Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Alexandre Gefen, Sandra Laugier (...

Alexandre Gefen, Sandra Laugier (dir.), Le pouvoir des liens faibles

Sébastien Bauvet
Le pouvoir des liens faibles
Alexandre Gefen, Sandra Laugier, Le pouvoir des liens faibles, Paris, CNRS, coll. « Philosophie et histoire des idées », 2020, 384 p., ISBN : 9782271126221.
Haut de page

Texte intégral

1Alexandre Gefen et Sandra Laugier ont dirigé cet ouvrage collectif pluridisciplinaire qui explore le concept de « liens faibles » en empruntant essentiellement aux champs de la sociologie, de la philosophie et des lettres. Débordant largement le cadre théorique posé par Mark  S. Granovetter dans son article « The Strength of Weak Ties » paru en 1973 dans l’American Journal of Sociology, les « liens faibles » s’étendent ici aux questions de socialité, aux expériences de la vie quotidienne, aux engagements ou encore au goût, alors que l’objet originel, « augmenté » dans la sociologie des réseaux, les consacre dans leur capacité de transmission des informations et de ses effets. Résultat d’une « enquête conceptuelle » (p. 17), le livre présente en l’état un concept fertile « pour décrire des formes d’attachements ténus aux êtres et au monde, de solidarités non utilitaires, de relations complexes et non déterministes, non seulement des humains aux humains, mais aussi des humains aux choses, aux êtres naturels, aux être fictionnels et virtuels » (p. 17-18). Plutôt que de se situer du côté de l’analyse des ressources, l’ouvrage a pour ambition de « servir à élaborer une théorie minimale des valeurs, à attiser notre sensibilité aux puissances ténues, aux relations à distance ou au passé, à faire voir le tissu sensible des échos et des reconnaissances que trament les liens faibles » (p. 24). On y lit la promesse de penser la contingence, les interstices, les dimensions secondaires de la vie, en décalage avec les institutions et les univers sociaux où s’ancrent les individus et les groupes sociaux.

2La première partie de l’ouvrage s’intitule « Le savoir des liens faibles » et réunit quatre contributions qui posent en commun la question des rôles des individus et des frontières, entre le temporaire et le commentaire. L’expérience du métro parisien, déconstruite par Alexandra Bidet à travers l’analyse d’un entretien avec un usager « dont la vigilance active vise et suppose ici une communauté actuelle » (p. 42), donne à voir comment s’établit un affect, un lien, en dépassement d’une vision fonctionnaliste de la pratique. Le fonctionnement d’une association de parole ouverte grenobloise destinée aux « grands précaires », ethnographiée par Anthony Pecqueux, permet de mieux comprendre les effets de l’intermittence de la présence ou de l’engagement des bénévoles comme des bénéficiaires qui, sans gommer la fragilité, conduit aussi au maintien de légitimité de certains thèmes et de la bienveillance relationnelle. Barbara Formis propose une déconstruction théorique du déroulement d’un repas collectif entre proches et du bavardage – indispensable – qui lui est associé. La conversation entre les convives permet, d’une certaine façon, de dédramatiser la communauté élective constituée dans cette instance de sociabilité. Cette dernière, d’après Joëlle Zask dans la contribution suivante, ne renvoie pas seulement aux modalités d’entrée dans les relations sociales structurantes. Les relations de face à face, de façon générale, sont aussi une instance d’appropriation individuelle car « la face exprime la personnalité que l’individu forge progressivement en faisant jouer les possibilités de sa culture et en faisant de lui-même, par lui-même et pour lui-même, l’expérience des biens et des cadres que sa société met à sa portée » (p. 104).

  • 1 L’ouvrage de référence est : Ernest Breleur et al., Manifeste pour les « produits » de haute nécess (...)

3La deuxième partie, avançant l’idée d’une « politique des liens faibles », est la plus hétérogène de l’ouvrage. Rémi Beau explore finement le rapport aux animaux et à leur « place » en relisant Thoreau et son rapport au sauvage. Catherine Larrère retrace l’histoire d’un réseau de sociabilité issu de la mobilisation en faveur du crapaud calamite découvert dans certaines zones de construction du parc de la Courneuve. La contribution d’Yves Citton, plus théorique, explore les possibilités de décrire les individus par leurs liens à l’aide de la métaphore du « lyannaj », défini dans le contexte des mobilisations guadeloupéennes de 2009 comme « l’activité “d’allier et de rallier, de lier, relier et relayer tout ce qui se trouvait désolidarisé” »1 (p. 157). En découle une proposition de cinq « registres » (sollicitude, sollicitations, organisations, résonances et besoins) en tension entre solidarités et réseaux qui, nous semble-t-il, peuvent autant contribuer à comprendre les coordonnées particulières des individus qu’à saisir des rapports de domination supplémentaires à ceux inhérents aux rapports sociaux. À travers une relecture de Dewey, Sandra Laugier expose une « démocratie des liens faibles » par le prisme du care, dans le sens de l’attention portée à l’autre et des formes qu’elle peut prendre dans des dimensions spatiotemporelles limitées. Enfin, Alexandre Gefen explore des « écritures des attentats de 2015 en France » pour saisir deux formes de lien : celui qui est (re)construit avec les victimes à travers une mise en roman, et celui qui joue dans les écritures elles-mêmes. Pour l’auteur, « le récit traumatique des attentats de 2015 a entendu autant agir que signifier : il s’est voulu performatif, en s’autoattribuant une fonction de la réparation de l’identité blessée, de consolation du deuil ou de réassurance des communautés » (p. 227).

4Décrivant certaines « formes de l’attachement », la troisième partie trouve son unité dans ses objets – des pratiques liées à des productions culturelles récentes. Le goût pour la musique metal est abordé par Catherine Guesde afin de « penser cet attachement à partir de l’expérience des œuvres » (p. 235) plutôt qu’en situant ces dernières dans un espace social des pratiques, permettant de décrire la sensibilité commune qu’elle génère. Objet culturel contemporain par excellence, les séries télévisées sont examinées sous trois angles : Pauline Blistène, à partir des écrits de Cavell et s’appuyant sur quelques séries à succès, se livre à une lecture interne les liens entre les personnages ; Martine de Gaudemar, pour qui les séries semblent des « doudous d’adultes », analyse les mécanismes d’identification et en particulier le lien qui se tisse entre les personnages et le public, car « non seulement les interactions sociales et symboliques qui ont lieu autour d’un épisode majeur de la vie d’un personnage permettent d’explorer les possibles de la situation, mais elles travaillent à constituer et renforcer le “nous” de ceux qui sont affectés par la situation. » (p. 280) ; achevant le déplacement de la focale vers le public à travers la sériephilie, Thibaut de Saint Maurice remarque que « nous ne nous attachons pas à ces personnages parce qu’ils nous ressemblent et que nous nous y retrouvons, mais parce qu’au contraire ils nous permettent d’explorer ce que nous ne sommes pas, ce que nous ne sommes pas encore, ce que nous pourrions être » (p. 304). Clôturant cette partie, Françoise Cahen exploite les réseaux de personnages de trois romans contemporains pour illustrer l’idée selon laquelle les liens faibles peuvent construire des réseaux forts et nourrir des résistances individuelles.

5La quatrième et dernière partie, qui traite de « l’intimité », s’ouvre sur un éclairage de la notion de liens faibles à travers une réflexion théorique de Nathalie Heinich, au croisement de la théorie des valeurs et des représentations de « la femme », insistant sur le fait « qu’on ne peut pas statuer sur la force ou la faiblesse des liens sans prendre en compte la variable temporelle » (p. 342). Les deux dernières contributions, intimistes et touchantes, partagent deux expériences personnelles. Mathieu Simonet, par un texte biographique où il analyse l’évolution de son travail artistique, montre l’intérêt de la « provocation » de liens faibles, et confirme leur « pouvoir » en ce qu’ils donnent aux individus, dans certaines instances, la possibilité de se livrer plus facilement psychiquement, socialement et symboliquement. De son côté, Christine Détrez raconte, à travers ses recherches personnelles sur sa mère décédée très jeune, comment la généalogie, et en réalité plus généralement l’enquête (on pourrait ajouter : « sur les liens forts »), se nourrit de la manifestation des liens faibles, que leurs traces se situent dans les mémoires des individus du passé ou de passage, ou bien dans les archives administratives.

6Si l’on peut regretter l’absence de remise en perspective conclusive et de bibliographie générale, mais aussi les grandes disparités d’appréhension du concept de « liens faibles » dans certaines contributions, cet ouvrage présente l’avantage, par la richesse et la variété de ses objets, de diversifier l’analyse des pratiques et de rappeler finement comment l’émotion, la contingence, le jeu et l’imaginaire se situent aux endroits que la sociologie peut considérer encore comme les espaces interstitiels ou encore comme l’expression de la personnalité, qui ne sont pas fondamentalement son domaine d’étude. Or il ressort, en filigrane, que les individus connaîtraient des chances de plus en plus fortes de rencontres et d’attachements improbables, que ce soit dans le réel ou dans la fiction. En prolongeant le propos de certain·e·s auteur·e·s, on pourrait considérer les liens faibles comme le plus petit dénominateur commun entre les membres d’un groupe, permettant de reconnaître l’existence et la capacité de participation de chacun, que ce soit dans une approche introspective ou militante, intersubjective ou collective.

  • 2 Voir Serge Paugam, « Intégration et inégalités : deux regards sociologiques à conjuguer », in Serge (...)

7L’élaboration d’une nouvelle théorie des liens faibles présente en l’état une limite sociologique : à vouloir restituer l’épaisseur et la complexité des sensibilités et des pratiques individuelles, certaines contributions s’affranchissent un peu rapidement de l’entrelacement et de la multiplicité des liens. Ainsi, la théorie des liens sociaux, qui n’est pas mobilisée dans l’ouvrage, souligne l’effectivité des liens aux sphères normatives au sein desquelles l’individu évolue : on ne peut pas considérer les liens – faibles ou non – sur le seul plan des pratiques ou des idées2. Par ailleurs, les espaces de liberté donnés aux liens faibles ne sont pas contradictoires avec les dispositions sociales qui favorisent des conduites reproductrices ou, par exemple, le désir d’ascension sociale, qui ne se repèrent pas (nécessairement) en termes de pratiques personnelles mais en termes de transmission. Des enquêtes empiriques sur l’extension de la portée des liens faibles à l’ensemble (et à l’échelle) des catégories sociales semblent désormais la voie à privilégier pour penser le pouvoir des liens faibles – et probablement mieux saisir leur différenciation sociale. Un rapprochement avec les travaux déjà amorcés autour des transfuges de classes pourrait ainsi s’avérer utile pour restituer, dans la complexité des trajectoires et la richesse des interactions et des représentations, la contribution des liens faibles à la sociologie de la culture ou à la sociologie des mouvements sociaux.

Haut de page

Notes

1 L’ouvrage de référence est : Ernest Breleur et al., Manifeste pour les « produits » de haute nécessité : Martinique, Guadeloupe, Guyane, Réunion, Paris, Galaade éditions, Institut du Tout-Monde, 2009.

2 Voir Serge Paugam, « Intégration et inégalités : deux regards sociologiques à conjuguer », in Serge Paugam (dir.), L’intégration inégale. Force, fragilité et rupture des liens sociaux, Paris, PUF, 2014, p. 1-25.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Bauvet, « Alexandre Gefen, Sandra Laugier (dir.), Le pouvoir des liens faibles », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 18 novembre 2020, consulté le 28 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/45452 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.45452

Haut de page

Rédacteur

Sébastien Bauvet

Sociologue, responsable de recherche au sein de Frateli Lab/Article 1, chercheur associé au Centre Maurice Halbwachs (UMR 8097).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search