Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Elara Bertho, Sorcières, tyrans, ...

Elara Bertho, Sorcières, tyrans, héros. Mémoires postcoloniales de résistants africains

Ninon Chavoz
Sorcières, tyrans, héros
Elara Bertho, Sorcières, tyrans, héros. Mémoires postcoloniales de résistants africains, Paris, Honoré Champion, coll. « Francophonies », 2019, 518 p., ISBN : 978-2-7453-5045-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple Mona Chollet, Sorcières. La puissance invaincue des femmes, Paris, Zones, 2018.
  • 2 Elara Bertho, « Mémoire postcoloniale et figures de résistants africains dans la littérature et dan (...)
  • 3 Sur cette notion, voir Dominique Ranaivoson et Valentina Litvan (dir.), Les héros culturels : récit (...)

1C’est sous le signe d’une étrange trinité que se place cet essai, dont le titre conjugue la sulfureuse réputation faite à des « sorcières », revenues depuis quelques années au goût du jour1, le joug honni des « tyrans » et l’apothéose des « héros ». Ce trio en dissimule un autre, patent dans l’intitulé de la thèse d’Elara Bertho, dont le présent ouvrage est directement issu : soutenue en 2016 sous la direction de Xavier Garnier, elle était consacrée à trois figures de « résistants africains », dont le premier dénominateur commun résidait dans leur opposition au pouvoir colonial2. En Guinée, Elara Bertho s’attache ainsi à la geste de Samori Touré, qui bâtit un empire rassemblant 400 000 km2 et deux millions d’âmes avant d’affronter les troupes coloniales françaises : l’ampleur de sa légende – fût-elle d’ailleurs noire ou dorée – est proportionnelle à la taille de son territoire, puisqu’il fut traité, dès les années 1960, comme un « précurseur du mouvement panafricaniste » (p. 26). Au Zimbabwe, l’auteure se penche sur la figure moins célèbre de Nehanda, une médium qui aurait contribué à organiser la résistance des populations shona contre la colonisation britannique et aurait ainsi pris part au mouvement de révolte connu sous le nom de Chimurenga. Quant à Sarraounia, au Niger, son rayonnement est essentiellement local : elle est en effet présentée comme « une reine-prêtresse animiste haoussa » (p. 24), qui aurait appelé les populations à prendre les armes contre la redoutable colonne Voulet-Chanoine, rendue tristement célèbre par les massacres qui accompagnèrent son passage. Les trois figures étudiées par Elara Bertho incarnent par conséquent, à des échelles différentes, « des cas de résistances guerrières à la colonisation (britannique et française) et leurs chutes interviennent quasiment au même moment, s’échelonnant entre 1898 et 1899 » (p. 22). Cette coïncidence chronologique n’est cependant pas la principale qualité qui justifie l’association de Samori Touré, Sarraounia et Nehanda : quoique son ouvrage soit historiquement informé et offre un aperçu efficace des périodes qui suivirent l’accession à l’indépendance de la Guinée, du Niger et du Zimbabwe, Elara Bertho place au cœur de son étude l’analyse littéraire des constructions mémorielles que suscitèrent des personnages de vaincus, dont la défaite paradoxale autorisa la consécration posthume (p. 288 et suivantes). Le substrat réaliste débouche sur des interprétations artistiques et fictionnelles plus ou moins émancipées de la vérité historique, favorisant la transformation des résistants en « héros culturels »3. Tout en démontrant leur récupération fréquente par des pouvoirs politiques soucieux de garantir leur légitimité (notamment Sékou Touré en Guinée et Robert Mugabe au Zimbabwe), l’auteure prouve que cette institutionnalisation est loin de prévenir et d’effacer des représentations critiques, parfois héritées de la période coloniale : Sarraounia et Nehanda sont volontiers présentées comme des sorcières, dont la féminité conquérante devient une dangereuse instance de subversion (p. 307 et suivantes), tandis que Samori Touré oscille, en fonction de traditions locales et nationales variables, entre le piédestal du héros panafricain et l’opprobre du tyran parricide. Le propos s’articule dès lors en trois temps : après avoir présenté les trois figures centrales et examiné le statut des auteurs des récits qui leur sont consacrés (« qui ? quoi ? », pour reprendre la série de questions annoncées à l’issue de l’introduction), Elara Bertho se penche sur les modalités poétiques de leurs représentations (« comment ? »), puis s’interroge sur les motivations politiques et les enjeux sociétaux de ces constructions mémorielles (« pourquoi ? »).

  • 4 J’emprunte cette expression à : Claire Ducournau, La fabrique des classiques africains : écrivains (...)
  • 5 Voir à ce sujet : Elara Bertho, « Filmer la résistance à la colonisation. Stratégies postcoloniales (...)
  • 6 Voir entre autres  : Abdoulaye Mamani, Le puits sans fond, Paris, L’Harmattan, 2014 [présentation e (...)
  • 7 Djiguiba Camara, Essai d’histoire locale : l’œuvre d’un historien guinéen à l’époque coloniale, Lei (...)
  • 8 Voir Myriam Suchet, Indiscipline !, Montréal, Nota Bene, 2016. Pour une interprétation sensiblement (...)
  • 9 Fabio Viti, « Les ruses de l’oral, la force de l’écrit. Le mythe baule d’Aura Poku », Cahiers d’étu (...)
  • 10 Sur la prégnance du paradigme inquisitorial dans la littérature contemporaine et dans les sciences (...)

2Au-delà de l’originalité et de l’ampleur du sujet traité, Sorcières, tyrans et héros est remarquable par son ambition méthodologique. Afin d’analyser le devenir complexe des résistants dont elle entend suivre la trace depuis leurs premières apparitions dans les archives coloniales jusqu’à leurs rémanences contemporaines, Elara Bertho se met en quête « d’outils théoriques et méthodologiques qui puissent rendre compte de l’aspect global de la figure, en incorporant à la fois des auteurs institutionnalisés, disponibles dans les puissantes bibliothèques occidentales, et des matériaux plus difficiles d’accès, comme des ballets ou des chants à faible audience » (p. 31-32). Il est vrai que le corpus sélectionné se distingue par sa variété à la fois linguistique et formelle : comme le synthétise le tableau récapitulatif présenté en introduction (p. 29), Elara Bertho traite à la fois de « littératures écrites en langues européennes » (l’anglais et le français), de « littératures écrites en langues africaines » (en particulier le haoussa et le shona), de « littératures orales en langues africaines » (le haoussa et le shona encore, mais aussi le malinké) et d’autres médias que l’auteure rassemble sous l’enseigne de la néo-oralité (chants, ballets et films). Cette hétérogénéité se trouve encore accrue si on se penche sur la nature du corpus écrit dont rend compte l’ouvrage : y voisinent des auteurs désormais placés au rang des « classiques africains »4 (par exemple l’écrivain Ahmadou Kourouma, auteur de Monnè, outrages et défis ou le réalisateur Sembène Ousmane, dont Elara Bertho exhume un scénario inabouti, consacré à la geste de Samori5), des bandes-dessinées, des manuels scolaires et des publications littéraires dont la réception demeura marginale (par exemple les œuvres du Nigérien Abdoulaye Mamani, dont Elara Bertho a contribué à assurer la réédition6, ou encore le témoignage de Djiguiba Camara, figure d’intermédiaire et auteur d’un Essai d’histoire locale récemment publié7). Afin d’embrasser un corpus aussi éclaté, l’auteure estime ne pouvoir se cantonner au seul appareillage conceptuel des études littéraires, revendiquant une ouverture large aux sciences humaines qu’elle place sous le signe de l’« indiscipline », définissant celle-ci, dans le sillage de Myriam Suchet, comme une démarche « qui se place en amont du grand partage des disciplines, […] en reliant les savoirs à la Cité, au fait politique » (p. 343)8. À l’anthropologue, Elara Bertho emprunte ainsi la passion du terrain – et elle se décrit occupée à l’arpenter, des Archives nationales du Niger aux grilles closes de la Zimbabwe Broadcasting Corporation à Harare, en passant bien sûr par les rayonnages des Archives nationales d’Outre-Mer. C’est encore le modèle de Fabio Viti et de ses travaux sur le mythe baule d’Aura Poku9 qu’elle invoque pour plaider en faveur « d’études transversales sur l’imaginaire », susceptibles de permettre l’analyse de « phénomènes intermédiaux complexes » (p. 32). Chez l’historien, et notamment dans les travaux d’Ivan Jablonka, Elara Bertho puise encore l’amour de l’archive et la mise en œuvre d’un paradigme inquisitorial qui transforme la recherche en sciences humaines en une « pratique de l’enquête, quasiment policière » (p. 35) : rien d’étonnant dès lors à ce que les questions posées en introduction reprennent la forme classique du whodunit (qui ? quoi ? comment ? pourquoi ?)10.

  • 11 Florence Goyet, Penser sans concepts : fonction de l’épopée guerrière, Paris, Éditions Honoré Champ (...)
  • 12 Voir Alain Resnais, Les Statues meurent aussi, 1953.

3On reste pourtant, en dépit de ces incursions « indisciplinées », en famille. Ainsi Elara Bertho convoque-t-elle alternativement, pour éclairer les spécificités de son corpus, les théories de Tzvetan Todorov, la narratologie de Gérard Genette, les mythologies de Roland Barthes ou la définition de la « fiction transfuge » proposée par Richard Saint-Gelais. L’archive devient sous sa plume un véritable « intertexte » dont elle se plaît à étudier les modalités de réinsertion littéraire (p. 363 et suivantes) dans des récits qu’elle rattache au genre de l’épopée, tel qu’il est défini par Florence Goyet11. En dépit de l’importance qui lui est accordée, la source glanée dans les archives n’est pourtant pas une référence incontournable : la lecture des œuvres d’Abdoulaye Mamani permet ainsi d’affirmer que la figure fondatrice « ne naît pas de la Bibliothèque » et « n’a besoin que d’une impulsion artistique d’une part, et d’une réception populaire d’autre part » (p. 90). Par ce constat, Elara Bertho atteste la puissance de la fiction dans la construction des imaginaires, en même temps qu’elle démontre la labilité de figures historiques toujours susceptibles d’actualisations nouvelles. Elle relate par exemple que ses propres publications ont nourri à son insu le fil d’actualité d’un avatar de Sarraounia sur les réseaux sociaux. « Sarraounia étant l’interrogatrice des esprits et des génies, [Elara Bertho se] retrouve dans la singulière position de parler à travers sa voix numérique » (p. 19) : voilà la critique devenue son propre objet d’études, et médium par la même occasion ! Des figures héroïques africaines, on pourrait donc dire que, contrairement aux statues auxquelles Alain Resnais consacrait un film désormais célèbre12, elles ne meurent jamais.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple Mona Chollet, Sorcières. La puissance invaincue des femmes, Paris, Zones, 2018.

2 Elara Bertho, « Mémoire postcoloniale et figures de résistants africains dans la littérature et dans les arts. Nehanda, Samori, Sarraounia comme héros culturels », thèse en littérature générale et comparée soutenue le 25 novembre 2016 à l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle.

3 Sur cette notion, voir Dominique Ranaivoson et Valentina Litvan (dir.), Les héros culturels : récits et représentations, Saint-Maur-des-Fossés, Éditions Sépia, 2014.

4 J’emprunte cette expression à : Claire Ducournau, La fabrique des classiques africains : écrivains d’Afrique subsaharienne francophone, Paris, CNRS Éditions, 2017.

5 Voir à ce sujet : Elara Bertho, « Filmer la résistance à la colonisation. Stratégies postcoloniales de mémoire et d'oubli. À propos du scénario Samori de Sembène Ousmane », Cahiers d'études africaines, n° 224), 2014, p. 875-890, disponible en ligne : https://journals.openedition.org/etudesafricaines/18379#xd_co_f=N2E3YmI4YjUtYTRjOC00OWY2LWEyYmUtZjM5NTJkMDljOWY3~.

6 Voir entre autres  : Abdoulaye Mamani, Le puits sans fond, Paris, L’Harmattan, 2014 [présentation et notes par Elara Bertho et Jean-Dominique Pénel].

7 Djiguiba Camara, Essai d’histoire locale : l’œuvre d’un historien guinéen à l’époque coloniale, Leiden, Brill, 2020 [édité par Elara Bertho et Marie Rodet].

8 Voir Myriam Suchet, Indiscipline !, Montréal, Nota Bene, 2016. Pour une interprétation sensiblement différente de l’indiscipline dans les études francophones, voir Anthony Mangeon, L’empire de la littérature : penser l’indiscipline francophone avec Laurent Dubreuil, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016.

9 Fabio Viti, « Les ruses de l’oral, la force de l’écrit. Le mythe baule d’Aura Poku », Cahiers d’études africaines, n° 196, 2009, p. 869-892.

10 Sur la prégnance du paradigme inquisitorial dans la littérature contemporaine et dans les sciences humaines, voir Laurent Demanze, Le nouvel âge de l’enquête : portraits de l’écrivain contemporain en enquêteur, Paris, Éditions José Corti, 2019.

11 Florence Goyet, Penser sans concepts : fonction de l’épopée guerrière, Paris, Éditions Honoré Champion, 2006.

12 Voir Alain Resnais, Les Statues meurent aussi, 1953.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ninon Chavoz, « Elara Bertho, Sorcières, tyrans, héros. Mémoires postcoloniales de résistants africains », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 16 novembre 2020, consulté le 01 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/45408 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.45408

Haut de page

Rédacteur

Ninon Chavoz

Ninon Chavoz est assistante de recherche à l’Université de Mayence. Elle est l’auteur d’une thèse consacrée à la tentation encyclopédique dans l’espace francophone africain et d’un essai, Éloge des ratés. Huit portraits de l’auteur francophone en encyclopédiste, paru en 2020 aux éditions Hermann.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search