Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Franck Vindevogel, L’Amérique des...

Franck Vindevogel, L’Amérique des prisons. Origines et bilan d’une incarcération de masse

Gabriel Voisin-Moncho
L'Amérique des prisons
Franck Vindevogel, L'Amérique des prisons. Origines et bilan d'une incarcération de masse, Villeneuve d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion, coll. « Histoire et Civilisations », 2020, 412 p., ISBN : 978-2-7574-3079-8.
Haut de page

Texte intégral

1« Les États-Unis représentent aujourd’hui environ 5 % de la population mondiale, mais emprisonnent à eux seuls près de 25 % de tous les détenus au monde. Pour une nation qui a toujours érigé la liberté au cœur de son système de valeurs, en venir à afficher le plus fort taux d’incarcération de la planète soulève bien des interrogations ». Cette phrase en quatrième de couverture de L’Amérique des prisons résume parfaitement l’enjeu de cet ouvrage : décortiquer, analyser et tirer le bilan de la politique d’incarcération de masse menée aux États-Unis entre 1973 et 2007. Pour cela, Franck Vindevogel commence par s’interroger sur la genèse de l’incarcération de masse : discutant la pertinence des facteurs explicatifs les plus souvent avancés, il en propose de nouveaux pour enrichir la compréhension du phénomène (chapitres 1 à 6). La seconde partie de l’ouvrage, quant à elle, tire un bilan de la politique pénale américaine sur la criminalité et de ses conséquences pour l’ensemble du pays (chapitres 7 à 10).

2L’auteur se penche tout d’abord sur les deux premières hypothèses explicatives de l’incarcération de masse : l’augmentation des infractions et le durcissement de la répression pénale. En observant les conclusions des enquêtes de victimation ainsi que l’évolution des homicides ou des infractions en général, Franck Vindevogel constate une hausse de la criminalité sur la période 1970-1990 susceptible de motiver une politique d’incarcération de masse. Cependant, la désagrégation des chiffres étudiés montre qu’il n’y a pas de corrélation nette entre le volume des incarcérations et celui des crimes commis, puisque la hausse du premier n’implique pas la diminution du second. C’est pourquoi l’auteur tend plutôt à expliquer l’incarcération de masse par une sévérité accrue et affichée des tribunaux américains envers les crimes et délits visibles, au travers de réformes pénales de plus en plus répressives.

  • 1 Jusqu’en 2010, les détenteurs de 5 grammes de crack et les détenteurs de 500 grammes de cocaïne ris (...)
  • 2 « Les 2,23 millions de détenus américains (90% d’hommes et 10% de femmes) se trouvent répartis entr (...)

3Si l’incarcération de masse est une réponse mécanique non pas à l’augmentation du crime mais à l’abaissement du seuil de tolérance d’une société envers les actes illégaux, il faut toutefois comprendre l’origine de cette tendance. Un premier faisceau d’explications classique est que l’enfermement massif serait un outil de contrôle social et racial développé après l’exode des populations les plus aisées vers les périphéries urbaines, conduisant à un appauvrissement des centres où la violence et le trafic de drogue ont explosé. L’un des arguments qui nourrissent une lecture raciale de l’incarcération de masse est que, en 2015, les personnes noires représentaient 13 % de la population totale des États-Unis, mais constituaient 35 % de la population carcérale du pays. La répression ciblée dont elle fait l’objet s’articulerait avec une instrumentalisation politique des luttes anti-drogue, marquées par une sévérité accrue envers certaines substances statistiquement plus consommées par les populations racisées1. Sans réfuter ces facteurs explicatifs, Franck Vindevogel souligne quelques incohérences de ce prisme de lecture : la disparité raciale entre personnes noires et blanches incarcérées s’est réduite par rapport à la période 1880-1950 ; la « guerre contre la drogue » a véritablement commence à partir des années 1980, et non des années 1970 ; et la population noire incarcérée pour usage et trafic de stupéfiants ne représente que 8 % de l’ensemble des condamnés enfermés dans les centres de détention des 50 États2. Il faut donc chercher des raisons supplémentaires à cet emballement de la machine pénale.

4Parmi d’autres raisons, l’auteur invoque le passage d’une politique judiciaire orientée vers la réhabilitation à un système davantage punitif. Ce virage répressif répondrait à un sentiment de déliquescence de la société inspiré par la crainte des mouvements libertaires des années 1960. Ce regard plus dur sur les auteurs de crimes a également été alimenté par des faits divers médiatisés, donnant naissance à la figure du serial killer. À cela s’ajoute la nouvelle place plus centrale dans la société accordée aux victimes à la suite d’enquêtes de victimisation et à l’action d’organisations de défense.

5L’incarcération de masse peut aussi s’expliquer par son utilisation politique, notamment par les dirigeants fédéraux blancs et conservateurs, en particulier le trio Goldwater, Nixon et Reagan. Une fois encore, le chercheur affine la compréhension du problème en montrant que des figures libérales ont aussi contribué à cette inflation carcérale, à l’instar du président Johnson (dont les mandats sont marqués par l’assassinat de Kennedy et les mouvements de protestations noirs) ou le sénateur Biden, qui soutenait ouvertement la lutte anti- drogue du président Reagan. De plus, l’auteur nous invite à changer l’échelle de notre réflexion en observant que les réformes pénales ont été hétérogènes sur l’ensemble du pays, quel que soit le président en place, en raison de l’indépendance des États et des comtés en matière de justice et d’enfermement. L’incarcération de masse aux États-Unis doit donc se penser comme le fruit non pas d’un scénario politique national mais d’un patchwork de scénarii à l’échelle des États et des collectivités qui appartiennent à une tendance commune.

6Penser les différentes échelles, c’est également s’intéresser aux demandes du peuple américain en matière de durcissement pénal. Franck Vindevogel estime que ces réformes sont aussi la conséquence d’une sollicitation des citoyens américains, qui se sont progressivement sentis davantage exposés à des actes criminels. Cette crainte était motivée par l’augmentation effective des infractions, mais également par un sentiment de crise morale – à laquelle devaient répondre la lutte anti-drogue et la sévérité accrue envers les mineurs et les délinquants sexuels – et enfin par des faits divers qui ont provoqué une réponse médiatique et politique disproportionnée. Le sentiment citoyen d’insécurité a une influence d’autant plus grande sur les politiques pénales que les procureurs sont élus localement et que leur poids n’a pas cessé de peser sur les décisions politiques depuis cinquante ans, en raison de la procédure de reconnaissance préalable de culpabilité (l’action de plaider coupable). Au niveau fédéral, la proportion de condamnations obtenues par ce compromis entre l’accusé et le procureur est passée de 77 % en 1980 à 97 % en 2010. La place centrale du procureur permet également d’expliquer les disparités locales de l’incarcération puisque, selon le procureur élu, les comtés ne jugent pas avec la même sévérité.

7La seconde partie de l’ouvrage cherche à tirer le bilan de l’expérience carcérale étasunienne que les premiers chapitres ont permis de mieux comprendre. L’auteur interroge l’effet du durcissement de la réponse pénale sur le taux de criminalité et la réhabilitation des personnes détenues. Si l’on ne peut pas nier que l’incarcération de masse a contribué à la baisse de la criminalité aux États-Unis, les études présentées dans l’ouvrage concluent que l’enfermement n’est responsable au maximum que d’un tiers de cette baisse. Il semble que l’incarcération ait même plutôt eu des effets pervers sur la délinquance en fragilisant les tissus familiaux, renforçant alors la pauvreté et la délinquance au sein de familles et de quartiers déjà précaires. L’enfermement d’un père, par exemple, s’il peut parfois être une protection pour le reste du foyer, est souvent source de déséquilibres financiers et émotionnels qui se répercutent sur la mère et les enfants.

  • 3 En 2016, 2,5% de la population américaine avait ainsi perdu son droit de se rendre aux urnes suite (...)

8Le manque de budget pour embaucher du personnel d’aide à la réinsertion sociale a également empêché de réduire efficacement le crime puisqu’à leur sortie les détenus sont fortement tentés de reprendre leur activité délinquante afin de subvenir à leurs besoins. Sortir de la délinquance est d’autant plus difficile qu’un stigmate administratif pèse sur les anciens détenus : selon les États, ils peuvent être privés d’aides sociales et de droit de vote pendant quelques années, ou être enregistrés dans des fichiers publics qui constituent de vrais handicaps pour trouver un travail, un logement ou se construire un nouveau cercle social. La prison peut aussi être la cause de l’apparition de troubles psychiatriques, notamment à cause des cellules d’isolement dans lesquelles la personne condamnée peut rester plusieurs années, selon les États. Pour finir, c’est l’ensemble de la société américaine qui est affectée par cette incarcération de masse au travers de son facteur criminogène, de la stigmatisation de certaines communautés3 ou des risques sanitaires qu’elle fait encourir à la population lorsque les personnes détenues mal soignées sont libérés (on pense aux problèmes d’addiction ou de VIH).

9Notons toutefois avec l’auteur que le constat d’échec de cette politique punitive, son coût important en raison des infrastructures nécessaires ainsi que la fin de l’instrumentalisation politique de la sécurité semblent pousser l’opinion publique, les intellectuels et les représentants politiques à se détourner lentement de l’incarcération de masse comme solution contre la criminalité.

10Pour conclure, il est important de souligner que l’exercice de synthèse de la recension ne rend pas pleinement justice à la richesse et la finesse de l’argumentation de Franck Vindevogel. Ce dernier prend le temps de présenter et d’analyser une pléthore de facteurs expliquant la situation étatsunienne au travers d’études qualitatives, quantitatives, législatives, de faits divers ou d’analyses politiques et médiatiques. Cela donne à voir la réelle complexité du sujet traité, dont nous n’avons qu’une vision tronquée en raison des objets culturels par lesquels il peut nous atteindre ou du vernis axiologique et idéologique inhérents à la question de la criminalité. L’Amérique des prisons est un excellent ouvrage aussi bien pour les spécialistes de la question qui souhaiteraient aborder d’autres angles de réflexion que pour les néophytes intéressés par ce thème.

Haut de page

Notes

1 Jusqu’en 2010, les détenteurs de 5 grammes de crack et les détenteurs de 500 grammes de cocaïne risquaient la même peine. Après le vote de la loi Fair Sentence Act en 2010, le ratio entre les quantités de cocaïne et de crack impliquant une peine similaire est passé de 1/100 à 1/18.

2 « Les 2,23 millions de détenus américains (90% d’hommes et 10% de femmes) se trouvent répartis entre deux grands types d’établissements : les centres de détention des 50 États et du gouvernement fédéral (1 489 000) et les maisons d’arrêt des comtés (745 000). Cette seconde catégorie de lieu de privation de liberté est elle-même réservée à deux types d’individus : les prévenus placés en détention provisoire dans l’attente de leur jugement […] et les personnes condamnées à de courtes peines [moins d’un an] », p. 13-14.

3 En 2016, 2,5% de la population américaine avait ainsi perdu son droit de se rendre aux urnes suite à une condamnation pénale. Cette mesure a été plus durement ressentie par les afro-américains puisque, la même année, 7,7% d’entre eux ne pouvaient plus aller voter, soit quatre fois plus que le reste de la population.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabriel Voisin-Moncho, « Franck Vindevogel, L’Amérique des prisons. Origines et bilan d’une incarcération de masse », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 17 novembre 2020, consulté le 11 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/45428 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.45428

Haut de page

Rédacteur

Gabriel Voisin-Moncho

Normalien étudiant et masterant en sciences sociales à l’ENS de Lyon.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search