste incertain sur ce qui fonde le verdict de justice ou d’injustice des chercheurs. Que serait, pour eux, un enseignement supérieur juste ? Un enseignement où tout étudiant peut accéder à des filières (toutes d’excellence) quelles que soient ses chances de réussir, d’où tout étudiant sorte diplômé quels que soient les débouchés… Une autre famille de questions reste à creuser : est-il plus inégalitaire de prendre en compte les motivations, les projets et la personnalité des étudiants que de se baser sur leur niveau scolaire, sédimenté tout au long de leur cursus antérieur, et où sans doute certains choix ont pris place, sauf à postuler un déterminisme total ? Des questions vives, que l’on ne saurait éluder par la seule vertu de la dénonciation des inégalités…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Duru-Bellat, « Séverine Chauvel, Romain Delès, Élise Tenret (dir.), « Sélections dans l’enseignement supérieur et sens de la justice », L’Année sociologique, vol. 70, n° 2, 2020 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 10 novembre 2020, consulté le 28 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/45302 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.45302

Haut de page

Rédacteur

Marie Duru-Bellat

Sociologue spécialiste des questions d’inégalités sociales et genrées (Observatoire sociologique du changement et IREDU).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search