Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Paola Diaz, Guido Nicolosi (dir.)...

Paola Diaz, Guido Nicolosi (dir.), « Les migrants numériques », Socio-anthropologie, n° 40, 2019

Maxime Christophe
Les migrants numériques
Paola Diaz, Guido Nicolosi (dir.), « Les migrants numériques », Socio-anthropologie, n° 40, 2019, 277 p., Paris, Editions de la Sorbonne, ISBN : 9791035103422.
Haut de page

Texte intégral

1Les migrants et leur nombre semblent aujourd’hui indissociables: chiffres annuels de l’immigration, nombre de morts en Méditerranée ou numérisation des empreintes digitales pour les demandeurs d’asile, le discours public les imbrique toujours davantage. Il paraissait donc urgent de s’intéresser à ce couple, et c’est la tâche que se donne le quarantième numéro de la revue Socio-anthropologie intitulé « Les migrants numériques ».

  • 1 Foucault Michel, Histoire de la sexualité I, La volonté de savoir, Gallimard, 1976.

2Le dossier se compose de onze articles interdisciplinaires sur le sujet, d’un entretien avec Dana Diminescu, pionnière française des digital migration studies, d’un écho du dernier chapitre de l’Histoire de la sexualité I de Foucault1, qui expose le concept de biopolitique, et d’une image intitulée Mare tenebrarum. Le compte rendu de la lecture cadrera d’abord le projet de la revue, puis en exposera les deux volets du dossier. Le dernier article sera traité seul. L’écho, l’image et l’entretien serviront à éclairer cette découpe.

3L’émergence, et aujourd’hui la prégnance, des technologies numériques a reconfiguré la migration, tant dans la représentation que s’en font les sociétés qui la reçoivent que dans l’expérience des migrants qui la vivent. L’article introductif de Paola Diaz et Guido Nicolosi cadre de manière extensive ce qu’est le « numérique ». Cette modalité de la pensée introduit une perception médiée du monde et son intensification constitue un changement anthropologique majeur. Le numérique est d’abord une « représentation par quantification », une mise en nombre qui « objective » notre rapport à l’expérience. À ce titre, le numérique décontextualise les parcours et rigidifie les catégories perceptives, pour mettre en équivalence des individus migrants et ainsi avoir prise sur cette « réalité » nouvellement construite. Le numérique est aussi une « représentation par digitalisation » : le fait migratoire est de plus en plus numérisé, tant dans les dispositifs de contrôle (passeports biométriques, technologisation de la frontière) que dans l’expérience individuelle (utilisation quotidienne du smartphone, circulation des sons, des images ou des textes entre « ici » et « là-bas »). Le dossier s’ordonne dans ce double mouvement.

  • 2 La détermination de la minorité (au sens du droit français) et d’une grande importance pour les dem (...)
  • 3 Deleuze Gilles, Pourparlers (1972-1990), Paris, Les Éditions de Minuit, 1990.

4Les premiers articles explorent la « mise en nombre » des migrants par les dispositifs humanitaires et étatiques. Ainsi, Ouassim Hamzaoui retrace le changement de paradigme statistique opéré dans les années 1990 en France : alors que l’État construisait jusqu’alors des statistiques transversales (sur le nombre d’opérations effectuées par lui en matière de migration), il passe au cours de la décennie à une mise en nombre longitudinale (ce sont les migrants qui sont suivis, dans leur biographie) : l’État ne se décrit plus uniquement lui-même mais pénètre la société et change sa rationalité. Les camps de réfugiés sont des lieux privilégiés de cette mise en nombre, en cartes et en systèmes des réfugiés par un savoir humanitaire qui s’y construit, montre Léa Macias. Le point d’orgue de cette analyse se trouve dans l’article de Valérie Souffron : la mesure de l’âge des migrants pour déterminer leur minorité2 par les technologies médicales pousse à une numérisation du corps, jusqu’aux os des jeunes demandeurs d’asile. Dans un soupçon continu de la parole déclarative des migrants, un « certain ordre matériel du savoir médical met en signes numériques la réalité corporelle », par la radiologie et l’odontologie notamment (p. 90). L’auteure rappelle les jeunes heures de l’anthropologie coloniale qui utilisait l’anthropométrie ; les dispositifs de mesure des corps et trouvent ici une résonnance particulière. Les premières lignes de l’écho de Foucault prennent tout leur sens : en effet, le pouvoir biopolitique est celui de « faire vivre ou de rejeter dans la mort » (p. 217) par un savoir qui investit la vie de part en part. Plus encore, pourrait-on poursuivre avec Deleuze qui, cherchant à étendre le travail du philosophe, percevait que le « langage numérique du contrôle est fait de chiffres, qui marquent l’accès à l’information, ou le rejet »3. Ainsi, ces articles donnent à voir la numérisation des individus migrants jusqu’à celle de leurs corps : ils permettent de comprendre l’arithmétisation qui s’opère aujourd’hui à tous les niveaux de la pensée de la migration.

  • 4 Sayad Abdelmalek, La double absence. Des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré, Paris, (...)

5Le second volet du dossier retrace l’utilisation et l’appropriation des technologies de l’information et de la communication (TIC) par les migrants et les nouveaux réseaux qu’ils constituent avec ces outils. Dès lors, ils ne sont plus objets mais sujets du numérique. Le téléphone portable et les formes de messagerie instantanée sont au cœur de la recherche ; comme le souligne Dana Diminescu, les TIC « changent radicalement la vie des migrants » (p. 203) au tournant des années 1990. Laura Guérin, pour exemple, explore la façon dont le téléphone portable comme extension du corps permet aux migrants de recréer un « chez-soi », une bulle à soi en situation de logement précaire. Elle décrit le portable comme un « péri-corps » qui rappelle, de façon macabre cette fois, l’image Mare tenebrarum du corps d’une femme migrante, recrachée par la Méditerranée, qui tient encore son téléphone entre ses mains. Magali Ballatore et Maria Antonietta Impedovo quant à elles montrent comment l’utilisation des réseaux sociaux numériques tend à remplacer les traditionnels « réseaux migratoires » chez les Italiens et Italiennes arrivées à Marseille. L’article de Rut Bermejo et José Manuel Sánchez-Duarte et celui d’Evelyne Barthou sont très proches et interrogent le maintien du lien social que permettent les TIC : la question de « la double absence » de Sayad4 se voit transformée, du moins discutée par les possibilités d’échanges de textes, d’images et de sons avec les membres de sa communauté d’origine. Si ces deux articles s’attardent sur la possibilité (et même le devoir moral) de faire perdurer les liens avec ses proches, ils posent avec justesse la question du contrôle à distance des familles sur leurs enfants partis, et des stratégies de déconnexion adoptées par ces derniers.

6Enfin, le dernier article du dossier, « La production médiatique d’une “crise migratoire” », replace dans le temps et dans l’espace la naissance de notre imaginaire au sujet de la crise européenne de 2015. Il décrit une forme de « spectacularisation » de certains théâtres migratoires, comme les îles méditerranéennes, et l’intensification de la couverture médiatique au cours de l’année. Cet article est précieux en ce qu’il amène le lecteur à penser sa représentation de la migration pour ce qu’elle est : une perception à travers des médias (au sens large) dont il s’agit de toujours réinterroger la construction.

  • 5 Bouvier Pierre, « L’objet de la socio-anthropologie : Crise, déstructuration, recomposition, perdur (...)

7Ainsi, ce quarantième numéro de la revue Socio-anthropologie pose des questions majeures sur un sujet qui brouille par lui-même les séparations disciplinaires et épistémologiques : dans un monde d’individus mobiles, mais aussi de quantifications, d’informations et de transcriptions en perpétuel mouvement, le lecteur est invité à repenser la vieille coupure entre une anthropologie du lointain et une sociologie du proche. La migration structurelle induite par la mondialisation mène à repenser la séparation entre les deux disciplines ayant pour objet « des populations dites et considérées avant tout comme terrain là-bas mais, aujourd’hui, également ici », selon les mots du fondateur de la revue, Pierre Bouvier5.

Haut de page

Notes

1 Foucault Michel, Histoire de la sexualité I, La volonté de savoir, Gallimard, 1976.

2 La détermination de la minorité (au sens du droit français) et d’une grande importance pour les demandeurs d’asile ; avant 18 ans, ils sont considérés comme enfants et jouissent des droits de ce statut, après, ils sont majeurs et entrent dans une catégorie juridique bien moins protectrice.

3 Deleuze Gilles, Pourparlers (1972-1990), Paris, Les Éditions de Minuit, 1990.

4 Sayad Abdelmalek, La double absence. Des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré, Paris, Le Seuil, coll. « Liber », 1999.

5 Bouvier Pierre, « L’objet de la socio-anthropologie : Crise, déstructuration, recomposition, perdurance », Socio-anthropologie, n° 1, 1997, disponible en ligne : https://doi.org/10.4000/socio-anthropologie.192.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maxime Christophe, « Paola Diaz, Guido Nicolosi (dir.), « Les migrants numériques », Socio-anthropologie, n° 40, 2019 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 30 novembre 2020, consulté le 23 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/45716 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.45716

Haut de page

Rédacteur

Maxime Christophe

Doctorant en sociologie à l’Observatoire sociologique du changement, Sciences Po, Paris.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search