Navigation – Plan du site

Rémi Lefebvre, Frédéric Sawicki, La société des socialistes. Le PS aujourd'hui

Romain Meltz
La société des socialistes
Rémi Lefebvre, Frédéric Sawicki, La société des socialistes. Le PS aujourd'hui, Editions du Croquant, coll. « Savoir/Agir », 2006, 255 p., EAN : 9782914968232.
Haut de page

Texte intégral

1Depuis Guy Mollet puis Philippe Vasseur il a été admis que la France possédait la droite la plus bête du monde. Le lapidaire de la formule souligne entre autre que dans un pays naturellement peu porté à la révolution la droite devrait être continuellement et tout naturellement majoritaire. Après cinq années de pouvoir central sans partage et des élections intermédiaires successivement perdues depuis 2002, il semblait que la droite allait ouvrir un boulevard électoral à la gauche. La présidentielle et les législatives de 2007 perdues, le PS peut-il prétendre être le parti social démocrate le plus bête d'Europe ?

2A vrai dire La Société socialiste, le PS aujourd'hui de Rémi Lefebvre et Frédéric Sawicki ne va pas dans ce sens. Fruit d'un travail commun de la part de deux auteurs confirmés sur la question - le livre tiré de sa thèse sur Les réseaux du parti socialiste paru en 1997 par Sawicki fait autorité mais est introuvable - l'ouvrage dresse un constat assez dur des impasses dans lequel le ps se trouve aujourd'hui mais refuse d'entrer dans l'étude des manœuvres individuelles ouvrant la voie à l'échec commun.

3De fait, retombé le moment d'euphorie qui a conduit au choix de Ségolène Royal en vue de l'élection présidentielle, lire La société socialiste à l'aune de l'histoire récente du PS amène dans bien des cas à souligner l'aspect heuristique d'un grand nombre des hypothèses formulées par les deux auteurs (et ceci même si ces derniers se targuent avec une certaine raison d'avoir voulu prendre de la distance avec l'actualité la plus immédiate). Les raisons de la victoire de Ségolène Royal au sein du PS soulignent en creux assez nettement ce que le parti n'est plus.

41993 et 2002 ont été pour le Parti socialiste des défaites d'ampleur croissante, qui ont chacune amené leur lot d'appel à la rénovation et autres refondations. Après 1993, les Etats généraux des socialistes de Michel Rocard demandent que le Parti se déprofessionalise et que soit réduit le rôle des élus, que l'action militante soit au cœur des pratiques du Parti, que les liens se resserrent avec le monde syndical. L'effacement (relatif et provisoire) des courants sera en fait le principal effet de cette volonté de rénovation. Après le 21 avril 2002, la parole est à nouveau donnée aux militants par le biais d'un questionnaire « cahier de doléances » qui ne produit pas le moindre des changements espérés jusqu'au congrès du Mans. Les succès aux élections régionales de 2004 mettront entre parenthèse ces tentatives d'ajustement. Le PS, qui n'a jamais eu autant d'élus, est un parti paradoxalement affaibli par la faiblesse de sa production politique, que la conjoncture récente a conduit à bloquer à un niveau électoral faible les concurrents potentiels (Verts, MdC, extrême gauche) mais incapable de produire de la politique à destination de ses soutiens privilégiés.

5Le Parti socialiste français n'a jamais été un parti social démocrate à l'image de ce qu'ont été les partis de gauche en Allemagne en Suède ou même en Grande Bretagne. Les appels récents en ce sens de Dominique Strauss Khan n'y changeront probablement rien. La SFIO française a plutôt construit autant qu'elle a été construite par un socialisme municipal, très tôt revendiqué (1890), et qui a remplacé des liens qui n'ont jamais perduré avec le monde du travail ou associatif. Aujourd'hui il n'est plus un parti infusé par la société qu'il entend comprendre et transformer. Tout au long d'un chapitre un peu cruellement intitulé « La rétraction des réseaux socialistes », les deux auteurs énumèrent les pertes de ressources et de liens que le PS a connues en se détachant progressivement des groupes sociaux qu'il avait vocation à représenter. Ce que François Hollande appelle le « manque d'ancrage social du PS » se retrouve, à l'envers de ce qu'avait réussi à établir le même PS des années 70. Le PS d'Epinay avait été capable de fédérer des groupes sociaux bien au-delà des soutiens traditionnels des milieux laïcs liés à la SFIO, l'afflux de militant avait vivifié le Parti en rééquilibrant le poids des fédérations traditionnellement fortes (Nord pas de Calais, Bouche du Rhone) au profit de la région parisienne et du Rhône. Cette modernisation s'était effectuée par le biais d'une concurrence programmatique elle-même liée à l'adoption du scrutin proportionnel à tous les niveaux des instances du parti, qui avait amené à une volonté de recrutement militant sans précédent. Cette « parenthèse militante » va de pair avec des statuts qui mettent en place - ce qui n'aura qu'un temps - des gardes fous au pouvoir et à l'influence des élus. Si le PS qui obtient le pouvoir en 1981 n'est pas parvenu à devenir un parti social démocrate au sens européen du terme, un parti de masse fédérant une société alternative, il est malgré tout alors capable de tisser des liens avec d'autre corps intermédiaires (la FEN, la CFDT) qui viennent enrichir sa capacité d'action en fournissant autant de relais à son discours.

6Les années 80, qui marquent l'accession au pouvoir du PS, signent également le début de la fin. Au cours des chapitres centraux, l'ouvrage dresse le portrait d'élus qui - aujourd'hui comme hier - sont pourvus de tous les titres culturels et sociaux nécessaires. Mais ceux-ci sont plus occupés à sécuriser leur statut d'élu en se repliant sur des postes moins exposés et toujours croissants lors des moments politiques difficiles et revenir immuables et rafraîchis au moment des retours de fortunes électoraux. Parallèlement, les deux chapitres consacrés au militantisme « de base » vont dans le même sens. Ils distinguent trois niveaux de participation militante : les élus qui peuvent utiliser comme ressource épisodique l'identité militante, les militants-adhérents peu actifs et les militants semi-professionalisés, ne vivant qu'en marge de la politique mais extrêmement actifs les derniers chapitres sont consacrés à ces deux dernière catégories. A leur propos, les deux auteurs montrent l'importance des investissements personnels tout autant que le cynisme que l'activité quotidienne du parti demande pour supporter des relations intra partisane très dures. Rocard disait des partis qu'il s'agissait de rassemblements modérément sympathiques où il était difficile de faire réfléchir. Sans le citer Lefebvre et Sawicki apportent de l'eau à ce moulin. Rapportant des propos de Berrnard Kouchner, les auteurs évoquent la difficulté de maintenir des amitiés personnelles au sein du parti : « on ment beaucoup à soi même et entre soi. Ce n'est pas toujours sympathique » (p 203). Ce phénomène déjà souvent décrit à un niveau national est bien documenté par les deux auteurs à tous les échelons du PS. L'absence de fraternité, la disparition des équipes de colleurs, la raréfaction des rites anciens comme celui du timbre de cotisation annuel, tout un ensemble de pratiques militantes qui fondaient une camaraderie partisane et contribuaient à rendre plus acceptable la rigueur des luttes internes ont profondément modifié le visage du PS. Remarquée à tous les niveaux, unanimement déplorée, l'évolution va de pair avec une professionnalisation de la pratique politique au sens où ceux qui la font sont aussi ceux qui en vivent.

7Même si les auteurs ont à cœur de prolonger une analyse de leur sujet au cœur de l'actualité, les phénomènes les plus récents de l'évolution du parti ne sont parfois qu'esquissé. C'est le cas notamment des transformations dans le processus de sélections des candidats du parti aux notamment pour les élections qu'ont imposé les changements constitutionnels liés à la volonté de parité. Les auteurs y reviennent plusieurs fois (notamment pp. 105 et 209) mais trop rapidement pour éclairer autrement que par le constat maintenant trop commun de la difficulté pour les hommes blancs de moins de 50 ans d'être éligible pour le Parti.

8Le livre se termine donc sur une note un peu étouffante - comme le reconnaissent Sawicki et Lefebvre . « Au terme de notre plongée dans la société socialiste, l'analyse pourra paraître sévère », écrivent-ils. Elle l'est en effet, par la description d'un parti paradoxalement très inquiet de l'image qu'il donne au grand public (dénonciation tapageuse des courants au profit d'une valorisation extrême mais à usage externe de l'unité) au détriment le plus souvent d'une pensée claire et portée haut.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romain Meltz, « Rémi Lefebvre, Frédéric Sawicki, La société des socialistes. Le PS aujourd'hui », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2007, mis en ligne le 12 octobre 2007, consulté le 15 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/457

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page