Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Jérémie Foa et Pochep, Sacrées gu...

Jérémie Foa et Pochep, Sacrées guerres. De Catherine de Médicis à Henri IV

Paul Mayens
Sacrées guerres
Jérémie Foa, Philippe Pochep, Sacrées guerres. De Catherine de Médicis à Henri IV, Paris, La Découverte, La Revue dessinée, coll. « Histoire dessinée de la France », 2020, 163 p., ISBN : 979-10-92530-49-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Charlotte Arbaleste de la Borde (1548-1606) est une autrice française convertie au protestantisme.
  • 2 Jacques Nompar de Caumont (1558-1652) entre au service d’Henri de Navarre après la Saint-Barthélémy (...)

1« Bordeaux, été 1993. Patrice Chéreau tourne la reine Margot ». C’est par ces mots que Jérémie Foa et Pochep décident d’ouvrir le dixième tome de la collection « Histoire dessinée de la France », consacré aux huit guerres de religion qui secouent le royaume de France entre 1562 et 1598. L’ouvrage s’inscrit ainsi dans la continuité d’un vaste projet éditorial qui se propose d’offrir aux amateurs d’histoire une relecture originale du récit national en associant, à chaque étape, historiens et auteurs de bande dessinée. Le choix de commencer ce volume par le tournage du chef d’œuvre de Chéreau permet aux auteurs de rappeler l’impact que celui-ci a eu sur les représentations contemporaines des guerres de religion. Ils montrent également comment celui-ci s’inscrit dans une historiographie qui, d’Agrippa d’Aubigné à Alexandre Dumas en passant par Marie-Joseph Chénier, fait des derniers Valois, et notamment de Catherine de Médicis, les principaux responsables de la Saint-Barthélemy (24 août 1572). Les auteurs présentent à cette occasion le parallèle que Chérau et la scénariste Danièle Thompson dressent entre la Saint-Barthélémy et les conflits de la fin du XXe siècle (purification ethnique en ex-Yougoslavie, génocide des Tutsis au Rwanda). C’est alors qu’entrent en scène les fantômes des protestants massacrés en 1572, insatisfaits de ce traitement partiel de l’histoire et centré sur les grands personnages. Mêlés aux figurants du film, ceux-ci prennent à partie un jeune caméraman présent sur le tournage. Ce dernier leur propose alors de « s’emparer de l’outil de production » et d’exposer leur propre version des faits. C’est donc flanqué des fantômes de Charlotte Arbaleste1 et Jacques Caumont2 que le jeune homme se lance sur les routes de France afin d’interroger les différents acteurs des guerres de religion, revenus sous forme spectrale. À la question posée par Charles Seignobos en 1901 « Comment peut-on connaître un fait réel qui n’existe plus ? » Jérémie Foa et Pochep répondent donc par la mise en scène du fantasme de tout historien, à savoir l’interrogation directe des témoins des évènements et le voyage dans le temps. Le dispositif narratif est d’une redoutable efficacité didactique, les prénotions du jeune caméraman, progressivement déconstruites au fil de son voyage, reflétant celles du lecteur.

  • 3 Crouzet Denis, Les guerriers de Dieu. La violence au temps des troubles de religion, vers 1525 - ve (...)

2Si la progression du récit est globalement chronologique (l’histoire s’achève sur l’assassinat de Henri IV en 1610), sa structure générale n’est pas exempte d’allers-retours. Ainsi la première partie du livre est-elle centrée sur le massacre de la Saint-Barthélémy et l’établissement des responsabilités dans son déroulement. Les auteurs y présentent notamment des figures de second plan comme « l’égorgeur » Thomas Croizier et insistent sur le rôle central joué par la Milice, organisation de catholiques armés, lors de la Saint-Barthélémy. La dimension locale du massacre, les enjeux de délation entre voisins mais également l’importance du pillage des maisons protestantes sont ainsi restitués tout comme l’importance des attentes eschatologiques mises en évidence par Denis Crouzet dans son ouvrage devenu classique, Les guerriers de Dieu3. Cette partie est également l’occasion de faire un sort à la légende noire de Catherine de Médicis, en revenant sur le complexe parcours politique de la reine. Le dessin est alors mis au service du propos historique puisque Pochep met à distance l’imagerie de la veuve noire qui caractérise la reine et choisit de représenter Catherine de Médicis sous les traits d’une jeune femme. On regrettera peut-être à cette occasion l’absence de référence au tableau de François Dubois, lequel a sans doute influencé Chéreau et contribué à forger le mythe d’une Catherine de Médicis unique responsable du massacre. L’ouvrage nous offre alors l’image d’une régente avant tout soucieuse d’assurer la stabilité d’un royaume déchiré au profit de son fils et de rompre, par l’édit de Saint-Germain de 1562, avec la politique répressive de son mari Henri II.

3Les auteurs reviennent par la suite sur la dynamique des guerres de religion et leurs grandes étapes, du massacre de Wassy perpétré par François de Guise en 1562 au siège de Paris par Henri IV en 1590, en passant par l’expérience municipale huguenote à Lyon en 1562-1563 ou le meurtre d’Henri III par Jacques Clément en 1589. Chacun de ces épisodes est l’occasion de revenir sur des questions historiographiques actuelles. La présence du roi à travers le royaume tout comme le rituel des entrées royales dans les différentes villes sont ainsi présentés comme d’importants éléments du processus de pacification faisant suite à une période d’affrontements. Les auteurs prennent par ailleurs grand soin de conserver à ces conflits leur dimension internationale et mettent en lumière les circulations en hommes, argent et objets qu’ils suscitent. Ainsi, le rôle de l’Espagne catholique de Philippe II et celui de la Suisse calviniste ne sont pas oubliés, témoignant de l’imbrication des échelles dans ces épisodes de violence extrême. La question de l’affirmation progressive de l’idéologie absolutiste et de la marginalisation des grandes familles comme les Guise est quant à elle abordée au travers d’une longue conversation aux Archives nationales entre le protagoniste et le spectre de François O, mignon du roi Henri III. Ce dialogue savoureux permet d’ailleurs de sortir le phénomène des mignons de la simple anecdote pour le réintégrer dans une dynamique politique, celle de l’affirmation d’un nouveau type de souveraineté, caractérisé par un exercice exorbitant de la grâce princière. Enfin, les thématiques de recherche de Jérémie Foa apparaissent au cœur du récit puisque les personnages s’interrogent à plusieurs reprises, notamment lorsqu’ils visitent la maison de Montaigne, sur les éléments qui permettent à un individu et à sa famille de survivre en ces temps troublés (argent, maîtrise de soi, réseaux).

  • 4 Le Roux Nicolas, Les guerres de religion (1559-1629), Paris, Belin, 2009.
  • 5 Kaiser Wolfgang, Marseille au temps des troubles (1559-1596). Morphologie sociale et luttes de fact (...)

4La dernière partie de l’ouvrage, comme dans la plupart des autres volets de la collection, est composée de sept courts dossiers thématiques, revenants de manière plus approfondie sur des questions abordées dans le reste de l’album : « De la mémoire à l’histoire », « Croire et espérer », « Dieu ou le roi », « L’Internationale des guerres de religion », « Le bon, le beau et le violent », « Les paysans à genoux » et « Catholiques et protestants ». Ces dossiers constituent autant de mises au point historiographiques denses et informées mais dont la place dans l’ouvrage n’affecte pas la fluidité du récit. Le lecteur désireux de creuser les pistes tracées par l’ouvrage dispose enfin d’une bibliographie synthétique sur les guerres de religion, au sein de laquelle les sources d’époque, comme les Lettres de Catherine de Médicis, côtoient les synthèses récentes4 et les monographies pointues5. Une frise chronologique parachève l’ensemble mais l’absence des (nombreux) édits mentionnés au cours du livre pourrait désarçonner le lecteur néophyte, perdu dans la chronologie.

5Sacrées guerres se présente donc comme une synthèse efficace, drôle et dynamique, intégrant finement les derniers acquis historiographiques tout en revisitant les évènements incontournables de cette période. Les possibilités offertes par la bande dessinée sont mises au service du propos historique et assurent au récit une grande accessibilité. La mise en scène tout comme les divers croquis intervenant au long de l’ouvrage permettent une compréhension immédiate et claire de situations complexes (sièges, voyages royaux, mouvements de troupes). Le duo formé par les auteurs poursuit donc de manière très intéressante la belle entreprise de « L’histoire dessinée de la France ».

Haut de page

Notes

1 Charlotte Arbaleste de la Borde (1548-1606) est une autrice française convertie au protestantisme.

2 Jacques Nompar de Caumont (1558-1652) entre au service d’Henri de Navarre après la Saint-Barthélémy et devient sous son règne gouverneur du Béarn.

3 Crouzet Denis, Les guerriers de Dieu. La violence au temps des troubles de religion, vers 1525 - vers 1610, Seyssel, Champ Vallon, 1990.

4 Le Roux Nicolas, Les guerres de religion (1559-1629), Paris, Belin, 2009.

5 Kaiser Wolfgang, Marseille au temps des troubles (1559-1596). Morphologie sociale et luttes de factions, Paris, Éditions de l’EHESS, 1992.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Mayens, « Jérémie Foa et Pochep, Sacrées guerres. De Catherine de Médicis à Henri IV », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 25 novembre 2020, consulté le 21 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/45587 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.45587

Haut de page

Rédacteur

Paul Mayens

Ancien élève de l’École normale supérieure de Paris et agrégé d’histoire, Paul Mayens est actuellement doctorant en histoire contemporaine à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et membre du Centre d’histoire sociale des mondes contemporains (CHS UMR 8058).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search