Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Ronan Hervouet, Le goût des tyran...

Ronan Hervouet, Le goût des tyrans. Une ethnographie politique du quotidien en Biélorussie

Sylvain Dufraisse
Le goût des tyrans
Ronan Hervouet, Le goût des tyrans. Une ethnographie politique du quotidien en Biélorussie, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « Documents », 2020, 281 p., ISBN : 978-2-35687-723-9.
Haut de page

Texte intégral

1Alexandre Loukachenko, président de la Biélorussie depuis 1994, a été de nouveau élu le 9 août 2020 avec 80,08 % des suffrages. Sa réélection a été suivie de manifestations d’ampleur, de grèves et de protestations pendant plusieurs mois. Le livre de Ronan Hervouet, publié au moment où la « dernière dictature d’Europe » était traversée par ce mouvement social, s’interroge sur les ressorts de la perpétuation d’un régime autoritaire. Si la répression policière et la force des appareils d’État ont été ces dernières semaines nettement visibles, L’auteur cherche à dépasser une approche qui se limiterait à cette interprétation, comme celle qui privilégierait le succès de l’embrigadement ou l’emploi de politiques sociales populistes. Il prend le parti d’étudier la société biélorusse d’en bas et s’intéresse aux « attitudes laissant apparaître les enchevêtrements de consentement et de mécontentement, de l’adhésion et du refus, de l’accommodement et de la résistance passive » (p. 10). Son étude est une plongée dans les mondes ruraux biélorusses, dont il tente de retracer les adaptations aux évolutions sociales, économiques et politiques depuis la chute de l’URSS, puis à l’instauration d’un régime autoritaire en 1996. Ce terrain d’enquête est pour la Biélorussie particulièrement riche de compréhension. En effet, dans la transition vers le « socialisme de marché » qui se caractérise par l’introduction de la concurrence et par le maintien d’une forte intervention étatique, le monde rural est devenu un des socles du régime. Le pouvoir s’y met régulièrement en scène lors de grands comices, les Dozhinki. Le secteur agricole, organisé comme durant la période soviétique autour de kolkhozes, a bénéficié d’investissements massifs.

2R. Hervouet propose une « ethnographie en pointillés » des « mondes vécus de la dictature » (p. 242). Aguerri au terrain biélorusse qu’il a fréquenté de 1999 à 2003, l’auteur a prolongé ses observations ethnographiques par une quarantaine d’entretiens menés entre 2006 et 2013 et par des études ponctuelles de la presse biélorusse. Le livre n’est donc pas la monographie d’un village, d’un kolkhoze ou d’une région mais une analyse des vies domestiques, professionnelles et villageoises de Biélorusses ruraux. Pour cela, l’auteur présente des récits de vie et des parcours biographiques de membres de différentes localités et générations. Comme le livre souhaite aussi analyser le rapport ordinaire au politique et les potentielles formes d’attachement au régime autoritaire, l’auteur est attentif, dans les conversations quotidiennes, aux craintes et aux jugements visant l’ordre social et politique. R. Hervouet justifie aussi cette démarche par une triple difficulté d’enquête : un milieu où l’État et le contrôle policier et administratif sont très présents ; un régime hérité de l’Union soviétique qui n’admet pas le débat critique ; une enquête auprès de classes populaires, parfois méfiantes à l’égard d’un intellectuel étranger.

3L’ouvrage s’organise en dix chapitres. Le premier chapitre adopte une perspective « par le haut » et s’intéresse au déploiement de politiques spécifiques d’encadrement politique, social et économique. Sous la férule d’Alexandre Loukachenko, les différents gouvernements biélorusses ont lancé depuis les années 2000 des politiques volontaristes pour moderniser l’agriculture et soutenir le monde rural. Cela s’est effectivement traduit par un ralentissement de l’exode rural, une amélioration des conditions de vie et une augmentation de la production agricole. Des dispositifs et des injonctions politiques, administratives et morales ont contribué à son déploiement : pressions sur les directeurs de kolkhoze et sur la main-d’œuvre (contrat de travail exclusivement à durée déterminée, sanctions disciplinaires) et méthodes paternalistes. Les chapitres 3 et 4 invitent à observer les pratiques, à situer les ressources, autorisées ou non, mobilisées par les habitants des kolkhozes. L’auteur retrouve des continuités soviétiques (importance du lopin et de l’autoconsommation, vente des surplus sur les marchés locaux) et de nouveaux usages (datchas comme lieux de villégiature pour les urbains, agrotourisme, développement de tours de chasse pour les étrangers). Il montre aussi combien les espaces ruraux biélorusses sont connectés à des circulations internationales qui permettent l’accès à des ressources matérielles : migrations de travail saisonnier, contrebandes et achats en Lituanie et en Pologne pour la revente, séjours à l’étranger organisés par des projets associatifs internationaux. Les pratiques illégales d’infraction ou de détournement, comme les larcins, le détournement du temps de travail, le braconnage permettent de desserrer les contraintes économiques. Répréhensibles, elles ne sont pas forcément sanctionnées et témoignent des liens d’interdépendance locaux, comme de marges de manœuvre face aux injonctions politiques venues d’« en haut », ce qui constitue l’objet du chapitre 5. Ronan Hervouet recense ainsi des ressources mobilisables par les habitants des kolkhozes : économie domestique fondée sur les principes de réciprocité et de mutualisation, sur des réseaux de parenté qui lient alliances familiales et échanges de biens et de service ; économie du kolkhoze qui offre des tarifs fixés, des prix faibles pour des interventions médicales sur des animaux, qui permet l’accès à des ressources matérielles et des outils. L’auteur décrit également la «  verticale du pouvoir  » (p. 112) sous la forme de réseaux de dépendance qui engendrent esprit de corps et solidarité. Le lien à l’administration présidentielle est nécessaire pour demeurer et pour accéder aux opportunités importantes d’extorsion de fonds publics, dans la mesure où celles-ci restent dans l’ordre du tolérable et du toléré. À l’échelle du kolkhoze, le directeur cherche à se conformer aux injonctions venues de l’administration centrale et à manœuvrer pour s’assurer des protections dans l’administration régionale. À quelques reprises, le lecteur aurait aimé disposer de plus d’informations sur les localités étudiées, sur les effets territoriaux des réseaux de patronage et davantage de spatialisation : être membre d’un kolkhoze ou directeur, cela a-t-il les mêmes effets quand on appartient à une région agricole riche, à un espace rural de loisir à la périphérie d’une grande ville ou dans un territoire isolé ?

  • 1 Svetlana Aleksievitch (trad. Sophie Benech), La Fin de l'homme rouge ou le temps du désenchantement(...)
  • 2 La perestroïka désigne une période de l’histoire de l’Union soviétique, entre avril 1985 et décembr (...)

4Les chapitres 6, 7 et 8 s’appuient sur l’analyse de récits de vie. Ils proposent d’étudier le « cosmos » (p. 193) des Biélorusses ruraux à partir de leurs trajectoires biographiques et des ruptures historiques vécues. On ne peut alors s’empêcher de penser aux témoignages recueillis par l’auteure Svetlana Aleksievitch1. Comment les plus âgés définissent-ils les horizons d’un monde qui apparaissent désirables alors qu’ils peuvent apparaître pour d’autres, socialisés dans les générations suivantes, comme étroits et frugaux ? Comment acceptent-ils des conditions de vie que d’aucuns trouveraient inimaginables ? Ronan Hervouet présente les principes moraux partagés par ces communautés (le travail, l’endurance, l’autonomie). Il étudie les figures scandaleuses (profiteurs, paresseux, moralistes citadins) et ce qui compose le juste et l’injuste, le tolérable et l’intolérable. Il retrace les itinéraires biographiques de plusieurs générations de Soviétiques ruraux dont il contextualise les récits : d’abord, les violences du Front de l’Est (invasion nazie et extrême violence subie), les faits de collaboration, la collectivisation des terres  ; ensuite, la stabilisation et l’accès à des conditions de vie «  acceptables  » durant la période 1960-1980, les formes d’ascensions sociales permises par la « méritocratie » soviétique, l’accès à une modeste aisance matérielle et aux biens de consommation (voiture, radio, réfrigérateur), l’augmentation du niveau de vie ; enfin, le choc de la fin de l’URSS, la fonte des économies réalisées et les incertitudes sur l’avenir provoquées par la perestroïka2. Ronan Hervouet décrit à hauteur d’homme des ascensions perturbées par la perestroïka, puis normalisées par la révolution conservatrice de Loukachenko.

5Le livre de Ronan Hervouet propose donc une plongée riche dans les communautés kolkhoziennes de Biélorussie. Il permet de saisir les échelles de pouvoir et les interdépendances, d’appréhender les effets sociaux des transitions politiques et de mieux comprendre l’acceptation de Loukachenko dans les espaces ruraux. Il parvient de manière très nuancée à révéler les trames sociales, économiques et politiques des mondes kolkhoziens et, par une étude fine des itinéraires biographiques, à réinscrire les vies de leurs membres dans le passé soviétique et le présent biélorusse.

Haut de page

Notes

1 Svetlana Aleksievitch (trad. Sophie Benech), La Fin de l'homme rouge ou le temps du désenchantement, Arles, Actes Sud, 2013.

2 La perestroïka désigne une période de l’histoire de l’Union soviétique, entre avril 1985 et décembre 1991, caractérisée par une restructuration de la vie politique, sociale et économique, par la libéralisation de l’activité économique et par l’introduction de la liberté d’expression et d’information.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Dufraisse, « Ronan Hervouet, Le goût des tyrans. Une ethnographie politique du quotidien en Biélorussie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 10 novembre 2020, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/45317 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.45317

Haut de page

Rédacteur

Sylvain Dufraisse

Agrégé d’histoire et docteur en histoire contemporaine de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Sylvain Dufraisse est actuellement maître de conférences à l’université de Nantes et membre de l’UMR CENS. Il a travaillé dans le cadre de son doctorat sur l’histoire sociale, culturelle et politique de l’élite sportive soviétique des années 1930 aux jeux Olympiques de Moscou en 1980. Spécialiste d’histoire sociale et culturelle de l’Union soviétique, il poursuit actuellement ses recherches dans deux directions : les canaux et les modalités de l’internationalisation du sport soviétique et l’histoire des pratiques de loisirs en URSS. Il est l’auteur de l’ouvrage Les héros du sport, une histoire des champions soviétiques (années 1930-années 1980), (Ceyzerieu, Champvallon, 2019).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search