Navigation – Plan du site

AccueilÀ suivrePublications reçues2020Écrire autrement ?

Écrire autrement ?

Écrire autrement ?

L'histoire sociale en quête de publics
Axelle Brodiez-Dolino, Émilien Ruiz (dir.), « Écrire autrement ? L'histoire sociale en quête de publics », Le Mouvement social, n° 269-270, juin 2020, 192 p., Paris, La Découverte, ISBN : 978-2-348-05904-9.
Notice publiée le 26 novembre 2020

Présentation de l'éditeur

De la naissance de l’histoire comme discipline jusqu’à ces dernières décennies, la question de l’écriture a fait couler beaucoup d’encre. Elle a cependant surtout été envisagée sous l’angle des rapports entre histoire et littérature, et plus spécifiquement même entre histoire et roman. On trouvera bien sûr, dans ce numéro spécial du Mouvement social, quelques échos à ces débats sous forme de rappels, de prolongements et d’actualisations. Mais ce qui nous semble désormais mériter attention relève de tout autre chose : de transformations majeures du contexte et des formes.
Du contexte d’abord, fait tout à la fois, comme l’explicite Guillaume Mazeau, d’un « élargissement de l’audience de l’histoire » et d’une « augmentation de ceux qui en font, avec des conséquences patentes pour notre discipline ; d’une supposée crise de l’édition en sciences humaines et sociales ; d’injonctions scientifiques de plus en plus appuyées à faire de l’histoire « hors les murs ». C’est la question de la place et de l’influence, dans la Cité, des professions intellectuelles qui est ici posée.
Parallèlement, en réponse ou sans lien, les historiens se saisissent de façon croissante de formes d’écriture « alternatives », qui tantôt prolongent mais réinventent des familiarisations déjà anciennes (la bande dessinée, le documentaire sonore ou audiovisuel…), tantôt s’engouffrent dans les potentialités ouvertes par le Web depuis plus de deux décennies. Autant de pratiques qui étendent peu à peu les territoires de l’écriture historienne.
Ces deux types de transformations nous ont semblé poser à nouveaux frais la question que soulevait Claire Lemercier à propos de l’accès ouvert aux publications scientifiques, et qui peut être étendue à l’ensemble de nos travaux : « pour qui écrivons-nous ? » C’est donc à donner à voir ce champ en labour, à montrer comment les historiens sortent aujourd’hui des « laboratoires, des archives et des bibliothèques ainsi qu’à amorcer un retour réflexif et critique plaçant plus particulièrement la focale sur l’histoire sociale, que ce numéro double, publié à l’occasion du soixantième anniversaire de notre revue, est consacré.

Sommaire : 

Éditorial

- Axelle Brodiez-Dolino, Émilien Ruiz : Les écritures alternatives : faire de l’histoire « hors les murs » ?

Incursions littéraires

- Sylvain Lesage : Écrire l’histoire en images. Les historiens et la tentation de la bande dessinée
- Odile Macchi : Mettre en scène l’enquête en sciences sociales : formes et enjeux de la valorisation artistique des travaux de recherche
- Sylvain Pattieu : « Là est son gibier ». Achoppements théoriques et pratiques d’un historien écrivain

Explorations audiovisuelles

- Marion Fontaine : Sous l’œil des Houillères. Retour sur une expérience documentaire
- Isabelle Backouche, Sarah Gensburger : Entendre l’histoire pour comprendre son élaboration : des bulles sonores à la webapp « passe-ici.fr »

Expérimentations numériques

- Malika Rahal : Le carnet de recherche. Un nouvel outil dans l’écriture d’une histoire du temps présent
- Propos recueillis par Axelle Brodiez-Dolino, Émilien Ruiz, Entretien avec Nicolas Delalande, Emmanuel Bellanger, Charlotte Vorms, Sébastien Poublanc : Écrire pour le (grand) public sans renoncer aux pairs : trois expériences de revues en ligne

Innovations académiques ?

- Antoine Prost : Les Français, la mémoire de la Grande Guerre et son centenaire
- Émilien Ruiz : L’histoire populaire : label éditorial ou nouvelle forme d’écriture du social ?

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search