Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Anne-Laure Zwilling, Joëlle Allou...

Anne-Laure Zwilling, Joëlle Allouche-Benayoun, Rita Hermon-Belot, Lionel Obadia (dir.), Les minorités religieuses en France. Panorama de la diversité contemporaine

Manuella Pinelli
Les minorités religieuses en France
Anne-Laure Zwilling, Joëlle Allouche-Benayoun, Rita Hermon-Belot, Lionel Obadia (dir.), Les minorités religieuses en France. Panorama de la diversité contemporaine, Paris, Bayard, 2019, 1309 p., ISBN : 9782227494855.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Anne-Laure Zwilling (dir.), Minorités religieuses, religions minoritaires dans l'espace public. Vis (...)
  • 2 Lionel Obadia, Anne-Laure Zwilling (dir.), Minorité et communauté en religion, Strasbourg, Presses (...)

1Cet atlas ambitieux a été initié par Anne-Laure Zwilling, anthropologue spécialiste des minorités religieuses, qui a déjà participé à la direction de deux publications collectives sur ce thème : Minorités religieuses, religions minoritaires dans l'espace public, en 20141, et Minorité et communauté en religion, en 20162. Elle en partage la direction avec Joëlle Allouche-Benayoun, psychosociologue, Rita Hermon-Belot, historienne et Lionel Obadia, socio-anthropologue. L’ouvrage rassemble les contributions pluridisciplinaires de plus de quatre-vingt spécialistes, en majorité des chercheurs mais aussi des personnalités religieuses, écrivains ou encore avocats.

2L’objectif original de cet ouvrage collectif est de constituer un atlas de référence sur le panorama des minorités religieuses en France. Il vient combler un vide sur la connaissance de la diversité religieuse présente dans le pays, en tendant à l’exhaustivité même si celle-ci est impossible. En effet, les statistiques basées sur le critère religieux étant interdites légalement, il peut être difficile de saisir la réalité du paysage religieux. Par ailleurs, il existe actuellement peu de travaux de recherche sur les questions minoritaires. Ainsi, l’ambitieux objectif revendiqué est de « rééquilibrer la recherche sur l’évolution de la vie religieuse en France » (p. 16).

  • 3 Sur cette question voir : Colette Muller, Jean-René Bertrand, Où sont passés les catholiques ? Une (...)

3Cependant, l’ouvrage ne constitue pas qu’un simple inventaire de ces minorités, pour lesquelles la pluralité est depuis de nombreuses années reconnue, mais dont les requêtes de visibilité augmentent en France. Il présente également un large éventail de groupes religieux peu connus ou méconnus, au gré de leur présence dans l’espace médiatique. L’innovation réside dans le fait d’appréhender le concept de « minorité » comme un déterminant devenu commun à tous les groupes religieux en France. En effet, selon ce parti pris, le catholicisme ne représente plus un courant religieux majoritaire. Si, avant le contexte engendré par la loi de séparation des Églises et de l’État de 1905, l’Église catholique disposait encore d’un pouvoir institutionnel important, force est de constater qu’elle est désormais atteinte par la perte d’emprise du religieux sur les individus, au même titre que les autres courants. Les études actuelles3 mettent en lumière cette tendance générale qui aboutit à une recrudescence des personnes se déclarant sans religion. Ce constat tend à se pérenniser au vu de sa présence plus remarquée dans les tranches d’âge les plus jeunes.

4Selon une approche descriptive, l’ouvrage donne un aperçu de chaque groupe identifié, dans le souci du respect de la pluralité. Ainsi, des regroupements en « grandes familles religieuses » sont réalisés pour les « groupes partageant les mêmes fondements doctrinaux principaux » (p. 17), réunissant des minorités qui, « sous l’angle démographique, […] sont en France des groupes numériquement peu importants », avec un impact social restreint (p. 18). Anne-Laure Zwilling anticipe les reproches qui pourraient être faits quant à la délimitation du concept minoritaire, à savoir que la réalité d’une minorité en France ne correspond pas nécessairement à sa réalité dans le contexte transnational. De plus, le parti pris pour la définition des religions et courants est celui de l’autodésignation et de l’autodéfinition de chacun, afin de refléter leur diversité intérieure, ainsi que des « critères d’organisation théologique et dogmatique » (p. 27).

5L’ouvrage est construit en sept sections correspondant aux grandes familles religieuses présentes en France, chacune étant composée de plusieurs mouvements ou courants. Une approche plus large d’échelle macro est proposée en introduction pour chaque grande famille présentée. Au total, cet atlas répertorie environ quatre-vingt mouvements religieux, que l’on peut retrouver aisément dans l’index. Même si le quantitatif n’est pas le seul objectif, l’ouvrage donne une visibilité à chacun sous divers angles. L’utilisation d’une même trame pour chaque minorité permet d’harmoniser leur traitement et d’en procurer une vision claire. Chaque groupe est présenté d’abord par ses caractéristiques générales (nom, place dans le contexte international, etc.), puis par un retour sur son histoire et son implantation en France. Les convictions qui caractérisent chaque courant sont mises en lumière selon son discours religieux, son évolution, son positionnement international ainsi que ses rites et pratiques. Enfin, la dernière partie offre une vision de ses relations avec l’État français mais aussi avec la société dans son ensemble, puis expose les débats et revendications qu’il peut susciter. En dernier lieu, une bibliographie pertinente est proposée ainsi qu’une brève présentation des travaux scientifiques consacrés à ce courant.

6L’ouvrage traite en premier lieu des minorités religieuses asiatiques concentrées sur les grandes religions du « monde sinisé et indien » (p. 36). Ces religions sont globalement très minoritaires en France au niveau démographique et se sont implantées essentiellement avec l’immigration. Leur perception dans la société française est encore très ambivalente, partagée entre une vision orientaliste idéalisée, comme pour le yoga, et une acceptation des populations parfois difficile.

7Les catholicismes ne constituent pas une minorité comme les autres. En effet, la société française est encore marquée par leur empreinte. Eux-mêmes ne se conçoivent pas comme minoritaires et revendiquent la force de leur patrimoine historique. Au niveau religieux, l’adhésion est toutefois en déclin selon « trois principaux marqueurs : la pratique, la croyance et l’appartenance » (p. 197).

8Viennent ensuite les christianismes orientaux, rassemblant dix-sept groupes, dont la majorité appartient au courant orthodoxe, bien que d’autres se revendiquent de l’Église catholique romaine ou encore du protestantisme. Cette famille religieuse se présente comme très hétérogène, chaque courant possédant de nombreuses spécificités rituelles ou organisationnelles.

9La famille religieuse des islams est l’une des plus diverses avec plus d’une vingtaine de courants répertoriés. Si la présence en France de ces groupes est plus récente, il s’agit désormais d’une minorité installée de manière pérenne. Bien que le critère de rattachement ethnico-national fut, il y a plusieurs décennies, un élément central pour les fidèles, il est aujourd’hui en déclin. Sans surprise, la visibilité et l’institutionnalisation occupent une large place dans les débats politico-médiatiques. En résulte une concurrence et une effervescence de nouveaux acteurs, de nouvelles initiatives ou encore de nouvelles lectures (comme le courant des « nouvelles herméneutiques »).

10Les judaïsmes quant à eux constituent la « plus ancienne minorité religieuse d’Europe et de France » (p. 722). Ils disposent d’une certaine importance démographique, mais la pratique globale est en baisse. Malgré tout, les fidèles présentent une volonté d’affirmer leur identité religieuse mais aussi culturelle, notamment dans les courants plus sécularisés.

11La famille des protestantismes n’est pas une famille unifiée. Si les divers mouvements sont unis par la volonté de réforme contre le catholicisme, initiée au XVe siècle, ils disposent d’une grande variété doctrinale (p. 874). Cette famille a fait récemment l’objet de mutations profondes, avec le rapprochement de différents milieux protestants dans le contexte français, notamment sous l’effet de l’immigration. La majorité est constituée historiquement du courant luthérien, et plus récemment du courant évangélique.

12Enfin, une petite dizaine de mouvements sont présentés « hors classement traditionnel », comme étant « en marge des religions officielles » (p. 1134). Certains peuvent être considérés comme des extensions de religions traditionnelles (Mormons, Témoins de Jéhovah), alors que d’autres créent leur propre système de référence syncrétique (Kimbanguisme). Ainsi, ces « inclassables » peuvent difficilement être regroupés en sous-catégories, certains refusant même d’être qualifiés de religion. Ils disposent d’une faible visibilité et sont souvent mal perçus, notamment dans le cadre des débats sur les dérives sectaires (p. 1137).

13Les auteurs semblent avoir atteint leur objectif de réaliser un véritable manuel de référence pour tous ceux qui souhaiteraient en connaitre davantage sur la réalité du paysage actuel des minorités religieuses en France, mais aussi pour tous les chercheurs qui désirent entreprendre ou continuer des travaux sur le sujet. Cet atlas est également utile à la compréhension des enjeux religieux contemporains qui font encore débat face à des questions de laïcité en pleine mutation, face à un objet religieux pluriel et complexe.

Haut de page

Notes

1 Anne-Laure Zwilling (dir.), Minorités religieuses, religions minoritaires dans l'espace public. Visibilité et reconnaissance, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, coll. « Société, droit et religion », 2014.

2 Lionel Obadia, Anne-Laure Zwilling (dir.), Minorité et communauté en religion, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, coll. « Société, droit et religion », 2016.

3 Sur cette question voir : Colette Muller, Jean-René Bertrand, Où sont passés les catholiques ? Une géographie des catholiques en France, Paris, Desclée de Brouwer, 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Manuella Pinelli, « Anne-Laure Zwilling, Joëlle Allouche-Benayoun, Rita Hermon-Belot, Lionel Obadia (dir.), Les minorités religieuses en France. Panorama de la diversité contemporaine », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 07 décembre 2020, consulté le 26 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/45866 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.45866

Haut de page

Rédacteur

Manuella Pinelli

Ingénieure d’étude en droit et sociologie de l’islam en France (IRD-LPED, Aix-Marseille Université).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search