Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Florence Descamps, Archiver la mé...

Florence Descamps, Archiver la mémoire. De l’histoire orale au patrimoine immatériel

Caroline Leroy
Archiver la mémoire
Florence Descamps, Archiver la mémoire. De l'histoire orale au patrimoine immatériel, Paris, EHESS, coll. « Cas de figure », 2019, 216 p., Préface de Patrick Fridenson, ISBN : 978-2-7132-2805-6.
Haut de page

Texte intégral

1Comment rendre compte d’un vécu, dégager toute l’émotion et l’intensité d’une tranche de vie, retranscrire fidèlement mieux qu’en l’exprimant à l’oral un parcours, un témoignage, un ressenti ? Loin de s’opposer à l’écriture et à la nécessaire conservation des documents écrits, loin de renvoyer à un niveau moindre les velléités d’écriture de nombre d’historiens soucieux de retranscrire une histoire au plus près de la réalité vécue, perçue, lue et transmise de génération en génération, les travaux de Florence Descamps plaident en faveur d’une histoire orale, riche de matière humaine, reconnue à sa juste valeur en tant que patrimoine immatériel.

  • 1 Florence Descamps, L’historien, l’archiviste et le magnétophone. De la constitution de la source or (...)
  • 2 Philippe Joutard, « La collecte des témoignages oraux. Retour sur quarante ans de pratique en Franc (...)

2L’ouvrage comporte quatre chapitres puis un guide méthodologique pour l’« ingénierie des archives orales ». Si les chapitres retracent « l’histoire dans l’histoire » et explicitent à des fins de compréhension pratique les étapes d’une démocratisation de l’histoire orale avec une spécificité « à la française » dont l’auteure est porteuse, c’est le guide méthodologique, concis et pratique, qui apporte aux futurs enquêteurs oraux une plus-value par rapport à son ouvrage de 20011. Si « des avancées sont réalisées, mais jamais au cœur de la recherche historique »2, l’ouvrage peut représenter un guide à l’intention de ceux et celles qui voudraient utiliser les sources orales pour leurs recherches en histoire contemporaine. Même si l’auteur émet le regret de l’inexistence d’une filière doctorale universitaire en histoire orale, les quatre chapitres retracent l’« apprivoisement » par les historiens des sources orales, ayant conduit à une « mise en patrimoine » de cette mémoire qui peut laisser présager un avenir et une place plus centrale pour les « monuments immatériels », à condition qu’ils soient voulus par les chercheurs et les instances patrimoniales publiques notamment (p. 111). Florence Descamps nous emmène donc sur les traces de la spécificité d’une « histoire orale à la française » et défend l’acclimatation, qu’elle juge réussie, du témoignage oral individuel en histoire contemporaine, malgré un mouvement de patrimonialisation en France dans les années 1990 qui aurait pu évincer l’histoire orale au profit d’une « simple » mise en conservation des témoignages oraux.

  • 3 Patrick Fridenson, historien français, directeur d’études au Centre de recherches historiques (CRH) (...)

3Patrick Fridenson3 signe une préface très fournie de cet ouvrage en retraçant, par des exemples éminemment choisis, les lieux et modalités des premiers recours convaincants à l’histoire orale. Véritable plaidoyer en faveur de l’histoire orale qui permet de voir « encore mieux la précarité du document écrit » (p. 23), cette préface permet une définition et une compréhension nécessaires à la lecture de l’ouvrage de Florence Descamps.

4Le perfectionnement des magnétophones à partir de 1948 aux États-Unis et l’invention à l’Université de Columbia de l’oral history permettent à l’entretien de faire son apparition comme technique de recherche qui se diffuse en France dans les années 1960. Nombre de sciences ont recours à ces matériaux oraux, comme l’ethnographie, l’anthropologie, la sociologie ou les sciences politiques. S’agissant de l’histoire orale, l’auteure repère cinq leviers en France, qui « vont donner à l’histoire orale en France ses spécificités » (p. 52), encore actives de nos jours : le « germe » généré par les recherches centrées sur la seconde guerre mondiale et la Résistance ; l’histoire sociale qui amène nombre d’anthropologues, historiens et même géographes à manier les sources orales dès la fin des années 1950 ; le pôle des langues régionales et minoritaires, langues en voie de disparition, dont les tenants décident très tôt de conserver les sources orales en « corpus oraux » ; l’ethnohistoire qui cherche à conserver la mémoire des communautés religieuses, culturelles, linguistiques ou ethniques particulières ou minoritaires et « croise oralité, mémoire et histoire locale » ; enfin l’histoire politique et des institutions, par l’organisation de grands colloques avec l’interventions de témoins, qui rend traditionnel ce recours à la source orale sans pour autant vouloir la théoriser comme « une autre histoire », contrairement aux options des fondateurs de l’histoire orale (p. 58).

5Ce sont ces cinq « jeunes pousses », pour reprendre l’expression de Florence Descamps, qui constituent l’essence originelle de la spécificité française de l’histoire orale. La loi de 1979 qui réduit de cinquante à trente ans le délai de réserve des archives publiques et permet à des témoins plus jeunes de « peser sur l’histoire en train de s’écrire » (p. 62) est par ailleurs un déclic bienvenu pour qui désirait s’appuyer sur l’histoire orale en France.

  • 4 Voir à ce propos par exemple les travaux de collecte de Dominique Aron-Schnapper entre 1975 et 1980 (...)

6L’ouvrage, au-delà d’un plaidoyer convaincant, ne se résume pas à cette histoire de l’histoire orale. Florence Descamps a le recul nécessaire afin de repositionner les archives orales par rapport à l’histoire orale, de problématiser et d’expliciter le retard français dans cette spécialité d’histoire qu’est l’histoire orale. Elle retrace les prémisses et auteurs qui ont impulsé la constitution d’archives orales4 dans différents domaines et qui sont à l’origine d’une « division numérique des troupes » (p. 65) impactant négativement le développement en France de l’histoire orale en tant que discipline à part entière. Pour autant, cette distinction entre archives et histoire orale aura permis de passer d’une « technique historiographique propre à l’histoire du temps présent […] à un environnement professionnel archivistique et documentaire qui exige des savoir-faire et des compétences très différentes » (p. 71). Car l’enjeu finalement est de répondre à la tension « mémoire-histoire » qui, pour l’auteure, doit être un débat « fécond » visant à faire cohabiter « une connaissance historique claire et rationnalisée d’un évènement et une mémoire vive, psychologiquement et affectivement sensible de ce même évènement » (p. 85) afin de « conjurer l’oubli et célébrer les morts » (p. 88).

  • 5 André Chastel, « Patrimoine monumental », in Encyclopædia Universalis, disponible en ligne : https: (...)

7La patrimonialisation fait l’objet d’une bonne moitié de l’ouvrage, tant sur les raisons de son accélération que sur les conditions de la constitution du « patrimoine mémoriel ». Si les institutions ont montré dans les années 1990 et 2000 un engouement pour l’efficacité du concept d’archives orales, ces dernières ont tout autant profité d’une actualité politique, sociale et scientifique en faveur de la collecte de témoignages pour une mémoire des traumatismes du XXe siècle. Depuis les années 2000, la médiatisation, le cinéma de fiction et le cinéma documentaire, ainsi que la nouvelle offre de diffusion que constitue internet, rebattent les cartes de l’histoire orale en mettant la pression sur le politique pour cibler ce qu’est le patrimoine et comment le conserver. Car est patrimoine « ce dont la préservation demande des sacrifices et ce dont la perte constitue un sacrifice »5. Ainsi, la réactivation des identités régionales, notamment suite aux lois de décentralisation, est également un facteur favorable à la patrimonialisation, avec l’apparition de nouveaux acteurs institutionnels et de commanditaires locaux désireux de valoriser leurs spécificités locales par leur mémoire. Et l’auteure de conclure à la mise en patrimoine de la mémoire, et au couronnement de la mémoire en tant que patrimoine « dans sa fragilité et dans son immatérialité » (p. 110).

8Pour terminer, le guide méthodologique est concis et pratique, mettant à profit l’expérience accumulée par Florence Descamps depuis les années 1970 en matière d’enquêtes orales. Ce guide riche et synthétique, conçu dans un souci d’opérationnalité, tant pour créer que pour exploiter des corpus oraux, offre une manne d’informations, de prérequis et autres conseils avisés à toute personne désireuse de réaliser de tels travaux. C’est une véritable « ingénierie des archives orales » (p. 159) qui est proposée, fruit du cheminement de l’auteure tant dans les sciences humaines et sociales que dans les institutions et le champ patrimonial. Le guide s’attache dans un premier temps à jalonner la conception d’un projet et l’établissement d’un cahier des charges, notamment dans le choix des « informateurs-témoins » et des « intervieweurs-enquêteurs », dans la définition de la méthode d’entretien à proprement parler et pour la clarification du « devenir et du statut juridique des enregistrements » (p. 171 à 175). L’idée de départ est de cerner la raison d’être du projet parmi les « nouveaux usages sociaux du témoignage oral » (p. 161). Le guide propose dans un second temps des solutions concrètes pour la réalisation et la conduite des entretiens qui constitueront à n’en pas douter des points de vigilances appréciables pour des novices en matière d’enquête orale.

Haut de page

Notes

1 Florence Descamps, L’historien, l’archiviste et le magnétophone. De la constitution de la source orale à son exploitation, Paris, Cheff, 2001.

2 Philippe Joutard, « La collecte des témoignages oraux. Retour sur quarante ans de pratique en France », La gazette des archives, n° 211, 2008, p. 7-19.

3 Patrick Fridenson, historien français, directeur d’études au Centre de recherches historiques (CRH) à l’École des hautes études en sciences sociales à Paris depuis 1985. Remercié par Florence Descamps comme étant l’un de ceux qui lui a ouvert la voie « sur les chemins de l’histoire orale » (p. 187).

4 Voir à ce propos par exemple les travaux de collecte de Dominique Aron-Schnapper entre 1975 et 1980 pour constituer les archives orales de la sécurité sociale.

5 André Chastel, « Patrimoine monumental », in Encyclopædia Universalis, disponible en ligne : https://www.universalis.fr/encyclopedie/patrimoine-monumental/.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Leroy, « Florence Descamps, Archiver la mémoire. De l’histoire orale au patrimoine immatériel », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 11 novembre 2020, consulté le 25 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/45333 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.45333

Haut de page

Rédacteur

Caroline Leroy

Professeur agrégée d’éducation physique et sportive à l’Université d’Artois, Faculté des sports et de l’éducation physique de Liévin (62). Doctorante au laboratoire URePSSS, équipe 3 (Sherpas, Liévin).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search