Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Alexandre de Vitry, David Simonet...

Alexandre de Vitry, David Simonetta (dir.), Histoire et historiens des idées. Figures, méthodes, problèmes

Agnès Graceffa
Histoire et historiens des idées
Alexandre de Vitry, David Simonetta (dir.), Histoire et historiens des idées. Figures, méthodes, problèmes, Paris, Collège de France, coll. « Conférences », 2020, 272 p., ISBN : 978272260537.
Haut de page

Texte intégral

1Issu d’un colloque éponyme tenu en mai 2016 au Collège de France, cet ouvrage rassemble treize contributions de haute qualité et fait dialoguer philosophes, historiens et historiens de la littérature, sous la direction commune de David Simonetta et d’Alexandre de Vitry. L’ensemble est extrêmement bien conçu et ouvre de nombreuses pistes de réflexion au lecteur. Un point commun entre la plupart de ces contributions consiste en leur ancrage auprès d’un auteur, lui-même philosophe, historien ou écrivain, qui instaure une sorte de méta-dialogue comme fil conducteur à l’ensemble de l’ouvrage.

2Il s’agit ici d’une défense en règle de ce qui apparait souvent, dans la tradition académique française, comme une non-discipline, à savoir l’histoire des idées. C’est majoritairement auprès des historiens de métier que cette approche suscite le plus de méfiance : un constat, pour le moins paradoxal, que les deux directeurs de la publication s’efforcent d’expliciter dans leur introduction. L’histoire des idées serait par trop « hors-sol », foncièrement aristocratique, déconnectée du réel et des réalités sociales. Les historiens lui préfèrent donc l’histoire culturelle ou l’histoire intellectuelle, et abandonnent l’histoire des idées aux historiens de la littérature et de la philosophie. Ils auront ici, pour le moins, la démonstration de la richesse cette approche.

3Les deux premières contributions envisagent de défendre l’intérêt scientifique de l’histoire des idées d’un point de vue méthodologique. Après avoir rappelé, chacun dans leur optique disciplinaire, la polysémie du concept d’« idée », la philosophe Claudine Tiercelin et le littéraire Marc Angenot s’interrogent sur la question de la diffusion des idées et ses modalités. La première analyse la dimension foncièrement migratoire des idées et souligne la dimension souvent non rationnelle de ces migrations. Le second insiste sur leur capacité à former des « communautés rhétoriques » qui naissent, évoluent, mutent, et apparaissent à juste titre comme des objets historiques valides, qu’il s’agit alors d’appréhender.

  • 1 Voir Michel Florian, Étienne Gilson, une biographie intellectuelle et politique, Paris, Vrin, 2018.
  • 2 Cf. Lovejoy Arthur O., The Great Chain of Being. A Study of the History of an Idea, Cambridge, Harv (...)
  • 3 Voir notamment Compagnon Antoine, Le cas Bernard Faÿ, du Collège de France à l'indignité nationale, (...)

4Les huit contributions suivantes proposent chacune une approche plus biographique, centrée sur une figure particulière (historien, philosophe, historien de la littérature ou critique littéraire), française ou étrangère, pour expliciter sa conception et sa pratique de l’histoire des idées. Ainsi Florian Michel s’attache-t-il à Étienne Gilson, philosophe dont il connait admirablement le parcours1, et tente d’expliquer son relatif isolement au sein du paysage académique français, notamment vis-à-vis de l’École des Annales. Le cas d’Arthur O. Lovejoy, philosophe américain réputé fondateur de la discipline « histoire des idées »2, est quant à lui doublement analysé, d’abord sous la plume de Patricia Lombardo, puis celle de Fréderic Nef. La première propose une analyse des principaux apports de l’œuvre de Lovejoy. Elle souligne l’importance, chez l’auteur, du principe de continuité et de l’analyse psychologique ou cognitive, qui confèrent une grande place à l’émotion et à l’affect dans le processus intellectuel. Le second précise la distance entre la méthode généalogique de Lovejoy et celle de l’archéologie des savoirs ou de la déconstruction. Cinq autres auteurs sont ensuite observés à l’aune de leurs apports en matière d’histoire des idées : Hyppolite Taine (par Pascal Engel), Anatole France (par Guillaume Metayer), Isaiah Berlin (par Perrine Simon-Nahum), Paul Bénichou (par Alexandre de Vitry) et Paul Hazard (par Antoine Compagnon). Une attention particulière est portée à la dimension méthodologique et à la postérité intellectuelle de chacun, à travers la notion d’influence, revendiquées ou au contraire cachées (ainsi pour Hyppolite Taine ou, en moindre mesure, pour Anatole France). Le cas de Paul Hazard permet quant à lui d’évoquer la dimension transnationale – dans une perspective d’histoire intellectuelle de l’Entre-deux-guerres et de la Seconde Guerre mondiale tout à fait stimulante – à laquelle Antoine Compagnon est rodé3. Il permet aussi d’entamer une explicitation du rejet foucaldien de l’histoire des idées et de son approche psychologisante : un point majeur, qui se trouve ensuite approfondi par la contribution de David Simonetta. Ce dernier, en s’appuyant notamment sur les archives du Fonds Foucault de la BNF (manuscrits, cours inédits, conférences, projets de livres, fiches de lecture), éclaire de manière très précise la gestation de la méthode « archéologique » du philosophe et son inspiration kantienne.

5Entre les deux contributions, un pas de côté est esquissé avec un détour par l’histoire critique des sciences. Analysant les travaux des physiciens et philosophes Gustav Ludwig Lange (allemand) et Ernst Mach (autrichien) au tournant des XIXe et XXe siècles, Ronan de Calan souligne l’impact de la tradition historiciste sur l’histoire des idées scientifiques. Selon lui, si elle procède certes par accumulation, la pensée scientifique ne suit jamais une « trajectoire purement logique » (p. 220) – un apport méthodologique important et que les recherches plus récentes, notamment sous le couvert de la sociologie des sciences, n’ont pas renié.

6Dernière contribution de cet ouvrage, celle d’Alain de Libéra se concentre sur les rapports entre la notion de « destruction » chez Heidegger et la théorisation d’une méthodologie déconstructiviste dans les années 1920, ceci au regard de son investissement politique des années 1933-1934. Ce rapprochement lui permet de montrer l’existence d’une cohérence intellectuelle intime entre cette méthodologie et la posture politique nazie qui en découle (synthétisée dans la formule du Daseyn), l’une ouvrant la voie à l’autre et la légitimant de fait. Cette démonstration d’un usage totalitaire de la déconstruction est admirablement bien menée et fait froid dans le dos. Elle laisse le lecteur quelque peu désemparé : faut-il abandonner le concept de déconstruction, ou bien redéfinir sa pertinence et ses usages ? On regrettera par conséquent l’absence ici, et pour l’ensemble de l’ouvrage, d’une conclusion globale susceptible de dresser le bilan de cette radiographie de l’histoire des idées, et d’offrir – pourquoi pas ? – des pistes programmatiques à ses développements futurs.

Haut de page

Notes

1 Voir Michel Florian, Étienne Gilson, une biographie intellectuelle et politique, Paris, Vrin, 2018.

2 Cf. Lovejoy Arthur O., The Great Chain of Being. A Study of the History of an Idea, Cambridge, Harvard University Press, 1936. En 1940, Lovejoy a également fondé le Journal of the History of Ideas.

3 Voir notamment Compagnon Antoine, Le cas Bernard Faÿ, du Collège de France à l'indignité nationale, Paris, Gallimard, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Agnès Graceffa, « Alexandre de Vitry, David Simonetta (dir.), Histoire et historiens des idées. Figures, méthodes, problèmes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 24 novembre 2020, consulté le 28 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/45578 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.45578

Haut de page

Rédacteur

Agnès Graceffa

Docteure en histoire et collaboratrice scientifique au Sociamm (Université libre de Bruxelles), spécialiste d’historiographie contemporaine (histoire de la médiévistique), dont elle explore la triple dimension intellectuelle, culturelle et biographique.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search