Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Matthieu Gateau et Hervé Marchal,...

Matthieu Gateau et Hervé Marchal, La France pavillonnaire. Enjeux et défis

Célia Broussard
La France pavillonnaire
Matthieu Gateau, Hervé Marchal, La France pavillonnaire. Enjeux et défis, Levallois-Perret, Bréal, coll. « Thèmes & Débats », 2020, 96 p., ISBN : 978-2-7495-3924-9.
Haut de page

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, les sociologues Matthieu Gateau et Hervé Marchal entreprennent de déconstruire les représentations de ce qui est appelé « La France pavillonnaire » et de montrer que celle-ci est diversifiée et couvre un large spectre, sur les plans social, économique, architectural et spatial. Les quartiers pavillonnaires se composent, en effet, de ménages plus ou moins aisés et d’habitats plus ou moins similaires, agglomérés et excentrés des villes centres. Le titre rend mal compte de cette diversité puisqu’il conserve le singulier alors que l’ensemble du livre amène le lecteur au constat d’une France pavillonnaire plurielle. Derrière ces maisons, ces grilles, ces quartiers plus ou moins bien gardés de l’extérieur se trouve une vie sociale dense, faite de distance, voire distinction sociale, et de proximité, d’entraide suivant les âges et les situations sociales.

  • 1 Magri Susanna. « Le pavillon stigmatisé. Grands ensembles et maisons individuelles dans la sociolog (...)

2Depuis les années 1960, le pavillonnaire s’impose en France comme un mode d’habiter à part entière mais stigmatisé, car régulièrement présenté comme consommateur d’espace, d’énergie et dénué de relations sociales. Il est ainsi devenu un « symbole à la fois de l’anti-modernité, de l’individualisme et d’un petit embourgeoisement » comme l’explique Susanna Magri1. En revanche, l’environnement pavillonnaire bénéficie d’un intérêt important de la part des chercheurs de plusieurs disciplines des sciences humaines et sociales, et notamment de l’Institut de sociologie urbaine. Les auteurs proposent de traiter la « question pavillonnaire » en proposant un état des lieux synthétique de ces recherches autour de cinq thématiques : le vieillissement de la population, la diversité du peuplement, la question environnementale dans ces quartiers, les sociabilités qui s’y développent et les initiatives locales.

  • 2 Lord Sébastien, Després Carole, « Vieillir en banlieue nord-américaine. Le rapport à la ville des p (...)
  • 3 Authier Jean-Yves, Bonvalet Catherine, Lévy Jean-Pierre, Élire domicile. La construction sociale de (...)
  • 4 Marchal Hervé, « Vieillir dans un quartier urbain composé de pavillons », Gérontologie et société, (...)

3Le premier chapitre traite du vieillissement de la population et interroge sur l’adaptation de ce type d’habitat lorsque les difficultés physiques apparaissent. Les quartiers pavillonnaires contemporains datant des années 1960-1970 sont, pour la plupart, encore habités par ce que les auteurs appellent les « pionniers ». Bien que les logements soient mal adaptés et difficilement adaptables au vieillissement, le quartier est présenté par les auteurs comme un « capital d’aise » qui peut : « s’apparenter à un composé de scènes de sociabilités » (p. 25). Plusieurs travaux de sociologie et de géographie ont montré depuis une vingtaine d’années la présence du lien social dans ces quartiers2, entre voisins3 et entre générations. La sociabilité est présente dans les espaces publics, elle est favorisée par certains aménagements comme les bancs. Les auteurs citent des « sociabilités de rue et de trottoir » (p. 18) qui permettent aux personnes âgées de conserver du lien social4. Ces « pionniers » du pavillonnaire peuvent ainsi pratiquer le territoire qu’ils ont eux-mêmes façonné à leur arrivée. Ces territoires de sociabilité, comme les commerces de proximité ou encore les aménagements urbains, sont le lieu d’échanges informels parfois discrets qui constituent pourtant un vivier de relations sociales entre les habitants, au-delà des seules relations de voisinage. De plus, ils constituent un espace public, dont on considère généralement, à tort, qu’il n’existe pas en zone pavillonnaire. Ces objets et espaces perpétuent l’ancrage des populations âgées dans des quartiers auxquels elles entretiennent un rapport positif. Dans ce chapitre, la perception microlocale associée à la pratique du quartier par les personnes âgées nuance l’image d’un quartier pavillonnaire totalement dédié à l’usage de la voiture et dénué de sociabilités.

  • 5 Glass Ruth, London : aspects of change, Londres, Centre for urban studies, 1964.

4Le deuxième chapitre remet en cause l’idée d’une homogénéité sociale du logement pavillonnaire. Les auteurs constatent l’existence concomitante d’une forte « homogamie sociale » au sein des quartiers et d’une stratification sociale des différents quartiers pavillonnaires. Le pavillonnaire est le théâtre d’un double positionnement social : un « entre soi » des populations les plus aisées d’une part, et, d’autre part, un « repli sur soi » des populations plus précaires. Pour les premières, la distance à la ville, aux aménités, constitue une distance qui paraît choisie et raisonnée. Au contraire, les secondes sont confrontées à des difficultés économiques, notamment liées à de longs trajets qui demandent des engagements financiers complémentaires pour les ménages, notamment l’achat d’un second véhicule et des investissements dans le temps de déplacements qui n’étaient pas anticipés. Pour expliquer cette distribution spatiale des classes sociales, les auteurs proposent un parallèle avec le processus de gentrification, en reprenant la définition de Ruth Glass5, qui désigne la relégation des populations les plus précaires dans des espaces éloignés des centres-villes. Les auteurs présentent un mouvement similaire pour les quartiers pavillonnaires qui ne se trouvent plus seulement aux franges de la ville, mais aussi aux franges du rural.

  • 6 À ce propos, le Plan Urbanisme Construction Architecture, une agence interministérielle, a encadré (...)
  • 7 Berque Auguste, « Détruire la nature par amour de la nature », Manière de voir. Le monde diplomatiq (...)

5Le troisième chapitre cible l’une des raisons de l’installation dans les quartiers pavillonnaires : la proximité et l’accès à un cadre « naturel »6. Cependant, derrière ce terme, se retrouve un enchevêtrement de représentations qui dépassent la notion même de « nature » pour renvoyer principalement au « calme » ou à l’« espace ouvert » (p. 45). Le cadre « naturel » est présent dès les débuts de l’histoire du pavillonnaire – trop souvent réduite aux années 1960 et au pavillonnaire contemporain – avec les « folies » (p. 49), de petites maisons aristocratiques dans la nature qui se sont développées à partir du XVIIIème siècle. Les auteurs discutent ensuite l’opposition récurrente entre une ville densifiée, peu consommatrice d’espace, et un habitat individuel consommateur d’espace et d’énergie (pour se chauffer, pour s’éclairer, se déplacer, etc.), qui s’accompagne d’une critique selon laquelle la maison individuelle détruit la nature, « par amour de la nature7 » (p. 46). De plus, en dépit du fait que les maisons dans les quartiers les plus luxueux sont plus « performantes » sur le plan énergétique, le problème réside dans le mode de vie lié à l’environnement pavillonnaire, qui suppose pour les habitants de réaliser quotidiennement de grands trajets pour se rendre dans leur lieu de travail. Les auteurs nuancent ce tableau afin d’éviter la représentation dichotomique trop souvent présentée entre l’urbain densifié et le pavillonnaire éclaté en évoquant les pratiques liées aux mobilités de voyages, plus énergivores pour les citadins, qui vont parcourir plus d’espace et plus souvent, que pour les habitants de l’espace pavillonnaire, qui, selon les auteurs, sont plus sédentaires et voyagent moins loin. Ainsi la France pavillonnaire ne doit pas être opposée à la ville densifiée, toutes deux ayant des avantages et des inconvénients énergétiques.

  • 8 Bidart Claire, « sociabilités : quelques variables », Revue française de sociologie, n°29, 1988, p. (...)
  • 9 Young Michael, Willmott Peter, Le village dans la ville. Famille et parenté dans l’Est londonien, P (...)
  • 10 Respectivement « Build-in-my-backyard » et « Not-in-my-backyard ».

6Le quatrième chapitre présente la diversité des quartiers pavillonnaires en abordant la question des sociabilités, c’est-à-dire « l’ensemble des relations sociales effectives, vécues, qui relient l’individu à d’autres individus par des liens interpersonnels et/ou de groupe »8. Vivre dans des pavillons, parfois identiques, peut pousser à des « logiques de distinctions sociales », qui se déploient, comme l’ont montré M. Young et P. Willmott9, à travers une « compétition informelle entre certains voisins » (p. 67). Les personnes qui vivent dans un même espace se distinguent les unes des autres par leur apparence, ou par certains aménagements comme la piscine ou le jardin. La rue, l’école, les lieux associatifs sont des espaces de sociabilité, mais ce sont aussi des lieux possibles de distinction sociale. Les auteurs mettent en avant les conséquences sur le paysage pavillonnaire de cette tension entre distance et proximité sociale. Celle-ci s’incarne dans deux mouvements développés notamment en urbanisme : le « Bimby » qui prône la densification des grandes parcelles pavillonnaires d’une part, et, d’autre part, le « Nymby » qui défend au contraire la conservation des grands espaces10.

7Dans la continuité du quatrième, le cinquième et dernier chapitre expose l’esprit communautaire qui peut régner dans le pavillonnaire et renforcer les échanges, les liens et les relations entre résidants du quartier. Ceux-ci se forment et se structurent notamment dans les associations ou les conseils de quartiers. Au sein des quartiers pavillonnaires, « la valorisation de l’autochtonie est forte et la volonté d’avoir accès aux ‘‘bons plans’’ ou aux ‘‘bonnes adresses est une motivation récurrente quant à cette forme de participation » (p. 75) à la vie sociale locale. À rebours de l’image d’un monde individualiste, les auteurs insistent sur la possibilité de faire émerger un « nous ». Autrement dit, l’aspiration à la maison individuelle dans un cadre « calme » n’est pas incompatible avec les relations sociales, les actions collectives ni avec la prise en compte des problématiques environnementales comme le montre le développement des jardins partagés. Loin d’être une juxtaposition de maisons individuelles, le monde pavillonnaire est une mosaïque complexe de relations sociales.

8Dans la conclusion, les auteurs proposent d’abandonner d’une part le singulier pour parler des « France pavillonnaires », et, d’autre part, le particularisme en considérant qu’il s’agit d’espaces qui abritent « une forme de vie sociale parmi d’autres, ni plus ni moins » (p. 89). L’homogénéité architecturale du quartier pavillonnaire est productrice de diversités que les auteurs ont présentés sous diverses formes : démographiques, environnementales, ou sociales. De par sa clarté et son effort de synthétisation, cet ouvrage rend accessible une meilleure compréhension du monde pavillonnaire à un large public.

Haut de page

Notes

1 Magri Susanna. « Le pavillon stigmatisé. Grands ensembles et maisons individuelles dans la sociologie des années 1950 à 1970 », L'Année sociologique, vol. 58, n° 1, 2008, p. 171-202.

2 Lord Sébastien, Després Carole, « Vieillir en banlieue nord-américaine. Le rapport à la ville des personnes âgées », Gérontologie et société, n° 136, 2011, p. 189-204.

3 Authier Jean-Yves, Bonvalet Catherine, Lévy Jean-Pierre, Élire domicile. La construction sociale des choix résidentiels, Lyon, PUL, 2010.

4 Marchal Hervé, « Vieillir dans un quartier urbain composé de pavillons », Gérontologie et société, n° 152, 2017, p. 27-40.

5 Glass Ruth, London : aspects of change, Londres, Centre for urban studies, 1964.

6 À ce propos, le Plan Urbanisme Construction Architecture, une agence interministérielle, a encadré au mois d’octobre 2020 un podcast dédié au pavillonnaire, « Campagnes urbaines ». Celui-ci met en avant la richesse historique du pavillonnaires : http://www.urbanisme-puca.gouv.fr/campagnes-urbaines-serie-de-6-podcasts-puca-binge-a2099.html.

7 Berque Auguste, « Détruire la nature par amour de la nature », Manière de voir. Le monde diplomatique, n° 114, 2010, p. 88-90.

8 Bidart Claire, « sociabilités : quelques variables », Revue française de sociologie, n°29, 1988, p. 621-648.

9 Young Michael, Willmott Peter, Le village dans la ville. Famille et parenté dans l’Est londonien, Paris, PUF, 2010 ; compte rendu de Patrick Cotelette pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.1257.

10 Respectivement « Build-in-my-backyard » et « Not-in-my-backyard ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Célia Broussard, « Matthieu Gateau et Hervé Marchal, La France pavillonnaire. Enjeux et défis », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 27 novembre 2020, consulté le 28 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/45692 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.45692

Haut de page

Sujet

Logement

Ville

Travail

Consommation

Sports et loisirs

Population

Haut de page

Rédacteur

Célia Broussard

Docteure en sociologie de l'Université le Havre Normandie, ingénieure de recherche à la maison médicale Jeanne Garnier.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search