Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Johan Heilbron, La sociologie fra...

Johan Heilbron, La sociologie française. Sociogenèse d’une tradition française

Olivier Cléach
La sociologie française
Johan Heilbron, La sociologie française. Sociogenèse d'une tradition nationale, Paris, CNRS, coll. « Culture & société », 2020, 334 p., traduit de l'anglais par Françoise Wirth, ISBN : 978-2-271-11923-0.
Haut de page

Texte intégral

1Poursuivant un travail d’histoire des sciences sociales entamé dans les années 1980, puis repris dans les années 2000, Johan Heilbron se propose ici de poser un double regard sur la genèse de la sociologie française, sur son institutionnalisation, sur son autonomisation et sur la construction d’une tradition française, d’une manière de faire de la sociologie « à la française ».

  • 1 Dont l’influence est très présente dans cet ouvrage, notamment parce que l’auteur reprend le cadre (...)

2C’est d’abord le regard extérieur d’un sociologue né aux Pays-Bas et qui a été formé en philosophie et en sociologie à l’université d’Amsterdam dans les années 1970 qui est posé. C’est ensuite le regard d’un chercheur en sciences sociales qui a suivi un cursus à l’EHESS (1979-1980) et qui a été par la suite directeur de recherche CNRS au Centre européen de sociologie et de science politique qui observe la construction de la sociologie française. À ce titre, Johan Heilbron a directement participé, dans l’entourage de Pierre Bourdieu1, à la fabrication de la tradition sociologique française.

  • 2 L’ouvrage recensé est la traduction, par Françoise Wirth, de l’édition américaine parue en 2015 sou (...)
  • 3 Cette démarche (sociologie historique) est couplée à la théorie bourdieusienne des champs (appliqué (...)

3À travers les sept chapitres qui composent ce livre2, l’auteur donne à voir l’alchimie par laquelle la sociologie française, en tant que tradition et que discipline autonome, s’est constituée. Quels sont les contextes, les acteurs (pionniers), les groupes, les réseaux, les institutions, les débats, les représentations sociales, les activités, les luttes, les processus, les dynamiques à l’œuvre… qui ont permis de construire, au fil des siècles, une sociologie à la française ? Quels sont les contingences, les ingrédients… qui ont fait de la France le berceau d’une nouvelle discipline productrice de connaissances spécifiques pratiquée dans le monde entier ? Tel est le propos de « l’enquête sociologique historique »3 (p. 14) que l’auteur met en œuvre dans ce livre. L’idée est de revenir au cœur de la genèse d’une science sociale parmi les sciences sociales pour montrer dans quelle mesure elle est le produit d’un processus de construction sociohistorique, donc une fabrication sociale.

4Le point de départ de l’auteur est une sorte d’énigme, un paradoxe : la sociologie existe en tant que science sociale, alors même que rien, selon Johan Heilbron, ne laissait présager une telle issue, alors même que plusieurs obstacles auraient pu l’empêcher d’advenir, de devenir une discipline universitaire autonome et reconnue (chapitre 2, une science improbable). Quels sont les entraves, les phénomènes et les circonstances que les partisans de la sociologie ont dû combattre, dépasser et contourner ? De notre point de vue, ce paradoxe est ce qui fait l’originalité du livre. Mais, il pourrait également apparaître spéculatif, aux yeux de certains lecteurs qui ne seraient pas convaincus par la thèse de l’auteur. Présentons donc ses arguments.

5Tout d’abord, Johan Heilbron rappelle la chape de plomb que les sciences dites dures (la physique et surtout la mathématique) et naturelles (notamment la biologie) ont pendant longtemps fait peser sur le champ scientifique et la prégnance hégémonique de la philosophie ; autant d’approches censées expliquer à elles seules la réalité sociale et renseigner le Prince. C’est au sein d’un espace social et de frontières disciplinaires déjà constitués que la sociologie a dû se faire une place, prouver son utilité, sa légitimité. Petit à petit, il lui a fallu construire ses propres objets (faits sociaux, action sociale…), ses notions et définir ses propres méthodes d’investigation, non seulement dans le champ des sciences en général, mais aussi dans celui des sciences sociales en particulier. On retrouve ici les ingrédients de base du fonctionnement du champ scientifique tel que le conçoit Pierre Bourdieu, avec ses luttes autour des questions de statut, de légitimité et de reconnaissance sociale.

6Ensuite, Johan Heilbron mentionne un obstacle institutionnel : l’incontournable Académie des sciences morales et politiques, créée en 1832, qui a dicté de manière hégémonique les enjeux, les thématiques et « l’agenda » de la science, au moins jusqu’à la révolution de 1848, mettant ainsi l’accent sur des préoccupations non sociologiques. L’auteur évoque également le contexte postrévolutionnaire des XVIIIe et XIXe siècles, celui de la sécularisation (objet du premier chapitre), les moments clés de la Troisième République ainsi que la concurrence d’autres traditions nationales (notamment celle de la Grande-Bretagne, avec Herbert Spencer et son évolutionnisme social) qui ont quelque peu éclipsé la sociologie française telle qu’avaient commencé à l’esquisser certains précurseurs (Montesquieu, Comte, Tocqueville…).

7À la fin du XIXe siècle, au moment où la sociologie commence à s’affirmer en France, trois courants de pensée sont en concurrence, incarnés par trois hommes : René Worms, Gabriel Tarde et Émile Durkheim. On sait maintenant que seul ce dernier, alors qu’il était le moins (re)connu des trois, a fait école et a participé à inscrire la sociologie comme discipline universitaire autonome. Mais Heilbron souligne que, sans l’obstination et l’ambition de Durkheim, la sociologie aurait pu tomber dans l’oubli, comme les travaux de Worms et de Tarde, deux auteurs peu enseignés actuellement, sinon pour évoquer la querelle qui les a opposés à celui qui est aujourd’hui reconnu comme le fondateur de la sociologie française.

8L’auteur pointe ensuite un paradoxe : alors que le développement de l’enseignement universitaire (années 1870) a permis à la discipline sociologique de se démarquer, le conflit qui a opposé la figure du chercheur (incarnée par l’Académie des sciences morales et politiques, qui ignore délibérément les apports d’Auguste Comte) et celle du professeur des universités (Espinas, Fouillée comme figures de transition, puis la jeune garde des agrégés de philosophie : Durkheim, Tarde, Guyau, Richard…) a grandement participé à différer l’envol de la sociologie, la science se faisant en grande partie en dehors de l’enseignement supérieur.

  • 4 Même si cette reconnaissance est tardive, la sociologie n’obtenant une licence en propre qu’en 1958 (...)
  • 5 L’inventeur du mot est l’Abbé Sièyes (v. 1780) ; il semble toujours bon de le rappeler.

9Johan Heilbron évoque également d’autres éléments qui ont retardé l’implantation de la sociologie dans le champ scientifique : la langue française était peu lue hors les pays francophones, et certains contextes sociopolitiques étaient peu enclins à voir apparaître une science qui se proposait de dévoiler des dysfonctionnements sociaux et des exploitations. Pourtant, la sociologie française a réussi à se faire une place parmi les sciences dans le champ académique4 et à définir une tradition nationale qui compte encore dans le monde. Pour l’expliquer, l’auteur indique quelques facteurs favorables. Tout d’abord, avant même son autonomisation et son institutionnalisation au sein des universités, la sociologie a bénéficié de l’action de quelques précurseurs. Notamment, Auguste Comte a donné une première consistance au mot sociologie5 et a fourni les premières réflexions autour d’une science sociale capable de rendre compte du fonctionnement de la société ainsi que de ses champs politiques et scientifiques. Outre les réflexions autour de la nécessité d’une science capable de comprendre les transformations sociales à l’œuvre (révolution industrielle, urbanisation, évolution des mentalités…), des pionniers ont défriché le champ de la sociologie, tant au niveau des méthodes (observer le réel au plus près du terrain, à la manière d’un ethnologue, comme Frédéric Le Play) qu’au niveau du positionnement dans le champ des sciences et de l’épistémologie, avec Auguste Comte et ses continuateurs. Citons par exemple Émile Littré (positiviste « hétérodoxe ») à qui l’auteur reconnaît le mérite d’avoir exercé les premières activités pouvant être qualifiées de réellement sociologiques, alors même que les positivistes orthodoxes « prêtent […] peu d’attention à la sociologie, qui n’est qu’une branche particulière du positivisme… » (p. 75).

  • 6 Que l’auteur rappelle pages 113 et suivantes.
  • 7 Durkheim Émile, Les règles de la méthode sociologique, Paris, Alcan, 1895.
  • 8 L’auteur rappelle le rôle joué par les publications les revues académiques spécialisées et dans la (...)
  • 9 Malgré les dissensions apparues dans l’équipe (dont l’auteur rappelle qu’elle est composée de trois (...)
  • 10 Sans compter à l’étranger les sociologues qui se sont, peu ou prou, revendiqués (de manière plus ou (...)
  • 11 Par exemple : Pierre Ansart, Les sociologies contemporaines, Paris, Seuil, 1990.

10Mais, le développement pérenne de la sociologie revient, pour beaucoup, à Émile Durkheim : en France, il la dote d’un programme6, lui donne un objet en propre – l’étude des faits sociaux – et une méthode7. Il montre en quoi elle peut aider à comprendre les transformations sociales à l’œuvre, là où les autres sciences échouent à le faire. De plus, il œuvre pour l’implanter dans l’enseignement supérieur. Cette stratégie d’institutionnalisation fonctionne parce que Durkheim sait s’entourer d’une jeune équipe d’universitaires ouverts à cette nouvelle science qui, outre qu’elle fait vivre la sociologie à travers la revue nouvellement fondée par Durkheim (L’Année sociologique, conçue comme « une arme » au service de la cause sociologique8), participe à diffuser les premiers enseignements de sociologie (le premier cours de sociologie, selon l’auteur, étant celui que dispense Durkheim à Bordeaux, en 1887). Cependant, la « vieille garde » des sociologues (les deux Alfred, Espinas et Fouillée) préfère suivre Worms. « L’entreprise collective » menée par Durkheim et « son école »9 a été suffisamment percutante, avec des contours suffisamment dessinés, pour que la sociologie connaisse une longue éclipse (entre les deux guerres mondiales) et renaisse de ses cendres dans les années 1950, sous l’impulsion de nouvelles figures (Gurvitch, Friedmann, Aron, puis Crozier, Reynaud, Touraine, Bourdieu…) héritières du travail entrepris par Durkheim10. Au chapitre 7, Johan Heilbron, après d’autres11, met en lumière le style particulier de quatre auteurs contemporains, Michel Crozier, Alain Touraine, Pierre Bourdieu et Raymond Boudon, pour illustrer quatre manières contrastées de pratiquer la sociologie.

  • 12 Qui augmente à chaque lecture tant les informations apportées et les manières de les interpréter et (...)

11Voilà une façon, certes imparfaite, de rendre compte de la richesse12 de cet ouvrage très documenté, qui constitue sans nul doute une contribution importante à l’histoire de la sociologie française et intéressera bon nombre d’étudiant·es et d’enseignant·es francophones. Mais, ayant d’abord été écrit en anglais, le livre cible également les Anglosaxons qui n’ont qu’une vue partielle de la manière dont la sociologie s’est construite sur le vieux continent. L’auteur synthétise et actualise dans cet ouvrage, avec brio, des travaux déjà connus en France, mais souvent ignorés de l’autre côté de l’Atlantique. Ce livre propose aussi une synthèse des travaux antérieurs de l’auteur sur ces questions et offre l’aboutissement d’une réflexion de près de quarante ans sur la sociologie et sa genèse.

12Parce que cet ouvrage n’est pas qu’un essai réflexif de plus sur l’histoire de la sociologie française, nous aurions apprécié que les matériaux empiriques (travail d’archives, entretiens, observations…) exploités par l’auteur soient davantage explicités et mis en lumière. Ils auraient mérité mieux que quelques paragraphes dans les remerciements. En effet, l’auteur a interviewé un grand nombre d’intellectuels qui ont participé, peu ou prou, à construire la sociologie à différentes époques. Mais comment s’est fait le choix ? Pourquoi des personnages clés comme Raymond Boudon, Jean-Claude Chamboredon, Henri Mendras, Jean-Claude Passeron ou Alain Touraine ne figurent-ils pas dans la liste, par exemple ? De même, un tableau récapitulant les principaux éléments des situations d’entretien (notamment sa date de réalisation, afin de situer socialement la personnalité au moment du recueil de sa parole) aurait apporté un plus en éclairant mieux leurs contributions. Une question demeure à propos de la nature de ces matériaux : s’agit-il d’entretiens de recherche ou de conversations ?

  • 13 Jean-Fabien Spitz, Le moment républicain, Paris, Gallimard, 2005.
  • 14 Jean-Michel Chapoulie, Enquête sur la connaissance du monde social: Anthropologie, histoire, sociol (...)
  • 15 Wiktor Stoczkowski, La science sociale comme vision du monde, Paris, Gallimard, 2019 ; note critiqu (...)

13Sur certains chapitres, outre les lectures mobilisées par l’auteur, il pourrait être profitable de lire dans la foulée ou en parallèle l’ouvrage de Jean-Fabien Spitz, Le moment républicain13 ou encore celui de Jean-Michel Chapoulie14 (un panorama de quelques sciences sociales des années 1950 aux années 2000), ou celui de Wiktor Stoczkowski, plus polémique vis-à-vis de Durkheim15, pour n’en citer que quelques-uns.

Haut de page

Notes

1 Dont l’influence est très présente dans cet ouvrage, notamment parce que l’auteur reprend le cadre théorique bourdieusien, mais aussi parce que des quatre portraits qu’il dresse de figures contemporaines de la sociologie française, c’est celui de Pierre Bourdieu qui est le plus abouti.

2 L’ouvrage recensé est la traduction, par Françoise Wirth, de l’édition américaine parue en 2015 sous le titre French Sociology. Dans la version française de 2020, l’auteur a ajouté quelques références récentes et raccourci quelques passages.

3 Cette démarche (sociologie historique) est couplée à la théorie bourdieusienne des champs (appliquée aux champs académiques et intellectuels français) pour constituer le cadre théorique présenté dans l’introduction.

4 Même si cette reconnaissance est tardive, la sociologie n’obtenant une licence en propre qu’en 1958 sous l’impulsion de Raymond Aron.

5 L’inventeur du mot est l’Abbé Sièyes (v. 1780) ; il semble toujours bon de le rappeler.

6 Que l’auteur rappelle pages 113 et suivantes.

7 Durkheim Émile, Les règles de la méthode sociologique, Paris, Alcan, 1895.

8 L’auteur rappelle le rôle joué par les publications les revues académiques spécialisées et dans la construction de la sociologie comme discipline scientifique, au-delà des institutions dont elles sont souvent l’émanation.

9 Malgré les dissensions apparues dans l’équipe (dont l’auteur rappelle qu’elle est composée de trois sous-groupes), notamment à la mort de Durkheim. Elle préfigure les équipes de recherche dont se sont ensuite dotés les laboratoires.

10 Sans compter à l’étranger les sociologues qui se sont, peu ou prou, revendiqués (de manière plus ou moins critique) comme des héritiers de la pensée de Durkheim ; citons simplement Talcott Parsons.

11 Par exemple : Pierre Ansart, Les sociologies contemporaines, Paris, Seuil, 1990.

12 Qui augmente à chaque lecture tant les informations apportées et les manières de les interpréter et de les commenter sont nombreuses. Ce qu’on peut appeler une somme…

13 Jean-Fabien Spitz, Le moment républicain, Paris, Gallimard, 2005.

14 Jean-Michel Chapoulie, Enquête sur la connaissance du monde social: Anthropologie, histoire, sociologie. France-États-Unis, 1950-2000, Rennes, PUR, 2017.

15 Wiktor Stoczkowski, La science sociale comme vision du monde, Paris, Gallimard, 2019 ; note critique de Marc Joly pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.45157.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Cléach, « Johan Heilbron, La sociologie française. Sociogenèse d’une tradition française », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 12 novembre 2020, consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/45368 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.45368

Haut de page

Rédacteur

Olivier Cléach

Sociologue, Socioéthique, chercheur associé à l’Institut d’éthique appliquée, université Laval, Québec.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search