Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Jonathan M. Metzl, Étouffer la ré...

Jonathan M. Metzl, Étouffer la révolte. La psychiatrie contre les Civil Rights, une histoire du contrôle social

Romain Talvas
Étouffer la révolte
Jonathan Metzl, Étouffer la révolte. La psychiatrie contre les Civil Rights, une histoire du contrôle social, Paris, Editions Autrement, 2020, 400 p., trad. Antoine Bargel et Alexandre Pateau, ISBN : 9782746753952.
Haut de page

Texte intégral

1Résultat d’une enquête socio-historique menée dans les années 2000, Étouffer la révolte appréhende l’articulation entre psychiatrie, race et mouvements pour les droits civiques. L’auteur mobilise pour cela un riche matériau composé d’archives d’hôpital, d’entretiens menés auprès d’anciens membres du personnel, de corpus issus de la littérature psychiatrique, d’articles de journaux, de discours politiques, de productions culturelles (films, chansons).

  • 1 « Aux admissions d’Ionia, après 1960, 88% des “Nègres américains” – dont 96% étaient des hommes – s (...)

2Si l’ouvrage parcourt tout le XXe siècle pour contextualiser et rendre raison de la complexité de cette rencontre, son point d’ancrage se fait à partir d’un constat statistique. Il s’appuie sur les données issues des admissions de criminels pénalement irresponsables à l’hôpital d’État d’Ionia (Michigan, États-Unis), qui met en avant l’augmentation très nette du nombre de patients noirs diagnostiqués schizophrènes à partir de la décennie 1960 alors que décroit le pourcentage de patients blancs ayant reçu le même diagnostic1. Ces personnes noire étaient largement considérées comme violentes, dangereuses pour les autres, pour la société, et d’ailleurs, « [n]ombre d’[entre elles] avaient été envoyé[es] à Ionia après condamnation pour des crimes allant du vol à main armée à l’homicide, en passant par la destruction de biens publics pendant certaines périodes de troubles civils, et notamment pendant les émeutes de Détroit en 1968 » (p. 56).

3Pour Jonathan Metzl, l’explication des causes de cette inflexion statistique ne peut pas être apportée en se concentrant seulement sur l’évolution de la psychiatrie comme champ autonome de savoirs et de pratiques, de diagnostics et de traitements. Elle ne l’est d’ailleurs pas, et le pari fait par l’auteur est de montrer par quels mécanismes sociaux la pratique clinique est perméable à la société globale et à ses évènements politiques. Spécialement, l’histoire des patients noirs schizophrènes – l’appréhension de leurs symptômes, les diagnostics établis – et de leur augmentation au sein du contingent de patients à l’hôpital d’Ionia ne peut se faire qu’au regard de l’histoire des mouvements pour les droits civiques des afro-américains et de celle du « racisme institutionnel » (p. 14), qui imprègne la structure hospitalière.

  • 2 L’auteur retrace le parcours d’une patiente qui ouvre un éventail de questions sur la construction (...)

4Si, jusque dans les années 1950, la schizophrénie est largement associée aux femmes blanches de classe moyenne2, les plus représentatives de cette maladie à l’hôpital d’Ionia, à partir des années 1960, un tournant s’est opéré, qu’entérine la parution du DSM-II en 1968 (2e édition du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux). C’est alors que les représentations communes de la race, de la violence et de la maladie mentale, avec en toile de fond les mouvements et révoltes pour les droits civiques, ont rencontré les critères et la terminologie (« délires, colère, hostilité et projection » [soulignés par l’auteur], p. 189) permettant le diagnostic de la schizophrénie. Ainsi, « [les] chercheurs utilisèrent les critères du DSM-II pour mettre en lumière les aspects hostiles [souligné par l’auteur] de la schizophrénie noire, comme la paranoïa, les délires ou la colère, ou pour associer la schizophrénie aux manifestations en faveur des droits civiques » (p. 187). La méfiance vis-à-vis de l’institution hospitalière comme celle à l’égard des professionnels de santé se transforment en autant de symptômes marqueurs d’une possible schizophrénie chez les patients noirs (cf. p. 171).

  • 3 Ils fournissent de nombreux de détails : extraits d’entretiens, observations de médecins et psychia (...)
  • 4 Dans les années 1950, des publicités pour des antipsychotiques à destination des femmes, comme le S (...)

5La participation à ces évènements devient cause, entre autres, de la maladie et, de fait, la problématique sociale est alors rabattue sur la compréhension d’une pathologie individuelle. En effet, Jonathan Metzl pointe une tendance de plus en plus prégnante parmi les psychiatres de l’époque à faire de l’implication directe ou de l’impact des mouvements pour les droits civiques une cause de l’enclenchement de la schizophrénie chez les patients noirs. C’est la « psychose de révolte » dont parlent les psychiatres Walter Bromberg et Franck Simon en 1968. « Selon les auteurs, le cas de ces hommes relevait de la psychiatrie parce que leurs symptômes, non contents de menacer leur propre santé mentale, mettaient en péril l’ordre social de l’Amérique blanche » (p. 18). Et cette approche de la maladie transparaît nettement à la fois dans les archives des dossiers médicaux3 des patients et dans les analyses de corpus d’articles, extraits de revues psychiatriques, sur lesquels l’auteur s’est penché. Des publicités de médicaments antipsychotiques, quant à elles, n’hésitent pas à mettre en avant des hommes noirs, visiblement en colère, ou sont illustrées par des « masques ou des objets tribaux » (p. 194)4. Ainsi, des associations sont établies entre marqueurs de colère, primitivisme et hommes noirs. À titre d’exemple, l’image d’une publicité extraite d’un numéro de 1974 des Archives of General Psychiatry, représentant un homme noir, menaçant, poing serré, est accompagnée du titre : « Agressif et belliqueux ? Souvent, la coopération commence avec Haldol [nom du médicament] » (p. 19).

6Alors qu’à côté des modèles de la psychopathologie psychanalytique (très représentés dans les deux premières éditions du DSM), une nouvelle approche biologique de la schizophrénie émerge dans ces années 1960, avec des possibilités de traitements psycho-chimiques, aucune réflexivité ne prend pour objet la relation clinique et les préjugés dont elle est faite ou l’impact de facteurs comme le racisme ou la pauvreté sur le développement de la maladie et la rationalisation du diagnostic. La première ostracise la seconde, induisant ce racisme institutionnel manifeste, insidieux mais tout aussi dévastateur, dont parle notamment l’activiste afro-américain Stokely Carmichael.

7Mais, face à cette tendance à la « schizophrénisation » des patients noirs, des leaders pour les droits civiques (Stokely Carmichael, Martin Luther King et d’autres), ainsi que des psychiatres afro-américains ont porté un discours qui a changé les termes du diagnostic (la schizophrénie comme effet du racisme) et mis au centre de l’analyse la question du racisme structurel états-unien. Selon William Grier et Price Cobbs, tous deux psychiatres afro-américains, publient en 1968 un ouvrage à large diffusion, Black Rage, habité par l’engagement de Malcom X : « La schizophrénie, écrivent-ils, est un état potentiellement violent qui apparaît lorsque les hommes noirs sont écartelés entre l’adhésion aux valeurs de la société blanche et la nécessité de les combattre afin de rester en vie » (p. 225). Leur propos fait également écho aux travaux cliniques de Franz Fanon, qui inspirent Jonathan Metzl, pour montrer la façon dont les individus incorporent les structures raciales et violentes de la société jusqu’à l’émergence de troubles psychiques directement liés à elles.

8Dans une perspective plus médiatique, la « schizophrénie » devient également une métaphore générale pour parler de la division raciale des États-Unis, qui prend de plus en plus d’ampleur dans les grands journaux (New York Times), comme dans les journaux afro-américains (Chicago Defender), à partir de la décennie 1960. L’auteur fait d’ailleurs un travail d’analyse de l’occurrence des termes « schizophrénie » et « schizophrène », en identifiant les discours sous-jacents à la mobilisation de ces mots. Vers la fin de son ouvrage, il fait également une excursion dans l’univers de la musique et s’intéresse aux représentations de la maladie mentale, telles qu’elles se donnent à écouter dans nombre de chansons (dont certaines écrites dans la décennie 2000). Par un effet de reflet, il en ressort « une racialisation du langage pathologique similaire à celle identifiée plus largement dans la société américaine. La dépression s’apparente à une position privilégiée adoptée par ceux (et surtout celles) qui en ont le loisir. Par contraste, la schizophrénie est une menace, une transgression immédiate, un instinct de survie » (p. 331).

  • 5 « Les acteurs, les responsables comme les victimes : ils font l’histoire mais l’histoire les emport (...)

9Étouffer la révolte est un ouvrage ambitieux, dense, qui fourmille de détails touchant à l’histoire de l’hôpital d’Ionia, à celle de ses patient·e·s, qui font aussi l’histoire qui les emporte, pour paraphraser une formule braudelienne5, aux mouvements pour les droits civiques des afro-américains et à ses principaux représentants, et enfin à la culture populaire américaine. Le lecteur ou la lectrice se retrouve ainsi au carrefour des sciences sociales, de la médecine psychiatrique, de la politique et de ses évènements. Au terme de son enquête, l’auteur, psychiatre et chercheur, matériau à l’appui, reconnaît définitivement « […] que les hypothèses et préjugés racialisés sont historiquement inscrits dans la structure même du système de santé, informant la relation clinique et la décision diagnostique bien avant que leurs protagonistes n’entrent en scène » (p. 342).

  • 6 « Le projet d’aider certains groupes d’individus s’est trop facilement conjugué au projet de les co (...)
  • 7 Relation entre médecin et patient·e, identification des symptômes, élaboration du diagnostic, accom (...)

10Finalement, ce travail essentiel de Jonathan Metzl, dont la traduction en français nous parvient onze ans après sa parution aux États-Unis, jette des lumières sur le contrôle des populations, de ses voies/voix contestataires6, et sur la structuration du racisme au sein des institutions de soin et jusque dans les pratiques médicales ordinaires7. Loin de dénier pour autant les souffrances psychiques réelles des patients d’Ionia ou de s’en tenir à une simple condamnation de la compréhension de celles-ci par les praticiens de l’époque, l’auteur a le mérite d’ouvrir en pointillés des questions épineuses quant à l’ontologie de la maladie mentale et ses facteurs déterminants. Il amorce également un dialogue critique vis-à-vis de la « compétence culturelle » (p. 341), aujourd’hui de plus en plus requise dans le champ médical nord-américain et censée informer de façon plus réflexive la relation clinique comme le diagnostic (prise en compte de la race, de l’ethnicité, de la culture, p. 341). Quand bien même acquise par les praticiens, elle ne les immunise pas face à la reconduction possible de nouvelles formes de racisme et de discriminations, qu’il s’agit pourtant de neutraliser.

11Face à ces excursions théoriques et pratiques aussi foisonnantes que complexes, qui se manifestent à différents moments de l’ouvrage, le lecteur ou la lectrice aurait sûrement été mieux introduit·e aux débats soulevés à la lumière d’une présentation succincte, à part. À moins qu’un recadrage analytique sur le propos central de l’ouvrage – l’articulation entre psychiatrie, race et droits civiques – n’eut été plus approprié afin de ne pas perdre de vue toute la force de démonstration de The Protest Psychosis (titre original). En tout cas, dans les pas d’un Michel Foucault et d’un Franz Fanon, Jonathan Metzl œuvre à l’approfondissement empirique d’une histoire intersectionnelle de la folie plus que nécessaire à la compréhension de nombreux enjeux sociétaux contemporains, qui s’ancrent dans un passé encore très actuel, par certains reliefs. En atteste la dernière partie de l’ouvrage, où l’auteur y aborde la prison de Riverside, construite sur les ruines de l’ancien hôpital d’Ionia, détruit à la fin des années 1970. Jonathan Metzl, qui s’y est rendu au cours de sa recherche, décrit la présence d’un racisme quotidien, structurel, et la représentation des détenus schizophrènes, perçus comme les plus dangereux. Le temps irrigue ici certaines continuités, par-delà les luttes qui ont œuvré à leur dénonciation et à leur abolition.

Haut de page

Notes

1 « Aux admissions d’Ionia, après 1960, 88% des “Nègres américains” – dont 96% étaient des hommes – sont diagnostiqués schizophrènes, contre seulement 44,6% des “Blancs américains” », p. 260. Les termes sont ceux de l’hôpital, repris par l’auteur.

2 L’auteur retrace le parcours d’une patiente qui ouvre un éventail de questions sur la construction sociale du genre féminin. Déroger à la condition attendue de la femme, ne pas tenir son ménage et faire honte à son mari peuvent devenir des symptômes – transcrits comme tels dans les dossiers médicaux – de maladies mentales diagnostiquées.

3 Ils fournissent de nombreux de détails : extraits d’entretiens, observations de médecins et psychiatres, traitements prescrits, éléments biographiques, notes sur les comportements, altercations avec le personnel de l’hôpital, etc.

4 Dans les années 1950, des publicités pour des antipsychotiques à destination des femmes, comme le Serpasil, « vantent la façon dont le nouveau médicament rend les femmes blanches “propres, coopératives et communicatives”, et donc capables de retrouver calmement leur santé psychique », p. 93.

5 « Les acteurs, les responsables comme les victimes : ils font l’histoire mais l’histoire les emporte », Fernand Braudel, « Histoire et sociologie », in Écrits sur l’histoire, Paris, Flammarion, 1969 [1958], p. 103.

6 « Le projet d’aider certains groupes d’individus s’est trop facilement conjugué au projet de les contrôler. Consciemment ou non, le discours psychiatrique s’est approprié les voix contestataires des autres membres de la société, avant d’intégrer la rhétorique de la révolte à de nouvelles définitions de la schizophrénie », p. 200.

7 Relation entre médecin et patient·e, identification des symptômes, élaboration du diagnostic, accompagnement thérapeutique et traitements médicamenteux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romain Talvas, « Jonathan M. Metzl, Étouffer la révolte. La psychiatrie contre les Civil Rights, une histoire du contrôle social », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 30 novembre 2020, consulté le 25 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/45706 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.45706

Haut de page

Rédacteur

Romain Talvas

Chargé de projet inclusion et développement local en région parisienne, Romain Talvas est lié à la littérature scientifique et militante qui traite de l’articulation entre sexualité, genre et politique. Il projette de reprendre le chemin de la recherche.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search