Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Anne-Catherine Wagner, La mondial...

Anne-Catherine Wagner, La mondialisation des classes sociales

Claire Cosquer
La mondialisation des classes sociales
Anne-Catherine Wagner, La mondialisation des classes sociales, Paris, La Découverte, coll. « Repères Sociologie », 2020, 128 p., ISBN : 978-2-348-06405-0.
Haut de page

Texte intégral

1Auteure en 2007 d’un « Repère » remarqué et intitulé Les classes sociales dans la mondialisation, Anne-Catherine Wagner inverse ici les termes de l’équation pour en proposer une analyse réactualisée. L’ouvrage respecte dans les grandes lignes l’architecture de son prédécesseur mais se révèle enrichi de références à des enquêtes empiriques récentes et présentées avec minutie. Anne-Catherine Wagner commence par énoncer, dans une courte introduction, ce paradoxe tenace dans l’approche conjointe des classes sociales et de la mondialisation : alors que les classes sociales ont longtemps été définies et analysées dans le cadre des sociétés nationales, l’accumulation du capital et les rapports de production se jouent aujourd’hui dans une arène internationalisée. Il s’agit dès lors de rendre compte de la recomposition des rapports de classes et d’interroger in fine l’articulation entre la mobilité géographique et la mobilité sociale.

2Dans un premier chapitre intitulé « Genèse de rapports de classes transnationaux », Anne-Catherine Wagner mobilise des travaux classiques de la littérature – à l’instar de ceux de Fernand Braudel, de Norbert Elias ou encore de Monique et Michel Pinçon-Charlot – pour dresser un tableau sociohistorique de la mondialisation. Par là, une double critique est menée : celle du nationalisme méthodologique dans l’analyse des rapports de classes et celle du présentisme dans l’analyse de la mondialisation. L’auteure souligne ainsi que l’internationalisation des classes dominantes est ancienne. Le déploiement européen de la haute noblesse s’accompagne de pratiques cosmopolites propres à l’aristocratie, judicieusement illustrées par l’exemple du « grand tour » : ce voyage initiatique sur le continent européen parachevait la formation de l’aristocratie britannique à partir du XVIe siècle, puis s’est diffusé dans les mœurs de l’ensemble de l’élite européenne aux XVIIe et XVIIIe siècles. Cette internationalisation est aussi notable et précoce dans les réseaux marchands, ce dont témoigne la ramification internationale de certaines grandes familles bourgeoises comme les Fugger d’Augsbourg et, plus tard, dans le domaine de la haute finance, les Rothschild. À cette internationalisation des classes dominantes répond, du moins dans une certaine mesure, un internationalisme fondateur des mondes ouvriers et catalysé par la répression et l’exil de grandes figures du mouvement ouvrier. Tout en soulignant les formes d’entraide internationale, de la fondation de l’Association internationale des travailleurs en 1864 aux Brigades internationales du XXe siècle, Anne-Catherine Wagner pointe cependant la place ambivalente des migrations dans cette internationalisation : la formation des classes ouvrières n’est pas dépourvue de fracturations et celles-ci sont marquées par une hostilité vis-à-vis des vagues migratoires, en particulier les plus récentes d’entre elles.

3Le deuxième chapitre développe cette ambivalence en se donnant pour objet d’étudier la recomposition des classes à l’échelle mondiale. L’auteure rappelle les difficultés que cette étude présente, liées à la fragile comparabilité internationale des indicateurs dont on dispose. Pour autant, les travaux présentés parviennent à mettre en évidence un creusement des inégalités de revenus et de patrimoine à l’échelle mondiale, ainsi qu’une internationalisation des élites économiques, avec l’internationalisation de la structure de propriété des grandes entreprises et l’émergence de nouveaux acteurs financiers. Dans une sous-partie particulièrement intéressante, Anne-Catherine Wagner insiste cependant sur la préservation des structures nationales du pouvoir économique dans les pays dominants (comme les États-Unis, l’Allemagne ou la France), où les hauts postes de direction demeurent très majoritairement détenus par des nationaux. Si, du moins tendanciellement, la mondialisation intensifie les liens entre différentes fractions des classes dominantes à l’échelle internationale, elle a en revanche pour effet de davantage diviser les mondes populaires, soumis aux délocalisations et à l’éloignement croissant des centres de décision.

4Après avoir souligné le caractère profondément inégal des capacités de prise sur les processus de mondialisation, Anne-Catherine Wagner introduit dans son troisième chapitre, à certains égards le plus théorique de l’ouvrage, le concept de capital international. Ce concept permet une approche renouvelée des formes de domination de classe, en montrant que l’inscription des pratiques et des styles de vie dans un espace international agit comme un marqueur de l’appartenance aux classes supérieures. La culture internationale est en effet sélective : aux compétences linguistiques inégalement distribuées (particulièrement en France) s’ajoutent des socialisations internationales distinctives, permettant l’acquisition de ressources cosmopolites. Citant l’exemple de l’École des Roches en Normandie et du Cercle de l’Union interalliée, l’auteure rappelle que le cosmopolitisme des vieilles familles de la haute société est toujours vivace. Ces cercles cosmopolites se caractérisent par une faible diversification et des liens forts, alors que les fractions plus récentes des classes supérieures constituent des milieux internationaux de cadres plus hétérogènes et davantage liés par des liens faibles. Le capital international rend compte de l’apparition de nouveaux principes de légitimation des hiérarchies sociales, davantage que d’un éventuel processus d’unification culturelle. Le chapitre conclut ainsi : « ce sont les mêmes groupes sociaux qui occupent les positions dominantes, mais ce sont d’autres mécanismes qui légitiment ces positions » (p. 69).

5Le quatrième chapitre est consacré aux formes de mondialisation « par le bas » et détaille les modes populaires d’accès à des réseaux internationaux. En écho au premier chapitre davantage sociohistorique, l’internationalisation des mondes populaires est abordée dans ses ambivalences : les nouvelles solidarités transnationales, par exemple syndicales, s’accompagnent de limites, notamment du fait de la reproduction de rapports de pouvoir inégaux entre nationalités. Les voies populaires d’accès aux ressources internationales façonnent un capital international original, produit dans certains métiers ou lié à un lieu de naissance ou de résidence (par exemple dans le cas du travail transfrontalier), ou encore construit par la migration, qui favorise le bilinguisme et l’insertion dans des réseaux transnationaux. La capacité à jouer avec plusieurs attributs nationaux est, cependant, plus souvent rendue suspecte chez les classes populaires, davantage soumises aux injonctions d’intégration et à la scrutation qui les accompagne.

6Dans un cinquième chapitre, l’auteure interroge l’articulation entre la mobilité internationale et la mobilité sociale. Ce dernier chapitre est l’occasion d’aborder la question du rapport des « classes moyennes » à la mondialisation, en se penchant plus précisément sur les classes moyennes ascendantes. L’auteure documente la diffusion des expériences internationales, à la fois dans la relative démocratisation du voyage à l’étranger – toujours teinté d’exotisme et de quête d’authenticité – et dans la diversité sociale des expériences professionnelles internationales. L’« expatriation » peut ainsi s’associer à des trajectoires de promotion sociale, en contournant les discriminations ou les segmentations des marchés du travail nationaux. Cette mobilité géographique s’articule parfois à des mobilités sociales descendantes ou à une ascension fragile, où le rapatriement des bénéfices de la mobilité géographique se révèle inégal et incertain. Ce dernier chapitre permet à l’auteure de conclure, en nuances, que la rentabilité du capital international est étroitement dépendante des positions sociales de départ. « Le capital international fonctionne ainsi comme multiplicateur de capital initial : il ne subvertit pas totalement les hiérarchies préexistantes, mais il élargit le champ des possibles » (p. 106).

7Ce « Repère » constitue une introduction accessible et remarquablement synthétique aux thèmes croisés de la mondialisation et des rapports de classes. Tout en balayant un large éventail de recherches classiques aussi bien que récentes sur ces objets, l’ouvrage permet aussi au lecteur de se familiariser avec des propositions théoriques de l’auteure qui ont fait date, notamment le concept de capital international.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Cosquer, « Anne-Catherine Wagner, La mondialisation des classes sociales », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 27 novembre 2020, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/45672 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.45672

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search