Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Pascal Brioist et Anne Simon, En ...

Pascal Brioist et Anne Simon, En âge florissant. De la Renaissance à la Réforme

Florian Besson
En âge florissant
Pascal Brioist, Anne Simon, En âge florissant. De la Renaissance à la Réforme, Paris, La Découverte, La Revue dessinée, coll. « Histoire dessinée de la France », 2020, 163 p., ISBN : 979-10-92530-48-3.
Haut de page

Texte intégral

1La collection « Histoire dessinée de la France » propose un parcours en 20 tomes dans l’histoire française, chaque tome étant rédigé par une ou un spécialiste de la période et illustré par un ou une dessinatrice différente. Il s’agit ici du neuvième tome de cette belle collection, rédigé par Pascal Brioist et dessiné par Anne Simon, qui porte sur une période assez brève d’un point de vue chronologique : celle qui sépare le début des guerres d’Italie, en 1494, de la mort d’Henri II en 1559. C’est la période de la « Renaissance », un concept un peu daté aujourd’hui, et c’est précisément autour de ce décalage que les deux auteurs ont choisi de construire leur bande dessinée.

  • 1 Le Goff Jacques, Faut-il vraiment découper l'histoire en tranches ?, Seuil, coll. « La Librairie du (...)

2Chaque tome de la collection, en effet, s’articule autour d’une stratégie narrative, qu’il s’agisse de suivre un personnage de notre époque projeté dans le passé, ou au contraire de voir des personnages morts depuis des siècles traverser la France contemporaine. Ici, les auteurs ont choisi de faire dialoguer d’un côté Jacob Burckhardt et Jules Michelet et de l’autre Jacques Le Goff. Tandis que les deux premiers défendent une approche très classique de la période, en en mettant en avant les innovations scientifiques, politiques et artistiques, le second intervient pour nuancer, critiquer certaines affirmations trop laudatives et rappeler combien cette période s’inscrit en réalité dans la continuité des décennies, voire des siècles précédents. Ce choix ne manque ni de pertinence ni d’humour, même si certaines plaisanteries risquent de ne s’adresser qu’aux historiens – ainsi voit-on Le Goff se demander « pourquoi vouloir à tout prix découper l’histoire en tranches ? », ce qui est le titre de son dernier ouvrage1. Les trois interlocuteurs se disputent sur l’importance réelle de l’influence italienne, sur l’ampleur du décollage économique, sur le rôle de l’imprimerie, sur le bouleversement qu’est ou n’est pas la Réforme, ainsi de suite. Ce dialogue a d’autant plus de finesse qu’il ne s’achève pas sur une réponse tranchée : les deux historiens du XIXe siècle défendent du début à la fin une « Renaissance avec un grand R », alors que Le Goff, comme il le dit dans la dernière page, « n’y croit pas », un balancement qui reflète à la fois l’actualité de l’historiographie et la vision contrastée de la période par le grand public. En choisissant de clore la bande dessinée là où elle a commencé, par une dispute entre historiens, les auteurs rappellent donc avec finesse que l’histoire n’est pas une science figée.

3Les auteurs ont également choisi de raconter l’histoire d’un couple d’artisans de Rouen, Arnaud et Bertille, qui jouent comme un fil rouge permettant d’évoquer les grands événements et les grands changements de la période, fil rouge certes un peu artificiel mais néanmoins efficace. Ces pages contribuent en outre à incarner un peu l’histoire, à souligner que, derrière les marbres de Fontainebleau ou les toiles de Vinci, cet « âge florissant » fut avant tout celui de millions d’hommes et de femmes anonymes qui vécurent leur vie à leur échelle, sans se soucier de savoir s’ils vivaient ou non une époque de « renaissance ». Ce qui ne revient pas à dire qu’ils étaient coupés des évolutions du temps : Arnaud achète un livre imprimé pour l’offrir à sa femme, admire le roi lors de ses « entrées royales » à Rouen et s’inquiète de la répression croissante des « réformés ». Comme toujours dans la collection « Histoire dessinée de la France », des éléments très subtils se dissimulent au détour d’une bulle de texte ou d’un dessin, preuve de la fructueuse collaboration entre l’historien et la dessinatrice : ainsi voit-on les deux époux jouer aux cartes, une nouveauté à l’époque, et Bertille évoque son seigneur qui lisait à voix haute des romans de chevalerie à ses villageois, anecdote qui vient directement du journal intime tenu par le seigneur de Gouberville.

4Enfin, entre la vie des deux rouennais et le dialogue des trois historiens, le gros de la bande dessinée se centre sur les événements politiques et artistiques du temps. On suit François Ier dans les guerres d’Italie, on assiste à la construction des châteaux de la Loire, on plonge au cœur de l’entrevue du Camp du Drap d’Or. Évidemment, il était impossible de parler de tout, et les auteurs savent faire des choix. La bande dessinée passe ainsi rapidement sur les multiples et très complexes conflits militaires et diplomatiques de l’époque, préférant les condenser en quelques cases pour mieux évoquer, là aussi avec une grande finesse, d’autres aspects de la période. On assiste par exemple à l’apparition d’un Gargantua affamé, ce qui permet d’évoquer en deux doubles-pages très réussies le programme éducatif qu’il fixe à son fils Pantagruel, véritable synthèse des connaissances de la période. Au niveau du dessin, le trait d’Anne Simon, parfois un peu confus, trouve toute son ampleur dans les pages entières ou doubles-pages, qui sont à la fois très belles et très claires, par exemple pour montrer les voyages de François Ier (p. 38), la théorie des humeurs (p. 53) ou encore l’intérieur d’un atelier d’imprimeur (p. 60-61) : les enseignants et enseignantes tiennent là de belles ressources pédagogiques, à utiliser au collège comme à l’université. L’humour est toujours présent, par petites touches, par exemple dans le portrait d’un Jacques Cartier de plus en plus déprimé à mesure qu’il ne trouve pas d’or durant ses voyages.

5Après la bande dessinée, un riche cahier pédagogique d’une soixantaine de pages approfondit les points évoqués et source les différents éléments utilisés. Pascal Brioist y revient sur la sensibilité et les émotions, sur les guerres d’Italie, sur la Réforme, l’humanisme, les arts et enfin sur les explorations océaniques de l’époque. D’une grande clarté, ces pages synthétiques permettent de déconstruire efficacement plusieurs clichés : l’historien rappelle ainsi que le concept de « grandes découvertes », trop eurocentré, n’a plus guère de sens aujourd’hui, et lui préfère celui de « grandes traversées ». Quant aux pages sur la sensibilité, les émotions et la perception du corps à l’époque, elles sont absolument passionnantes et à la pointe de l’historiographie actuelle.

6Ce neuvième tome de la collection « Histoire dessinée de la France » emploie ainsi les mêmes ingrédients que ceux déjà parus : humour, combinaison harmonieuse d’informations très précises et de passages plus synthétiques, stratégie narrative efficace permettant de parler à des publics variés, cahier pédagogique dense. Les mêmes ingrédients, donc, confirmant le succès de la recette, qui livre tome après tome des ouvrages riches et intelligents. Si l’époque de François Ier ne fut sans doute pas aussi brillante que ne le pensaient Michelet et Burckhardt, cette bande dessinée qui l’évoque l’est assurément, et se lit avec autant de plaisir que d’intérêt.

Haut de page

Notes

1 Le Goff Jacques, Faut-il vraiment découper l'histoire en tranches ?, Seuil, coll. « La Librairie du XXIe siècle », 2014 ; compte rendu de Virginie Tournay pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.15220.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florian Besson, « Pascal Brioist et Anne Simon, En âge florissant. De la Renaissance à la Réforme », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 30 novembre 2020, consulté le 25 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/45712 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.45712

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search