Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Julian Mischi, Le parti des commu...

Julian Mischi, Le parti des communistes. Histoire du Parti communiste français de 1920 à nos jours

Léo Rosell
Le parti des communistes
Julian Mischi, Le parti des communistes. Histoire du Parti communiste français de 1920 à nos jours, Marseille, Hors d'atteinte, coll. « Faits & idées », 2020, 720 p., ISBN : 9782490579594.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Signalons également la parution de l’ouvrage de Roger Martelli, Jean Vigreux et Serge Wolikow, Le p (...)

1Tenu du 25 au 30 décembre 1920, le Congrès de Tours joua un rôle décisif dans l’histoire des gauches françaises. Il entérina en effet la scission au sein de la Section française de l’Internationale ouvrière (SFIO) entre les gardiens, avec Léon Blum, de « la vieille maison socialiste », et les partisans de l’adhésion à l’Internationale communiste (IC), majoritaires, qui formèrent alors la Section française de l’Internationale communiste (SFIC), rapidement renommée en Parti communiste français (PCF). Le centenaire de la création du PCF constitue ainsi un contexte propice à la parution d’ouvrages revenant sur la genèse et l’histoire mouvementée du communisme français1. En proposant une synthèse riche de 720 pages sur les mutations du PCF depuis le Congrès de Tours, le sociologue Julian Mischi se mue en historien, même si les trajectoires militantes, la sociologie des adhérents du parti et des sociabilités qui s’y déploient demeurent centrales dans cette « histoire sociale des engagements communistes » (p. 19).

2Cet ouvrage revient donc sur les premières années du mouvement communiste, période sur laquelle, selon l’auteur, la plupart des ouvrages passent trop rapidement. L’étude de ce moment permet pourtant de mettre en évidence la pluralité des formes organisationnelles et la diversité idéologique de cette nébuleuse. Julian Mischi propose alors d’adopter une perspective générationnelle pour analyser l’évolution du profil des leaders du PCF. Ainsi, à une première série « socialement et politiquement hétérogène » de dirigeants issus de la SFIO, mais aussi des milieux syndicalistes et anarchistes, succède, au tournant des années 1920 et 1930, « un corps davantage homogène » de dirigeants issus de la classe ouvrière, tels Maurice Thorez ou Jacques Duclos, « produits de la bolchevisation et acteurs de la stalinisation du parti » (p. 16).

  • 2 Notamment Julian Mischi, Servir la classe ouvrière. Sociabilités militantes au PCF, Rennes, PUR, 20 (...)

3L’auteur estime ainsi que « la mobilisation communiste met en évidence […] la représentation politique des classes populaires » (p. 13), reprenant ainsi un thème déjà développé dans ses précédents ouvrages2, la représentation politique des classes populaires et leur accession à des positions de pouvoir justement permise par le rôle historique de « parti de la classe ouvrière » attribué au PCF. Julian Mischi insiste alors sur ce qu’il présente comme l’« ambivalence tragique d’un mouvement d’émancipation » : le fait que le PCF fut un acteur central de la vie politique française au XXe siècle, représentant les aspirations de la classe ouvrière et donnant lieu à de nombreuses avancées sociales, notamment pendant le Front populaire et la Libération, mais qu’il fut dans le même temps « synonyme de sectarisme stalinien et de confiscation des aspirations révolutionnaires » (p. 14).

4L’articulation de la direction du PCF avec la politique de l’URSS constitue un élément important de son histoire, même si l’effondrement définitif du bloc soviétique en 1991 n’est pas présenté comme la cause exclusive du déclin progressif du PCF. Pour Julian Mischi, ce constat incite à abandonner « les visions schématiques fondées sur des jugements de valeur manichéens, au profit d’un regard attentif à cette complexité mais aussi aux leçons politiques que livre cette histoire séculaire » (p. 15). Surtout, l’érosion électorale du PCF depuis la fin des années 1970 s’est accompagnée d’une transformation du profil social de ses dirigeants : « aux permanents ouvriers succède progressivement une nouvelle génération de professionnels de la politique liés aux collectivités territoriales » (p. 18).

  • 3 Le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier, mouvement social (plus connu comme Le Maitron), (...)
  • 4 Voir Michel Dreyfus et al. (dir.), Le Siècle des communismes, Éditions de l’Atelier, 2000. Les trav (...)

5Veillant à offrir « une synthèse au plus près des sources et du renouveau historiographique » (p. 24), l’auteur adopte une perspective socio-historique articulant différentes échelles d’analyse, locale, nationale et internationale. Cette approche plurielle s’appuie sur des documents d’archive produits à tous les échelons du mouvement communiste, et dont l’édition depuis les années 1990 a suscité un renouvellement historiographique, notamment du côté de l’histoire transnationale, mais aussi des études locales3. Centré sur la singularité du communisme français, ce livre est « travaillé par le double souci exprimé dès 2000 par les auteurs du Siècle des communismes » d’appréhender le « communisme au pluriel » tout en étant attentif aux logiques induites par sa matrice bolchevique, puis stalinienne4.

6Suivant une progression chronologique, l’ouvrage s’ouvre donc logiquement sur l’origine de la SFIC, née à la fois de l’opposition au « socialisme de guerre » et de l’engouement pour la révolution d’Octobre, « souffle révolutionnaire venu de l’Est » qui mène à un ralliement hétéroclite au bolchevisme, clarifié lors du Congrès de Tours. La mise en évidence de la dialectique entre héritages révolutionnaires et nouveauté bolchevique rappelle également l’ancrage parfois sous-évalué du mouvement communiste dans l’héritage né de la Révolution française, notamment à travers de la figure de Gracchus Babeuf qui apparaît comme un précurseur du communisme. Surtout, Marcel Cachin insiste sur le rôle de la République jacobine, dont les partisans furent, en 1793, « impitoyables pour les ennemis de la République ». Julian Mischi commente alors qu’il peut « d’autant plus évoquer la “Grande Commune” instaurée par les révolutionnaires russes que ces derniers inscrivent leur action dans la droite lignée de l’histoire révolutionnaire française » (p. 93). Le chapitre suivant se concentre sur le difficile apprentissage de la discipline chez les premiers communistes, menant rapidement à de nombreuses exclusions. La dimension sociologique de l’approche de Julian Mischi apparaît davantage lorsqu’il traite des « forces sociales du communisme naissant », à travers la description d’un « parti d’enseignants et d’hommes de lettres » qui cherche néanmoins à « promouvoir des travailleurs aux avant-postes » (p. 123).

7Après avoir abordé la question de la rencontre du mouvement communiste avec le féminisme, l’auteur revient sur la fermeture des débats qui annonce le processus de bolchevisation du parti, synonyme d’une ouvriérisation entendue comme stratégie de recrutement et de formation de cadres directement issus du prolétariat, dans le contexte de la fameuse stratégie de « classe contre classe ». Les dirigeants français dénoncent alors la « dictature bourgeoise » en voie de fascisation et à laquelle sont associés les socio-démocrates, ouvrant en ce sens à un « repli sectaire » du PCF. La stalinisation de l’appareil est dès lors propice à l’ascension des cadres thoréziens, définis comme une « élite militante d’origine populaire » qui reconnaît aux intellectuels un rôle clef mais subordonné.

  • 5 P. 245-246 et p. 376. À noter que la Sécurité sociale n’est elle aussi évoquée qu’à deux autres rep (...)

8La période du Front populaire est au contraire marquée par « [une] ouverture républicaine et un repli conservateur ». Le rassemblement des ouvriers et des paysans, cher à l’auteur qui a notamment travaillé sur le communisme rural, est au cœur de nouvelles sociabilités, grâce à la densité associative et à la constitution de bastions municipaux. La normalisation du PCF a par ailleurs contribué à délaisser la cause féministe aussi bien que les luttes anticoloniales, mais n’a pas empêché la mobilisation des communistes en faveur des républicains espagnols, malgré le refus de Léon Blum de leur accorder une aide directe. La transformation du PCF en organisation clandestine puis en premier parti de France, en passant par l’action bien documentée des communistes dans la Résistance intérieure, occupe également une place de choix dans cette histoire du PCF. Si l’auteur rappelle qu’à la Libération, « la lutte des communistes contre de Gaulle n’est pas frontale » (p. 362), il insiste toutefois sur les ambitions des communistes d’instaurer une « démocratie nouvelle », dans la lignée du programme du Conseil national de la Résistance auquel ils participent activement. Le légalisme défendu par Maurice Thorez contribue néanmoins à un éloignement des perspectives révolutionnaires, renonçant à « accomplir tout de suite la révolution socialiste » en France. Outre la mise en scène mémorielle qui a abouti à présenter le PCF comme le « parti des 75 000 fusillés », son implication dans la reconstruction en fait un acteur majeur de la « renaissance française » qui passe par la « bataille de la production ». La participation des communistes au gouvernement est bien sûr évoquée par l’auteur, mais l’on peut toutefois regretter la faible place accordée à la figure d’Ambroise Croizat, ministre du Travail et de la Sécurité sociale à la Libération, encore largement méconnu par l’historiographie, et auquel ne sont consacrées, dans toute l’œuvre, que trois phrases5, faisant d’ailleurs écho à la place relativement faible que tiennent les avancées sociales de la Libération dans l’économie du livre.

9Un chapitre est aussi consacré à la constitution d’un « stalinisme à la française » contre le « parti américain », à l’aube de la Guerre froide et de la « seconde glaciation stalinienne », propice à l’émergence d’une nouvelle génération de cadres ouvriers. Julian Mischi juge toutefois que le PCF a été le théâtre d’une « déstalinisation manquée », la direction du parti, menée par Maurice Thorez et Jacques Duclos, malgré le rapport Khrouchtchev. En 1956, le soutien officiel à la répression de l’insurrection de Budapest mène à la prise de distance d’adhérents ou de compagnons de route du PCF. Des « espoirs d’un socialisme aux couleurs de la France » sont ensuite suscités par l’aggiornamento et l’ouverture contrôlée du parti, mais aussi un élargissement vers les « nouvelles couches sociales », ce qui passe également par un processus de décentralisation et de réorganisation du parti. Les années 1968 voient néanmoins la remise en cause de la posture révolutionnaire du PCF face à l’essor de mobilisations concurrentes d’extrême-gauche, de telle sorte que la conflictualité sociale lui échappe. La dynamique d’union de la gauche qui aboutit au Programme commun entre 1972 et 1977 précède une dernière phase d’ouvriérisation du parti, sous l’impulsion de Georges Marchais.

10Le dernier chapitre décrit enfin un « parti en crise ». Si les années 1980 apparaissent comme la décennie des contestations, malgré une nouvelle participation de ministres communistes au gouvernement, elles sont aussi marquées par un « repli sectaire et un malaise militant », que la formulation du « bilan globalement positif » de l’URSS par Georges Marchais ne fait qu’accentuer. S’ensuit la description de l’effritement sociologique d’un parti ouvrier, dont le recrutement évolue en profondeur, les membres et dirigeants du PCF étant de moins en moins issus du monde ouvrier et de plus en plus issus des collectivités territoriales, avec la volonté de représenter la société dans sa diversité, mettant fin au discours de classe. La prédominance des enjeux électoraux induit elle aussi un renouvellement militant et mène à la stratégie du Front de gauche, à la banalisation du communisme municipal, à l’érosion des liens syndicaux, et enfin à la peur de « l’effacement » du parti.

11Julian Mischi en conclut que « le PCF occupe une place singulière dans l’espace politique français : c’est un parti national qui se pense comme un acteur d’une lutte internationale » (p. 621). Il rappelle ainsi l’intérêt pour l’historien d’étudier le communisme comme un phénomène global, et s’autorise à juger, à la suite d’un état des lieux de la décomposition du « camp socialiste », que « le projet communiste reste bien, d’une certaine manière, toujours d’actualité », à travers la pertinence des critiques qu’il porte sur le système actuel et son expérience de parti ancré dans les milieux populaires, qui « méritent mieux que d’être relégués dans les poubelles de l’histoire » (p. 630).

12Une fois ce constat établi, l’auteur tente d’en tirer des leçons politiques, démarche que le genre de l’essai lui permet. S’appuyant sur ses travaux, il estime ainsi que « la capacité à prendre en compte et à relayer les intérêts des couches sociales dominées » (p. 631) constitue un enjeu prioritaire pour la gauche radicale et écologique, qui s’est détachée des milieux populaires. Il rappelle ainsi que l’audience du PCF dans les milieux ouvriers se justifiait par le fait que les dirigeants communistes pouvaient revendiquer « le monopole de la représentation symbolique de la “classe ouvrière” » (p. 631), étant donné qu’ils en étaient eux-mêmes issus. L’auteur voit donc dans la promotion politique de personnes venues des classes populaires une priorité par rapport à la tentation de créer un « mouvement lâche de sympathisants » valorisant l’« horizontalité » et les stratégies individuelles de personnalités de la société civile. Il se fait ainsi le défenseur de la forme du parti, qui doit néanmoins s’articuler aux autres réseaux associatifs et syndicaux et rester attentive aux types de domination qu’elle est susceptible de reproduire.

13À ce titre, Julian Mischi estime aussi important de prendre en compte les transformations des milieux populaires. S’il prend acte de la réduction du groupe social ouvrier, il exprime néanmoins sa méfiance vis-à-vis des « schémas simplistes » opposant les « 99 % » au « 1 % », bien que ces images puissent être pertinentes en contexte électoral. De même, si la faillite du socialisme autoritaire de type soviétique a jeté le doute sur l’idée de propriété sociale des moyens de production et sur la planification, Julian Mischi se demande si l’on peut vraiment, « à l’heure de l’urgence climatique […] rejeter d’emblée toute idée de planification économique » (p. 637). Plus largement, il milite pour que le signifiant « communiste » dont il se revendique reste lié à l’idée d’une alternative au capitalisme, « qui vise à l’égalité sociale et à l’établissement d’un pouvoir politique effectivement exercé par le plus grand nombre, non monopolisé par les élites sociales » (p. 638).

14Enfin, signalons que le paratexte fourni permet de se repérer facilement dans l’économie du livre. Ainsi, des repères chronologiques offrent en un peu plus d’une centaine de dates une vue d’ensemble synthétique de l’histoire mouvementée du PCF. La bibliographie témoigne de la richesse de l’historiographie du communisme français. Pour finir, trois index – de noms, de lieux et de thématiques – rendent l’usage de l’ouvrage particulièrement pratique et efficace.

15L’un des grands mérites de ce livre est donc de parvenir à concilier les impératifs de la synthèse, en présentant les moments et les acteurs clefs du communisme français, avec la prise en compte du renouvellement de l’histoire politique, qui ne se limite plus aux seules grandes figures, aux discours et aux stratégies électorales. La conclusion, qui dresse un bilan historique du PCF que l’on pourrait qualifier de « globalement positif », apporte également un point de vue renseigné, engagé et stimulant sur la situation politique française, et de la gauche radicale en particulier, dont le renouement avec les classes populaires est, selon l’auteur, une condition nécessaire qui doit présider à sa refondation à la fois idéologique et organisationnelle.

Haut de page

Notes

1 Signalons également la parution de l’ouvrage de Roger Martelli, Jean Vigreux et Serge Wolikow, Le parti rouge. Une histoire du PCF 1920-2020, Paris, Armand Colin, 2020, 720 p.

2 Notamment Julian Mischi, Servir la classe ouvrière. Sociabilités militantes au PCF, Rennes, PUR, 2010, et Julian Mischi, Le communisme désarmé. Le PCF et les classes populaires depuis les années 1970, Marseille, Agone, 2014 ; compte rendu de Nicolas Simonpoli pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/15763.

3 Le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier, mouvement social (plus connu comme Le Maitron), a joué un rôle majeur dans ce renouveau, actuellement dirigé par Claude Pennetier et Paul Boulland.

4 Voir Michel Dreyfus et al. (dir.), Le Siècle des communismes, Éditions de l’Atelier, 2000. Les travaux de Bernard Pudal sur la sociologie communiste sont également abondamment cités par l’auteur.

5 P. 245-246 et p. 376. À noter que la Sécurité sociale n’est elle aussi évoquée qu’à deux autres reprises, et toujours de façon anecdotique (p. 386 et p. 481).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Léo Rosell, « Julian Mischi, Le parti des communistes. Histoire du Parti communiste français de 1920 à nos jours », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 24 novembre 2020, consulté le 28 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/45562 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.45562

Haut de page

Rédacteur

Léo Rosell

Élève en master 2 d’histoire à l’ENS de Lyon, agrégé d’histoire.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search