Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Barbara Stiegler, Du cap aux grèv...

Barbara Stiegler, Du cap aux grèves. Récit d’une mobilisation, 17 novembre 2018 – 17 mars 2020

Jocelyn Daloz
Du cap aux grèves
Barbara Stiegler, Du cap aux grèves. Récit d'une mobilisation 17 novembre 2018 - 5 mars 2020, Paris, Verdier éditions, 2020, 80 p., ISBN : 9782378560829.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Stiegler Barbara, « Il faut s'adapter ». Sur un nouvel impératif politique, Paris, Gallimard, coll. (...)

1Du cap aux grèves revient sur des événements récents dans lesquels Barbara Stiegler a été impliquée. Au début de l’année 2019, la philosophe publiait un essai sur le néolibéralisme intitulé « Il faut s’adapter »1. Au même moment, les chaînes d’informations en continu étaient saturées d’images de Gilets jaunes sur les ronds-points et de manifestants descendant dans les rues. Barbara Stiegler comprend très vite que son livre vient d’être catapulté en pleine crise du même système, dont il décortique le fondement idéologique et les limites. Les Gilets jaunes clament leur refus de s’adapter, de se plier à l’injonction néolibérale d’évoluer à tout prix, au rythme de l’accélération incessante des flux d’informations, de capitaux, de marchandises ; ces flux qui nous dépassent et à travers lesquels les experts et gouvernements néolibéraux promettent de nous guider. Les masses, laissées de côté du progrès tant loué, se mutinent ; elles occupent les ronds-points et s’opposent au grand projet, au « cap » fixé par ceux qui n’arrivent plus à obtenir l’approbation de leurs réformes, les nécessaires restructurations pour survivre dans la compétition mondiale, les « disruptions » vantées par Emmanuel Macron.

  • 2 Fukuyama Francis, « The End of History? », The National Interest, n° 16, 1989, p. 3-18.
  • 3 Labica Georges, Karl Marx, les Thèses sur Feuerbach, Paris, Presses universitaires de France, 1987

2Dans son livre de 2019, Stiegler prédisait l’échec du monde néolibéral et son impératif évolutionniste, entre autres à cause de l’effondrement écologique. Au lieu de la fin de l’histoire prédite par Francis Fukuyama2, la fin du monde. Les journalistes trouvent dans son essai une explication sociologique et philosophique au phénomène des Gilets Jaunes. Dès lors, la philosophe bordelaise multiplie les interventions au micro des radios et les interviews dans les journaux. Face au soulèvement populaire, Barbara Stiegler considère en effet comme une obligation de basculer dans le militantisme, de quitter la tour d’ivoire de la penseuse, se rappelant la onzième thèse de Marx sur Feuerbach : « Les philosophes n’ont fait qu’interpréter le monde de diverses manières mais ce qui importe, c'est de le transformer »3. C’est ce qui motive la rédaction de ce nouvel ouvrage, Du cap aux grèves, sorte de corollaire politique à sa réflexion philosophique.

3Dans ce nouvel ouvrage, Barbara Stiegler relate comment elle a revêtu un gilet jaune et participé aux manifestations, consciente comme personne du fait que l’agenda néolibéral concerne tout le monde, à commencer par l’université : c’est notamment les grandes réformes du monde académique en 2009 et toutes celles subséquentes qui l’ont conduite à se pencher sur ce système qui entend transformer l’enseignement supérieur de fond en combles, le rendre « darwinien », comme disait le président du CNRS Antoine Petit. Du reste, elle soutient que les grandes réformes de l’éducation nationale et de la recherche prévoient justement d’utiliser les amphithéâtres des universités pour obtenir ce que Walter Lippmann, le grand penseur du néolibéralisme des années 1930, appelait « le consentement des masses ».

  • 4 Smith Adam, Wealth of Nations, Londres, W. Strahan and T. Cadell, 1776

4Car le néolibéralisme, rappelait Barbara Stiegler dans son précédent livre, c’est avant tout le constat que les théories darwiniennes ont joué un rôle dans la science sociale et politique, et que l’industrialisation a changé la donne : l’environnement se transforme de plus en plus vite ; les sociétés et les individus ont perdu la capacité de s’y adapter, écrit Walter Lippmann. Dès lors, il préconise une société guidée par des « experts », spécialisés dans d’innombrables champs d’études, qui informeraient les décisions d’un État garant du « cadre » dans lequel l’économie et la vie humaine devraient s’organiser pour faire face aux accélérations exponentielles des « flux » (de capitaux, d’informations, d’êtres humains, de biens »). Souvent confondu avec l’ultralibéralisme, qui prône le retrait de l’État et le laissez-faire de la « main invisible » d’Adam Smith4, l’État libéral est au contraire interventionniste ; pour Lippmann, il faut intervenir afin d’éviter le basculement des sociétés vers le repli et ses conséquences, le nationalisme ou le fascisme. Pour cela, la démocratie ne peut qu’être représentative et particulièrement autoritaire. Le consentement des masses doit être modelé. C’est la « pédagogie » et non la coercition qui convaincra les peuples de maintenir le cap. Propagande n’est ici pas un gros mot, puisqu’il s’agit de « bonne » propagande.

5Mais cette pédagogie-propagande a échoué, c’est du moins ainsi que Stiegler comprend l’émergence des Gilets jaunes et des manifestations contre la réforme des retraites. Elle voit les manifestants opposer ce qu’un autre penseur américain, John Dewey, a opposé à Lippmann lors de différents colloques. En effet, face à la verticalité et à la centralisation de la démocratie représentative, Dewey a proposé la démocratie délibérative, atomisée, basée sur l’intelligence collective plutôt que sur celle des experts. Or, les Gilets jaunes, avec leurs agoras en pleine rue et leur refus d’un chef, représentent par excellence cette démocratie horizontale par ailleurs tant vantée par les pionniers de la démocratie américaine comme Thomas Jefferson.

6Du cap aux grèves relate à la première personne l’engagement de l’auteure aux côtés des Gilets jaunes et, dans les médias, sa recherche d’agoras pour tenter d’établir la dissension, de l’organiser et de revendiquer le refus de « s’adapter ». Elle y exprime aussi ses doutes, ses peines, la difficulté de coordonner un mouvement épars, qui touche aussi bien les classes moyennes que les classes inférieures, et qui mobilise les campagnes et les villes, les universités et les usines.

7En s’appuyant sur Karl Marx, la philosophe propose ensuite ses propres thèses. Ces « onze thèses » pour réinventer les grèves sont le moment clé de son ouvrage. Car elle craint l’échec de ceux qui se mobilisent ou se mettent en grève en espérant que le mouvement se massifiera, qu’il prendra de l’ampleur. Vouloir mondialiser la lutte, attendre qu’elle s’étende à toutes les strates de la population nationale ou mondiale, c’est repousser l’échéance à quelque « plus tard » hypothétique, lorsque les contestataires seront « assez » nombreux pour se faire entendre. Barbara Stiegler appelle dès lors à miniaturiser les luttes, à les relocaliser dans l’ici et maintenant, à les replacer dans la réalité de la temporalité et de l’espace (ce qui exclut, a priori, de se contenter de la mobilisation numérique car la grève doit être visible physiquement). Elle explique pourquoi la grève du XXIe siècle ne doit pas ressembler à nos représentations romantiques des grèves du XIXe ou du XXe, c’est-à-dire à des mouvements ponctuels, de masse, où des martyres se sacrifient sous les balles de la police. Ceci est une énième manifestation de l’ombre de Dieu, phénomène qu’elle décrit comme l’influence chrétienne sur notre philosophie séculaire. Stiegler nous dit qu’attendre une utopie, c’est se démobiliser ; l’attendre, c’est croire à une téléologie hégélienne ou marxiste de l’histoire (qui elles-mêmes empruntent à l’eschatologie chrétienne). Elle appelle à une multitude de « grèves » permanentes, locales, qui commencent par le refus de s’adapter, de réclamer le droit à s’extraire du système, de reconquérir le temps et les espaces publics, de s’opposer dans son lieu de travail, dans la rue, aux tentatives régulatrices des autorités.

8Ce petit ouvrage de Barbara Stiegler paraît alors qu’une nouvelle crise secoue le navire néolibéral : la pandémie qui paralyse l’économie mondiale. Barbara Stiegler explique qu’elle a d’abord vu la diffusion du coronavirus comme une nouvelle confirmation des effets pervers de la mondialisation, mais qu’elle a vite compris le potentiel de cette crise à effacer les luttes, nous laissant confinés dans nos domiciles, avec pour seule fenêtre vers le monde les écrans dominés par les « experts » et les interventions des gouvernants. Son appel à se mobiliser non pas que sur la toile mais physiquement n’en devient que plus urgent.

  • 5 Stéphane Hessel, Indignez-vous !, Paris, Indigène, 2011.

9Les mots de cet essai coulent le long de métaphores aquatiques (grève, cap, rives). Sa force réside dans la prose habile d’une philosophe aux convictions fortes. Il est un appel non pas tant à l’indignation comme l’exhortait Stéphane Hessel5 il y a quelques années, mais à la subversion. Les onze thèses de l’auteure ne constituent pas un mode d’emploi, mais un appui théorique et philosophique pour lutter contre le système, qui entend bien mener tambour battant la transformation de nos sociétés sans que nous ayons voix au chapitre. La lutte à laquelle Barbara Stiegler nous invite commence par soi, par le refus des « flux » constants : débrancher ses écrans, lire un livre, réclamer le droit à se retirer du rythme effréné du monde équivalent à de petits actes de libération. À ce titre, les mots de la plume intelligente de Stiegler se lisent comme le premier acte de l’insurrection.

Haut de page

Notes

1 Stiegler Barbara, « Il faut s'adapter ». Sur un nouvel impératif politique, Paris, Gallimard, coll. « NRF Essais », 2019 ; compte rendu de Nathanaël Colin-Jaeger pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.33653.

2 Fukuyama Francis, « The End of History? », The National Interest, n° 16, 1989, p. 3-18.

3 Labica Georges, Karl Marx, les Thèses sur Feuerbach, Paris, Presses universitaires de France, 1987

4 Smith Adam, Wealth of Nations, Londres, W. Strahan and T. Cadell, 1776

5 Stéphane Hessel, Indignez-vous !, Paris, Indigène, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jocelyn Daloz, « Barbara Stiegler, Du cap aux grèves. Récit d’une mobilisation, 17 novembre 2018 – 17 mars 2020 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 12 novembre 2020, consulté le 08 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/45361 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.45361

Haut de page

Rédacteur

Jocelyn Daloz

Journaliste suisse, titulaire d’un master en histoire internationale.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search