Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Simon Ridley, L’alt-right : de Be...

Simon Ridley, L’alt-right : de Berkeley à Christchurch

Frédérick Port-Levet
L’alt-right : de Berkeley à Christchurch
Simon Ridley, L’alt-right : de Berkeley à Christchurch, Le Bord de l'eau, coll. « Documents », 2020, 183 p., ISBN : 978-2-35687-727-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Notamment Wendling Mike, Alt-right, from 4chan to the White House, Londres, Pluto Press, 2018 et Fr (...)
  • 2 Ridley Simon, Les sens de la liberté d’expression. Socio-anthropologie comparative des campus de Be (...)
  • 3 L’attentat du 15 mars 2019 contre les mosquées de Christchurch est le plus meurtrier survenu en Nou (...)
  • 4 Double attentat du 22 juillet 2011 contre le siège du gouvernement (Oslo) et contre le rassemblemen (...)

1Actif aux États-Unis, l’« alt-right » est un courant aux frontières et au contenu flous, découvert par le grand public avec l’élection de Donald Trump en 2016. Il pèse désormais sur la scène politique de toutes les démocraties au niveau international, amplifié par le médium numérique. Cette mouvance hétéroclite, le sociologue Simon Ridley l’analyse de manière neuve par rapport aux premières publications militantes sur le sujet1. Dans cet ouvrage qui prolonge sa thèse de doctorat2, il fait jouer tous les prismes et les ressorts d’une « anthropologie activiste réciproque » (p. 6), qu’il éclaire au long d’une étude « engagée », n’hésitant pas à se plonger dans l’univers d’une idéologie dont l’ignorance actuelle facilite la propagation dans l’espace public. Cette démarche justifie le titre retenu puisqu’il s’agit de montrer le pouvoir toxique de l’alt-right qui, depuis la sphère intellectuelle d’une université emblématique comme Berkeley, retourne la valence de la « liberté d’expression » pour produire des discours racistes et sexistes, capables d’inspirer des attentats aux États-Unis et jusqu’en Nouvelle Zélande, à Christchurch3, en passant par Oslo et Utøya4.

2La première partie met en pratique une sociologie historique consacrée à la généalogie et aux filiations de l’alt-right. Elle rappelle les principales figures et surtout les théories qui en nourrissent le corpus idéologique. La droite alternative est ainsi nommée dès 2008 par Paul Gottfried, un universitaire « paléoconservateur » (p. 19). Mais son véritable architecte est Richard Spencer, qui se présente lui-même en 2009 comme un « identitaire blanc », à la recherche d’une « respectabilité » que le terme d’alternatif, connoté positivement, pourrait lui assurer, renouvelant ainsi ouvertement le discours raciste et suprématiste blanc, souvent teinté de néonazisme. On n’est pas surpris de découvrir l’influence des intellectuels de la Nouvelle Droite française (Alain de Benoist, Dominique Venner), qui ont fait de l’université leur champ de bataille, tout comme la thèse xénophobe du « grand remplacement », l’un des moteurs du populisme conservateur. A contrario, l’alt-right s’en prend au « marxisme culturel », attribué à l’École de Francfort, lequel serait à l’origine de tous les mouvements contestataires des années 1960-70 ainsi que le vecteur d’un vaste complot juif.

  • 5 Birther : toute personne proclamant que Barack Obama n’est pas né aux USA et ne devait pas être aut (...)
  • 6 Le 12 août 2017, un suprématiste blanc au volant de sa voiture a foncé dans la foule des personnes (...)

3Simon Ridley montre que la paranoïa maccartiste comme le complotisme sont les marqueurs idéologiques de ceux qui ajoutent à leurs obsessions de suprémacistes blancs le combat culturel contre les « élites mondialisées », le « politiquement correct » et la pensée « mainstream », soit les formes renouvelée du paléoconservatisme. Les références de personnalités de cette mouvance sont légion. Ann Coulter, Pat Buchanan, Lauren Southern nourrissent le rejet de la diversité culturelle et du « globalisme », responsables du déclin de l’Occident. À ce premier complexe théorique s’allie l’ambiguïté de l’influence du libertarianisme, dont l’acception nord-américaine désigne la promotion de la dérèglementation totale de l’économie et la sortie du contrôle social, pour un monde utopique « plus riche, plus libre et même plus propre », selon les mots de la philosophe et romancière Ayn Rand (citée p. 53), qui est une figure de référence du patronat et des conservateurs. Simon Ridley pointe le fait que le mythe fondateur du self made man est sous-jacent dans l’alt-right, tout comme la peur du déclassement face à la dégradation des perspectives de mobilité sociale. Le ressentiment des birthers5 est alimenté par le site The Daily stormer, créé par Andrew Anglin (p. 32). Ils s’organisent en milices patriotes, dont le nombre a explosé dès 2008 avec l’élection de Barak Obama. La tentation du passage à l’acte est forte, comme le montre l’attentat de Charlottesville6, et laisse redouter des incidents autour des élections présidentielles étatsuniennes de 2020.

  • 7 Deep State : désigne toute organisation civile, militaire ou politique soupçonnée d’agir en secret (...)

4À ce stade de la lecture, se dessine une première définition de l’alt-right et de l’idéal type de ses adeptes. Selon l’auteur, la droite alternative est opposée à l’État fédéral, au « deep state »7, au féminisme, au multiculturalisme et à l’immigration. Nationaliste et suprématiste, raciste et antisémite, complotiste, elle véhicule ses obsessions et ses thèses par Internet et recrute parmi les identitaires blancs, éduqués ou non, qui se présentent comme victimes de la culture dominante. Mais selon quels canaux ?

  • 8 Gamer, geek : adepte des jeux vidéo et passionné par l’internet. Hacker : spécialiste d’informatiqu (...)

5La deuxième partie de l’ouvrage répond à cette question. Elle est entièrement consacrée aux références culturelles et sémantiques de l’alt-right mobilisées par une génération de cyberactivistes. Simon Ridley joue les guides dans le labyrinthe des forums internet (2chan, 4chan, 8chan), des plateformes et des réseaux sociaux qui diffusent cette contreculture, armés de toute une terminologie servant de paravent aux discours déstabilisateurs. Pour les alt-righters, « troller » (polluer les forums de messages provocateurs) est une pratique courante, tout comme l’usage des flamewars (messages destinés à fermer l’espace d’expression libre et anonyme en le saturant de provocations et de contre-vérités) et de l’« humour de la cruauté », dont se repaissent certains gamers et geeks ainsi que les hackers ou les redditors8. Simon Ridley pointe ainsi la communauté activiste des Anonymous (p. 85). Internet, avec ses posts, ses messages, ses tweets et ses forums, offre autant de masques à la diffusion des contenus de l’extrême droite par des « hommes blancs, issus des classes moyennes supérieures, ayant abandonné l’Université pour se consacrer à la vie sur le Web » (p. 83). Le jeu peut glisser vers la haine, comme cela s’est produit avec le hashtag GamerGate, dédié aux jeux vidéo, dont le principal porte-parole, Milo Yannopoulos, associe misogynie et racisme en cultivant l’art du troll. Repéré comme influenceur efficace et rebelle par Steve Bannon (directeur de campagne en 2016 puis conseiller de de Donald Trump), Milo Yannopoulos est recruté en tant que directeur éditorial de Breitbart news, véritable plateforme de l’alt-right que Bannon dirige depuis 2012. Il pratique dès lors ce « journalisme inversé » qui consiste à rendre acceptables ses diatribes. Comme le montre Simon Ridley, les médias de l’alt-right sont des laboratoires toxiques, dangereux en ce qu’ils favorisent un passage dramatique du virtuel au réel. Il ne s’agit plus d’un activisme marginal, exercé sous couvert de la « liberté d’expression », mais d’un engagement dans des actions criminelles destinées à créer du chaos et à renverser la réalité. L’auteur explique ce passage en invoquant la « magie des mèmes » (p. 109-122). Transposée dans l’environnement socio-culturel, la notion de mème empruntée à la biologie désigne une nouvelle strate du langage dans le débat politique, à fort pouvoir de reproduction et de transmission. Le mème destiné à se moquer peut devenir message de haine et conduire à des campagnes de déstabilisation. L’alt-right, prompte à mener la bataille du sens des mots, s’est engouffrée dans l’usage de ces mèmes devenus viraux dans la « sphère publique alternative » (p. 78). Pour Simon Ridley, ce registre rhétorique appauvri qui vise à la confusion et au retournement du sens manifesterait les prémices d’un « fascisme 2.0 dont le principal espace de mutation est le forum en ligne sur Internet » (p. 122). Cette alerte est mise en perspective dans la troisième partie, sans doute la plus complexe, qui met en évidence la porosité entre le milieu universitaire et l’alt-right, dont l’auteur a été témoin.

6La guerre culturelle sur les campus n’est pas un phénomène nouveau : il existe aux États-Unis une longue tradition d’universitaires qui se sont attachés, dans une relative confidentialité, à préserver une certaine « identité blanche ». Mais ce courant s’illustre à présent par une prise de parole décomplexée des tenants de l’alt-right, qui conduit progressivement à une prise de pouvoir sur les débats, en plaçant au centre la question de la liberté d’expression. Si l’auteur ne l’évoque pas, on pressent en filigrane l’impasse vers laquelle conduit l’autocensure que pratiquent actuellement les activistes du « woke » (état d’éveil face aux injustices raciales, sexistes…). Simon Ridley pointe par contre la remise en cause de l’affirmative action, jusqu’ici censée favoriser les minorités dans l’accès aux universités californiennes, et attribue ce recul aux attaques de l’extrême droite, qui dénonce un racisme institutionnel et culturel dont les hommes blancs seraient victimes. À Berkeley, les membres du Berkeley College Republicans trollent à l’envi et militent pour « une confusion du conservatisme, du libertarianisme, du contrarianisme et du néonazisme » (p. 132-133). La multiplication des White Students Unions prouve la force de cet entrisme. C’est la fonction première de l’université, à savoir la poursuite d’un idéal de vérité et de neutralité des sciences, qui est ainsi mise à mal dans la société de la « post vérité » et du « post factuel », révisionnisme et mensonge formant les bases d’une culture de la méfiance largement diffusée dans l’espace public par la blogosphère. Présent sur le campus de Berkeley en 2017, Simon Ridley fait le constat amer du spectacle fourni par les « jeunes privilégiés de Berkeley, militants pro-Trump et proches de l’alt-right » (p. 137), qui paradent devant les micros et les caméras des interviewers, comme Nathan Damigo, fondateur du groupe suprématiste blanc néonazi Identity Europa. Le free speech réclamé par les alt-righters peut tourner au spectacle, comme celui organisé par Milo Yannopoulos au sein des universités, qui pousse loin la culture de la cruauté et face à laquelle la réponse blanche, civile et modérée des activistes de la justice sociale n’offre qu’une faible résistance. Les porte-paroles de l’alt-right profitent de cette faiblesse pour se radicaliser et former une véritable armée de l’extrémisme, comme en témoignent leurs propres appellations : Proud Boys, DIY division, Hamerskins... Mais la plus dangereuse attaque contre l’université est celle qu’analyse avec beaucoup de conviction et d’intelligence Simon Ridley dans son ultime chapitre, « La production de l’ignorance au service de l’alt-right ».

7Se pose en effet la question, portée par les critiques néolibérales et illibérales, du rôle social de l’université, soumise de plus en plus à la marchandisation et à la logique industrielle. Sur ce point, l’université souffre d’une amnésie particulière que l’auteur définit comme « oubli de soi, abandon dans le travail, oubli historique portant sur l’institution universitaire elle-même […] répression mentale à propos de son propre passé » (p. 164). L’université étatsunienne a longtemps été réservée aux hommes blancs des classes supérieures. Pour Simon Ridley, elle est devenue aveugle à ses propres problématiques, lesquelles ne peuvent être appréhendées que dans un contexte social instable, porteur de « l’angoisse blanche » face à la préoccupation de l’autre racisé. C’est ce que Donald Trump avait bien compris et que la culture numérique a su exploiter. Internet et les thèmes de l’alt-right sont devenus, sur tous les campus, les véhicules d’une normativité blanche dominante et capitaliste. C’est pourquoi l’auteur en appelle à l’émergence d’un collectif de pensée critique, pour refonder la diversité et réfléchir aux objectifs sociaux, en refusant les rapports de domination ainsi que le double discours actuel de l’institution universitaire.

8En conclusion, Simon Ridley formule cette ultime définition de l’alt-right : « une mouvance correspondant à la mutation technologique d’une ancienne forme de racisme, de sexisme et de toute une variété de préjugés, renouvelés, entremêlés et fortifiés grâce au médium digital et à sa mise en réseau du monde » (p. 179), et répondant à ce qu’il convient de nommer la crise de « l’identité blanche », sur fond de recomposition de la masculinité et d’intolérance. Il pressent que l’alt-right cherche à essaimer dans une internationale fondée sur l’insurrection populiste, réunissant des activistes de droite et… de gauche, afin de réussir son OPA sur les démocraties et de rallier tous les conservateurs, de tous bords, séduits par les nouveautés langagières. Pour comprendre et prévenir cette menace, la lecture de cet ouvrage nous semble bien salutaire.

Haut de page

Notes

1 Notamment Wendling Mike, Alt-right, from 4chan to the White House, Londres, Pluto Press, 2018 et François Stéphane, « Qu’est-ce que l’alt-right ? », Fondation Jean Jaurès, 12 avril 2017, en ligne : https://jean-jaures.org/nos-productions/qu-est-ce-que-l-alt-right.

2 Ridley Simon, Les sens de la liberté d’expression. Socio-anthropologie comparative des campus de Berkeley et de Nanterre, thèse de doctorat, Université Paris Nanterre, 2019.

3 L’attentat du 15 mars 2019 contre les mosquées de Christchurch est le plus meurtrier survenu en Nouvelle-Zélande (51 morts et 49 blessés). Son auteur, terroriste d’extrême droite, incarnait toute la subculture de l’alt-right, des symboles aux supports numériques qu’il utilisait comme outils de propagande sur les réseaux sociaux et médiatiques les plus influents à l’échelle mondiale.

4 Double attentat du 22 juillet 2011 contre le siège du gouvernement (Oslo) et contre le rassemblement d’un parti de gauche (Utøya), qui a fait 77 morts et 151 blessés.

5 Birther : toute personne proclamant que Barack Obama n’est pas né aux USA et ne devait pas être autorisé à devenir président.

6 Le 12 août 2017, un suprématiste blanc au volant de sa voiture a foncé dans la foule des personnes qui s’opposaient à la tenue du rassemblement Unite the Right, faisant un mort et 19 blessés.

7 Deep State : désigne toute organisation civile, militaire ou politique soupçonnée d’agir en secret pour défendre des intérêts particuliers sans y avoir été mandatée. Ce soupçon nourrit la thèse complotiste et le rejet des élites.

8 Gamer, geek : adepte des jeux vidéo et passionné par l’internet. Hacker : spécialiste d’informatique qui cherche, par jeu ou par volonté de nuire, à pirater les sites internet. Redditor : adepte du site communautaire et social Reddit (read it), qui propose de l’information et du contenu sur lesquels chacun peut s’exprimer, voter…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérick Port-Levet, « Simon Ridley, L’alt-right : de Berkeley à Christchurch », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 20 novembre 2020, consulté le 25 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/45532 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.45532

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search