Navegación – Mapa del sitio

InicioLeerLes comptes rendus2020Annick Louis, L’invention de Troi...

Annick Louis, L’invention de Troie. Les vies rêvées de Heinrich Schliemann

Nolwenn Briand
L'invention de Troie
Annick Louis, L'invention de Troie. Les vies rêvées de Heinrich Schliemann, Paris, EHESS, col. « En temps et lieux », 2020, 357 p., ISBN : 978-2-7132-2849-0.
Inicio de página

Texto completo

1Le mythe vivace qui entoure la personne d’Heinrich Schliemann (1822-1890) est celui d’un transfuge de classe, un self-made-man polyglotte du XIXe siècle devenu tardivement archéologue. La puissance narrative des autobiographies de Schliemann (publiées dans Ithaque, le Péloponnèse et Troie [1869] et dans Ilios, ville et pays des Troyens [1880]) a longtemps occulté les processus narratifs qui y prenaient place. Les biographes de Schliemann ont ainsi accordé une valeur de vérité à ses récits de vie, qui jouèrent un rôle majeur dans la légitimation du travail de l’archéologue auprès du grand public. Dans les années 1970, les incohérences détectées dans les récits de vie de Schliemann l’ont pourtant fait apparaître comme un « manipulateur mythomane et égocentrique ; une remise en cause qui amena à nier également l’authenticité de ses trouvailles et le caractère scientifique de ses travaux » (p. 12).

2L’ouvrage d’Annick Louis présente l’originalité de réhabiliter les autobiographies de Schliemann comme objets d’étude spécifique, en précisant les logiques d’écriture employées et surtout la détermination des récits par les supports et le public auxquels ils étaient destiné. L’apport majeur de l’ouvrage réside dans l’importance accordée au contexte de rédaction et de réception des publications de Schliemann. L’auteure présente ainsi les résultats d’une recherche analytique et pluridisciplinaire cohérente, rendue possible par l’accès aux archives personnelles de l’archéologue – comprenant journaux, correspondance, photographies et divers autres documents dont l’analyse complète l’étude des textes publiés. L’ouvrage se divise en quatre chapitres, chacun précisant une particularité de l’écriture de Schliemann : l’importance de l’autobiographie, le motif récurrent de la vocation précoce et du rêve de connaissance dans les récits de vie de Schliemann, sa formation parisienne passée sous silence et les caractéristiques communes à la méthode d’écriture et à la méthode d’apprentissage linguistique propres à l’archéologue.

3Heureusement pour le lecteur non spécialiste de la Troie homérique, le préambule de l’ouvrage constitue un état des lieux des connaissances actuelles sur la ville de Troie. Ce préambule est l’occasion d’un rapide retour sur l’historicité des différentes villes qui se sont succédé sur le site d’Hissarlik, et ont en partie été excavées par Schliemann entre 1870 et 1875. La découverte des couches successives d’habitations et l’évolution des connaissances sur le développement topographique des villes permettent désormais de souligner les limites des affirmations initiales de Schliemann. Sa faute ne résidait pas tant dans la localisation de la Troie homérique que dans le fait qu’il l’associait à une ville plus ancienne, datée de 2600 ou 2300 av. J.‑C., et non à celle datée entre 1300 et 1200 av. J.‑C.

4Le premier chapitre précise les caractéristiques des quatre textes retenus comme les versions successives de l’autobiographie de Schliemann. Chaque version relate le parcours de vie de Schliemann et ses événements marquants sous une forme narrative spécifique. Les documents autobiographiques, qui constituent l’un des principaux matériaux d’Annick Louis, sont écrits entre 1850 et 1892 : le premier précède le journal personnel des années 1850-1853 et laisse apparaître son ingéniosité en tant que commerçant. Il a été publié à titre posthume en 1942 et semble avoir été destiné à un public russe et américain face auquel Schliemann se constitue en modèle de réussite commerciale. Le second texte est la préface d’Ithaque (1869), publié alors que Schliemann s’intègre dans les milieux intellectuels parisiens. Le troisième est l’introduction d’Ilios (1880), seul texte explicitement pensé comme une autobiographie, qui relate les conclusions de Schliemann sur les fouilles effectuées à Hissarlik. Le dernier est publié en 1892, au lendemain de la mort de Schliemann. L’archéologue Alfred Brückner (1861-1936) y enrichit l’autobiographie d’Ilios et se présente « comme un exégète de la vie de Schliemann » (p. 67). Chaque version de l’autobiographie est ainsi replacée dans son contexte d’écriture et de réception. Dans ce chapitre, Annick Louis défend la réhabilitation du genre autobiographique comme lieu de savoir. Elle souligne ainsi la pertinence d’employer une méthode analytique afin de constituer les quatre récits de vie en objets de connaissances. En effet, « c’est en engendrant un récit de vie que ce riche commerçant, en partie autodidacte, amateur de littérature, parvient à devenir, à 46 ans, un producteur de savoirs dans une discipline en cours de définition » (p. 79).

5Le chapitre deux est consacré à « l’étude du fonctionnement narratif des autobiographies » présentées dans le chapitre précédent ainsi qu’à la période parisienne de Schliemann, entre 1866 et 1870 (p. 81). Annick Louis met en évidence les fonctions respectives qu’occupent chacun des récits autobiographiques. L’une des scènes récurrentes est celle du jeune Schliemann qui rêve des héros grecs, scène absente de la première autobiographie. Dans Ithaque, le récit présente l’enfant charmé par les mythes racontés par son père. En grandissant, le charme se transforme en rêve de connaissance littéraire : dans cette perspective, le charme initial légitime la vocation tardive de l’archéologue, contrariée toutefois par les nécessités pécuniaires. Le topos du rêve apparaît dans les écrits de Schliemann au moment où il fréquente les cercles intellectuels parisiens, ce qui incite Annick Louis à brosser le tableau de cette période de la vie de l’archéologue. Schliemann s’installe à Paris en 1866 avec l’objectif initial d’investir dans l’immobilier. Il profite alors de l’offre de formation de la Sorbonne et du Collège de France, où il se prend de passion pour l’archéologie. L’apprentissage des normes en vigueur dans les milieux universitaires s’accompagne d’une transgression immédiate de Schliemann. Outre le choix de la forme narrative, Schliemann insiste sur la valeur de l’effort et de la discipline personnelle dans l’accession aux savoirs, et non sur le travail académique légitime. Dans cette partie, la contextualisation et la référence aux exemples littéraires jugés analogues au parcours de Schliemann sont mobilisés pour combler les manques des archives.

6Le troisième chapitre précise les polémiques suscitées par les premières fouilles de Schliemann à Hissarlik entre 1870 et 1875. Les conflits portent sur la question de la localisation de la ville homérique et sur l’identification du « Trésor de Priam » présenté par Schliemann. Ces débats houleux constituent un point charnière de la carrière universitaire de Schliemann et soulignent les désaccords entre Français, Anglais et Allemands au moment de la guerre franco-prussienne. La séduction que la préface autobiographique d’Ithaque opère sur le lecteur, alors même que l’ouvrage s’émancipe des codes d’écriture de l’époque, confère une valeur d’autorité aux hypothèses fragiles de Schliemann. Ithaque s’impose donc « essentiellement en raison de sa préface, du mode narratif adopté, de l’inscription du récit homérique dans le texte, de la façon dont le passé (narratif) se superpose au présent décrit » (p. 189). Le débat ne se limite toutefois pas à la localisation de Troie : c’est une réelle interrogation méthodologique, qui se répercute sur la définition de la future discipline archéologique française. La méthode philologique primait encore sur le travail de terrain, et les intellectuels effectuaient surtout des comparaisons entre la Troade du XIXe et la description de Troie dans l’Iliade d’Homère, sans prendre en compte les transformations successives de la région. Ainsi, l’Iliade et l’Odyssée étaient étudiés comme des œuvres historiques, notamment par l’un des maîtres de Schliemann, Émile Egger, dont l’influence sur les premiers écrits de Schliemann semble avoir été sensible. On peut d’ailleurs regretter de ne pas saisir plus précisément les influences intellectuelles des enseignants de Schliemann sur ses recherches, ce qu’une enquête prosopographique aurait peut-être permis de préciser.

7Le dernier chapitre revient finalement sur la méthode d’apprentissage des langues étrangères de Schliemann, qui devient le point de départ du récit en situation, propre à l’archéologue. Cette méthode se caractérise par un effort quotidien dans l’apprentissage autodidacte, l’écoute nécessaire d’un tiers et l’indépendance à une institution ou à une école. La notion de « mécanique des langues » mobilisée par Annick Louis correspond au processus de rédaction et de copie en langue étrangère voué à l’apprentissage. Cette méthode se retrouve en effet appliquée lors de l’écriture : « le procédé se rencontre dans son journal dès les années 1950, où les sources ne sont pas citées, et le lecteur est placé face à une écriture qu’il attribue à Schliemann, mais dont il ignore, en vérité, l’origine » (p. 246). L’appropriation de faits divers et les analogies entre son propre récit de vie et celui des héros grecs constituent des spécificités majeures de l’écriture de Schliemann.

8En s’attaquant à la reconstitution de cette période de l’existence de Schliemann longtemps oubliée de ses biographes, Annick Louis explique les choix narratifs et les choix de vie opérés par l’archéologue au regard des normes des cercles universitaires parisiens, qu’il adopte ou qu’il transgresse. En arrière-plan de l’ouvrage, cette reconstitution est l’occasion pour Annick Louis d’opérer un rapprochement entre la situation de l’université française à l’aube de l’expansion des sciences humaines et celle des années 2010. En effet, « les deux topographies possèdent des structures tertiaires dont la taille et les moyens ne permettent pas d’absorber l’ensemble des chercheurs formés, ni de satisfaire leurs attentes professionnelles » (p. 306). Si l’analogie n’aboutit pas sur une théorisation plus élaborée, elle ouvre une piste de réflexion sur une situation qui dépasse donc largement le fameux « cas Schliemann ».

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Nolwenn Briand, « Annick Louis, L’invention de Troie. Les vies rêvées de Heinrich Schliemann », Lectures [En línea], Reseñas, Publicado el 30 noviembre 2020, consultado el 27 febrero 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/45707 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.45707

Inicio de página

Redactor

Nolwenn Briand

Titulaire d’un master en sciences humaines et sociales, mention anthropologie, EHESS, 2020.

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search