Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Zygmunt Bauman, Étrangers à nos p...

Zygmunt Bauman, Étrangers à nos portes. Pouvoir et exploitation de la panique morale

Marie Duru-Bellat
Étrangers à nos portes
Zygmunt Bauman, Étrangers à nos portes. Pouvoir et exploitation de la panique morale, Paris, Premier Parallèle, 2020, 144 p., 1re éd. 2016, trad. Frédéric Joly, préf. Michel Agier, ISBN : 9782850610349.
Haut de page

Texte intégral

1Publié en 2016 sous le titre Strangers at Our Doors, ce livre du sociologue Zygmunt Bauman, doté de la double nationalité britannique et polonaise, né en 1925 et décédé en 2017, est l’un des nombreux essais qu’il a écrits sur les sociétés contemporaines. Il est aujourd’hui connu pour sa thèse de la « société liquide », condensant en un concept l’instabilité des institutions, le caractère précaire du présent et l’individualisation des projets et des vies. Cet essai (le dernier publié avant sa mort) met en avant, dans ces sociétés « liquides », une extrême tension entre liberté et sécurité, qui expliquerait les attitudes envers les étrangers, notamment cet emballement sécuritaire depuis la « crise des migrants » de 2015 qui a vu affluer de très nombreux Syriens. Sous-jacente, pose Zygmunt Bauman, il y a la peur, une peur panique qui débouche sur une indifférence à l’autre, une absence de solidarité, intenable dans un monde commun, un monde où il est nécessaire d’élaborer un « nous » cosmopolite.

2Zygmunt Bauman commence par analyser la panique morale engendrée dans les pays riches par les migrations de masse, en provenance de pays pauvres, de pays dictatoriaux ou en guerre. Face à ces individus perçus comme des miséreux, les moins favorisés des pays riches peuvent être tentés de brandir leur nationalité ou la couleur de leur peau – au moins sont-ils chez eux, pour le meilleur et pour le pire. Zygmunt Bauman reprend ici l’idée à présent assez largement admise selon laquelle le nationalisme (et l’ethnicité) fonctionnent comme un vecteur d’intégration quand la société semble se désagréger. Mais l’arrivée massive et soudaine d’étrangers, qui apparaît incontrôlée, risque aussi de leur sembler révélatrice d’un effondrement de l’ordre social habituel. Surtout, elle fait réaliser ce qu’on préférerait ne pas voir, ces forces et ces conflits dont on sait vaguement qu’ils existent loin de chez nous, et qui nous rappellent combien notre situation présente, ce bien-être et ces biens que nous avons accumulés, sont vulnérables, précaires, et combien, dans un monde ouvert, il est difficile de prétendre les défendre efficacement. On le sent bien pourtant, nous partageons un même avenir…

3D’où le titre évocateur du second chapitre : « Sentiment flottant d’insécurité cherche ancrage » (p.43). Des politiques sécuritaires sont proclamées, dont la fonction « manifeste » est évidemment de faire montre de fermeté et d’augurer de mesures précises, mais avec, pour l’auteur, la fonction « latente » de « sécuriser les innombrables inquiétudes économiques et sociales nées d’un climat d’insécurité généré par la fragilité et le délitement des conditions de vie actuelles » (p. 47). En un mot, les politiques veulent apparaître comme incarnant « le bouclier providentiel – le seul, l’irremplaçable – qui empêchera d’épouvantables catastrophes » (p. 48). Dans la société liquide, le sentiment d’insécurité est diffus, et les dirigeants s’efforcent de détourner l’angoisse de leurs mandants des (vastes) problèmes économiques et sociaux qu’ils sont incapables de traiter, vers ce qui peut apparaître comme des enjeux plus précis, comme la lutte contre le terrorisme ou le contrôle de l’immigration, en mêlant d’ailleurs ces deux problématiques (Viktor Orban n’a-t-il pas dit que « tous les terroristes sont des migrants » ?). Des peurs focalisées seraient plus supportables que les peurs existentielles sur la conduite de sa propre vie, que ces peurs diffuses et flottantes qui envahissent la société liquide.

4Un effet et non des moindres de ces politiques de « sécurisation » est, en assignant les migrants au statut de terroristes, de les rejeter hors du champ de toute compassion, hors de toute responsabilité morale de notre part. Pour Zygmunt Bauman, associer ainsi la question migratoire à celle de la sécurité nationale et personnelle va tout à fait dans le sens des visées des organisations terroristes (Al-Qaida, Daesh). En effet, celles-ci cherchent à développer le sentiment antimusulman dans les pays européens, à rendre inimaginables les possibilités d’une véritable communication entre les cultures, en capitalisant sur le fait que les musulmans se sentent ainsi stigmatisés. En tout cas, la tendance à faire de tout étranger un criminel en puissance fait peser sur lui la charge de la preuve de sa non-dangerosité, ce qui obère de toute évidence l’intégration sociale et pousserait à la radicalité.

  • 1 Erhenberg Alain, La Fatigue d'être soi. Dépression et société, Paris, Odile Jacob, 1998.

5Ceci ne peut qu’alimenter également une quête de l’homme fort, d’autant plus que, dans une société liquide, l’individualisation et par là la « subsidiarisation » règnent : les autorités laissent aux personnes la responsabilité de régler tous leurs problèmes même quand elles n’ont pas les ressources suffisantes pour ce faire, tandis que l’impératif de performance est écrasant ; autrement dit, elles doivent « trouver individuellement des solutions à des problèmes générés par la société » (p. 77). Les individus sont à la fois victimes et coupables de leurs échecs et à tout le moins vivent cette « fatigue d’être soi » qu’analysait Alain Erhenberg1. En même temps, la quête d’un homme fort exprime l’espoir que quelqu’un pourrait (enfin) faire quelque chose, ne pas subir la situation, affirmer, à l’inverse du TINA moderne (there is no alternative), que des possibilités d’action alternatives existent.

6Cette évolution s’accompagne d’une « érosion de la souveraineté nationale des entités politiques subsistantes », alors même qu’il n’y a pas par ailleurs de mondialisation comparable de la politique. Comme Ulrich Beck avant lui, Zygmunt Bauman note que nous manquons « d’une “conscience cosmopolite” correspondant à notre situation cosmopolite » (p. 88). Car, inévitablement, nous sommes de plus en plus en contact et amenés à vivre avec des inconnus n’ayant pas forcément les mêmes opinions ou les mêmes goûts que les nôtres. La question se pose alors de savoir comment nous pouvons vivre en paix, dans une planète qui n’est pas extensible. Il nous semble impossible d’exclure certains êtres humains des obligations morales que nous posons comme une règle générale de conduite, pour la seule raison qu’ils habitent hors de nos frontières. Nous le savons d’ailleurs et c’est bien parce que cela permet à une certaine gêne d’affleurer parfois dans nos consciences que l’on dénigre les étrangers, que l’on accuse les réfugiés de tous les maux. En déshumanisant ces derniers, tout ce qu’on considérerait dans d’autres circonstances comme des crimes devient acceptable : Zygmunt Bauman cite par exemple un article de presse évoquant les migrants errants en Méditerranée et parlant de canonnières pour les stopper… Plus généralement, nous cherchons à écarter de notre vue ces situations qui ébranlent nos convictions morales, à « balayer d’un revers de main les désagréments inhérents à la complexité du monde » (p. 119). Alors que ces migrants nous font peur, alors que dans le même temps leur misère suscite un élan moral, nous résolvons ce conflit en nous repliant sur notre zone de confort, en tentant de les effacer de notre vue, en mettant en sommeil notre morale. Et pour ce faire, il faut que les migrants soient non seulement dénigrés mais perçus comme une menace, nous permettant alors d’assumer notre position de victime.

7En clôture de ce livre globalement assez sombre, Zygmunt Bauman défend, pour tendre vers une cosmopolitisation à ses yeux inévitable de l’espèce humaine, ce qu’il appelle la conversation, ces multiples échanges informels, exigeant un langage commun, conduisant «  à la compréhension mutuelle, au respect réciproque et, au final, à l’accord (même lorsqu’il ne s’agit que de s’accorder sur un désaccord) » (p. 131). Certes, l’auteur termine ainsi son dernier essai avec des considérations très générales et quelque peu utopiques. Néanmoins, et d’autant plus qu’il cite de nombreux philosophes (d’Emmanuel Kant à Jeff Malpas) et chercheurs en sciences sociales (Michel Agier, Richard Sennett, Ulrich Beck…), il contribue à diffuser certaines idées fondamentales pour le temps présent et les années qui viennent, même si elles restent à opérationnaliser.

Haut de page

Notes

1 Erhenberg Alain, La Fatigue d'être soi. Dépression et société, Paris, Odile Jacob, 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Duru-Bellat, « Zygmunt Bauman, Étrangers à nos portes. Pouvoir et exploitation de la panique morale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 27 novembre 2020, consulté le 28 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/45677 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.45677

Haut de page

Rédacteur

Marie Duru-Bellat

Sociologue spécialiste des questions d’inégalités sociales et genrées (Observatoire sociologique du changement et IREDU).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search