Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Julien d’Huy, Cosmogonies. La pré...

Julien d’Huy, Cosmogonies. La préhistoire des mythes

Thomas Michaud
Cosmogonies
Julien d'Huy, Cosmogonies. La préhistoire des mythes, Paris, La Découverte, coll. « Sciences sociales du vivant », 2020, 384 p., préf. Jean-Loïc Le Quellec, ISBN : 9782348059667.
Haut de page

Texte intégral

1Le livre de Julien d’Huy est introduit par une préface de son directeur de thèse Jean-Loïc Le Quellec. Il expose la problématique qui guide l’exposé : Pourquoi certains mythes très semblables se retrouvent-ils à de grandes distances alors que ceux qui les rencontrent n’ont pas pu se rencontrer et n’ont pas d’ancêtres communs ? Le Quellec rappelle que cette question mène à cinq hypothèses :

2« 1. Cette répartition serait due au hasard. 2. Elle résulterait de la résurgence universelle d’un archétype. 3. Elle témoignerait d’une révélation primitive. 4. Elle serait le produit d’influences très récentes. 5. Elle serait imputable à un ancien phénomène de diffusion » (p. 11).

  • 1 Un arbre phylogénétique est un arbre schématique montrant les liens de parenté entre des groupes d’ (...)

3Julien d’Huy, en étudiant des mythes plongeant leurs racines dans la préhistoire, propose une réponse originale à cette question fondamentale, citant de nombreux exemples et de multiples sources bibliographiques. Il fonde aussi son exposé sur une méthode scientifique pertinente, l’arbre phylogénétique1. Pour lui, les variantes d’un mythe ancestral se construisent au fil du temps, selon une logique généalogique. « Les mythes évolueraient en grande partie de façon arborescente, chaque version d’un récit provenant d’une version antérieure, l’ensemble évoluant suffisamment lentement pour garder un air de famille » (p. 23). Cette approche l’a mené à développer depuis 2012 une approche statistique des mythes. Les arbres phylogénétiques de mythes correspondent ainsi souvent aux migrations réelles des populations. L’approche de Julien d’Huy envisage de contribuer à la reconstruction des migrations des populations depuis le Paléolithique grâce à cette méthodologie et à l’étude des mythes. Dans sa quête de l’archétype originaire des mythes, il doit toutefois se méfier des altérations par les explorateurs et ethnographes qui les ont recueillis. La classification des mythes sous la forme d’arbres s’inscrit dans la lignée des méthodes phénétiques imaginées par le microbiologiste Peter H. A. Sneath et le biostatisticien et entomologiste Robert K. Sokal.

  • 2 Polyphème est le nom du cyclope dans le chant IX de l’Odyssée. Il avait capturé Ulysse qui parvint (...)

4La recherche se focalise dans un premier temps sur le mythe de Polyphème2, qui raconte comment le gibier était autrefois concentré en un seul lieu avant d’être libéré par un individu. Il remonterait au Paléolithique. D’Huy estime que « les mythes évoluent ainsi irréversiblement, modifiés par les différents écotypes qui les traversent » (p. 51). Le mythe de Polyphème serait formé autour d’un noyau dur paléolithique auquel s’ajoutent des traits particuliers régionaux. L’auteur envisage même que les mythes évoluent comme des êtres vivants. L’ornithologue Edward A. Armstrong a proposé d’étudier le folklore avec la méthode phylogénétique en estimant que la sélectivité et l’adaptativité s’appliquent autant aux mythes qu’aux animaux. D’Huy explique qu’« un arbre phylogénétique est une représentation des relations hypothétiques existant dans le passé entre un ensemble d’espèces étudiées (…) L’arbre est constitué de nœuds et de branches (…) Une population ancestrale est appelée population « mère » ; les populations qui en découlent sont appelées populations « filles » (p. 63). Toutefois, il n’exclut pas la possibilité que le mythe de Polyphème possède plusieurs ancêtres et réponde à un modèle évolutif rhizomorphe. De même, les mythes évolueraient par sauts et non par degrés. La stase mythologique est la phase de stabilisation du mythe, pendant laquelle une communauté ratifie et institutionnalise une œuvre folklorique. Ainsi, le mythe de Polyphème a connu de longues périodes de stabilité, suivies de rapides et profondes modifications. Il se retrouve dans le nord de l’Eurasie avant d’atteindre l’Amérique. « L’évolution du mythe traduirait la transition de populations du Paléolithique au Néolithique, le maitre des animaux sauvages devenant berger d’un troupeau de bêtes domestiques » (p. 98).

  • 3 Le mythe du Plongeon cosmogonique décrit la création de la Terre : au commencement n’existaient que (...)

5Puis, l’auteur s’intéresse à un autre mythe, le Plongeon cosmogonique3, décrivant l’origine de la Terre, largement répandu dans l’hémisphère nord – tant dans l’Ancien que dans le Nouveau Monde. Selon Stephen Oppenheimer, ce mythe aurait été inspiré par la montée des eaux à la fin de l’ère glaciaire. Le mythe le plus ancien est celui de l’Émergence, qui se retrouve dans l’hémisphère sud, en Afrique subsaharienne et en Australie. Il ne peut être antérieur à 65 000 ans, date de peuplement de ce continent. Puis, le Plongeon cosmogonique est apparu en Eurasie avant de se répandre en Amérique du Nord. D’Huy évoque une mythologie primitive d’origine africaine. Il estime que les mythes d’Émergence qui en sont issus ont inspiré un nouveau récit qui aurait existé en Asie du Sud-ouest avant de disparaitre. Il aurait donné naissance aux mythes du Plongeon cosmogonique et des Objets jetés. Le mythe du Plongeon cosmogonique se serait alors diffusé dans le nord de l’Eurasie.

6Le chercheur s’intéresse ensuite au mythe du Soleil caché dont il fait remonter l’origine au Paléolithique supérieur. Il se focalise ensuite sur les mythes de la matriarchie primitive. Un des premiers mythes de l’humanité faisait de la femme le possesseur primitif du feu. De nombreux mythes très anciens évoquent des sociétés de femmes ancestrales, dont un des exemples les plus communs est celui des Amazones. Ces mythes ont généré chez plusieurs auteurs l’idée d’un matriarcat primitif, c'est-à-dire une société reposant sur les droits maternels et l’hégémonie des femmes. Johann Jakob Bachofen a fait passer l’idée d’une matriarchie primitive du statut de mythe à celui d’hypothèse scientifique. Selon François Héritier, la hiérarchisation symbolique des sexes est imposée par les hommes pour éviter que les femmes se passent d’eux pour se reproduire. La science-fiction a contribué à populariser le mythe de la parthénogenèse permettant de faire advenir un monde sans guerre, sans conflit et sans domination.

  • 4 Ce mythe décrit l’union d’une femme oiseau avec un homme ordinaire après que celui-ci lui a dérobé (...)
  • 5 Ce mythe raconte comment un chasseur solitaire rentre chez lui et découvre que tout est parfaitemen (...)

7Julien d’Huy, citant Spinoza, s’interroge sur la faculté de l’homme à se défaire de ses mythes, tâche impossible, mais qui doit mener à les domestiquer et à en refuser certains – les mythes façonnant l’identité humaine. Il estime par ailleurs que le possesseur et donateur des animaux et du gibier pourrait bien être une femme dans la mythologie primitive. Il distingue aussi le mythe du conte. Le premier est un récit véridique alors que le second est une fiction. « Le conte est un mythe qui n’est plus pris au sérieux » (p. 237). D’Huy termine son exploration des mythes préhistoriques avec ceux de la Femme-Oiseau4 et de la Ménagère mystérieuse5. Avec le mythe de Polyphème, l’anthropologue estime que nous avons affaire à un « mythe fantôme » (p. 286) méconnu, mais saisissable à travers des familles de mythes encore existantes. Ce récit fondateur concernait une femme surnaturelle, souterraine ou céleste. « Un tel mythe aurait existé dès le début du peuplement de l’Eurasie, adoptant une forme différente au nord (Polyphème) et au sud (Ménagère mystérieuse, puis Femme-Oiseau) » (p. 286). Le mythe de la Femme donatrice serait ainsi au fondement de l’imaginaire humain et fut représenté sous de multiples motifs dans l’art rupestre des hommes préhistoriques.

8Le but de Julien d’Huy était de reconstituer des protomythes et des prototraditions remontant pour certains au Paléolithique afin d’évaluer les conditions de mutations des mythes et de tester l’hypothèse d’un mythe fondateur de la psyché humaine. Pour revenir à la question initiale des ressemblances de mythes en différentes parties de la planète, il défend l’hypothèse du lien entre la diffusion des mythes et des grandes migrations humaines. Les travaux de Korotayev et Khaltourina sont convoqués pour évoquer une codiffusion des gènes et des mythes. Toutefois, la mythologie d’un groupe contribue à en forger l’identité et se construit en relation avec d’autres groupes. Ce sentiment d’identité conditionne les échanges entre un peuple et ses voisins. Cela explique que les arbres des mythes et les arbres de gènes ne peuvent pas être isomorphes. Les mythes fonctionnent donc en réseau et contribuent à l’élaboration d’un récit universel commun à tous les humains. Homo Sapiens est décrit comme une espèce affabulatrice qui croit dans ses mensonges. La foi dans ces récits permet à l’Homme de se dépasser, de franchir les obstacles les plus infranchissables, et c’est probablement ce qui explique sa faculté à conquérir le monde. Pour d’Huy, « Les premiers Hommes ayant quitté l’Afrique devaient avoir suffisamment foi dans la puissance explicative de leurs mythes pour braver les dangers et s’aventurer au-delà des sentiers battus. La peur de l’inconnu était pour eux moins forte que le pouvoir, dont ils investissaient les mythes, de l’expliquer » (p. 294).

9Ce livre est particulièrement éclairant sur les structures fondamentales de l’imaginaire humain, et répond de manière originale, par l’étude des mythes préhistoriques, à la question des origines de la mythologie. L’évocation de la méthode phylogénétique mériterait toutefois une explication plus approfondie, et il aurait été intéressant de prolonger les arbres vers des contes et mythes contemporains. La question de la permanence des mythes préhistoriques dans les cultures récentes est posée et mériterait certainement de nouveaux ouvrages, éclairés par ce livre érudit et savant.

Haut de page

Notes

1 Un arbre phylogénétique est un arbre schématique montrant les liens de parenté entre des groupes d’êtres vivants. Charles Darwin considérait que la phylogénie, étude de l’évolution des organismes vivants, pouvait être représentée sous la forme d’arbres évolutifs.

2 Polyphème est le nom du cyclope dans le chant IX de l’Odyssée. Il avait capturé Ulysse qui parvint à s’évader après l’avoir enivré et grâce à un habile stratagème. Le héros et son équipage s’évadèrent en s’agrippant aux moutons du cyclope après lui avoir crevé l’œil. Le cyclope est souvent considéré comme le maitre des animaux et l’évasion est considérée comme leur libération dans la nature. On retrouve de nombreuses variantes de ce mythe dans de multiples cultures.

3 Le mythe du Plongeon cosmogonique décrit la création de la Terre : au commencement n’existaient que les Eaux. Puis Dieu ordonna à un animal amphibie de lui ramener un morceau de sol à partir duquel il créa la Terre.

4 Ce mythe décrit l’union d’une femme oiseau avec un homme ordinaire après que celui-ci lui a dérobé ses plumes, jusqu’à ce qu’elle parvienne à les récupérer et à s’enfuir. Il s’agit d’une croyance paléolithique dans une hypogamie et une hypergamie croisées.

5 Ce mythe raconte comment un chasseur solitaire rentre chez lui et découvre que tout est parfaitement rangé et que le repas est fait. Il découvre que la ménagère est un animal qui pénètre chez lui et se transforme en enlevant son pelage. Le chasseur lui dérobe et épouse la ménagère, qui finit par s’enfuir après avoir retrouvé sa peau.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Michaud, « Julien d’Huy, Cosmogonies. La préhistoire des mythes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 16 novembre 2020, consulté le 07 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/45387 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.45387

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search