Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Étienne Anheim (dir.), « Archives...

Étienne Anheim (dir.), « Archives », Annales. Histoire, sciences sociales, vol. 74, no 3-4, 2019

Juliette Deloye
Archives
Étienne Anheim (dir.), « Archives », Annales. Histoire, sciences sociales, vol. 74, n° 3-4, juillet-décembre 2019, 412 p., Paris, Cambridge University Press, EHESS, ISBN : 9782713228001.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Fabrique des archives, fabrique de l’histoire », Revue de synthèse, n° 125, 2004.

1Que désigne le court intitulé de ce double numéro des Annales, « Archives », sans déterminant ni complément d’objet ? Tout d’abord, un domaine de la recherche historique très dynamique depuis les années 1990, « les archives », qui pourrait, estiment plusieurs contributeurs du volume, faire dialoguer davantage historiens et archivistes. Le projet du volume est de « rendre compte de ce moment historiographique de réinvention entre les sciences des archives et la science de l’histoire » (Étienne Anheim, p. 512). Mais un numéro spécial de revue, par les articles qu’il présente, enregistre toujours un état de la recherche ; c’était le cas d’un volume de la Revue de Synthèse paru en 2004 et intitulé « Fabrique des archives, fabrique de l’histoire », sur lequel six contributions de ce numéro des Annales prennent appui et révèlent, à plusieurs années de distance, la portée1. Cet état de la recherche sur les archives en 2019, par la mise en volume des contributions, leur impression, leur publication, est aussi rendu disponible pour l’avenir – comme autant d’archives (potentielles, futures) de la recherche en sciences sociales.

  • 2 Les politistes ont manifesté un même intérêt : Aranda Mauricio et Simonpoli Nicolas, « Aller aux ar (...)

2Les neuf articles, encadrés en amont par une introduction et en aval par des comptes rendus de travaux sur les archives et d’éditions de documents, s’organisent en trois parties, « Matérialité », « Politique » et « Historiographie », entre lesquelles on pourrait tracer un chemin qui va de l’objet à l’historien. Ces contributions témoignent de la forte présence des archives comme domaine de recherche, principalement en histoire, mais aussi en anthropologie (Marie-Aude Fouéré), en sociologie (la note critique de Bénédicte Girault, historienne, porte sur un ouvrage de sociologie) et en archivistique (Olivier Poncet écrit avec la double identité d’historien et d’archiviste)2. La diversité des périodes et des aires géographiques qu’elles embrassent invite à des comparaisons et des décentrements.

3Dario Internullo ouvre la première partie, « Matérialité », avec un article qui réinvestit la problématique classique du passage du papyrus au parchemin au haut Moyen Âge. L’Europe médiévale sert souvent de cadre à la formation des outils méthodologiques et épistémologiques de l’histoire des archives, appliqués à d’autres terrains. C’est la démarche revendiquée par Anaïs Wion dans son travail sur l’autorité de l’écrit au sein de la société chrétienne éthiopienne médiévale et moderne, qui propose un fort décentrement des enjeux européens ; la problématique est particulièrement saisissante : quel est l’intérêt, pour un État qui produit des écrits, à ne pas les archiver ? Elle contraste avec la corrélation, souvent repérée dans les travaux sur l’Europe moderne, entre construction de l’État et constitution de dépôts d’archives, qui se trouve retravaillée dans l’article d’Anna Joukovskaia et Evgenii Akelev à partir du cas de la Russie tsariste.

4Leur contribution, qui donne à voir le développement parallèle de dépôt d’archives et d’une historiographie d’État fondée sur les archives, fait écho à celle de Philipp Müller qui ouvre la seconde partie du volume, « Politique ». Il étudie la manière dont les historiens de Bavière, de Prusse, d’Autriche, de Venise ou de Rome ont progressivement eu accès aux archives, au cours des années 1800-1850. Sophie Cœuré interroge quant à elle les spécificités du monde soviétique des archives après la révolution d’octobre 1917, y compris sur fond de guerre froide, et Sylvie Thénault étudie les conséquences de l’annonce faite par Emmanuel Macron, en 2018, de la dérogation générale ouvrant les archives concernant les disparus de la Guerre d’indépendance algérienne. Cette contribution, qui met aussi au jour les enjeux historiographiques absents de l’annonce présidentielle, fait transition vers la troisième partie du volume, « Historiographie ».

  • 3 Bourdieu Pierre, Sur l’État. Cours au Collège de France 1989-1992, Paris, Seuil, 2012, p. 94.
  • 4 Derrida Jacques, Mal d’archives, Paris, Galilée, 2008 [1995].
  • 5 Laferté Gilles, Pasquali Paul, Renahy Nicolas (dir.), Le laboratoire des sciences sociales. Histoir (...)

5Dans un article en forme de bilan transpériodique et interdisciplinaire de la littérature internationale sur les archives, Olivier Poncet propose une réflexion sur les récents « tournants » documentaire (des historiens) et archivistique (des archivistes) – selon un point de vue « méta-méta »3, les tournants constituant déjà des moments réflexifs – en pointant les incompréhensions qui subsistent entre le monde des archivistes et celui des universitaires. C’est sur Mal d’archive de Derrida4, un ouvrage souvent cité mais jamais vraiment expliqué ni utilisé de manière approfondie, que se concentre Marie-Aude Fouéré. Sa démarche relève de la sociologie historique de la circulation des idées mais n’est pas si éloignée non plus de celle de l’historien des pratiques de lecture, lorsque l’auteur étudie la réception, résolument politique, de l’œuvre du philosophe dans l’Afrique du Sud post-apartheid. La figure de Verne Harris, archiviste sud-africain passeur de Derrida qui tente de refonder l’archivistique sur un projet politique, est au cœur du propos. Le dossier se clôt sur la note critique d’un ouvrage de Laferté, Pasqualy et Renahy5 par Bénédicte Giraud, qui mène une réflexion plus vaste sur les archives de la recherche et la notion de « revisite ».

6Les contributions se répondent et dégagent des problématiques communes, telles que l’accès aux archives, l’absence de source et les lacunes archivistiques, le statut de l’archive comme preuve et le rapport de l’historien à la vérité. Plusieurs articles sont aussi porteurs de prises de position éthiques et/ou politiques. Prenons le cas des enjeux historiographiques de la dérogation ouvrant les archives des disparus de la Guerre pour l’indépendance de l’Algérie (Sylvie Thénault). L’historiographie prouve la responsabilité de l’État dans les disparitions massives mais l’élucidation de leurs conditions de possibilité, qui intéresse les familles, reste souvent en suspens au risque, sinon, de voir surgir la question des preuves tangibles de chaque disparition. Sylvie Thénault défend ainsi un compagnonnage entre les historiens et les familles des disparus. Les problématiques affrontées dans chacun des articles du numéro entremêlent et transcendent souvent les seuls enjeux matériel, politique ou historiographique qui les ordonnent. À l’exception d’un ou deux articles où, comme avec Verne Harris, ils sont au cœur du propos, les archivistes comme acteurs sociaux sont restés un peu à l’écart de la réflexion d’ensemble du volume ; entre matérialité, politique et historiographie, pointe l’absence d’un volet plus « social ».

  • 6 Donato Maria Pia, Saada Anne (dir.), Pratiques d’archives à l’époque moderne. Europe, mondes coloni (...)

7Ce double numéro est placé sous le signe de la réflexivité. Celle des historiens d’abord, qui interrogent leurs propres « pratiques d’archives »6 et réfléchissent à leur métier. Celle des Annales ensuite, dont l’importance dans la construction du champ de l’histoire des archives, soit comme revue, soit au travers de contributeurs individuels, se mesure tout au long d’un volume placé sous le patronage de Lucien Febvre. La dimension réflexive ne relève pas seulement d’une expérience de lecture, elle est assumée dès l’introduction (Étienne Anheim) puis au fil des articles et de manière très saisissante dans la note critique de Bénédicte Girault, qui clôt le numéro par une « mise à l’épreuve du projet réflexif » (p. 518), assurant ainsi un caractère circulaire au recueil. Parfois vertigineuse, au risque de l’« écueil mémoriel » ou de la « paralysie » (p. 798 et 800), la réflexivité est féconde lorsqu’elle conduit par exemple à mettre en histoire le rapport des historiens à la critique archivistique (Anna Joukovskaia et Evgenii Akelev). La note critique de Bénédicte Girault offre ainsi une clé de lecture des articles précédents : les contributions du volume peuvent être relues comme autant de potentielles futures archives de la recherche – soit le thème de l’ouvrage qui fait l’objet de cette note. Ce thème traverse le numéro, comme lorsque Sylvie Thénault fait part des enjeux que représente, pour l’historiographie des disparitions de la Guerre d’indépendance de l’Algérie, l’accès aux archives de Pierre Vidal-Naquet.

8En cela, le numéro témoigne d’un moment historiographique où la construction des archives comme objet du travail historien n’est peut-être pas encore tout à fait stabilisée. Le fait que les archives n’ont pas été fabriquées pour les historiens est rappelé (c’est-à-dire jugé utile à rappeler) par plusieurs contributeurs au seuil de leur article, signe que cela n’est pas si évident. La déclaration, à propos de plusieurs objets « brûlants » – les violences de guerre du XXe siècle en particulier –, selon laquelle il serait impossible d’en faire l’histoire sans retracer celle de leur documentation comporte un hiatus. Elle peut suggérer qu’il y aurait des objets pour lesquels, plus que pour d’autres, l’histoire de leur documentation est nécessaire. Dans cette perspective, l’histoire des archives se voit conférer un statut d’auxiliaire d’une autre histoire qu’il s’agirait « vraiment » d’éclairer. En distinguant des documents particulièrement bons pour l’histoire des archives (parce que mis au secret, par exemple), on risque de perdre quelque peu cette dernière comme domaine de recherche. Pour autant, ce numéro des Annales rend compte du dynamisme des travaux qui prennent les archives pour objet. Alors que la bibliographie, mondiale, est abondante – la contribution d’Olivier Poncet nous met au défi de tout lire sur les archives, quand la rubrique « Comptes rendus » recense plus de cinquante titres parus ces dernières années –, ce double numéro relève autant du bilan que du programme. Il ouvre considérablement les horizons du chercheur, français en particulier, et invite à poursuivre les recherches en histoire, en sciences sociales et en histoire des sciences sociales, dans le domaine des archives, qui n’est pas un domaine séparé de l’histoire ni des sciences sociales.

Haut de page

Notes

1 « Fabrique des archives, fabrique de l’histoire », Revue de synthèse, n° 125, 2004.

2 Les politistes ont manifesté un même intérêt : Aranda Mauricio et Simonpoli Nicolas, « Aller aux archives, entrer sur le terrain ? Sur les conditions sociales d’enquêtes en « terrain archivistique », Genèses, n° 112, 2018, p. 123-139.

3 Bourdieu Pierre, Sur l’État. Cours au Collège de France 1989-1992, Paris, Seuil, 2012, p. 94.

4 Derrida Jacques, Mal d’archives, Paris, Galilée, 2008 [1995].

5 Laferté Gilles, Pasquali Paul, Renahy Nicolas (dir.), Le laboratoire des sciences sociales. Histoire d’enquêtes et revisites, Paris, Raisons d’agir, 2018.

6 Donato Maria Pia, Saada Anne (dir.), Pratiques d’archives à l’époque moderne. Europe, mondes coloniaux, Paris, Classiques Garnier, 2019.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Juliette Deloye, « Étienne Anheim (dir.), « Archives », Annales. Histoire, sciences sociales, vol. 74, no 3-4, 2019 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 25 novembre 2020, consulté le 15 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/45322 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.45322

Haut de page

Rédacteur

Juliette Deloye

Doctorante en histoire moderne, Université de Strasbourg, UR 3400 ARCHE / Grihl.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search