Navigation – Plan du site
La sociologie du droit de Max Weber

La sociologie du droit de Max Weber

Jean-Philippe Heurtin, Nicolas Molfessis (dir.), La sociologie du droit de Max Weber, Dalloz-Sirey, coll. « L'esprit du droit », 2006, 228 p., EAN : 9782247068616.
Notice publiée le 28 novembre 2006

Présentation de l'éditeur

Si Max Weber est devenu, depuis les années soixante-dix, une référence majeure de la sociologie française, sa Sociologie du droit, tardivement traduite, reste peu étudiée. Le présent ouvrage vise à en présenter les principaux aspects et, plus particulièrement, à éclairer les apports de Max Weber à la connaissance des phénomènes juridiques. Dans cette perspective, le livre montre comment la sociologie weberienne du droit apparaît consubstantielle à sa philosophie de l'histoire. Comme souvent, la réflexion weberienne, au-delà de son objet circonscrit, s'inscrit sur l'arrière fond d'une analyse plus générale de la rationalisation des sociétés occidentales. Toute la sociologie weberienne des phénomènes juridiques semble ainsi faire du droit un stmptôme, mais aussi un moteur de la transformation d'un monde désormais privé de toute transcendance. Pour autant, le diagnostic weberien concernant le droit peut-il être ratifié sans hésitation ? Qu'il s'agisse des droits subjectifs, des droits de l'homme, de la rationalisation des sociétés, de l'évolution du pouvoir bureaucratique ou encore de l'enseignement du droit, ses analyses rendent-elles compte de l'évolution de notre système juridique ? En répondant à ces interrogations, l'ouvrage contribue à l'analyse des transformations de nos sociétés et de leur droit.

Haut de page