Navigation – Plan du site
Le capital social

Le capital social

Performance, équité et réciprocité
Michel Lallement, Antoine Bevort (dir.), Le capital social. Performance, équité et réciprocité, La Découverte, coll. « recherches », 2006, 322 p., EAN : 9782707148049.
Notice publiée le 23 février 2006

Présentation de l'éditeur

Avec la notion de réseau, qui lui est d'ailleurs étroitement apparentée, le concept de " capital social ", quoique mal connu en France, est probablement celui qui a suscité le plus de travaux et de débats, d'ampleur internationale, en sociologie et en science politique, mais aussi en économie, depuis les années 1990. Il fonde en effet une hypothèse d'une importance cruciale: celle que l'efficacité économique d'un individu, d'une entreprise ou d'une nation ne dépend pas tant- ou pas seulement - de la quantité de capital économique dont ils disposent que de la dualité des relations sociales au sein desquelles s'insère leur activité. La thèse est fascinante, mais on devine toutes les questions qu'elle soulève. Qu'est-ce que la qualité d'une relation sociale? Peut-on la mesurer? Et comment? Derrière ces interrogations se cache un conflit doctrinal plus profond. Dans l'idée même de capital social, que faut-il privilégier : la dimension du capital ou celle du social? L'idée, utilitariste, que les relations sociales d'amitié ou de solidarité peuvent servir, de manière instrumentale, à la réussite économique? Ou bien, à l'inverse, celle qu'elles n'ont d'efficacité économique qu'à litre de sous-produit, que pour autant qu'elles sont d'abord recherchées et valorisées pour elles-mêmes? Sur tous ces points, dans le sillage des articles fondateurs de Pierre Bourdieu et Robert Putnam, difficiles d'accès en France, ici repris pour le premier, traduit pour le second, on trouvera dans cet ouvrage une synthèse sans équivalent des débats en cours et des analyses que le concept autorise.

Haut de page