Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Étienne Anheim et Livia Foraison ...

Étienne Anheim et Livia Foraison (dir.), L’édition en sciences humaines et sociales. Enjeux et défis

Thomas Veret
L’édition en sciences humaines et sociales
Étienne Anheim, Livia Foraison (dir.), L’édition en sciences humaines et sociales. Enjeux et défis, Paris, EHESS, coll. « Cas de figure », 2020, 397 p., ISBN : 9782713228506.
Haut de page

Texte intégral

1Publié dans le sillage des « États généraux de l’édition en sciences humaines et sociales », organisés à l’EHESS en juin 2019, l’ouvrage dirigé par Étienne Anheim et Livia Foraison dresse de ce secteur éditorial un panorama complexe, qu’il donne à saisir à travers 35 contributions, réparties en huit sections. Plutôt courtes, ces nombreuses contributions permettent selon les coordinateur·ices de l’ouvrage de « cartographier la pluralité des points de vue » (p. 19), et d’offrir ainsi des perspectives théoriques et empiriques diverses pour comprendre les enjeux actuels d’un secteur soumis à de puissantes mutations depuis plusieurs décennies.

2L’ouvrage frappe par la quantité d’acteur·ices impliqué·es dans la chaîne de l’édition. En toute logique, il donne une large part de parole à des chercheurs et des chercheuses. Les un·es, spécialistes en sciences de l’information et de la communication, abordent l’édition comme objet de leur recherche, tandis que d’autres assument une responsabilité au sein d’une institution qui contribue à définir les contours de l’édition actuelle. Ainsi, tel contributeur est à la fois professeur en anthropologie et responsable du département des sciences humaines et sociales de l’Agence nationale de la recherche (Lionel Obadia), telle autre est professeure d’histoire moderne et directrice des Presses universitaires de Strasbourg (Isabelle Laboulais). Mais le panorama donne aussi sa place à d’autres profils essentiels bien que moins centraux ; on est ainsi heureux de connaître le point de vue d’un traducteur (Olivier Mannoni), d’une juriste (Anne-Laure Stérin), d’une archiviste (Véronique Ginouvès) ou encore d’un libraire (Samuel Péricaud).

3La figure du lecteur ou de la lectrice est quant à elle en arrière-plan de toutes les contributions. Sans oublier que « le premier lecteur [est] l’éditeur lui-même » (p. 42), les lecteur·ices demeurent l’horizon d’attente de l’édition. La diversité est encore la règle. Commençons par un profil singulier : celui des « gallicanautes », tel qu’il est décrit par Philippe Chevallier, de la Bibliothèque nationale de France. Dans sa contribution, on apprend en effet qu’il existe des utilisateur·ices très assidu·es de Gallica, l’outil de recherche documentaire mis à disposition gratuitement par la BnF. Contrairement à l’idée qu’on pourrait s’en faire, ces dernièr·es ne sont pas nécessairement des acteur·ices du monde académique (enseignant·es ou étudiant·es) mais, dans une proportion considérable, des passionné·es, engagé·es dans un travail méthodique où se révèle un « rapport affectif à l’objet de connaissance » (p. 288). Cette nouvelle figure, qui réactive selon l’auteur celle de « l’amateur », fait aussi écho à un lectorat difficilement saisissable et pourtant essentiel à l’édition en sciences humaines et sociales : le « grand public cultivé », selon une expression dite « légendaire » par Bruno Auerbach (p. 34). D’après lui, les éditeur·ices en sciences humaines et sociales s’identifient à ce public qui n’appartient pas au monde académique, mais qui en suit les productions avec intérêt et constance. Garder ce public-cible en ligne de mire est un enjeu de taille pour les maisons d’édition. Dans la première section, résonne ainsi une même interrogation : comment éviter « l’ésotérisation » (p. 31) ou « le confort de l’entre-soi » de la recherche (p. 59) ? Autrement dit, comment fournir des textes accessibles tout en satisfaisant aux exigences de la scientificité ?

  • 1 Le groupe Humensis compte une quarantaine de revues publiées à travers deux des maisons d’édition q (...)

4Cette question, posée à plusieurs reprises, permet d’axer la réflexion sur le travail éditorial, qu’une partie des contributions cherche explicitement à revaloriser, que ce soit pour les revues ou pour les ouvrages. Charles Ruelle, directeur des revues du groupe Humensis1, s’inquiète du poids des transformations liées au numérique : « qu’adviendra-t-il demain de l’éditeur, de son existence, et de son rôle culturel et social ? » (p. 267). Julie Gazier, éditrice aux Presses universitaires de Sciences Po, décrit quant à elle la nature « artisanale » de l’édition scientifique, qui repose sur des compétences techniques, certes, mais aussi sur la connaissance des publics concernés, permettant par exemple « d’accompagner [les] auteurs d’un type de publication à l’autre » (p. 42). On apprend néanmoins que cette valorisation des produits de la recherche est également prise en charge par les libraires. Selon Sophie Noël, ils et elles représentent la dernière étape de ce processus de valorisation : « loin d’être de simples intermédiaires commerciaux, les libraires sont bien des “tiers actifs” qui jouent un rôle central dans la valeur symbolique des ouvrages qu’ils sélectionnent » (p. 198).

5Une telle réflexion implique nécessairement de s’interroger sur la valeur économique du travail éditorial. L’ouvrage permet ainsi de comprendre la variété des modèles de financement, pour l’édition imprimée comme pour l’édition numérique. La cinquième section, consacrée à l’économie des revues scientifiques, décrit à cet égard une « économie de transition » (p. 234), où la baisse des revenus liés aux abonnements dits « papier » n’est pas toujours compensée par une hausse des revenus liés à la présence des revues sur telle ou telle plateforme numérique. Isabelle Boutoux explique qu’ENS Éditions, dont elle est la responsable administrative et technique, publie une dizaine de revues aux profils différents, pour lesquelles il est difficile « d’imposer un modèle unique » (p. 247). C’est pourquoi sa structure recherche plutôt pour chaque revue un « écosystème durable » (p. 244). D’après Thomas Parisot, codirecteur de Cairn.info, les revues peuvent compter désormais sur quatre types de financement : l’abonnement papier, le financement en amont, la vente de licences d’accès institutionnelles et la vente d’accès individuels (p. 256-257). Pour certaines, les abonnements papier demeurent essentiels. Pour d’autres, comme Tracés, l’édition papier a désormais un rôle plutôt symbolique. Publiée par ENS Éditions avec le soutien du CNRS, cette revue génère en effet suffisamment de revenus « numériques » pour rester à l’équilibre malgré le choix de l’accès ouvert (p. 248-249).

  • 2 Voir la description qui en est faite par le ministère de l’Économie, des Finances et de la Relance  (...)

6Les débats relatifs à l’open access et aux modèles économiques qui le soutiennent sont omniprésents dans l’ouvrage. Ils rappellent le volontarisme des institutions publiques en la matière. Nombre des contributions citent comme un tournant majeur la « loi pour une République numérique » du 7 octobre 20162, qui suit les recommandations de la Commission européenne formulées en 2012 en faveur de l’accès ouvert. Très claire et particulièrement utile pour se repérer dans le foisonnement des termes et des modèles de financement, l’annexe proposée par la juriste Anne-Laure Stérin décrit les ambitions de l’État français à cet égard. Cette loi décisive, qui ne concerne que les articles de revue, permet « à tout chercheur de déposer dans des archives numériques “la version finale de son manuscrit acceptée pour publication” » à l’issue d’une période de douze mois à compter de la date de publication (p. 372). Soulignons que ce droit est « une règle d’ordre de public » (p. 373) dont la valeur juridique est supérieure aux contrats d’édition. Elle fonctionne même comme une obligation pour les recherches financées par le programme-cadre Horizon 2020 : « tout article scientifique qui rend compte de recherches financées (même partiellement) sur fonds européen doit être diffusé en libre accès » (p. 374).

7Comme le note Isabelle Gras, conservatrice des bibliothèques à Aix-Marseille Université, ces directives entrent en contradiction avec les pratiques habituelles des maisons d’édition, et impliquent de se mettre en quête de « modèles économiques durables » (p. 112). D’après Anne-Laure Stérin, certains groupes éditoriaux privés satisfont à cette exigence en faisant reposer le coût de production sur l’auteur·ice et non sur les lecteur·ices. C’est le modèle de l’article processing charge (APC), aussi nommé « voie dorée », qui permet aux grands groupes éditoriaux privés de « continuer à dégager des profits tout en se conformant à l’injonction d’open access » (p. 369). Quant à elle, la « voie diamant » fait appel à des financements tiers, comme le fonds de soutien pour la science ouverte du ministère de l’Enseignement, de la Recherche et de l’Innovation ; d’après Ghislaine Chartron, c’est une « singularité française » qui « installe des dépendances fortes aux subventions publiques sans garantie de pérennité » (p. 214). Face à des directives plus ou moins contraignantes en la matière, l’édition en sciences humaines et sociales se reconfigure donc en profondeur, posant des défis économiques à l’échelle nationale ou internationale.

8En revanche, pour Étienne Anheim et Livia Foraison, « l’édition de sciences humaines et sociales n’est pas seulement un marché, mais une communauté qu’il faut préserver » (p. 22). L’ouvrage a pour mérite premier de donner la parole à cette communauté dans toute sa diversité. La cartographie des points de vue à laquelle il aspire est donc plutôt réussie, même si elle implique parfois des redondances d’une contribution à l’autre. Certaines évolutions structurelles ou mesures institutionnelles, comme la loi de 2016, sont en effet des référents incontournables qui, sans qu’ils soient toujours décrits de manière approfondie, apparaissent très fréquemment si on choisit de lire l’ouvrage de bout en bout. Il est donc davantage conseillé d’y piocher les contributions qui font écho aux intérêts de chacun·e. Reprenant en partie la structure des ateliers des États généraux de 2019, les différentes sections permettent également de se repérer dans l’abondance des contributions. Pour rendre justice à cette manifestation, les lecteur·ices pourront aussi se référer aisément à son programme afin de visionner les communications dans leur version originale et les débats qu’elles ont suscités.

Haut de page

Notes

1 Le groupe Humensis compte une quarantaine de revues publiées à travers deux des maisons d’édition qu’il réunit : les Presses universitaires de France et Belin.

2 Voir la description qui en est faite par le ministère de l’Économie, des Finances et de la Relance : https://www.economie.gouv.fr/republique-numerique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Veret, « Étienne Anheim et Livia Foraison (dir.), L’édition en sciences humaines et sociales. Enjeux et défis », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 16 novembre 2020, consulté le 20 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/45397 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.45397

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search