Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Andrew Abbott, Faits et valeurs

Andrew Abbott, Faits et valeurs

Aubin Poissonnier
Faits et valeurs
Andrew Abbott, Faits et valeurs, Paris, Collège de France, coll. « Conférences », 2020, 120 p., ISBN : 9782722605442.
Haut de page

Texte intégral

1La célébration des centenaires a cette qualité particulière de favoriser des moments de forte émulation scientifique. Andrew Abbott, pour qui la production de connaissances est un processus cyclique, a trouvé dans ces fêtes autour d’Émile Durkheim, Karl Marx et Max Weber l’occasion de se confronter aux difficultés anciennes de l’articulation des faits et des valeurs. Plus précisément, les trois Critiques d’Emmanuel Kant incarnent à ses yeux la plus sérieuse investigation de ce problème. Leur legs est une scission entre pensée empirique et pensée normative. C’est pourquoi, dans le cadre d’une invitation de Pierre-Michel Menger, titulaire de la chaire sociologie du travail créateur au Collège de France, Abbott interroge la façon dont ces figures ont retravaillé l’héritage kantien, avec ou sans référence explicite. Ce retour critique permet à l’universitaire américain d’expliciter les racines de sa propre sociologie « processuelle » et de justifier son ambition de réconcilier, dans la théorie, des faits et des valeurs unis dans la pratique.

  • 1 La trajectoire scientifique de Pierre Bourdieu, et son rapport originaire à la philosophie, en est (...)
  • 2 Voir Abbott Andrew, « Time matters. Traduction de l’épilogue par Claire Lemercier et Carine Ollivie (...)

2La première conférence a pour tâche de reconstruire l’architecture du raisonnement kantien, avant d’aborder Durkheim. Abbott choisit de pénétrer au cœur des difficultés de l’antinomie philosophique faits/valeurs, difficultés auxquelles l’ouvrage prétend apporter une réponse innovante. Il renoue ainsi avec une pratique de la sociologie plus proche de celle d’une époque où la faible institutionnalisation de la discipline impliquait que ses adeptes fussent des philosophes convertis1. C’est un mouvement qu’il qualifie ailleurs de « progression de la critique méthodologique vers la théorie »2. Abbott utilise donc ces conférences comme un moyen pour nous accompagner vers une mise en perspective théorique d’une carrière de recherche plutôt que comme un exercice pur d’histoire des idées.

  • 3 Durkheim Émile, De la division du travail social, Paris, PUF, 2013 [1893], p. XXXVIII.
  • 4 L’exemple durkheimien le plus probant est celui de la religion individualiste, dont l’homme serait (...)

3En effet, les deux premières Critiques de Kant auront réussi à montrer respectivement les limites du connaissable et la forme nécessaire d’un impératif moral qu’il faudrait suivre si la liberté (que l’on peut penser mais non prouver) existait. Or un tel fondement de la raison pure par la raison théorique et la raison pratique ne suffit pas à expliquer le divers propre à l’expérience. Comme nous le rappelle Abbott, Kant en déduit ainsi que seule « une faculté forcément subjective et heuristique » (p. 23) – la faculté de juger qui opère un mouvement réflexif – soutiendrait l’entremêlement des faits et des valeurs. Il serait donc nécessaire d’agir comme s’il existait une unité, ce que le philosophe de Königsberg appelle la finalité, pour appréhender un monde régi par l’empirique et le normatif. Si l’ambition de Durkheim était de s’opposer aux thèses de Kant en fondant la science de la morale, celui-ci aurait plutôt fait preuve d’un « crypto-kantisme » qui tombe dans les affres que son homologue allemand a, lui, savamment évitées. Croyant indûment que l’impératif catégorique est l’œuvre d’un métaphysicien qui cherche « quelque fin transcendante [à la morale] que l’expérience ne peut atteindre »3, l’auteur de La division du travail social introduit une conception empirique de la morale « peu critique et progressiste » puisqu’il la fait passer pour « une réalité empirique non contingente » (p. 27). La lecture fine proposée par Abbott nous dévoile ainsi les faiblesses de la réplication inconsciente par Durkheim des niveaux kantiens : le social, pourtant produit de l’histoire, joue chez lui le rôle de l’universel4. Il suffirait alors d’étudier les représentations collectives pour y accéder. Abbott prépare par cette critique l’introduction de l’historicisme de Karl Marx qui sera présenté dans la deuxième conférence, en contrepoint de l’économie d’Alfred Marshall.

  • 5 Le « paradigme des variables » renvoie selon Abbott à la croyance dans la possibilité de réduire la (...)
  • 6 Jouvenet Morgan, « Contextes et temporalités dans la sociologie processuelle d’Andrew Abbott », Ann (...)
  • 7 Abbott n’envisage pas les entités sociales comme closes a priori. Pour lui, les niveaux micro/meso/ (...)

4L’invité du Collège de France pave ici la voie à un programme de recherche qui, parce qu’il traite sérieusement de l’épaisseur du présent, pourra articuler faits et valeurs. Il poursuit par là une perspective épistémologique amorcée depuis une trentaine d’années, qui remet en cause le « paradigme des variables »5, implicite mais dominant dans la sociologie états-unienne des années 1980. Tandis que ce modèle entretient la fiction d’une causalité linéaire, Abbott est inversement attentif à « l’inscription des interactions dans un ordre temporel pluriel »6 que le concept de « lignage » subsume. Ce dernier est le fruit du constat étonnant de la stabilité de certaines entités sociales plutôt que leur instabilité7. Aborder cette pérennité en tant que processus social revient selon Abbott à lier un certain arrangement du passé et du futur à un « ordre ». Il nomme ainsi « historicalité » la marque du passé dans le présent constitué comme une série « d’évènements » définis par leur conséquence sur le processus social. Symétriquement, l’« anticipation » du futur teinte le présent d’indétermination et laisserait une certaine marge de manœuvre pour des choix qui se projettent dans des temporalités de réalisation différentes. Le présent n’est pas un instantané newtonien mais le lieu d’enchevêtrement des passés et des futurs. Ainsi, la solidité des entités sociales ne serait pas substantielle mais temporelle et spatiale, l’espace social étant pour Abbott équivalent au temps si l’on se place au niveau du présent expérientiel. Il y a toujours la possibilité d’arranger un nouveau lignage d’évènement selon un ordre spécifique ; le présent est un passé et un futur malléables. En ce sens, la troisième conférence s’entremêle avec la deuxième : Abbott convoque Weber en guise d’exemple d’application des concepts présentés précédemment, qui lui servent à expliquer le contenu des deux célèbres conférences de 1917 et 1919 sur le savant et le politique. Il y aurait, selon l’auteur, un net contraste entre la focalisation de la première sur les faits de la neutralité axiologique, et l’insistance de la seconde sur les valeurs engagées dans la vocation politique. Ainsi, Abbott en profite pour proposer une démonstration de sa théorie du processus social en même temps qu’il récuse la séparation wébérienne de la pensée empirique et de la pensée normative.

5Finalement, la quatrième conférence vient étoffer les éléments de théorisation égrenés dans les trois premières conférences. Elle introduit la clef de voûte de la sociologie processuelle en forgeant les deux concepts des processus de « faibrication » et de « valeurisation ». Ils permettent respectivement de rendre compte de l’émergence des faits et des valeurs dans le temps et dans l’espace. Selon Abbott, le présent expérientiel est celui de l’interaction sociale au sein de laquelle les individus se voient dans l’obligation de distinguer les faits des valeurs pour pouvoir agir. Dans leur dimension temporelle, les processus de « faibrication » et de « valeurisation » peuvent par conséquent se rencontrer dans le phénomène de « sédimentation ». En effet, les possibles du futur s’actualisent à mesure que les anticipations les prennent pour objets, ces possibles et ces anticipations étant eux-mêmes contraints par l’historicalité et les anticipations du passé proches. Ainsi, de même qu’il est possible de réécrire le passé au gré des faits et des valeurs actuels, l’ancrage des possibles du futur et la programmation de leur inéluctabilité dépendent de faits et de valeurs. D’où la nécessité pour les sciences sociales de ne négliger ni faits ni valeurs, ni « faibrication » ni « valeurisation ». De plus, quand les processus de « faibrication » et de « valeurisation » sont envisagés dans l’espace, il faut également intégrer la « réciprocité » propre au caractère bidirectionnel du spatial, exacerbant encore davantage la précarité de l’interaction sociale préalablement mentionnée, dans laquelle se jouent faits et valeurs. On retombe donc sur l’étonnement qu’Abbott invite à cultiver autour de ces équilibres sociaux qui, bien loin de correspondre à un ordre naturel des choses, sont le fruit d’un processus social profondément complexe.

6Au travers d’un système entièrement renouvelé, Abbott rejoint la finalité que Durkheim donnait à sa sociologie : chercheuses et chercheurs doivent travailler à établir un nouvel impératif moral, ceci en trouvant – à partir de la temporalité des faits et des valeurs – l’horizon intemporel de la production de faits et de valeurs. Il n’est pas nécessaire de partager une telle perspective morale pour approuver la réintroduction de la question des valeurs. Faits et valeurs ne sont scindés ni dans le monde social ni dans le travail de recherche. D’où la pertinence d’une approche critique des méthodes qui les séparent artificiellement, tel le « paradigme des variables », toujours très prégnant, et l’intérêt d’une restitution de leur cohérence à des méthodes qui tentaient de ne pas les séparer, telle la sociologie durkheimienne. Toutefois, si la présente mise en perspective de paradigmes séparés par le temps et les disciplines est assez convaincante, elle l’est surtout relativement à sa problématique. En effet, l’idée selon laquelle l’historicisme pècherait par son caractère téléologique semble par exemple dépendre du grossissement de certains traits et d’un cantonnement au seul cas de Marx. Certaines critiques des courants théoriques qu’Abbott mobilise mériteraient ainsi un traitement plus poussé. La démonstration de l’ouvrage a néanmoins le mérite de proposer des concepts riches, permettant de produire des analyses qui prennent véritablement en compte le temps. Invitant les lecteurs et lectrices à éprouver ces concepts empiriquement, l’ouvrage remplit avec succès son ambition programmatique.

Haut de page

Notes

1 La trajectoire scientifique de Pierre Bourdieu, et son rapport originaire à la philosophie, en est un exemple frappant. Son souci constant d’irriguer sa pratique sociologique de concepts philosophiques aussi bien traditionnels que contemporains témoigne du caractère fictionnel d’une rupture nette entre les deux sciences. Voir Lescourret Marie-Anne, « Bourdieu, un philosophe en sociologie », in Marie-Anne Lescourret (dir.), Pierre Bourdieu. Un philosophe en sociologie, Paris, PUF, 2009, p. 9-31.

2 Voir Abbott Andrew, « Time matters. Traduction de l’épilogue par Claire Lemercier et Carine Ollivier », Terrains & travaux, n° 19, 2011, p. 183-203.

3 Durkheim Émile, De la division du travail social, Paris, PUF, 2013 [1893], p. XXXVIII.

4 L’exemple durkheimien le plus probant est celui de la religion individualiste, dont l’homme serait le fidèle et le Dieu (exemple développé dans Durkheim Émile, « L’individualisme et les intellectuels », Revue bleue, 4e série, t. X, 1898, p. 7-13).

5 Le « paradigme des variables » renvoie selon Abbott à la croyance dans la possibilité de réduire la réalité sociale à un ensemble d’entités stables, traduisibles en variables, que les techniques statistiques des méthodes quantitatives permettraient de saisir. Voir « Un texte, un auteur : Andrew Abbott », Raisons politiques, n° 60, 2015, p. 5-7 (numéro recensé par Lucie Jégat pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.20889).

6 Jouvenet Morgan, « Contextes et temporalités dans la sociologie processuelle d’Andrew Abbott », Annales. Histoire, Sciences Sociales, vol. 71, n° 3, 2016, p. 597-630.

7 Abbott n’envisage pas les entités sociales comme closes a priori. Pour lui, les niveaux micro/meso/macro ne peuvent être conçus comme appartenant en propre à la réalité, car l’unité est toujours le produit d’un lignage d’évènements. En ce sens, individus, entreprises ou professions sont de nature équivalente mais jouissent de facilités organisationnelles différentes (la mémoire est par exemple un puissant facteur d’unification pour le corps individuel).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aubin Poissonnier, « Andrew Abbott, Faits et valeurs », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 04 décembre 2020, consulté le 28 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/45848 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.45848

Haut de page

Rédacteur

Aubin Poissonnier

Étudiant du département des sciences sociales de l’École normale supérieure de Paris. Élève en première année du master « quantifier en sciences sociales » co-habilité par l’EHESS et l’ENS.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search