Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Vincent Bonnecase, Les prix de la...

Vincent Bonnecase, Les prix de la colère : une histoire de la vie chère au Burkina Faso

Baptiste Pagnier
Les prix de la colère
Vincent Bonnecase, Les prix de la colère. Une histoire de la vie chère au Burkina Faso, Paris, EHESS, coll. « En temps & lieux », 2019, 281 p., ISBN : 9782713228063.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour un récent point sur l’actualité de l’histoire des prix, voir Chankowski Véronique, Lenoble Clé (...)
  • 2 Au contraire d’autres ouvrages récents de sociologie des prix, plus ambitieux théoriquement mais bi (...)

1Le rôle des prix et de la vie chère dans le déclenchement de la contestation sociale est un objet fondateur de l’histoire économique1. Cette thématique est revenue récemment sur le devant de la scène avec le mouvement des Gilets Jaunes, lesquels se sont initialement mobilisé⋅es contre une hausse du prix du carburant. Vincent Bonnecase s’attaque à ce problème de « la place grandissante des prix dans le mécontentement social » de manière résolument empirique2, en l’étudiant sur un terrain bien délimité, le Burkina Faso, où l’importance des prix est d’autant plus forte que la population est faiblement salariée et que les variations de prix influent non seulement sur les dépenses, mais aussi sur les revenus de toutes celles et ceux qui vivent de la vente. À partir d’une enquête ethnographique, combinée à l’histoire des politiques de prix et aux apports de la sociologie des mobilisations, il donne à voir la dynamique ordinaire des prix, leur perception et les luttes dont elles sont l’objet.

2Dans une première partie, il mobilise une série d’entretiens réalisés dans les deux principales villes du Burkina Faso pour étudier la manière dont les prix sont ordinairement perçus par les habitant⋅es. Il montre que les produits ont une valeur symbolique plus ou moins forte en fonction de ce à quoi ils permettent d’accéder (certaines activités professionnelles exigent ainsi de posséder des objets spécifiques, comme une charrue, ou des aiguilles) ou de ce qu’ils expriment en termes de statut social. C’est par exemple le cas du riz, préparé quotidiennement par des femmes dont la reconnaissance au foyer dépend notamment de la diversité et de la qualité des repas, et donc du prix de celui-ci : plus la céréale est chère, plus les repas seront monotones et à base de riz de mauvaise qualité, qualifié de riz « simple » ou de riz « le moins cher », par opposition au « riz que mangent les blancs » (p. 54). Cette importance particulière donnée à certains biens est également soutenue par l’État, qui les place au cœur de ses politiques d’intervention sur l’économie. Les prix de ces produits, particulièrement investis, vont être le support privilégié d’une « mémoire par les prix », par laquelle chacun⋅e évalue l’évolution de ses conditions de vie et le caractère juste ou non de la situation politique. L’auteur montre ainsi comment les fluctuations du coût de la vie sont perçues comme le fruit de décision gouvernementales (notamment via la fréquence de la forme passive « les prix sont augmentés »), les périodes de prix bas étant associées aux régimes autoritaires, lesquels avaient instauré des dispositifs visibles de contrôle des prix.

  • 3 Ce qui permet à l’auteur de déconstruire au passage certains mythes entourant la présidence révolut (...)

3Dans la partie suivante, Vincent Bonnecase prolonge ces analyses sur la politique des prix, mais en passant de l’étude de leur perception et de leur mémoire à l’analyse de leur genèse et de leur mise en place concrète. Il mobilise pour cela les archives de l’administration coloniale en Afrique Orientale Française puis les archives nationales du Burkina Faso. Il documente les débuts de la politique de prix coloniale, l’utilisation de ces politiques par les gouvernements autoritaires qui se sont succédés en Haute-Volta après l’indépendance pour affirmer leur pouvoir, et enfin le tournant néolibéral caractérisée par la libéralisation complète des prix. Cette enquête historique conduit à remettre en cause l’image d’un contrôle des prix qui serait exercé par l’État, dans l’intérêt des classes populaires et contre des marchés conçus comme des entités autonomes3. Les politiques de prix, ici étudiées dans toute leur diversité (prix fixé, encadré, limitation de la marge, vente à bas prix dans des magasins d’État…), sont un champ de luttes et n’ont d’effet que lorsqu’elles se font avec l’assentiment des commerçant⋅es, ou du moins de ceux qui ont le plus de pouvoir sur le marché pour « faire » les prix. Surtout, elles sont souvent instituées en réponse à des mobilisations : la consécration du « prix comme technique de gouvernement » a permis de contourner les revendications de hausse des salaires ou d’application du code du travail dans les colonies puis dans le pays nouvellement indépendant, en déplaçant le débat du travail vers le coût de la vie. Le grand mérite de cette partie est de donner à voir l’entrelacement d’intérêts contradictoires qui pèsent sur les luttes de prix, et ce à tous les niveaux – depuis l’État, où se définit la régulation des prix ou de la concurrence, à l’échelle la plus micro, en montrant le concret des procédures de contrôle des prix sous les gouvernements autoritaires, pour qui elles sont aussi un mode de production du pouvoir étatique. L’auteur peut ainsi proposer une conception plus réaliste des prix, comme « objets maniés par un ensemble disparate d’acteurs qui, très concrètement, exercent un pouvoir par les prix sur le quotidien des populations » (p. 161).

4Enfin, la troisième partie pose la question des conditions dans lesquelles la colère à l’égard de la vie chère peut se transformer en mobilisation collective. Elle invite à réévaluer le rôle de la contingence dans les émeutes de 2008, en insistant sur l’autonomie relative des différentes composantes de ce qu’on désigne habituellement comme « le mouvement social ». En l’occurrence, une « généalogie de la vie chère comme thématique des luttes sociales » montre la faiblesse historique du thème des prix comme objet de revendication des syndicats et des associations. Ceci explique en partie que la mobilisation ait débordé les canaux habituels, jusqu’à ce que syndicats et associations s’approprient à leur tour cette thématique, renonçant à imposer leur propre agenda politique et leurs revendications salariales, soigneusement contournées par un État toujours soucieux « d’administrer une justice sociale à moindre coût ».

  • 4 Comme les pillages d’entrepôts qui se déroulent au moment de l’écriture de cette note au Nigeria. V (...)

5Le travail de Vincent Bonnecase, en plus d’éclairer utilement le débat sur les révoltes contre la vie chère qui se sont déroulées ces dernières années dans plusieurs pays4, contient plusieurs apports à une théorisation sociologique des prix. Le caractère numérique des prix incite à les étudier quantitativement, ce que ne fait pas cette recherche (et on pourrait d’ailleurs regretter qu’elle ne le fasse pas du tout). Elle étudie plutôt la manière dont ceux-ci sont perçus, comment la justesse de leur niveau est évaluée et comment au montant vient s’ajouter un effet symbolique (fruit, par exemple, d’un investissement politique particulier) d’une part, et, d’autre part, elle analyse comment ces prix sont le fruit de luttes internes à l’État et au champ économique et entre ces deux entités. Il remet ainsi en cause la dichotomie prix libres – prix administrés, pour y substituer un continuum, au sein duquel les politiques de prix peuvent prendre une pluralité de formes et surtout n’être pas toujours suivies d’effets. Il ne reste souhaiter que d’autres travaux prennent la suite de ce livre et creusent cette approche en termes de perception de prix conçus comme des outils de gouvernement.

Haut de page

Notes

1 Pour un récent point sur l’actualité de l’histoire des prix, voir Chankowski Véronique, Lenoble Clément et Macourant Jérôme (dir.), Marchés, justice sociale et bien commun de l’Antiquité à nos jours, Lormont, Le Bord de l’eau, coll. « Documents », 2020 ; compte-rendu à paraître pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/40297.

2 Au contraire d’autres ouvrages récents de sociologie des prix, plus ambitieux théoriquement mais bien moins appuyés sur une enquête empirique, comme par exemple : Boltanski Luc, Esquerre Arnaud, Enrichissement. Une critique de la marchandise, Paris, Gallimard, coll. « NRF Essais », 2017 ; note critique de Lilian Mathieu pour Lectures :https://doi.org/10.4000/lectures.22359.

3 Ce qui permet à l’auteur de déconstruire au passage certains mythes entourant la présidence révolutionnaire de Thomas Sankara.

4 Comme les pillages d’entrepôts qui se déroulent au moment de l’écriture de cette note au Nigeria. Voir « Au Nigeria, un entrepôt d’aide alimentaire pris d’assaut par une foule “affamée” », https://observers.france24.com/fr/20201027-nigeria-entrepot-aide-alimentaire-pris-assaut-foule, consulté le 28 octobre 2020.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Baptiste Pagnier, « Vincent Bonnecase, Les prix de la colère : une histoire de la vie chère au Burkina Faso », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 22 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/45733 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.45733

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search